Revue de presse marocaine du 12/09/2012

0 commentaires, 12/09/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-La loi sur la nomination des hauts fonctionnaires divise le gouvernement. Une autre affaire opposant le PJD au MP a éclaté. Jeudi 6 septembre, lors du Conseil de gouvernement, Abdelilah Benkirane a rejeté le projet de décret d’application de la loi organique sur la nomination aux hautes fonctions. Le refus de ce projet présenté par Abdelâdim El Guerrouj, ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, faisant partie du Mouvement Populaire, fait écho aux réactions des ministres pjdistes qui ont lu en ce décret une autre tentative de limiter les pouvoirs du Chef de gouvernement. Ainsi, ce refus a été interprété encore une fois comme un autre signe du manque de cohésion au sein de la coalition gouvernementale. Assiste-on encore à un bras de fer entre ces deux composantes de la majorité gouvernementale?.

+LIBERATION+:.
– De décisions en mesures vite enterrées: Chronique gouvernementale de cafouillages annoncées. Dans les rangs de l’opposition mais aussi dans des franges de plus en plus larges de l’opinion publique, des regards inquiets sont braqués sur des décisions mort-nées du gouvernement. Des décisions qui sont annoncées tambour battant sur fond de déclarations fracassantes, mais qui sont très vite suivies de reculade et de rétraction. Au mieux, ces décisions atterrissent au fond d’un tiroir. El le dernier bâton vient d’être justement fourni par Mohamed El Ouafa, le ministre istiqlalien de l’Education nationale. Sa décision d’interdire aux enseignants du secteur public de donner des cours dans les écoles privées a été mise entre parenthèses, après avoir été annoncée en fanfare.

– La FDT reçue aujourd’hui dans le cadre du dialogue social: Le gouvernement sera jugé sur son projet de loi de Finances. La décision est prise. La Fédération démocratique du travail (FDT) rencontre aujourd’hui le chef du gouvernement à Rabat pour un nouveau round d’un dialogue social qui passe plus par des bas que par des hauts. Pour Mohamed Dahmani, membre du bureau national de la FDT, cette rencontre sera l’occasion propice pour voir s’il y a conformité ou non des prétentions sociales du gouvernement et leur traduction en mesures concrètes dans le projet de loi de Finances de 2013 en phase de préparation

-La partialité de Kerry Kennedy dénoncé: Mustapha Salma fustige le rapport du RFK Center. Le militant Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud a vivement critiqué le rapport d’évaluation du Centre Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l’homme (RFK Center) qui a effectué récemment une visite au Sahara marocain et dans les camps de Tindouf, en confirmant qu’il est parsemé de contre-vérités. Selon Mustapha Salma, ce Centre, au lieu d’écouter les vrais militants dans les camps des séquestrés pour y évaluer la situation des droits de l’homme, s’est contenté de s’entretenir avec les instances dirigeantes du polisario, ce qui explique que ledit rapport n’a pas mentionné les crimes perpétrés par ce dernier, ni les tortures subies par les militants qui osent s’opposer à sa direction.

+AL BAYANE+:.
-Rentrée sociale: Des concertations sous le signe du pragmatisme. La rentrée sociale s’annonce chargée pour le gouvernement. Les réunions préparatoires pour une éventuel nouveau round du dialogue social ont bel et bien démarré, lundi 10 septembre, au siège de la primature à Rabat. Placées sous le signe de la concertation et du pragmatisme, ces rencontres organisées à titre individuel avec les syndicats les plus représentatifs ont pour objectif de dresser un diagnostic de la situation actuelle et baliser le terrain afin d’instaurer « une culture de confiance » entre les deux parties.

+L’ECONOMISTE+:.
-Stations balnéaires: On reprend tout? Seulement 15pc de la capacité globale ciblée par les stations du Plan Azur ont été réalisés jusqu’à aujourd’hui. C’est dire le retard pris par ce mégaprojet. Coté investissements, sur les 80 milliards de DH prévus, à peine 12 milliards de DH ont été injectés à fin 2011. Défaillance du suivi, approche biaisée axée sur le résidentiel pur et dur, concentration des risques au niveau d’opérateurs uniques…le chantier du balnéaire a enchainé les travers. Une tentative de redynamisation a été enclenchée avec la Vision 2020. La tutelle pare au plus urgent, le grand défi aujourd’hui reste celui du financement dans une conjoncture plus que difficile.

-Compensation: La Caisse à sec dès octobre prochain. 15 milliards de dirhams! C’est le montant des arriérés de paiement de l’Etat vis-à-vis des pétroliers. Pourtant, le gouvernement s’acquitte chaque mois de 2 milliards de dirhams aux opérateurs mais, ce décaissement est jugé insuffisant surtout avec la flambée des cours du pétrole. Cependant, avec la facture pétrolière qui est en hausse de 11 pc à fin juillet 2012, selon les statistiques de l’Office des changes, la Caisse de compensation, dotée d’une enveloppe budgétaire de 46,5 milliards de dirhams dont 14 milliards destinés au paiement des arriérés au titre de 2011, est sur des taux de réalisation de 69 pc. Si ce trend est maintenu, la Caisse serait à sec d’ici octobre 2012. Dans ce cas, le risque d’assister au même scénario que l’année dernière n’est pas écarté. Autrement dit, le gouvernement serait obligé de « gratter sur d’autres postes budgétaires et de démarrer l’exercice 2013 avec des arriérés de paiement vis-à-vis des pétroliers ».

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Partenariat: le Maroc et l’Espagne préparent la prochaine réunion de haut niveau. Le Maroc et l’Espagne sont plus que jamais motivés et déterminés à s’ouvrir de nouveaux horizons de coopération. Les deux pays voisins sont animés d’une ferme volonté de raffermir davantage leurs relations bilatérales dans tous les domaines. Avec les nouveaux gouvernements marocain et espagnol, on assiste à la multiplication des visites des hauts responsables des deux pays dont l’objectif est de mener un dialogue constant autours des questions d’intérêt commun. Aujourd’hui, cette volonté a été fortement exprimée par Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, et Gonzalo De Benito, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères. Et ce, lors d’une conférence de presse conjointe, tenue à Rabat, en marge de la rencontre entre les deux hauts responsables.

+L’OPINION+:.
-Sport toutes disciplines confondues : A malaise général, solution radicale. Ce n’est pas le moment de jouer sur les mots, ce n’est plus le temps des boucs émissaires et donc des solutions de replâtrage. L’échec patent de nos différentes sélections nationales tel que cela a été démontré lors des derniers JO 2012, la manière dont Gerets patauge à la tête de soi-disant Lions de l’Atlas, sont des situations alarmantes et que l’opinion publique n’est plus à même de tolérer. Longtemps, on a eu l’excuse du manque de moyens financiers pour excuser les mauvais résultats, cela n’est plus le cas du moins pour les principales fédérations qui ont largement bénéficié d’aides et de subventions royales. Or, ces fédérations riches et populaires ont été les premiers à s’écrouler. Il faut, donc, revoir toute la politique suivie et qui jusque-là n’a abouti à rien. Il y a urgence pour trouver les hommes capables de relever ce défi et de redonner vie à un sport agonisant.

+AL MASSAE+:.
-Mustafa Ramid, ministre de la Justice, refuse l’intervention de parties influentes concernant l’affaire de l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, et du Trésorier général du Royaume, Noureddine Bensouda. Il a également refusé l’ouverture d’une instruction judiciaire contre Abdelaziz Aftati, député et dirigeant PJDiste, sur les « fameux services » qui soutiennent Mezouar. Quant à Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur, il a téléphoné en personne à Ramid pour lui demander de diligenter une enquête à propos des déclarations d’Aftati et lui a déclaré que cette affaire « me dépasse ».

-Dialogue social: Abdelilah Benkirane sort bredouilles de ses réunions de concertation avec les centrales syndicales. Benkirane qui a parié sur la carte des « contraintes économiques » auxquelles fait face son gouvernement pour éviter une rentrée sociale très chaude a été confronté au refus de l’UMT qui a opté pour l’escalade en annonçant une série de grèves nationales.

-Une responsable américaine rencontre des parlementaires marocains et critique la lenteur de la mise en oeuvre des dispositions de la Constitution. Des sources bien informées ont révélé que la secrétaire d’Etat américaine adjointe a tenu une réunion secrète avec des parlementaires des partis de l’opposition au siège de l’ambassade des Etats-Unis à Rabat, ajoutant que cette réunion a été consacrée à l’examen de la situation politique au Maroc et du processus de mise en application des réformes adoptées par le Royaume au cours de l’année dernière, notamment la lenteur dans la mise en oeuvre des dispositions de la nouvelle Loi fondamentale.

-La Ligue marocaine de défense des droits de l’Homme, proche du parti de l’Istiqlal, appelle à l’ouverture d’une enquête concernant les déclarations de Mohamed Tozy, ex-membre de la Commission consultative de révision de la Constitution, dans lesquelles il a révélé l’existence d’une différence entre le texte du projet présenté à SM le Roi et soumis à référendum et sa version finale publiée au Bulletin officiel.

+ASSABAH+:.
-L’Etat verse les salaires des parlementaires dont le mandat a expiré. Des sources informées indiquent qu’il s’agit de 90 parlementaires dont le mandat va expirer avant la prochaine rentrée parlementaire. Par ailleurs, les mêmes sources ont indiqué que les partis sont toujours dans l’attente de la liste des personnes qui seront interdites de se présenter aux prochaines élections avant de choisir et d’accréditer leurs candidats.

-Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, qui gère deux écoles privées depuis la fin des années 70, s’adresse avec humour au ministre de l’Education nationale Mohamed El Ouafa: « Veux-tu me priver de mon gagne-pain? », allusion faite à ses réserves concernant la manière avec laquelle a été gérée la décision d’interdiction aux enseignants du secteur public de donner des heures supplémentaires dans des écoles privées. Selon des sources, le ministre de tutelle a menacé de démissionner au cas où il serait contraint de revenir sur cette décision, mettant en garde les propriétaires des écoles privées contre la fermeture de leurs établissements.

+AL KHABAR+:.
-L’Union nationale des professions libérales s’apprête à intenter un procès contre le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane au cas où ce dernier continue à refuser l’ouverture d’un dialogue avec les représentants de ces professions en vue de trouver une solution leur permettant de jouir du droit à la couverture médicale et à la sécurité sociale.

-Un rapport « noir » met à nu la situation lamentable des pensionnaires des établissements hospitaliers psychiatriques au Maroc. Selon le rapport réalisé par le CNDH, la plupart de ces hopitaux ne disposent pas d’ambulances et leurs équipements sont dans un état déplorable.

-Dialogue social: Abdelilah Benkirane entame ses réunions de concertation avec les centrales syndicales pour éviter une rentrée sociale chaude et Miloudi Moukharik, SG de l’UMT déclare: « On n’attend pas seulement de Benkirane de répondre favorablement à nos revendications mais on attend de lui des résultats concrets ».

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Dialogue social: L’UMT attire l’attention du gouvernement sur la violation des libertés syndicales et Miloudi Moukharik, SG de l’Union indique que « si le pays traverse une crise, la classe ouvrière n’en est pas responsable ». Selon lui, cette situation exige en revanche le renforcement de la bonne gouvernance économique et sociale et l’amélioration de la situation de la classe ouvrière.

+ATTAJDID+:.
-Le CNDH dresse un tableau « sombre » des établissements hospitaliers spécialisés dans le traitement des maladies mentales et psychiques au Maroc. Le rapport présenté hier à Rabat a révélé que le Royaume dispose seulement de 1725 lits, en repli continu, répartis sur 27 établissements publics spécialisés dans le traitement des maladies mentales, ajoutant que le secteur public compte 172 psychiatres et 740 infirmiers spécialisés en psychiatrie alors que 131 psychiatres uniquement exercent dans le secteur privé.

-Débat chaud au Parlement sur la situation du sport national: Le président de la FRMF refuse d’évoquer le sort du sélectionneur de l’équipe nationale Eric Gerets, révélant que le bureau fédéral tiendra une réunion au cours de laquelle il prendra la décision adéquate, alors que le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Ouzzine, a indique que le limogeage de Gerets n’est qu’une question de temps.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Les centrales syndicales refusent de supporter les répercussions des contraintes économiques qui pèsent sur le gouvernement Benkirane qui n’a pas trouvé d’oreille attentive chez les représentants des syndicats qui affirment que la classe ouvrière est victime de la mauvaise gestion économique et ne doit en aucun cas en supporter le coût.

-Le CNDH dresse un tableau noir des établissements hospitaliers des maladies mentales et psychiatriques: Le rapport réalisé par une mission du conseil pointe du doigt les structures archaïques, l’état lamentable des équipements et les défaillances et carences qui entravent la gestion et le fonctionnement de plusieurs de ces établissements hospitaliers.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Benkirane, en tant que propriétaire de deux écoles privées, respectera-t-il la décision d’interdiction de son ministre Mohamed El Ouafa? D’aucuns dans le milieu de l’Education s’interrogent si le Chef du gouvernement, propriétaire de deux écoles privées, l’une à Salé et l’autre à Rabat, allait respecter la décision du ministre de l’Education nationale relative à l’interdiction au corps enseignant public de dispenser des heures supplémentaires dans les écoles privées.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le Maroc souffre d’un manque en établissements hospitaliers psychiatriques: Le rapport de la mission du CNDH a par ailleurs révélé que la plupart des établissements hospitaliers spécialisés dans le traitement des maladies mentales et psychiques au Maroc souffre d’un manque en équipements alors que certaines structures sont menaçant ruine.

-Le SG de l’Organisation démocratique de la Santé, Addi Bouarfa, accuse le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi, de « saboter » le dialogue social et de vouloir faire revenir les choses à la case départ, relevant l’existence d’une « complicité gouvernementale » pour porter atteinte aux infirmiers.

– L’association « Pour mon fils », qui regroupe des titulaires de licence au chomage dont l’âge dépasse les 40 ans, menace d’observer une grève ouverte et endosse la responsabilité de la poursuite de la détérioration de leur situation à Abdelilah Benkirane.

+BAYANE AL YOUM+:.
-Driss El Yazami, président du CNDH, fustige la loi marocaine et la tient responsable de la détérioration de la situation des établissements hospitaliers psychiatriques et un rapport du Conseil présente en détail les dysfonctionnements dont souffrent ces établissements.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le polisario kidnappe le chanteur sahraoui Allal Nejm alors qu’il était sur le chemin du retour vers son domicile dans les camps de Tindouf après avoir observé un sit-in pour dénoncer la « fuite » de la présidente de la Fondation Robert Kennedy sans se réunir avec lui. Selon un communiqué du Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf, les amis et la famille de Allal Nejm ont organisé un sit-in devant le domicile du chef des séparatistes pour dénoncer son enlèvement, ce qui a obligé la direction du polisario à le libérer après deux jours de séquestration.

-Début des réunions de concertation avant l’entame d’un nouveau round du dialogue social. Les syndicats, qui ont tenu des réunions de concertation avec le gouvernement, ont indiqué que ce dernier a accepté de tenir d’autres rencontres avant l’entame d’un nouveau round du dialogue social.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *