Revue de presse marocaine du 15/07/2013

0 commentaires, 15/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du lundi :

 

+AL MASSAE+:
– Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane entame ses consultations officielles avec les partis de l’opposition: le RNI semble le candidat le plus proche pour la formation d’une nouvelle coalition gouvernementale. Lors de sa réunion ordinaire samedi à Rabat, le secrétariat général du PJD a chargé Benkirane d’engager des consultations politiques pour former une nouvelle majorité, y compris avec l’Istiqlal.

– Le Secrétaire général du MP et ministre de l’Intérieur Mohamed Laenser tire la sonnette d’alarme concernant les caisses de retraite. Lors d’une rencontre organisée vendredi à Rabat, M. Laenser a prévenu que les réserves financières de la CMR pourraient s’épuiser d’ici 2019.

– Des conseillers décident d’intenter une action en justice contre Fatahallah Oualalou, président du conseil de la ville de Rabat, pour des irrégularités qui auraient entaché le contrat d’aménagement du Souk Attahti, qui a coûté 1,3 milliard de centimes.

– Bank Al Maghrib met en garde contre une hausse imprévisible du taux d’inflation. Dans sa revue mensuelle sur la conjoncture économique, monétaire et financière, la banque centrale a indiqué que ce taux a atteint 2,8 pc en juin dernier, alors que les prévisions tablaient sur 2,1 pc.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:
– Le Secrétariat général du PJD charge Benkirane d’engager des consultations politiques pour former une nouvelle majorité. Dans des déclarations à la presse, les dirigeants du parti ont indiqué que ces consultations n’excluent aucun parti, y compris l’Istiqlal qui s’est retiré du gouvernement, ce qui laisse entrevoir l’hypothèse de maintenir la structure actuelle de la majorité.

– Salaheddine Mezouar réunit l’état-major de son parti pour délibérer sur la participation dans le gouvernement. Le Bureau politique du parti de la colombe se réunira lundi pour examiner l’offre de Benkirane sur la participation du RNI dans le gouvernement, ce qui laisse à penser que Mezouar aurait été contacté par Benkirane, chargé par le Secrétariat général de son parti d’engager des consultations politiques pour former une nouvelle majorité.

– Lachgar et Chabat, la main dans la main contre Benkirane. Le Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal et le bureau politique de l’USFP tiendront, lundi à Rabat, une réunion au siège du parti de la rose pour examiner la situation politique après le départ du parti de l’Istiqlal du gouvernement.

+AL KHABAR+:
– Le PJD tourne la page de Chabat. Le Secrétariat général du parti de la lampe a chargé le secrétaire général du PJD de fixer une date pour une session du conseil national du parti en vue de statuer sur les options possibles. Des sources bien informées indiquent que la direction du parti a décidé de mettre sur la table des négociations tous les portefeuilles du parti de l’Istiqlal, y compris les ministères et la présidence de la Chambre des représentants.

– Chabat rencontre Lachgar pour couper la route devant Benkirane. Les deux anciens antagonistes resserrent l’étau autour du Chef du gouvernement, qui cherche à restructurer son gouvernement après la démission de cinq ministres du Parti de l’Istiqlal. Des sources indiquent que Chabat tentera lors de sa rencontre, lundi, avec lachgar de convaincre ce dernier de ne pas laisser certains dirigeants du parti de la rose accepter l’invitation de Benkirane de joindre la majorité gouvernementale.

– Laenser: le RNI semble le candidat le plus proche pour compenser le départ de l’Istiqlal, à condition que cela se fasse selon une approche participative en prenant soin de résoudre les problèmes ayant entaché les relations entre les deux partis. S’exprimant devant les membres de son bureau politique et les cadres du parti, Mohand Laenser a indiqué que tous les scénarii sont prévus, de la restructuration des ministères jusqu’à la tenue des élections anticipées en cas d’échec des consultations politiques.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:
– Benkirane tourne le chapitre de Chabat et ouvre la page de Mezouar. La réunion du secrétariat général du parti de la lampe, tenue samedi à Rabat, a connu un débat houleux sur la gestion de la situation politique après le retrait de l’Istiqlal du gouvernement. Des voix ont appelé à des élections anticipées, alors que d’autres ont préconisé des consultations politiques pour former une nouvelle majorité.

– SM Juan Carlos 1er entame lundi une visite officielle au Maroc pour attirer des investissements en Espagne, dont l’économie souffre d’une crise étouffante depuis trois ans. Des sources médiatiques espagnoles indiquent que les entreprises espagnoles veulent obtenir une part des projets de grande envergure au Maroc, notamment dans les secteurs du logement, du tourisme, de l’agriculture, de l’infrastructure et des nouvelles technologies.

– Crise politique: Le PJD a engagé des consultations informelles avec l’UC. Mohamed Labied, SG de l’UC, a indiqué que des consultations informelles ont été engagées avec le PJD au cours des derniers jours, appelant Benkirane à prendre une décision concernant la démission des ministres istiqlaliens avant d’entreprendre les consultations politiques. Pour sa part, le Président du RNI, Salaheddine Mezouar, a affirmé que son parti n’a pas été contacté par Benkirane, soulignant la nécessité de revenir aux organes du parti pour formuler toute position dans ce sens.

+AL ITIHAD AL ICHTIRAKI+:
– Les gardes forestiers, accusés de la mort d’un jeune homme à Khénifra, comparaîtront mardi devant le juge d’instruction. Le procureur général de Meknès a auditionné, samedi, les trois gardes forestiers et décidé de les poursuivre pour agression volontaire ayant conduit à une mort accidentelle. Selon un militant des droits de l’Homme, les gardes forestiers ont tiré sept balles dans le dos du jeune homme issu des régions avoisinantes, dans la nuit de mardi à mercredi derniers, alors qu’il était en train de couper illégalement du bois. Les habitants de Khénifra avaient organisé mercredi dernier une marche de protestation vers le siège de la préfecture à l’occasion des obsèques de la victime.

+AL MOUNAATAF+:
– Les sessions mensuelles de l’interpellation du Chef du gouvernement attisent les divergences entre les parlementaires et le gouvernement. Le Bureau de la Chambre des conseillers et le ministre chargé des relations avec le Parlement n’ont pas encore décidé du thème de la prochaine séance mensuelle.

+RISSALAT AL OUMMA+:
– Le Secrétariat général du PJD annonce le lancement des consultations politiques pour former une nouvelle majorité gouvernementale. Dans un communiqué rendu public samedi, le secrétariat général du parti de la lampe a appelé à engager des concertations dans les meilleurs délais en vue de constituer une nouvelle majorité gouvernementale pour poursuivre le programme de réformes. Lors de cette réunion, il a également été décidé de charger le secrétaire général du PJD de fixer une date pour une session du conseil national du parti en vue de statuer sur les options possibles.

+Assabah+:
– Le secrétariat général du Parti de la justice et du développement charge Benkirane d’engager des consultations avec les instances politiques en vue de former une nouvelle coalition après le retrait du Parti de Istiqlal du gouvernement. Lors de la réunion du secrétariat général, samedi à Rabat, il a également été décidé de charger le secrétaire général du PJD de fixer une date pour une session du conseil national du parti en vue de statuer sur les options possibles.

– Le mouvement de mutation des fonctionnaires du ministère de la Santé exacerbe les tensions, en raison du retard dans le mouvement des personnes désireuses de se réunir avec leurs conjoints, après l’application de nouvelles mesures à effet rétroactif. Le comité technique sur le mouvement de mutation, afflié à la fédération nationale de la santé- UMT, souligne que les raisons avancées par le ministère de tutelle sont futiles et font fi des souffrances endurées par des milliers de femmes et d’hommes concernés directement par cette mutation.

– L’USFP et le PI mobilise la koutla pour contrer le PJD. Le parti de la balance a repris sa coordination avec son allié dans la koutla démocratique, le parti de la rose, après la démission des ministres istiqlaliens du gouvernement. Des sources informées indiquent que Hamid Chabat, SG du Parti de l’Istiqlal, rencontrera lundi Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, dans la première séance de coordination publique après le passage du PI dans les rangs de l’opposition, ajoutant que les deux partis cherchent à donner un nouveau souffle à l’opposition au niveau de la Chambre des représentants pour contrer le gouvernement conduit par le PJD.

– Salaheddine Mezouar, président du RNI, sort de son mutisme au sujet de son entrée dans la prochaine coalition gouvernementale, faisant part du refus de son parti de céder aux « fantaisies » du chef du gouvernement. Mezouar a appelé le chef du gouvernement à être « moins arbitraire », surtout que l’équation politique a changé après l’effondrement de la coalition gouvernementale. Selon des sources proches de Mezouar, ce dernier aurait avancé que le RNI n’est pas trop intéressé par les portefeuilles ministériels, précisant que lors des consultations, il tentera d’élucider les circonstances derrière l’éclatement de la coalition gouvernementale.

+ATTAJDID+:
– Benkirane: les consultations politiques pour la formation d’une nouvelle coalition devraient démarrer durant la semaine en cours. Le secrétariat général du PJD, dont la réunion a été tenue samedi à Rabat, a chargé Benkirane de fixer la date du conseil national du parti en vue de trancher sur les différentes options.

+AL ALAM+:
– La nomination aux hautes fonctions fondée sur le népotisme et va à l’encontre de l’esprit de la Constitution. Dans une rencontre organisée par l’Association démocratique des femmes du Maroc, les participantes ont préconisé l’adoption de critères claires pour la nomination des femmes aux hautes fonctions et appelé à prendre des mesures pour intégrer l’approche genre dans ces cirières utilisés pour sélectionner les candidats aux hautes fonctions.

– Au temps de la gouvernance, de la réforme et du développement durable, le président et les membres du bureau exécutif de la commune de Boulanouar, considérée parmi les plus pauvres dans la wilaya d’Oujda, ont présenté leur démission au wali de la région pour incapacité de satisfaire les revendications des habitants en raison du déficit endémique du budget de la commune.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:
– Le roi d’Espagne Juan Carlos 1er au Maroc pour renforcer les relations stratégiques entre les deux pays. La crise économique, la question du Sahara, la migration clandestine et le partenariat bilatéral sont les principaux points inscrits à l’ordre du jour.

+Libération+
– Visite historique de SM Juan Carlos: Relations maroco-espagnoles et économie au menu. SM le Roi Juan Carlos effectue aujourd’hui une visite historique au Maroc. Don Juan Carlos a voulu que tous les anciens chefs de la diplomatie qui se sont succédé au ministère des AE depuis l’instauration de la démocratie en Espagne soient présents lors de cette visite. Il sera également accompagné de 27 présidents ou conseillers délégués de grandes sociétés espagnoles.- Benkirane s’accroche à El Ouafa et bafoue le fonctionnement démocratique des institutions, le chef du gouvernement commence les consultations avec les partis représentés au parlement. Le PJD a réuni samedi son secrétariat général pour décider de la réunion d’un conseil national extraordinaire, et une première rencontre informelle a déjà réuni les trois leaders de la majorité, Abdelilah Benkirane, Nabil Benabdellah et Mohamed Laenser. Les trois alliés décideront ensemble d’un commun accord du sort de la majorité. Si Benkirane et ses alliés veulent prendre le temps des tractations tout en agitant le chiffon rouge des élections anticipées, la présence de Mohamed El Ouafa, le ministre istiqlalien de l’Education nationale qui a refusé de démissionner du gouvernement jette un sérieux discrédit sur le fonctionnement démocratique des institutions.

– La panne sèche pointe à l’horizon, les gérants des stations-service maintiennent leur mot d’ordre de grève. Le torchon brûle entre les pétroliers du GPM et les gérants des stations-service. Après l’annonce de la Fédération des gérants d’une grève de 48 heures les 18 et 19 juillet courant dans les stations de vente de carburant, le groupement des pétroliers du Maroc qui est monté au créneau par le biais de son président qui a minimisé l’impact d’une telle grève.

+Le Matin du Sahara et du Maghreb+ :
– Un momentum exceptionnel qu’il faut améliorer. Le Roi Juan Carlos d’Espagne commence sa visite officielle au Maroc le 15 juillet et sera accompagné par une délégation d’hommes d’affaire, d’universitaires, de présidents d’universités et de diplomates. Cette visite a pour objectif premier, selon le journal El Mundo , de renforcer et maintenir la relation existant entre les deux monarchies d’Espagne et du Maroc ainsi que le lien stratégique entre les deux pays . La densité et la diversité des relations portées par quelque 105 traités bilatéraux, la mémoire commune, l’histoire et le présent partagés confèrent à cette relation un momentum exceptionnel qu’il convient de préserver et d’améliorer.

+Aujourd’hui le Maroc+
– Le roi Juan Carlos dès ce lundi au Maroc : une visite à forte connotation économique. Le roi Juan Carlos sera accompagné d’une délégation de chefs d’entreprises de haut niveau représentant pratiquement tous les secteurs d’activité. L’intention de cette nombreuse délégation est d’ouvrir les discussions les plus larges en vue de renforcer la coopération économique et financière bilatérale. Dans une note publiée samedi, les services commerciaux de l’ambassade, qui donnent ces informations précisent en outre que la visite du monarque espagnol s’inscrit dans la continuité de la politique de renforcement de la coopération bilatérale privilégiée et de partenariat stratégique hispano-marocain, lancé par le séjour du prince Asturies durant le forum des investissements de Casablanca en juin 2012 et celui de Mariano Rajoy lors de la rencontre entrepreneuriale organisée en octobre 2012.+AL BAYANE+:

– Visite du roi Juan Carlos 1er au Maroc : Donner une forte impulsion à la coopération économique et culturelle. Si les rapports politiques entre les deux gouvernements traversent une phase d’entente exceptionnelle après les périodes ombragées durant le deuxième mandat de José Maria Aznar en tant que président du gouvernement espagnol (2000-2004), la visite du roi Juan Carlos 1er revêt un caractère économique. Elle vient à point nommé pour donner une nouvelle impulsion aux relations économiques.

+L’ECONOMISTE+:
– Juan Carlos au Maroc: Une visite pour renforcer la confiance. Plus de deux ans après sa dernière visite au Maroc en mai 2011, le Roi d’Espagne Juan Carlos est attendu aujourd’hui lundi, pour une visite de 4 jours. Outre les dimensions économiques, avec une rencontre des organisations patronales des deux pays, cette visite revêt une grande symbolique de rapprochement entre les deux voisins. En effet, les deux pays ont compris qu’ils font partie d’un espace de prospérité partagée. C’est clair que si nous faisons les choses ensemble, nous aurons plus d’impact , a souligné Alberto José Navarro, ambassadeur d’Espagne au Maroc. Le diplomate ibérique a mis l’accent sur l’opportunité qui s’offre aux deux voisins, dans un contexte géopolitique en plein bouleversement.

– Le Maroc veut revigorer le secteur minier. Professionnaliser et restructurer le secteur des mines. La nouvelle stratégie, mise en place par Fouad Douiri, veut donner du punch à cette industrie qui recèle de grands potentiels de développement. Des objectifs ambitieux ont été fixés: tripler le chiffre d’affaires, hors phosphates et dérivés, et multiplier par 10 le volume d’investissement dans l’exploration. L’implémentation de ce plan d’action sera pilotée par un Projet management office, déjà opérationnel au niveau du département de l’Energie et des mines.

+LE SOIR ECHOS+:
– Majorité: feu vert aux négociations. Le Secrétariat général du PJD a donné son feu vert samedi à Abdelilah Benkirane pour entamer les consultations afin de former une nouvelle coalition gouvernementale. Des consultations avec le RNI auraient déjà débuté depuis quelques jours. Malgré les divergences passées entre le PJD et le RNI, celui-ci semble être le candidat le plus à même de rejoindre la coalition gouvernementale. Le facteur numérique semble jouer son rôle. Le RNI, est, après l’Istiqlal, le parti à avoir le plus grand nombre de sièges à la deuxième Chambre afin de compléter la majorité et à la Chambre des représentants, et le RNI en détient 54. Le scénario des élections anticipées semble donc écarté, à moins que les négociations avec les partis de l’opposition n’échouent.

– L’Espagne au premier rang au Maroc. La visite du Roi d’Espagne comportera à la fois une dimension politique, économique et technique, dans la mesure où elle est placée sous le signe de la relance entre les deux pays. A Madrid, cette visite constitue aux yeux des responsables espagnols un évènement de premier ordre, tant il est vrai que les deux pays se trouvent aujourd’hui confrontés à une même problématique globale: la crise qui frappe de plein fouet l’économie des deux pays, l’immigration à laquelle, bon an, mal an, ils essaient de trouver une solution non pas définitive parce que c’est impossible-, mais appropriée, la sécurité régionale sur fond de terrorisme, le trafic humain et de drogue, enfin la question du Sahara sur laquelle le gouvernement espagnol a appuyé le Maroc lors des travaux du Conseil de sécurité de l’ONU en avril dernier, pour contrer la campagne de Kerry Kennedy sur les droits de l’Homme.
+L’OPINION+:
– Visite de travail au Maroc du Roi Juan Carlos 1er d’Espagne: Cristallisation de la profondeur politique des relations maroco-espagnoles. Le Roi Juan Carlos 1er d’Espagne effectue, à partir de ce lundi, une visite de travail officielle de deux jours au Maroc à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI. Qualifiée de des deux côtés de la Méditerranée d’ évènement marquant et de moment fort dans l’Histoire des relations séculaires entre les deux royaumes, cette visite est le premier déplacement du Roi Juan Carlos à l’étranger après une opération chirurgicale subis au mois de mars dernier. Voilà qui renseigne sur l’importance de la visite dans l’agenda des deux pays.

 

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *