Revue de presse marocaine du 12/06/2013

0 commentaires, 12/06/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+LIBERATION+:.
-Pas d’arbitrage royal dans la crise de la coalition gouvernementale: Le nécessaire exercice d’émancipation des acteurs politiques. Dans le landerneau politique, l’information se précise. Peu à peu et bout à bout. Il n’y aura pas d’arbitrage royal dans le différend opposant l’Istiqlal au PJD. Les deux parties sont invitées à régler leurs divergences autour d’une table et à laver leur linge sale dans le cadre de la majorité. Chabat et Benkirane ont été renvoyés dos à dos. Pas d’intervention royale comme le sollicitaient les Istiqlaliens, l’article 42 de la Constitution a été brandi à mauvais escient. Il n’y a pas de crise institutionnelle mais crise gouvernementale et c’est aux alliés de la coalition de la gérer et la résoudre.

-Mohamed Sajid exclut le PJD de la gestion des affaires de Casablanca: Nouvelle crie au conseil de la ville. Le Conseil de la ville de Casablanca replonge dans une nouvelle crise. Son président, Mohamed Sajid, vient de retirer la délégation de signature à son 5ème vice-président, à savoir Mustapha Lhaya qui représente le PJD au sein dudit conseil. Si la nouvelle décision de Sajid contente les autres partis de la coalition qui gère les affaires du conseil (PAM, RNI et MP), elle attise en même temps les tensions au sein du PJD à Casablanca et ravive les conflits et les rivalités entre les « faucons » et « les colombes » de ce parti. Selon plusieurs sources bien informées, certains dirigeants islamistes comme Abdelmalek El Kouhaili et Mohamed Maait se sont démarqués de leur collègue, en avançant que le différend entre Mohamed Sajid et Mustapha Lhaya n’engage pas le PJD. Et ces mêmes sources d’ajouter que les membres de ce parti pourraient sacrifier leur collègue sur l’autel de la présence du PJD dans les organes de décision du Conseil de la ville.

-Triche tous azimuts au Bac: Des réseaux, des fuites et des interpellations. A l’instar de 2012, la page Facebook « Tasribate » a diffusé, hier, dès l’entame des épreuves, les copies des examens, battant ainsi le record qu’elle ait enregistré l’an dernier puisqu’en milieu de matinée, hier, elle avait été visitée par 114.271 candidats actifs et fait le buzz parmi 15.440 internautes. Entre tentatives de triche ou de la triche consommée, entre rumeurs démenties et assertions admises, radios, sites et autres médias ne savaient plus donc où donner de la tête. Y a-t-il donc eu fuite ou non de document pendant la première journée des épreuves du baccalauréat? La question ne mérite même pas d’être posée puisque le ministère de l’Education nationale (MEN) a vite reconnu l’existence de plusieurs cas de triche, tout en prenant le soin de préciser que le sujet des sciences de la vie et de la terre diffusé sur les réseaux n’avait « aucun rapport avec l’épreuve des examens ».

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Les Marocains encore réticents à dénoncer les actes de corruption: 2.853 plaintes en quatre ans. Depuis le début de l’année 2013 jusqu’au 30 avril, les Marocains ont dénoncé 347 cas de corruption. C’est ce qu’indique le rapport d’activité des trois Centres d’assistance juridique anti-corruption (CAJAC) de Transparency Maroc. Sur ces 347 plaintes, seuls 55 dossiers judicaires ont été ouverts. Et pour cause, les plaintes sont classées soit pour manque d’informations, soit parce qu’elles sont en cours d’examen devant les tribunaux, soit en instance jusqu’à complément d’informations ou lorsqu’elles ne sont pas liées à la corruption. Les domaines les plus concernés par l’ouverture de ces dossiers de corruption sont les autorités locales, la police, la gendarmerie, l’habitat et la santé. Les zones les plus touchées par le fléau sont le Grand Casablanca, Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, Fès-Boulemane et Marrakech-Tensift-Al Haouz. De l’avis des responsables de Transparency, si les Marocains ne sont pas nombreux à dénoncer la corruption, c’est qu’ils ont peur des représailles et ne font pas confiance à la réactivité des autorités compétentes.

-La CNOPS fermera sa pharmacie centrale fin 2013: Une décision qui coûtera 72 MDH par an. C’est confirmé, la pharmacie centrale de la CNOPS fermera ses portes. A ce jour, plus de 80 pc des médicaments concernés ne passent plus par cette pharmacie. En effet, le processus de fermeture d’ici fin 2013 est enclenché. La CNOPS a externalisé une partie des médicaments au niveau des CHU. Quant aux oncologues et les néphrologues, la CNOPS négocie avec eux le renouvellement de partenariat sur des pistes concrètes permettant de mettre le médicament coûteux à la portée de ses assurés. A noter que le reste des spécialités coûteuses serait acheminé par le biais des pharmaciens d’officine à condition « d’adopter des marges dégressives pour ces médicaments coûteux à l’instar de tous les pays de l’OCDE ».

+L’ECONOMISTE+ :.
-Bourse de Casablanca: Sur la corde raide. C’est l’histoire d’un élève qui est resté longtemps dernier de sa classe et qui estime qu’un recul d’une classe lui permettra de s’aguerrir pour mieux rebondir. La position du Maroc dans l’indice Morgan Stanley Capital International (MSCI) s’y prête bien. Le réaménagement annuel des indices MSCI intervenu le 11 juin (à 23 heures) va confirmer le Maroc dans le MSCI Emerging Markets (EM) ou une rétrogradation vers le MSCI Frontier Markets (FM). Bien qu’une sortie du MSCI EM affectera le prestige du Maroc, les professionnels s’accordent à dire qu’un reclassement offrira plus d’opportunités pour la place casablancaise. Le principal handicap du marché, et qui justifierait un reclassement, est le manque de liquidité et une faible capitalisation flottante.

-Qualité des eaux de baignade: Des plages de plus en plus propres. Nette amélioration de la qualité des eaux de baignade sur la majorité des plages du Maroc. C’est ce qui ressort de l’édition 2012/2013 du rapport national, dévoilé mardi à Rabat. Un retour à la normale après la dégradation enregistrée l’année dernière. Les responsables du ministère de l’Environnement et ceux de l’Equipement n’ont pas caché leur satisfaction concernant l’évolution positive de la qualité hygiénique des plages du Royaume. En effet, plus de 97 pc des stations analysées sont propres à la baignade. Néanmoins, des points noirs persistent, notamment à Casablanca, dans la zone de Aïn Sebaâ, avec les plages de Zenata et Nahla.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Cour Constitutionnelle: Le PJD propose une loi organique. Dans quelques semaines, la Constitution de 2011 fêtera ses deux ans. Sur les 19 lois organiques prévues par le nouveau texte constitutionnel, seulement quelques-unes ont été promulguées à ce jour. Hier, une proposition de loi organique a été présentée à la Commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme. La proposition émane du groupe PJD à la première Chambre. Mohamed Benabdessadaq, vice-président du groupe parlementaire du PJD à la Chambre des Représentants à l’origine de cette proposition de loi déclare que celle-ci reprend de manière succincte les prérogatives de la Cour constitutionnelle, telles que stipulées dans les différents textes de loi.

-MSCI: l’impact d’un déclassement éventuel. L’éventuelle rétrogradation du Maroc de l’indice MSCI Emergent Market (MSCI EM) au MSCI Frontier Market (MSCI FM) n’est pas une mauvaise nouvelle en soi, a tenu à souligner lundi dernier le DG de la Bourse de Casablanca, Karim Hajji, lors d’une conférence de presse sur la trajectoire adoptée par la Place casablancaise. Pour M. Hajji, cette décision constituerait plutot une aubaine pour le marché. « Cette visibilité donnerait plus de visibilité aux étrangers, avec notamment une manne d’investissement estimée à 260 millions d’euros avec une pondération de 9 pc dans le Frontiers au lieu de 130 millions d’euros actuellement », a-t-il précisé.

+AL BAYANE+:.
-Au premier jour des examens du Bac: Des fraudes et des tentatives de fraude. C’est toujours le même théâtre comme dit l’adage allemand. En dépit des mesures prises par le ministère de l’Education nationale pour sanctionner les fraudeurs et malgré les campagnes de sensibilisation menées dans ce sens, la matinée de la première journée de la session normale des examens du baccalauréat, qui ont député mardi, a été entachée par quelques cas de tentatives de fraude. Une fois, le coup d’envoi des épreuves donné, les copies des examens ont commencé à submerger les sites de réseaux sociaux. Les tricheurs se sont même ingéniés à créer une page sur le site « Facebook », intitulée « Tasribate » (fuites) destinée au traitement des demandes des élèves fraudeurs. Ainsi, plusieurs internautes se sont portés volontaires pour publier les réponses des diverses matières, notamment celles de la langue arabe, des sciences de la vie et de la terre ou physique-chimie.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Echiquier politique: Crise avérée dans le discours politique. Echanges verbaux copieux, grincements de dents, attaques personnelles, écarts de langage L’échiquier politique au Maroc vit, depuis quelques mois, au rythme d’une violence verbale inhabituelle. Que ce soit au Parlement ou lors de meetings partisans, la violence verbale et symbolique à l’égard des adversaires politiques marque les débats des ténors politiques des différentes formations partisanes. Une situation inaccoutumée qui laisse perplexes citoyens et spécialistes. Selon un observateur, « il nous est donné d’assister à la naissance d’un jargon politique d’une nouvelle génération. En effet, les élites politiques s’abreuvaient de ce qu’on peut appeler +un langage savant+, même quand il s’agissait de haranguer les foules, à part une ou deux exceptions sur la scène politique depuis l’indépendance. Les évolutions ont voulu que ce soit le discours de tous les jours qui est en train de prendre le pas sur le reste ». +AL MASSAE+:.

-Arrestation de sept personnes à Casablanca et Salé suite aux fuites des épreuves d’examen du baccalauréat et démantèlement d’un réseau qui utilisait des appareils très sophistiqués de communication pour la tricherie, selon un communiqué du ministère de l’Education nationale rendu public, hier mardi. Ces arrestations sont intervenues en pleine coordination entre les services de la sureté nationale et de la Gendarmerie royale ainsi qu’avec les autorités locales, a précisé la même source.

-Les Chinois manifestent à Sefrou en signe de protestation contre les autorités à cause d’une foire commerciale. Dans une première, les exposants Chinois et leurs homologues Marocains, brandissant des drapeaux marocains, sont descendus lundi dans les rues de la ville de Sefrou pour protester contre la fermeture par les autorités locales d’une foire commerciale, dont l’organisation coïncide avec celle du festival des cerises. Les manifestants se sont dirigés vers le siège de la province pour demander aux autorités de revenir sur leur décision de fermeture de ladite foire jusqu’à l’avènement de la date légale de son ouverture prévue du 17 au 26 juin. Ce mouvement de protestation a coïncidé avec une grève observée par des commerçants de la ville qui ont fermé leurs locaux pour exprimer leur mécontentement après l’ouverture prématurée de cette foire.

-Le groupe istiqlalien pour l’Unité et l’égalitarisme à la Chambre des représentants réclame la soumission des rapports de l’inspection générale des finances à la Cour des comptes, selon une proposition de loi présentée par le groupe, vendredi dernier, et qui vise l’élargissement du cercle des établissements concernés par l’inspection et l’audit.

-Chambre des Conseillers: Conflit entre les groupes de l’opposition autour du nombre de sujets à retenir pour la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement. Certains groupes de l’opposition ont souligné, lors de la réunion des présidents des groupes à la 2ème Chambre, tenue lundi, la nécessité de diversifier les sujets au lieu de se contenter d’un seul thème tels que les groupes du PAM, de l’USFP et de l’UC alors que les groupes du RNI et celui fédéral ont estimé que la diversification des sujets videra la séance de sa substance.

-Nouvelle tension entre Driss Lachgar et Ahmed Zaïdi sur fond des récentes déclarations de ce dernier lors de la rencontre des membres du courant « démocratie et ouverture » à Larache, et dans lesquelles Zaïdi a réaffirmé, de nouveau, l’existence d’interventions de l’extérieur lors du 9ème congrès de l’USFP et que le courant « a certes perdu une bataille mais pas la guerre ».

-Le ministère de l’Economie et des Finances tire à boulets rouges sur Aziz Akhannouch et critique vertement la gestion du secteur agricole au Maroc. Une étude réalisée récemment par le ministère de Nizar Baraka a révélé les points de dysfonctionnements et les causes du trébuchement du secteur agricole et des industries agro-alimentaires dans le Royaume, bien que l’Etat ait consacré des investissements colossaux dans le cadre du Plan Maroc Vert lancés il y a plusieurs années.

+ASSABAH+:.
-Le gouvernement affronte les tricheurs aux examens du baccalauréat. Plus de neuf arrestations ont été enregistrées au cours de la première journée des examens du baccalauréat et une commission de veille au niveau central controle les réponses publiées sur « Facebook ». Par ailleurs, des sources responsables au ministère de l’Education nationale ont précisé que toute réponse écrite sur la feuille des examens qui correspondra à 100 pc à celles publiées sur les réseaux sociaux sera considérée comme une tricherie.

-Le Fonds monétaire international (FMI) menace le chef du gouvernement de lui imposer des réformes. Des sources gouvernementales ont fait savoir que le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a décrété l’état d’alerte maximale parmi les ministres concernés, en prévision des conclusions d’un rapport qualifié de « sombre » qui sera réalisé par une mission du FMI au terme de sa visite actuelle dans le Royaume.

-USFP: Nouvelle escalade entre Driss Lachgar et le courant « Démocratie et ouverture ». Le bureau politique du parti de la Rose a accusé ce courant réformateur de tenter d’imposer la politique du fait accompli au sein de la formation et d’annoncer la création dudit courant sans concertation avec les bases du parti et sans se référer à ses réglements interieurs, alors que les pro-Ahmed Zaïdi ont évoqué l’existence d’un courant « corrompu » au sein de l’USFP.

-Abdellatif Ouahbi, président du groupe du PAM à la Chambre des représentants mettre en garde contre le danger de la déviation des commissions d’enquête parlementaires de la ligne des missions dont elles auraient la charge pour se transformer en un pouvoir judiciaire, et ce lors de l’examen mardi en commission de la proposition de loi organique sur les commissions d’enquête, présentée par le groupe du RNI.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Ahmed Raissouni « accuse » les ministres PJDistes de s’éloigner, dans le traitement des dossiers dont ils ont la charge, du référentiel islamique au profit de concepts juridiques et politiques. Dans une lettre publiée, mardi, sur le site du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), Raissouni a cité des exemples, notamment la question de l’adoption des enfants abandonnés, des banques et des festivals.

-Le gouvernement Benkirane cherche un soutien populaire et un consensus politique pour la réforme des régimes de retraites. Alors que le ministre chargé du budget, Driss Azami Idrissi, a annoncé mardi à Rabat que cette réforme est imminente, le ministre d’Etat, Abdellah Baha a souligné l’importance de parvenir à un large consensus en vue de mener les réformes à leur terme pour éviter toute instrumentalisation politique de ce dossier.

-Les groupes parlementaires de la majorité provoquent la colère du ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser. Le ministre a été surpris mardi par le report de la réunion de la commission de l’Intérieur qui devait statuer sur les amendements à apporter au projet de loi relatif aux principes de délimitation des circonscriptions territoriales des collectivités, dont certains volets ont suscité à la dernière minute des divergences parmi les groupes de la majorité.

-Les Istiqlaliens s’interrogent si le recours à l’arbitrage royal était une « erreur ». Un membre du comité exécutif du parti de la Balance a indiqué que « nous attendons l’arbitrage royal » est l’unique réponse qui revient en refrain sur les lèvres de Hamid Chabat en guise de réponse aux nombreuses questions qui lui ont été adressées par des membres de son propre parti à ce sujet.

-Le ministre de la Santé indique que l’augmentation des prix des médicaments relève des « contes ». S’exprimant à la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, El Houssein El Ouardi a souligné que « ce chahut ne perturbera notre action ». Il a par ailleurs innocenté l’ex-ministre de la Santé, Yasmina Baddou, de tout lien avec les menaces proférées contre lui, affirmant que les opérations d’inspection au sein du ministère n’ont aucun rapport avec l’affaire des deux appartements de Mme Baddou à Paris.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-L’Istiqlal n’attend plus l’arbitrage royal et se dit prêt à négocier avec Abdelilah Benkirane sans insister sur le remaniement ministériel. Un dirigeant istiqlalien a révélé que Hamid Chabat est disposé à répondre favorablement à l’invitation du chef du gouvernement pour participer à une réunion de la majorité, soulignant qu’une nouvelle mouture du programme gouvernemental est l’unique condition posée par le parti de la Balance.

-Le Parlement reporte la décision sur les principes de délimitation des circonscriptions territoriales et le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, ne cache pas sa colère après que les groupes de l’opposition et de la majorité, aient convenu, pour la 3ème fois consécutive, du report de l’examen des amendements à apporter à ce projet de loi.

-Le FMI impose au Maroc l’accélération de la réforme de la Caisse de compensation. Les experts du Fonds, en visite dans le Royaume, ont accusé le gouvernement, avant même la publication de leur rapport périodique, de « lenteur » dans la mise en oeuvre de la réforme de la Caisse de compensation. Des sources informées ont indiqué que l’Exécutif se penche actuellement sur la question suite aux remarques des experts de l’institution financière internationale.

-Baccalauréat 2013: Des arrestations et des réponses aux épreuves publiées sur Facebook. Neuf personnes ayant favorisé la tricherie au profit de candidats aux examens du baccalauréat au titre de la session de juin 2013, ont été arrêtées, alors que des inconnus ont créé une page sur le réseau social sur laquelle les candidats peuvent recevoir des réponses instantanées aux questions des examens.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Des arrestations au cours de la première journée des examens du baccalauréat. Les services de police ont procédé à l’arrestation d’un groupe d’individus impliqués dans la triche lors de la première journée des examens avant d’être déférés devant la justice. La police a également saisi des téléphones portables et des appareils sophistiqués de communication. Des individus en flagrant délit ont été aussi arrêtés en dehors des établissements scolaires alors qu’ils étaient en train de dicter les réponses à des candidats.

-Abdelilah Benkirane poursuit son boycott des réunions de la Caisse marocaine de retraite. Une source au sein du Conseil d’administration de la CMR a affirmé que Benkirane ne prendra pas part à la réunion du Conseil prévue ce mercredi, et Ahmed Lambarki, membre dudit Conseil et président de la Fédération nationale des associations des retraités du Maroc, a indiqué que le Chef du gouvernement n’a jamais, depuis sa prise de fonctions, participé aux réunions du Conseil d’administration de la CMR pour l’examen des solutions proposées pour faire sortir la Caisse de la crise.

-Le FMI appelle le gouvernement à suivre une « cure d’austérité » en matière de dépenses publiques à cause des problèmes économiques que connaît le pays, ont indiqué des sources concordantes, ajoutant que la situation actuelle a poussé le Fonds à intervenir pour mettre fin à « l’hémorragie » qui menace le Royaume au cas où le gouvernement Benkirane ne met pas en uvre les réformes nécessaires.

+AL KHABAR+:.
-Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser met en garde contre le retard pris dans l’adoption du projet de loi fixant les principes de délimitation des circonscriptions territoriales. Suite à la décision des groupes parlementaires à la Commission de l’Intérieur à la Chambre des représentants de reporter le vote de ce projet de loi, le ministre a tiré la sonnette d’alarme sur les répercussions que risque d’avoir ce report sur le déroulement des prochaines échéances électorales.

-Mohamed Cheikh Biadillah brandit la carte de la Cour constitutionnelle contre la « transhumance » des conseillers. Le président de la 2ème Chambre a récemment rejeté la demande formulée par le Groupe de l’UNTM pour intégrer un conseiller RNIste, pour sa violation des dispositions de l’article 61 de la Constitution. En réaction à ce rejet, Abdellah Attach, coordinateur du Groupe de l’UNTM, a critiqué, dans une déclaration au journal, la politique de deux poids deux mesures de la 2ème Chambre, qui avait fermé l’ il sur les violations de la Constitution, commises par de grands partis et groupes parlementaires.

-Le ministre de l’Intérieur reçoit un rapport « sombre » sur certains présidents de commune. A la lumière de ce rapport, élaboré par l’Inspection générale du ministère, il a été décidé de relever de leurs fonctions des présidents de commune, à cause de plusieurs dysfonctionnements. Ainsi, le ministre de tutelle a signé la décision de révocation du président de la commune rurale de Béni Meskine (Chaouia-Ouardigha) suite à un nouveau rapport de l’inspection faisant état de dysfonctionnements dans la gestion des affaires de la commune.

-Une page Facebook consacrée aux fuites des épreuves d’examen du baccalauréat embarrasse le ministre Mohamed El Ouafa. La page, dont le nombre de visiteurs a atteint les 100.000 personnes, a publié une grande partie des épreuves du baccalauréat, au dam des mesures prises par le ministère de l’Education nationale pour la lutte contre la triche.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Examens du Baccalauréat: Echec de Mohamed El Ouafa à l’épreuve du Facebook et arrestation de plusieurs candidats tricheurs. Plusieurs pages du Facebook ont publié, quelques minutes seulement après le début des examens du baccalauréat, les épreuves de différentes matières suivies par des réponses alors que six individus, ayant tenté de faciliter la tricherie, ont été arrêtés.

-Le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, indique dans une déclaration au journal que des experts de l’Agence de notation visiteront prochainement le Maroc, soulignant que cette nouvelle notation aura une influence sur les investissements étrangers et sur la place du Maroc sur les marchés internationaux et définira si le Royaume continuera ou non à bénéficier de crédits internationaux préférentiels tels que les crédits dont le Royaume a bénéficié dernièrement.

+AL ALAM+:.
-Terrorisme: L’Interpol met le Maroc en garde contre d’éventuels actes terroristes qui prendraient pour cible des sites sensibles (institutions politiques et sécuritaires). Dans ce cadre, des sources policières ont indiqué que l’Interpol a appelé les autorités marocaines à faire preuve de davantage de prudence et de vigilance dans la surveillance des cellules terroristes.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Sit-in des avocats marocains pour l’ouverture de la frontière maroco-algérienne: L’Association des barreaux du Maroc étonnée par la position de l’Union nationale des barreaux d’Algérie, qui a critiqué ledit sit-in organisé samedi dernier à Beljraf, en coordination avec le secrétariat général de l’Union des avocats arabes (UAA). Pour Hassan Ouahbi, président de l’Association des barreaux du Maroc, les positions des avocats arabes, y compris celles des avocats algériens ayant participé à ce sit-in, sont et resteront toujours libres et indépendantes, loin des calculs politiciens étriqués de certains dirigeants arabes.

-Abdelilah Benkirane anticipe la publication, au cours de cette semaine, d’un rapport « noir » du FMI sur la situation de l’économie nationale au terme de sa mission dans le Royaume. Des sources médiatiques ont indiqué que le Chef du gouvernement a saisi ses rencontres avec les militants de son parti pour reconnaître, de manière implicite, que la situation macro-économique du pays est très critique, tout en affirmant que les institutions monétaires internationales ne lui font pas peur.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Les services des renseignements algériens appellent une délégation parlementaire algérienne à ne pas se rendre au Maroc pour s’enquérir des conditions de vie de la communauté algérienne résidant dans le Royaume sous prétexte que les conditions ne sont pas propices pour effectuer une telle visite, prévue initialement au cours de cette semaine, ont rapporté des médias algériens. Selon les mêmes sources citant les services algériens, ce voyage pourrait susciter une nouvelle crise entre les deux pays, sachant qu’une autre délégation parlementaire algérienne vient juste de rentrer d’une visite effectuée dans les provinces sud du Royaume, visite où les membres de ladite délégation ont été suivis de près par les services de renseignements marocains.

+AL MOUNAATAF+:.
-Les groupes de l’opposition à la Chambre des Conseillers menacent de boycotter la prochaine séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement. Après la réunion, lundi, des présidents des différents groupes parlementaires, les groupes de l’opposition à la 2ème Chambre ont menacé de boycotter cette séance mensuelle prévue le 19 juin afin d’exercer des pressions sur le gouvernement pour satisfaire leurs revendications, notamment celles relatives à la répartition du temps de parole.

+ATTAJDID+:.
-Le groupe du PJD à la Chambre des représentants demande au gouvernement, lundi lors de la séance hebdomadaire des questions orales, de dévoiler les parties qui entravent la promulgation de la loi relative aux banques participatives ou islamiques ou d’annoncer une date précise pour sa promulgation après un mois d’atermoiements et de tergiversations qui pourraient se prolonger jusqu’à la fin de l’actuel mandat de l’Exécutif. Répondant à cette demande, le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka a expliqué que le gouvernement a reçu plusieurs propositions d’amendement du projet qui a été soumis au Secrétariat général du gouvernement, indiquant que « nous aspirons à la création un pole financier à Casablanca qui pourrait contribuer au flux des investissements afférents à ce genre d’opérations bancaires ».

-Examens du Baccalauréat: Le ministère de l’Education nationale annonce l’arrestation de 8 individus impliqués dans des tentatives de tricherie au cours de la matinée de la première journée des examens du baccalauréat qui se sont déroulés sous haute surveillance sécuritaire pour la protection des enseignants surveillants et la lutte contre la tricherie.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *