Revue de presse marocaine du 14/03/2012

0 commentaires, 14/03/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les sujets qui retiennent l’intérêt de la presse quotidienne de ce mercredi:. 
+ AL MASSAE+:
-La BNPJ achève ce mercredi l’audition de Khalid Alioua avec son éventuelle de son arrestation. L’ancien PDG du CIH a défendu lors de son interrogatoire la légalité de l’achat des deux appartements, propriétés de l’établissement bancaire et a rejeté toutes les accusations concernant les dysfonctionnements arguant la présomption d’innocence.

-Calme précaire à Béni Bouayach et Imzouren. Une commission d’enquête se rend dans la région et un membre du Forum du Nord du Maroc pour les droits de l’Homme déféré devant la justice pour constitution d’une bande criminelle au moment où le PJD critique l’intervention musclée des forces de l’ordre contre les manifestants.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le gouvernement Benkirane commence à souffrir des effets de la crise économique: Le ministre de la Justice et des Libertés, Mustafa Ramid, tire la sonnette d’alarme, lors d’une journée d’étude sur l’administration judiciaire, et met en garde contre d’éventuels effets dus à la sécheresse et à la crise économique internationale.

-Des lobbies algériens mènent leurs manoeuvres en vue de mettre à l’échec toute tentative visant l’ouverture des frontières avec le Maroc. Ils veulent semer « la peur » quant à la catastrophe qui touchera l’Algérie en cas d’ouverture des frontières avec le Royaume, alors que la presse algérienne indique que le gouvernement algérien reçoit des rapports élaborés par les différents départements qui prévoient d’éventuelles pertes financières à cause de l’ouverture des frontières entre les deux pays.

-Abdelilah Benkirane reçoit des rapports des services de renseignement sur la situation sécuritaire dans le Royaume: Des sources indiquent que le Chef de gouvernement reçoit des rapports émanant des différents services de sécurité chargés de collecter des informations sur la situation sécuritaire au Maroc contrairement aux relations qui existaient auparavant entre le Chef de l’Exécutif et les services de renseignement.

-Abbas El Fassi déclare que le gouvernement actuel devait comprendre entre cinq à six femmes: Le secrétaire général du parti de l’Istiqlal, qui réagissait aux protestations de cadres féminines au sein de son parti, a souligné avoir proposé une seule femme à un poste ministériel au sein du gouvernement actuel.

+ASSABAH+:.
-Les élections municipales attisent la discorde entre les composantes de la coalition gouvernementale. Des ministres membres de la coalition craignent un nouveau raz-de-marée du PJD lors des prochaines échéances électorales et leurs partis appellent au report à septembre prochain de ces élections pour bien s’y préparer.

-Le courant réformateur au sein du PAM s’élève contre le mutisme de Mustapha Bakkoury. Les membres du courant appellent le Secrétaire général à écarter les responsables de l’échec du parti et à désigner une commission qui aura la charge de gérer les préparatifs pour les prochaines élections.

-Mohamed Aoujar rentre en concurrence contre Salaheddine Mezouar pour la présidence du RNI. Une source indique qu’Aoujar, membre du Comité exécutif du parti, convaincu que le RNI traverse une crise et a besoin du renouvellement de la direction, est entré en lice pour prendre les commandes au sein du parti.

+AL KHABAR+ :.
-La BNPJ poursuit son enquête avec l’ancien PDG du CIH, Khalid Alioua: Les principales questions ont porté sur l’octroi de primes et indemnités sans fondements légaux.

-Un accord entre le courant de la gauche et les notables sur le mode de scrutin de liste pour l’élection des membres du bureau politique du PAM évite au parti un Conseil national houleux.

-Abderrahmane Benamrou, membre du secrétariat national du PADS, reste le candidat unique pour le poste de secrétaire national du parti lors du 7ème congrès prévu du 30 au 1er avril prochain après le retrait d’Ahmed Benjelloun pour des raisons de santé, selon des sources au sein du parti.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-La BNPJ poursuit l’audition de l’ancien PDG du CIH Khalid Alioua pour la deuxième journée consécutive: Le déroulement de l’enquête portera éventuellement sur la confrontation de Alioua aux propos de certaines personnes poursuivies dans le cadre de cette affaire.

-Déclaration de patrimoine: Après l’expiration du délai de 90 jours pour la Déclaration de patrimoine des membres de la Chambre des représentants, des députés qui n’ont pas procédé à cette opération sont menacés de perdre leur siège au Parlement.

-Des commissions du ministère de l’Intérieur enquêtent sur les incidents survenus à Imzouren et à Béni Bouayach: Une source informée affirme que deux walis accompagnés de quatre secrétaires généraux au sein du ministère se sont rendus vendredi dernier au siège de la province d’Al Hoceima pour controler des dossiers se rapportant aux services du budget et marchés publics, social et de l’urbanisme.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelilah Benkirane décide d’augmenter les prix des carburants: Des inquiétudes quant aux retombées négatives de cette décision sur le pouvoir d’achat et recrudescence des appels à soutenir les personnes à revenus limités. La hausse prévue du prix de la bonbonne de gaz sera de 0,5 Dh à un dirham, ce qui se répercutera sur les prix de plusieurs produits de base en rapport avec les carburants.

-Vers la promotion de 30.000 enseignants dans le secteur de l’Education nationale: La promotion concerne aussi bien les fonctionnaires administratifs que pédagogiques.

-Des photos falsifiées des incidents survenus dans la région de Béni Bouayach: Certaines photos, publiés par des sites électroniques, ont été prises los des événements survenus dans la zone Belkour dans la capitale algérienne et d’autres à Gaza.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+ :.
-Abdelilah Benkirane rencontre aujourd’hui les représentants des centrales syndicales les plus représentatives: La réunion qui intervient à l’invitation du Chef du gouvernement sera consacrée à l’examen de la situation sociale et la méthodologie de poursuite du dialogue social.

-Le ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif, affirme l’engagement du gouvernement à ne pas procéder à la hausse des prix des carburants et la préservation des prix subventionnés au cours des prochains mois conformément aux dispositions de la loi de Finances de l’année 2012, soulignant que l’enveloppe de 32 MMDH destinés à la Caisse de compensation sera débloquée avant juillet prochain.

+AL ALAM+ :.
-Une enquête réalisée par le journal égyptien « Al Wafd » met à nu l’image atroce du front du polisario: L’enquête rendue publique par le journal dans son numéro de lundi dernier indique que les camps de Tindouf sont les plus grands exportateurs de stupéfiants qui inondent le Moyen-Orient.

+ATTAJDID+ :.
-Des informations indiquent que le Chef de gouvernement a reçu une étude estimant le nombre des fonctionnaires fantomes à 15.000 personnes, réparties sur les secteurs ministériels, alors qu’une source au sein de la Primature a nié ce chiffre, soulignant que les informations relayées par la presse à ce sujet ne sont pas justes et que le dossier est en cours d’examen par les départements ministériels.

-Un lobby exerce des pressions sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika pour ne pas ouvrir les frontières avec le Maroc : Des rapports officiels algériens de différents secteurs mettent en garde contre d’éventuelles pertes financières de l’Algérie à cause de l’ouverture des frontières avec le Maroc.

+BAYANE AL YAOUM+ :.
-Le dossier de la réforme des régimes de retraite revient au devant de la scène ce jeudi : Une source informée de la FDT souligne que la rencontre entre les représentants des centrales syndicales les plus représentatives et le Chef du gouvernement constituera le point de départ d’une série de réunions marathoniennes visant à définir une méthodologie claire des débats qui seront consacrés principalement à l’examen des conclusions du rapport final du bureau d’études international « Actuariat » sur les régimes de retraite.

+AL MOUNAATAF+:.
-Session extraordinaire du Parlement: Le gouvernement Âœuvre pour l’adoption du projet de loi de Finances et la subvention à la Caisse de compensation alourdit la charge financière de l’Etat.

-Des points de controle sécuritaire aux entrées et sorties des villes marocaines en prévention de menaces terroristes: Les éléments de la police de circulation et judiciaire affirment qu’ils ont reçu des instructions pour élever le niveau d’alerte dans le cadre d’un plan préventif de tout acte terroriste.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le gouvernement appelé à mettre en Âœuvre les résultats du dialogue social avec le précédent Exécutif: Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane reçoit ce mercredi les dirigeants des centrales syndicales les plus représentatives dans le cadre de la session de dialogue social pour le mois d’avril. Les centrales syndicales entament cette rencontre dans l’espoir de voir le nouveau gouvernement respecter les engagements du précédent Exécutif.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Khalid Alioua « invité » de la BNPJ pour la deuxième journée exécutive: Les éléments de la BNPJ spécialisés dans les crimes financiers ont poursuivi l’audition de l’ancien PDG du CIH concernant le contenu du rapport de la Cour des comptes sur les dysfonctionnements financiers dans la gestion de la banque sous sa direction.

-Omar Hassani candidat pour le remplacement de Thami Khyari à la tête du FFD : Des sources proches du parti indiquent que la commission préparatoire du 4ème congrès national du FFD prévu fin avril prochain et que Omar Hassani est le principal candidat en lice aux cotés de Thami Khyari.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Agréments : démocratie ou populisme ? Nul doute que la publication de la liste d’agréments de transports publics inter-urbains n’a cessé d’alimenter les conversations et de nourrir les débats dans toutes les couches sociales. Cependant, que faut-il lire et retenir du premier coup d’éclat politique du gouvernement Benkirane ? Avec la publication de cette liste d’agréments, Abdelilah Benkirane cherche-t-il à instaurer un espace de démocratie directe ?

-Parlement : Les conseillers craignent pour leur salaire. Non seulement ils ont envoyé un courrier au Cabinet royal, mais ils ont surtout signé une pétition dans laquelle ils réclament l’extension de leurs mandats au sein de la Chambre des Conseillers. Ils sont 70 députés au total, et il s’agit pour la plupart du tiers de la Chambre ayant été élus en 2009. Ils craignent ainsi de ne plus bénéficier des privilèges financiers offerts par leur fonction.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Partis politiques : 2012 sera-t-elle l’année du grand changement ? Quatre partis politiques, comptant au total plus de la moitié des députés de la première Chambre, vont changer de leader dans les prochaines semaines. Plusieurs secrétaires généraux de partis politiques devraient céder leurs places cette année. Le PAM a ouvert le bal en élisant un nouveau secrétaire général en la personne de Mustapha Bakkoury qui succède à Mohamed Cheikh Biadillah. Si la transition s’est faite au sein du PAM sans grands soucis, la succession dans les autres partis politiques pourrait se faire dans la douleur. En tout cas, les prochains congrès s’annoncent très délicats pour l’USFP, le RNI, l’Istiqlal et l’UC.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Justice : Dénouement sur fond de crise. Le département de la Justice, dirigé par Mustapha Ramid, souffre ces derniers temps d’une tension qui touche plusieurs composantes de ce département. En effet, cette crise qui concernait auparavant juste les fonctionnaires de ce ministère (greffiers, fonctionnaires de l’administration centrale…) organisés au sein des différents syndicats, a touché aussi le corps des magistrats. Ces derniers avaient organisé, au cours de la semaine écoulée, des sit-in pour dénoncer l’humiliation dont ont été victimes deux de leurs collègues à Taounate et à Safi. Les magistrats avaient ainsi dans le collimateur le corps des avocats. Le ministère de la Justice est arrivé à régler le différend opposant les magistrats aux avocats, mais le bras de fer l’opposant aux greffiers persiste toujours.

+L’ECONOMISTE+:.
-MRE : l’opération transit menacée ? La crise du transport maritime de passagers entamée en début d’année risque de marquer pour longtemps le secteur. Les dommages collatéraux s’enchaînent et l’un des plus fatals reste la réduction drastique de l’offre de transport au niveau du Détroit. L’opération Transit MRE démarre en juin. Les plans de flotte lors d’antérieurs opérations prévoyaient jusqu’à 30 bateaux avec une fréquence d’environ un départ par heure, mais avec l’absence de la COMARIT/ COMANAV, cet objectif sera très difficile à atteindre.

-Le budget au Parlement demain. Le Budget 2012 sera enfin présenté demain au Parlement. Dans ce projet à forte connotation sociale, la bonne nouvelle est l’appui à l’investissement public avec une enveloppe de 188 MMDH, soit 21 MMDH de plus. La mauvaise, en revanche, est qu’il faut financer tout un ensemble de charges. Une opération qui s’annonce difficile dans un contexte déprimé des finances publiques. Benkirane promet de réduire le train de vie de l’Etat. Pas sûr qu’il y arrive.

+LIBERATION+ :.
-Karim Ghellab remet les pendules à l’heure : la lutte contre l’économie de rente a commencé sous le gouvernement d’Abbas El Fassi . Petites piques entre amis de la majorité ? La lutte contre l’économie de rente ne date pas d’aujourd’hui. Elle a commencé avec le gouvernement précédent que conduisait Abbas El Fassi . La déclaration retient toute l’attention surtout si l’on sait que c’est un représentant du principal partenaire de la coalition gouvernementale -l’Istiqlal en l’occurrence- qui en est l’auteur. A travers ces déclarations, l’Istiqlalien Karim Ghellab a choisi de s’exprimer pour remettre, en toute urbanité, quelques pendules à l’heure. Et l’heure est justement à son bilan en tant qu’ancien ministre de l’Equipement et du Transport.

-Interventions des forces de l’ordre dans certaines provinces : le gouvernement Benkirane allergique aux commissions d’enquête. Les manifestations pullulent. Les dépassements de part et d’autre, les accusations et contre-accusations aussi. Les appels d’ouvrir des enquêtes sur ces événements se multiplient également devant le niet du gouvernement Benkirane et en particulier le ministre de l’Intérieur qui refuse catégoriquement toute investigation neutre ou la constitution d’une commission parlementaire. Tout comme à Taza, à Béni Bouayach ou à Imzouren, ces villes n’ont échappé à cette interdiction.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *