Revue de presse marocaine du 12/10/2012

0 commentaires, 12/10/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Standard and Poor’s met en garde le gouvernement Benkirane: La note de la dette souveraine du Maroc passe de stable à négative. Standard and Poor’s sort le carton jaune pour le gouvernement Benkirane. L’agence rétrograde la perspective de la note de la dette souveraine marocaine de stable à négative. Un communiqué publié par l’agence internationale de notation annonce la mauvaise nouvelle qui tombe tel un couperet au moment où l’Exécutif prépare sa sortie sur le marché international. Le gouvernement, qui projette de lever un milliard de dollars avant la fin de cette année, pourrait contracter cette somme à un taux beaucoup plus élevé.

-Aziz Rebbah resserre l’étau sur les auto-écoles: Un nouveau cahier des charges pour mettre fin à l’anarchie. Les auto-écoles sont dans la ligne de mire de Aziz Rebbah, ministre de l’Equipement et du Transport. Un nouveau cahier des charges pour l’ouverture et l’exploitation des établissements d’enseignement de la conduite vient d’être élaboré par le ministère. De nouvelles conditions sont imposées à ces établissements. Le projet d’arrêté fixant le nouveau cahier des charges comporte plusieurs dispositions portant sur les capacités financières et techniques des auto-écoles, les moyens de leur modalité d’exploitation, les compétences requises pour dispenser l’enseignement de la conduite ainsi que les méthodes, programmes et outils de l’enseignement de la conduite.

+LIBERATION+:.
-Etrange rentrée de la Chambre des Conseillers: 90 Conseillers dont le mandat électif a expiré vont voter la loi de Finances! Ce vendredi 12 octobre, les 90 conseillers du tiers sortant vont donc assister à l’ouverture de la session d’automne du Parlement. Une sorte de reconduction tacite qui a un coût au regard des salaires versés à des parlementaires qui, au regard de la loi, ne doivent plus siéger sous la Coupole. Dans cette affaire, aucun article ni de l’ancienne ni de la nouvelle Constitution n’a été respecté. Et en l’absence de nouvelles lois devant régir et organiser la Chambre des Conseillers dans sa nouvelle configuration, la question de sa dissolution prévue par l’article 51 de la nouvelle Constitution est une inconnue dans l’équation « gouvernement Benkirane ».

+L’OPINION+:.
-Les accidents de la route et les calculs politiciens: Pour juger le Code de la route, il faut d’abord qu’il soit appliqué! Le nouveau Code de la route boucle en ce mois d’octobre la 2ème année de son entrée en vigueur. L’observateur averti relèvera que pendant les premiers mois de sa mise en application, le nombre des accidents de la route et celui des morts avaient accusé une diminution sensible avant que le ballet macabre ne reprenne de plus belle. Pourquoi donc le Code, qui avait donné au départ ses fruits, aurait-il cessé, au bout d’une année d’application, d’être efficace? La vérité est qu’il n’y a rien à réviser ou à amender. Le Code offre, au contraire, toute une batterie d’instruments et d’outils, mais qui ne sont tout simplement pas utilisés, faisant que notre Code n’existe plus que sur papier. Or, pour le juger, il faut d’abord qu’il soit appliqué!.

+L’ECONOMISTE+:.
-Plaintes contre la corruption: L’Etat fait la sourde oreille. La corruption continue de faire des ravages, mais peu de gens osent la dénoncer en dépit des moyens mis à leur disposition. Le fait est que la plupart ignorent même l’existence de centres d’écoute et de doléances, chargés de prendre en considération ce genre de plaintes. En effet, le dernier rapport du CAJAC (Centre d’assistance juridique anti-corruption) qui dispose de trois antennes au Maroc (Rabat, Nador et Fès) a reçu quelque 297 réclamations en quatre mois (du 1 mai au 31 août). Sur ces plaintes, seuls 59 dossiers sont ouverts.

-Parlement: Elus, retroussez vos manches, vous avez du boulot!. Finies les vacances pour les représentants de la Nation. Députés et Conseillers reprennent dès ce vendredi le chemin du Parlement pour la deuxième année législative de l’actuelle législature. Une rentrée qui promet d’être chaude au vu de ce qui attend les élus pour la mise en Âœuvre des dispositions de la nouvelle Constitution.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Scène politique: quatre partis de gauche veulent fusionner. Quatre formations politiques de la gauche veulent fusionner en une seule. La Parti travailliste d’Abdelkrim Benatiq, le Parti socialiste de Mohamed Bouzoubaa, le Front des forces démocratiques de Thami Khyari et le Parti de la gauche verte de Mohamed Fares ont entamé de sérieuses négociations pour cohabiter. Ces formations de la gauche modérée, qui acceptent les règles du jeu politique et participent aux élections, n’ont pas eu beaucoup de chance au scrutin législatif du 25 novembre 2011. Ainsi, elles se préparent aux prochaines communales.

-Rentrée parlementaire: La session automnale s’ouvre sur de grandes attentes. Députés et Conseillers retrouvent aujourd’hui les bancs de l’hémicycle. De grands enjeux se profilent à l’horizon de cette session parlementaire automnale. Plus d’une année après l’adoption du texte fondamental et dix mois après les élections législatives anticipées qui ont changé la carte politique au Maroc, les enjeux à relever sont de taille tant pour la majorité que pour l’opposition. En effet, après les premiers mois de démarrage, l’heure est à l’accélération du rythme de la production législative pour atteindre les objectifs escomptés.

+AL MASSAE+:.
-Un rapport « accablant » de la FAO sur « l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde » en 2012 révèle que deux millions de Marocains sont victimes de malnutrition. Dans son rapport, l’Organisation mondiale de l’alimentation fait savoir que durant les deux dernières années, 5,6 pc des Marocains sont victimes de malnutrition, ajoutant que le Maroc ne fournit pas assez d’efforts pour endiguer la propagation de la malnutrition parmi la population.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, réunit sa majorité parlementaire pour faire face à l’opposition. Des sources indiquent que la réunion prévue juste après la séance d’ouverture de la session d’automne, qui sera présidée par SM le Roi Mohammed VI, sera consacrée à la présentation des nouvelles idées et propositions visant à renforcer la coordination et la cohésion entre les composantes de la majorité au sein de la première Chambre.

-Dialogue social: Noubir Amaoui, SG de la CDT, et Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, adressent une lettre au Chef du gouvernement dans laquelle ils l’appellent à la tenue de réunions de pourparlers tripartites (gouvernement, syndicats et Patronat) afin de créer un climat social sain susceptible d’apaiser la tension qui prévaut.

-Les étudiants infirmiers montent au créneau contre le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi: Près de 2000 étudiants-infirmiers ont manifesté jeudi dans les rues de Rabat, pour appeler le ministre de tutelle à retirer d’urgence et sans condition le décret permettant aux lauréats des écoles privées de participer aux concours de recrutement dans le secteur public. Ces mêmes étudiants, qui ont accusé le ministre de céder aux pressions des lobbies du secteur privé, demandent l’arbitrage royal.

+ASSABAH+:.
-Le ministère de l’Intérieur dévoile les infractions et les dépassements de présidents de communes. Un rapport réalisé par de hauts responsables de l’Inspection générale de l’administration territoriale au ministère de l’Intérieur fait état de « graves » dysfonctionnements et irrégularités, passibles de poursuites judiciaires à l’égard de leurs auteurs, dont la plupart sont des présidents de communes appartenant aussi bien aux partis de la majorité que de l’opposition, des fonctionnaires et des agents d’autorité. Selon plusieurs sources, les dysfonctionnements relevés par le rapport concernent les domaines de la gestion et de l’urbanisme.

-Affaire de la COMANAV: Le Tribunal de première instance d’Aïn Sebaa à Casablanca a prononcé, jeudi, des condamnations allant de trois ans de prison ferme à six mois avec sursis, assorti d’une amende contre les mis en cause dans l’affaire de la Comanav. Les mis en cause sont poursuivis pour abus de confiance, falsification et viol du système informatique et falsification de données, et le tribunal ordonne une expertise pour évaluer le volume des dégâts subis par la compagnie maritime.

-Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur, indique qu’il n’a pas encore accordé d’autorisation à l’homme d’affaires Miloud Chaabi pour la création d’une université américaine au Maroc, ajoutant que le dossier est en cours d’examen en attentant une imminente réunion avec une délégation américaine pour s’informer des grandes lignes de ce projet, ses objectifs, ses mécanismes de réalisation et les partenaires potentiels.

-Le RNI se démarque de la défaite de Adil Dfouf, candidat du PAM aux élections législatives partielles à Tanger: Le parti de la Colombe impute la responsabilité de l’échec du PAM à Fouad El Omari, Maire de la ville du Détroit qui n’a pas Âœuvré à l’amélioration de l’image du parti du Tracteur pour séduire l’électorat.

+AL KHABAR+:.
-En signe de protestation contre le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, des milliers d’étudiants infirmiers et de lauréats des Instituts de formation aux carrières de santé ont observé, jeudi à Rabat, un sit-in devant le ministère de tutelle et organisé une marche vers le siège du Secrétariat général du gouvernement pour dénoncer « les données erronées avancées par le ministre » et la situation déplorable à laquelle ils font face.

-Intenses réunions de Salafistes en prévision du sit-in qui sera observé, dimanche, devant les différents établissements pénitentiaires du Royaume. Des sources indiquent que ce sit-in, le premier du genre organisé en même temps au niveau national, devrait connaître la participation de chioukhs de la Salafiya Jihadia.

-Le PAM adresse à la commission d’éthique une liste comportant les noms des membres « indésirables » à Marrakech, qui pourraient être expulsés du parti de manière définitive en cas d’approbation de la décision par le bureau politique. Des sources indiquent que parmi les noms cités, il y a ceux des présidents des communes Ouled Dlim et Mnabha.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Karim Ghellab, président de la Chambre des Représentants affirme: « Nous sommes en train d’étudier les mesures appropriées pour inciter les députés à assister aux travaux du Parlement », précisant qu’il ne s’agit pas de « monnayer la présence des députés » mais d’asseoir un régime indemnitaire pour couvrir leurs dépenses.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane balise la voie pour faire passer le projet de loi de Finances 2013 au Parlement. Dans ce sens, Benkirane devrait tenir une réunion avec les présidents des groupes parlementaires de la majorité dans les deux Chambres en vue de s’assurer la cohésion entre lesdits groupes afin de faire passer comme une lettre à la poste le premier projet de loi de finances élaboré par le gouvernement Benkirane.

+ATTAJDID+:.
-Parlement: SM le Roi Mohammed VI préside, vendredi, l’ouverture de la session d’octobre. Des sources indiquent que le gouvernement va soumettre le projet de loi de Finances 2013 au parlement au début de la semaine prochaine, indiquant que ce projet de budget consacre 200 MMDH à l’investissement et prévoit la création de 14.000 emplois.

-Le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, souligne que les récentes grèves observées par les professionnels de la santé sont « injustifiées et incompréhensibles », faisant savoir que le ministère va organiser le 3ème concours d’infirmiers pour pourvoir les postes vacants.

-Affaire des indemnités Mezouar-Bensouda: L’association « Parlementaires marocains contre la corruption » soutient les fonctionnaires poursuivis pour divulgation du secret professionnel et appelle le gouvernement au respect des engagements internationaux du Maroc et à l’application des dispositions de l’article 82-9 du Code de procédure pénale qui prévoit que malgré toute disposition législative contraire, les dénonciateurs couverts par le secret professionnel ne peuvent faire l’objet de poursuites disciplinaires ou pénales pour divulgation du secret professionnel lorsqu’il a eu connaissance des faits dans le cadre de l’exercice de ses activités professionnelles.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Parlement: Ouverture de la session législative la plus chargée. La nouvelle rentrée parlementaire sera très intense en termes du nombre des projets de loi qui seront examinés et approuvés, notamment ceux relatifs à la mise en oeuvre des dispositions de la Constitution. Ainsi, gouvernement et parlement devraient examiner, entre autres, la loi sur la régionalisation, la charte communale et le code électoral.

-Le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, bloque les infirmiers dans les gares routières pour ne pas se rendre à Rabat pour manifester. Le comité national de coordination des infirmiers et lauréats des Instituts de formation aux carrières de Santé accuse El Ouardi de les empêcher d’exercer leur droit de se déplacer en recourant aux éléments de la police et de la gendarmerie royale au niveau des différentes gares routières, pour leur interdire de se rendre à Rabat en vue de protester contre le décret autorisant aux titulaires du diplome de « technicien spécialisé » dans une branche paramédicale, délivré par les établissements privés agréés par l’Etat, de participer aux concours de recrutement au sein du secteur public.

-Des cas d’évanouissement parmi les cadres supérieurs chomeurs qui observent une grève de la faim. Des sources de la Coordination nationale des cadres supérieurs chomeurs menacent de faire monter encore plus la tension et promet une rentrée sociale encore plus chaude. Elles évoquent même l’organisation de sit-in le jour d’Aïd El Adha devant le siège du PJD, la résidence du Chef du gouvernement et le siège du Parlement.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, et Noubir Amaoui, SG de la CDT, adressent une lettre au Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane l’appelant à engager un dialogue conforme aux normes internationales à travers des négociations tripartites (gouvernement, syndicats, patronat).

-Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Nabil Benabdellah diligente une enquête suite à la fuite de documents du ministère dont le contenu a été publié par le quotidien: Il s’agit de la décision du ministre de retirer une note promulguée le même jour et qui avait pour objectif de retirer aux walis et gouverneurs l’octroi d’autorisations exceptionnelles dans le domaine de l’urbanisme.

+AL ALAM+:.
-Le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab affirme: « la première année législative fut transitoire et l’actuelle année doit constituer une étape vers un véritable décollage ». Dans un entretien au journal, il a ajouté qu’il y a trois enjeux à relever, à savoir la mise en Âœuvre efficiente et saine de la Constitution, le développement de l’action parlementaire et l’amélioration de l’action législative et du controle de l’action gouvernementale.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-SM le Roi Mohammed VI préside, ce vendredi, la séance d’ouverture de la session d’automne de la deuxième année législative du 9ème mandat législatif au milieu d’une large unanimité que cette année sera l’année du lancement effectif du chantier du grand planning législatif au Maroc particulièrement à la Chambre des représentants qui devrait adopter un nouveau mode en matière d’action parlementaire.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Ouverture ce vendredi de la deuxième session législative d’automne sous l’ère de la Constitution de 2011: Le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab, prévoit « une session intense » et le président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah, appelle le gouvernement et le Parlement à respecter l’esprit et la lettre de la Constitution et à éviter « les débats politiciens vides ».

+AL MOUNAATAF+:.
-Dialogue de sourds entre le gouvernement et les syndicats et le trébuchement du dialogue social pourrait attiser les tensions au sein de plusieurs secteurs.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, revient enfin sur sa décision interdisant aux enseignants du secteur public de donner des heures supplémentaires dans des établissements scolaires privés. Ainsi, El Oufa a adressé aux directeurs des établissements privés une correspondance donnant le feu vert à une liste de noms d’enseignants du public, qui avaient fait auparavant des demandes d’autorisation pour dispenser des cours dans le privé. Dans cette lettre, le ministre appelle les propriétaires des établissements privés à respecter les mesures et les dispositions de la loi régissant l’enseignement privé au Maroc.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *