Revue de presse marocaine du 13/07/2013

0 commentaires, 13/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du samedi:.

+LIBERATION+:.

-LYDEC et AMENDIS s’obstinent à refuser le reclassement de leurs salariés. Un autre clou dans le cercueil des employés de la LYDEC et d’AMENDIS, titulaires de diplômes supérieurs et classés dans des catégories inférieures à celles où ils devraient être! Ainsi, après le refus de leurs directions respectives d’exécuter la décision conjointe des ministères de l’Intérieur et de Finances n 683 fixant les modalités de reclassement des agents en fonction dans les régies autonomes de distribution et datée du 15 décembre 2011, c’est au tour de la Direction des régies et des services concédés relevant du ministère de l’Intérieur de les exclure de tout reclassement.

-Cinq ans de prison et 50.000 DH d’amende pour l’ex-patron de l’ONDA: Son ancien directeur de cabinet écope de la même peine. La sentence est tombée. Abdelhanine Benallou et son directeur de cabinet Ahmed Amine Barqallil ont été condamnés par la Cour d’appel de Casablanca à cinq ans de prison ferme et à une amende de 50.000 DH chacun. Poursuivi pour dilapidation de deniers publics, Benallou avait été placé en garde à vue en avril 2011, suite à un rapport de la Cour des comptes de 2008 qui l’accusait de détournement de fonds et de transfert des biens de l’Office vers son propre compte. Le rapport lui reproche d’avoir « conclu un marché par voie négociée » durant la mission auditant les exercices 2003-2007 de l’ONDA.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Projet de loi: Vers la création d’une Agence nationale pour l’évaluation de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Assurer l’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans le secteur public et privé, et instaurer un suivi et un contrôle réguliers de chaque année universitaire, telles sont les principales missions de la future Agence nationale pour l’évaluation de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Le projet de loi 80.12 relatif à la création de cette agence, élaboré par le département de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, a été examiné lors de la réunion hebdomadaire du conseil de gouvernement, tenue jeudi dernier à Rabat. Cette agence aura pour mission, entre autres, d’évaluer les établissements d’enseignement supérieur publics et privés ainsi que les établissements de recherche scientifique, tout en prenant en considération les particularités de chaque institution, notamment ses projets scientifiques et pédagogiques.

+AL MASSAE+:.
-La Chambre des crimes financiers de la Cour d’appel de Casablanca condamne l’ancien DG de l’Office national des aéroports (ONDA), Abdelhanine Benallou et son directeur de cabinet Ahmed Amine Barqallil à cinq ans de prison ferme et à une amende de 50.000 dirhams chacun et inflige deux ans de prison ferme et une amende de 20.000 dirhams au directeur financier en charge des marchés, Ouadii Mouline. Les familles et proches des mis en cause, notamment ceux qui étaient poursuivis en état de liberté, ont été choquées et ont fondu en larmes après l’annonce des verdicts dans le cadre de cette affaire,

-Le président du conseil national du PAM, Hakim Benchemass: « Nous sommes prêts pour aller à des élections anticipées ». Dans une déclaration, jeudi dernier, à la presse, Benchemass a souligné que le Chef du gouvernement se doit de renoncer à la logique du « Je-m’en-foutisme » et de faire preuve d’un haut degré de responsabilité, conformément aux prérogatives qui lui sont accordées par la Constitution, pour la gestion de la crise gouvernementale.

-La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) menace d’intenter une action en justice contre le gouvernement marocain. La Fédération a adressé une missive au Chef du gouvernement et aux ministres de l’Intérieur et de l’Emploi, datée du 10 juillet dernier, dans laquelle elle fait part de sa grande préoccupation suite aux informations qui lui parviennent concernant l’affaire des employés de la société de transport « City Bus » de Fès. Dans cette correspondance, la Fédération a menacé de déposer une plainte auprès de l’Organisation internationale du Travail (OIT) contre le gouvernement marocain.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane affirme que l’Exécutif continue de fonctionner avec la totalité de ses membres et les ministres istiqlaliens jouissent toujours de l’ensemble de leurs prérogatives et responsabilités jusqu’à ce que le Roi met fin à leurs fonctions. Intervenant à l’ouverture, jeudi dernier, des travaux de la réunion hebdomadaire du conseil de gouvernement, Benkirane a affirmé que tout ministre nommé par le Souverain jouit de toutes les prérogatives et poursuit sa mission jusqu’au moment où le Roi met fin à ses fonctions.

-Des dirigeants au sein du RNI et du PJD nient toute tractation ou négociation entre les deux partis pour la formation d’une nouvelle coalition gouvernementale. Dans une déclaration au journal, une source proche du président du parti de la Colombe, Salaheddine Mezouar, a affirmé que personne n’est entrée en contact jusqu’à l’heure avec les responsables du parti, ajoutant que les informations relayées par la presse sont dénuées de précision. De son côté, un responsable PJDiste a démenti, dans une déclaration similaire, l’existence d’une quelconque concertation entre les deux formations.

-Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) se dit prêt pour aller à des élections législatives anticipées. Dans une déclaration à la presse, le porte-parole du parti, Hakim Benchemass a souligné que le parti du Tracteur est totalement prêt pour cette échéance électorale si le Chef du gouvernement et son équipe sont convaincus que la convocation d’élections anticipées demeure la seule issue pour sortir de cette crise.

-Le Patronat marocain invité par Recep Tayyeb Erdogan pour corriger les erreurs de Benkirane. Après le boycott par la CGEM de la récente rencontre qui devait la réunir avec la délégation turque qui avait accompagné le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan lors de sa visite dans le Royaume, en raison des bavures commises par le Chef de l’Exécutif, Abdelilah Benkirane, le Conseil d’affaires maroco-turc de la CGEM a annoncé, jeudi dernier, l’organisation prochaine d’une rencontre économique en Turquie, suite à l’invitation adressée par le Premier ministre turc à l’attention de la Confédération, lors de sa récente visite au Maroc.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les Américains s’intéressent à l’avenir du gouvernement Benkirane. Une rencontre tenue jeudi entre un haut responsable à l’ambassade américaine à Rabat et Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants, a démontré que les Etats-Unis suivent avec un grand intérêt l’évolution de la situation au sein du gouvernement Benkirane et ont les yeux rivés sur les différents scénarii qui s’offrent devant le parti de la Lampe, après le retrait de l’Istiqlal du gouvernement et la démission des ministres istiqlaliens.

-La Cour d’appel de Casablanca a condamné jeudi à cinq ans de prison ferme l’ex-patron de l’ONDA Abdelhanine Benallo et son directeur de cabinet Ahmed Amine Barqallil. Les autres sentences prononcées contre les autres accusés dans cette affaire sont allées de la prison avec sursis à l’acquittement.

-Acquittement d’un ancien dirigeant au sein du RNI accusé d’avoir séquestré un professeur dans sa ferme à Taroudant. Le juge d’instruction près la Cour d’appel d’Agadir a décidé d’accorder un non-lieu à un ancien responsable RNIste qui était accusé d’avoir séquestré un enseignant durant cinq années dans sa ferme à Taroudant, en raison d’un conflit autour de terres agricoles.

-Le ministère du Tourisme décide de fermer l’Agence de voyage « Koutoubia » de Tanger qui a privé plusieurs fidèles de rendre en Arabie Saoudite pour accomplir la Omra. Après avoir perquisitionné jeudi dernier le siège de ladite agence, les éléments de la police ont découvert plusieurs passeports qui ont été remis par la suite à leurs détenteurs arnaqués.

+ASSABAH+:.
-Abdelilah Benkirane déclare: « Certains ministres istiqlaliens ont démissionné à contrec ur, en raison de leur engagement envers leur parti et non pas par conviction ». Peu avant la réunion du Conseil de gouvernement, Benkirane a confié à ses proches qu' »il est honteux d’accepter la démission de ministres ayant fait preuve d’une grande compétence et d’habileté depuis l’investiture du gouvernement », précisant que l’intégrité et les compétences de ces ministres l’ont obligé à prendre du temps avant l’acceptation de leurs démissions.

-Le PJD exclut Mohamed El Ouafa des scénarii ayant trait à la formation du prochain gouvernement alors que Abdelilah Benkirane s’y accroche. Par ailleurs, des sources au sein du parti de l’Istiqlal n’ont pas écarté l’éventualité du refus par Mohamed El Ouafa de se présenter devant la commission d’arbitrage et de discipline qui devrait le convoquer la semaine prochaine.

-Des ministres ont le pressentiment que l’heure de leur départ approche. Des sources gouvernementales ont révélé que le remaniement ministériel prévu sera « global » avec moins de portefeuilles ministériels, ajoutant que ce remaniement ne se limitera pas à combler le vide généré par les démissions des ministres istiqlaliens, mais il sera fondé sur les résultats d’une « évaluation exhaustive » du rendement et de l’action des actuels ministres.

-Le porte-parole officiel du Parti Authenticité et Modernité (PAM), Hakim Benchemass, déclare: « Benkirane a géré la crise actuelle avec une grande légèreté ». Dans une déclaration au journal, le responsable PAMiste a précisé que son parti, vu son attachement à la ligne politique qu’il a adoptée, ne participera pas au futur gouvernement, ajoutant qu’il sera « franc » et « catégorique » au cas où il serait invité à se prononcer sur ce sujet.

-Le SG du PPS, Nabil Benabdellah souligne que la recomposition d’une nouvelle coalition gouvernementale est « la solution la plus applicable » après la sortie du PI du gouvernement. Dans une déclaration au journal, Benabdellah a précisé que les derniers développements qui ont marqué la scène gouvernementale « n’imposent » nullement au parti du Livre une révision de sa position au sujet de sa participation au gouvernement, faisant savoir que le PPS demeure constamment engagé avec l’actuel gouvernement qui aura à relever de grands défis.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-La formation d’un nouveau gouvernement par le Parti de l’Istiqlal: Un scénario pour sortir de la crise. Une source proche du RNI a fait savoir qu’au cas où Abdelilah Benkirane ne parvient pas à gérer sa majorité gouvernementale, SM le Roi pourrait charger le parti politique arrivé en deuxième position lors des élections législatives, à savoir l’Istiqlal de former un nouveau gouvernement, et soumettre au parlement un projet de révision de certaines dispositions de la Constitution conformément à l’article 174 de la Loi suprême du pays qui stipule que « le Roi peut, après avoir consulté le Président de la Cour constitutionnelle, soumettre par dahir au Parlement un projet de révision de certaines dispositions de la Constitution. Le Parlement, convoqué par le Roi en Chambres réunies, l’approuve à la majorité des deux tiers des membres ».

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Abdelilah Benkirane a promis de retirer la présidence de la Chambre des représentants à l’Istiqlalien Karim Ghellab en réponse aux démissions qui lui ont été soumises par les ministres du Parti de l’Istiqlal, ont indiqué des sources bien informées, alors qu’une source du PI a fait savoir que Ghellab ne déposera pas sa démission, surtout après que le gouvernement Benkirane soit devenu un gouvernement minoritaire, mais l’entrée en lice de Salaheddine Mezouar, président du RNI, rend très plausible l’hypothèse de l’élection d’un nouveau président de la 1ère Chambre en cas de formation d’une nouvelle majorité gouvernementale.

+AL KHABAR+:.
-Inquiétudes au sujet de l’impact de la crise gouvernementale sur la visite du Roi Juan Carlos 1er d’Espagne au Maroc: Mustapha El Khalfi rassure. Interrogé à l’issue du conseil de gouvernement sur l’éventuel impact de la démission des ministres istiqlaliens sur la visite du Roi d’Espagne dans le Royaume, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a affirmé que l’ensemble des membres du gouvernement sera mobilisé pour la réussite de cette visite, ajoutant que la crise gouvernementale n’aura aucune incidence sur cette visite royale.

-Formation d’une nouvelle coalition gouvernementale: Le PAM appelle Benkirane à expliquer au peuple les options qui lui sont offertes. Dans une déclaration à la presse, jeudi dernier, Hakim Benchemass, porte-parole du PAM, a indiqué que les options possibles auxquelles peut recourir actuellement Abdelilah Benkirane « sont très claires et connues par tous », appelant le chef du gouvernement à « les révéler à l’opinion publique nationale ».

-Le ministre délégué chargé du Budget, Driss El Azami El-Idrissi, est intervenu pour l’arrêt du sit-in préventif observé, lundi dernier, par les responsables du Syndicat national des finances, affilié à la CDT, devant le siège du ministère de l’Economie et des finances, ont souligné des sources syndicales, ajoutant qu’El Azami a fait part aux protestataires de sa détermination ainsi que de celle du ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, à engager un dialogue sérieux et responsable avec le syndicat au sujet de leur dossier revendicatif.

+AL ALAM+:.
-Abdelilah Benkirane continue délibérément à faire entrave à la mise en oeuvre de l’article 47 de la Constitution en retardant jusqu’à présent la soumission des démissions des ministres istiqlaliens à SM le Roi. Par ailleurs, une source bien informée a indiqué qu’un haut responsable du PJD a effectivement rencontré un dirigeant du RNI pour un échange sur l’éventuelle entrée du parti de la Colombe au gouvernement, alors que d’autres informations ont fait état de la tenue d’une rencontre entre Abdelilah Benkirane, Mohand Laenser et un conseiller du Roi en vue de trouver une issue à l’impasse dans laquelle se trouve l’actuel gouvernement.

+BAYANE ALYAOUM+:.
-Les ministres de l’Istiqlal ne sont pas encore passés à l’étape d’expédition des affaires courantes. Lors du conseil de gouvernement tenu jeudi dernier, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a signifié aux ministres istiqlaliens démissionnaires qu’ils exerçaient encore leurs fonctions de manière normale et qu’ils ne seraient chargés d’expédier les affaires courantes qu’après que leur démission soit acceptée par SM le Roi.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Les propriétaires des stations-service jouent leur dernière carte avant l’entame de leur mouvement de grève nationale prévue les 18 et 19 juillet. Dans ce cadre, la Fédération nationale des commerçants et des propriétaires des stations-service (FNCSS) a appelé le Chef du gouvernement à promulguer, après concertation avec toutes les parties, d’un texte de loi qui devrait réglementer la gérance libre des stations-service, tout en réclamant une mise à niveau globale de l’ensemble de ces stations sans pour autant procéder à l’augmentation des redevances mensuelles à payer par les gérants.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *