Revue de presse marocaine du 11/06/2013

0 commentaires, 11/06/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mardi:.

+LIBERATION+:. 
-Le PJD divisé à propos de l’intégration des salafistes au PRV. Les islamistes du PJD et de son aile idéologique, le MUR semblent divisés à propos de l’intégration des leaders salafistes au sein du Parti de la renaissance et de la vertu (PRV) créé par Mohamed Khalidi. Si l’idéologue du MUR et du PJD, Ahmed Raissouni (ancien patron du MUR) a, dans une lettre adressée à Abou Hafs, salué l’initiative des salafistes d’intégrer, pour la première fois de leur histoire, l’action politique directe, d’autres islamistes voient d’un mauvais il ce rapprochement entre les salafistes et le parti de Mohamed Khalidi. En effet, Mohamed El Hilali, homme fort du MUR, s’en est pris de manière virulente à la nouvelle expérience en affirmant que « c’est la plus mauvaise nouvelle » qu’il reçue de sa vie, avant de s’attaquer à Mohamed Khalidi, en le qualifiant d' »opportuniste ».

-Bac: Le jour J. 484.000 candidats, plus de 70.000 surveillants et plus de 26.000 salles. Ce sont là les chiffrées relatifs à la première session du baccalauréat marocain 2013, dont les épreuves commencent à partir d’aujourd’hui jusqu’au 13 juin. On compte parmi eux 215.083 candidates, soit 44,37 pc de l’effectif global. Pour la session 2012, ils étaient 451.953 candidats et candidats, le taux de réussite était de 49,74 pc. Ils sont tous animés par la volonté de réussir. Mais combien d’entre eux parviendront-ils à décrocher le fameux sésame et du coup améliorer le taux de réussite? Mais encore faut-il que ce soit une ouverture sur des horizons prometteurs car le fléau du chomage continue à planer.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Une nouvelle profession au service des agriculteurs: Conseillers agricoles, un gisement d’emplois. Face à une nécessité qui se faisait de plus en plus grande, le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime vient de diffuser, à travers le Secrétariat général du gouvernement (SGG), un projet de loi relatif à l’organisation de la profession de conseiller agricole. Il s’agit d’un projet de loi qui s’inscrit dans le cadre des mesures d’accompagnement de la stratégie agricole « Plan Maroc Vert », qui a pour vocation d’imprimer au secteur agricole une dynamique d’évolution harmonieuse et irréversible et une mise à niveau des agriculteurs. Etant donné que cette nouvelle vision du développement ne peut être adoptée dans le contexte actuel caractérisé par des restrictions budgétaires et insuffisance des ressources humaines, ce projet de loi vient à point nommé.

-Intervenant devant la commission nationale du PJD: Benkirane a encore besoin de temps pour mener les réformes! Tout a été question de temps pour le SG du PJD, Abdelilah Benkirane. Lors d’une réunion tenue samedi au sein du bureau du parti, Benkirane s’est longtemps attardé sur des points qui sont, le moins qu’on puisse dire, critiques. Il ne s’agit pas d’agir avec célérité pour résoudre les problèmes mais plutot de sagesse et d’audace. Et malgré toutes les assurances du secrétaire général, il y a assurément de l’eau dans le gaz. Le Chef du gouvernement a beau rassurer et multiplier les déclarations sous forme soit de corroborations, soit de démentis, d’autres inquiétudes ont tendance à s’immiscer. Il s’agit là principalement de la relation qu’entreprend le Maroc avec le FMI.

+L’ECONOMISTE+:.
-Ventes sur plan: Le dispositif plus verrouillé. Un véritable coup de pied dans la fourmilière. C’est ce que vient de faire le département de l’Habitat avec le projet de loi relatif à la Vente d’immeubles en Etat Futur d’Achèvement (VEFA). Discuté depuis 2010, le texte vient à peine d’être adopté en Conseil de gouvernement. Le plus dur reste à faire! Tout porte à croire que le texte devra faire face aux lobbies des promoteurs immobiliers avant de passer les verrous des deux Chambres. Les professionnels en veulent encore plus. La VEFA est aujourd’hui l’une des plus grandes problématiques de l’immobilier. Elle arrive en tête des réclamations remontées aux associations de protection du consommateur: 98 pc des réclamations sont en relation avec la VEFA.

-Justice: De crise en crise. A peine évoquée, la réforme de la Justice s’enlise déjà. Après la gronde des greffiers, c’est le décret sur l’assistance judicaire qui bloque le processus. Les avocats, qui se sont retirés du dialogue national, poursuivent leur boycott du texte. Une décision jugée « illégale et disproportionnée » par Mustapha Ramid, ministre de la Justice. Alors que le ministre employait une certaine diplomatie concernant ce dossier, voilà qu’il manifeste clairement son agacement. Le divorce est-il consommé? Le système est-il vraiment irréformable?.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Les avocats pour l’ouverture de la frontière. Profitant de la tenue à Saidia, du 28ème Congrès de l’Association des barreaux du Maroc, des avocats marocains et des parlementaires ont organisé une manifestation à Beljraf, le point le plus proche entre le Maroc et l’Algérie avec une distance de seulement 8 mètres qui sépare les deux pays. Le choix de ce point, qui sert de ralliement pour les familles séparées du fait de la fermeture de la frontière, n’est donc pas fortuit. Ici, le spectacle de ces retrouvailles organisées par téléphone, où l’on peut se parler par-dessus le petit cours d’eau que personne n’ose franchir et que tous semblent trouver aberrant. De l’autre coté, des Algériens sont venus en nombre avec un seul mot d’ordre, l’expression du ras-le-bol devant cette situation irrationnelle qui n’aura que trop duré. Les jours à venir pourraient être ceux de la prise de controle par les citoyens des deux pays d’un problème dont ils subissent les effets néfastes et qui entrave la construction d’un espace régional de prospérité partagée que tous les Maghrébins appellent de leurs voeux.

+AL BAYANE+:.
-7ème congrès mondial de l’éducation à l’environnement à Marrakech: Pour un modèle de développement plus respectueux de l’environnement. Tous ceux qui plaident pour un nouveau modèle de développement respectueux de l’environnement et du devenir des générations futures sont réunis depuis dimanche à Marrakech pour le 7ème congrès mondial de l’éducation à l’environnement (WEEC), qui se tient sous le thème de « l’éducation à l’environnement et les enjeux d’une meilleure harmonie ville-campagne ». Les travaux de congrès, placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, se sont ouverts sous la présidence de SAR la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, qui a donné lecture d’un message royal aux participants, selon lequel, la protection de l’environnement est un défi majeur pour l’humanité. Pour y parvenir, il est nécessaire de procéder à un double changement des mentalités et des comportements dans le sens de mieux coordonner les actions de développement avec les besoins de préservation de l’environnement et surtout l’éducation à l’environnement.

-Du rififi au sein du conseil de la ville de Casablanca: Le ministère de l’Intérieur interpellé. Rien ne va plus au sein de la majorité du conseil de la ville de Casablanca. Les graves accusations de Mustapha Lhaya à l’encontre de son « collègue », Mohamed Sajid, concernant l’attribution du marché de la station de prétraitement des eaux usées de Sidi Bernoussi à la société « Degremont » continuent de défrayer la chronique. Le Maire de la ville, qui n’a nullement apprécié la sortie de son 5ème vice-président, et plutot que de se mettre à table et de clarifier cette affaire à l’opinion publique, il a choisi la fuite en avant. Ainsi, le Maire de Casablanca aurait signé une décision, en vertu de laquelle, il retire toute délégation au conseiller trublion du PJD. Sans nul doute, cette affaire témoigne de la façon dont les intérêts de la ville sont sacrifiés pour d’autres considérations ambigües. Faute d’une politique de communication claire et transparente autour de la gestion de la ville, les citoyens vont de plus en plus se désintéresser de la gestion de la chose publique.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Echiquier politique: Benkirane répond à ses détracteurs. Les rencontres partisanes sont devenues le moyen de prédilection des chefs de file de la majorité pour véhiculer leurs messages tant à leurs détracteurs qu’à leurs alliés. Le dirigeant du Parti de l’Istiqlal poursuit ses meetings régionaux. Le week-end dernier, Hamid Chabat a réitéré aux militants istiqlaliens à El-Jadida les mêmes arguments qui ont poussé le Conseil national de prendre la décision du retrait du gouvernement. Il a encore une fois décoché ses flèches vers la lenteur gouvernementale et les prises de décision unilatérale. Pour sa part, le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a semblé, samedi dernier lors de la réunion de la commission nationale du PJD, plus clément avec le parti de la balance. Alors qu’auparavant, il a, à plusieurs reprises, épinglé Chabat, sans le nommer, il a préféré cette fois-ci souligner que « l’Istiqlal reste notre allié. Si ce parti reste avec nous, nous serons aussi à ses cotés. D’ailleurs on n’a jamais eu de problème avec le parti de l’Istiqlal même lors des périodes les plus difficiles ». A quoi est dû ce « changement » dans le discours alors que Benkirane n’a pas hésité ces dernières semaines à sermonner le dirigeant des héritiers de Allal El Fassi? La question demeure pour le moment en suspens.

+L’OPINION+:.
-La CIMR se porte bien et le départ à la retraite à l’âge de 60 ans continue de prédominer. L’état de santé de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraites (CIMR) est bon. En témoignent la hausse à fin 2012, de la réserve de prévoyance de 14,5 pc à plus de 28 MMDH en valeur comptable et la résilience des résultats financiers avec un rendement de 5,9 pc. A l’instar des précédents bilans actuariels annuels, celui de 2012 confirme la pérennité du régime de la CIMR au-delà de l’horizon de projection (60 ans), tout en améliorant le profil de la projection du fonds de réserve.

+AL MASSAE+:.
-Dossier du Sahara: Des dirigeants du polisario ont participé à deux rencontres « secrètes » avec des experts marocains au cours des mois de janvier et de mars derniers, tenues sous la houlette des Etats-Unis, dans le cadre de la diplomatie parallèle, ont révélé des sources diplomatiques, ajoutant que les deux rencontres ont été organisées à Paris et Alger avec la participation d’experts marocains, dont Tarik Atlati, président du Centre marocain des études stratégiques.

-Le Maire de la ville de Casablanca, Mohamed Sajid, retire toute délégation au 5ème vice-président du conseil de la ville, Mustapha Lhaya suite à l’éclatement de l’affaire des irrégularités ayant entaché le marché de réalisation de la station de prétraitement des eaux usées de Sidi Bernoussi, en attendant la réunion de la majorité qui sera consacrée à la révision de la question de la délégation de signature octroyée à chaque parti.

-Abdelaziz Aftati, l’un des dirigeants du PJD, déclare que « la politique est pratiquée actuellement au Maroc à la manière des +Cowboys+, sans savoir ni éthique ». Lors d’une rencontre organisée par la jeunesse du parti de la Lampe, dimanche à Fès, Aftati a indiqué que les réformes menées par le PJD au sein de l’actuel gouvernement visent la réalisation de « la justice sociale ».

-Abdelilah Benkirane réagit à la décision de l’opposition de boycotter la séance mensuelle des questions de politique générale en exprimant son attachement à la moitié du temps d’intervention qu’il avait accepté de réduire à la demande des présidents des deux Chambres du parlement, Karim Ghellab et Mohamed Cheikh Biadillah. Dans ce sens, il a indiqué, lors d’une rencontre avec certains membres du secrétariat général du parti de la Lampe samedi à Salé, qu’il n’aurait pas dû céder une partie de son temps de parole, ajoutant qu’après le boycott, il reste attaché à la moitié du temps d’intervention comme cela était de mise auparavant. Il a par ailleurs qualifié de « comportement inconvenant » le boycott par l’opposition de la séance mensuelle à la Chambre des représentants.

-Le bras de fer entre l’Istiqlal et le PJD se poursuit. Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, a réclamé la réduction de 30 à 15 le nombre des portefeuilles ministériels du gouvernement Benkirane dans cette conjoncture de crise, tout en accusant, dans une déclaration au journal, le Chef de l’Exécutif, d’exercer une « dictature absolue ».

-Les familles des détenus marocains dans les prisons irakiennes ont observé un sit-in, dimanche à Tétouan, au cours duquel elles ont dénoncé les « souffrances » de leurs fils et proches, prisonniers en Irak, et l’incapacité du gouvernement Benkirane à les faire rapatrier.

-Le Maroc menacé de perdre la ligne de précaution et de liquidité de 6,2 milliards de dollars accordé par le FMI si le gouvernement tarde à entreprendre les grandes réformes promises auparavant par l’Exécutif. Pour l’économiste et membre de la CGEM, Hammad Kassal, la perte de cette ligne de crédit signifie automatiquement la perte de confiance des marchés internationaux et l’aggravation de la crise.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelaziz Aftati, l’un des leaders PJDistes, affirme que Hamid Chabat se trouve dans l’embarras, relevant qu’un mois après la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, le parti de la balance demeure toujours en attente de l’arbitrage royal pour désamorcer cette crise. Intervenant lors d’une rencontre organisée par la jeunesse pjdiste, dimanche à Fès, Aftati a indiqué que l’étau se resserre aujourd’hui de plus en plus autour de Chabat, soulignant que la partie, qui a conseillé au SG de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, doit lui trouver une issue.

-Un sondage d’opinion réalisé par le Centre arabe de recherches et d’études politiques, basé à Doha, révèle que 70 pc des Marocains ne craignent pas la gouvernance des islamistes, ajoutant que deux Marocains sur trois (près de 62 pc) sont contre l’instrumentalisation de la religion pour des fins politiciennes. L’étude a démontré aussi que la moitié des Marocains ne sont pas satisfaits de la situation politique actuelle dans le pays, soit la même position exprimée par les personnes sondées en Tunisie, en Algérie et en Egypte.

-Noureddine El Hilali, vice-président du Mouvement Unicité et Réforme (MUR) indique que l’adhésion des salafistes au Parti de la Renaissance et de la Vertu (PRV) s’inscrit dans le cadre d’une « approche sécuritaire » et risque de décevoir les bases de la jeunesse salafiste. De son coté, Cheikh Abdelouahab Rafiki, alias Abou Hafs, a affirmé que « nous préférons mourir que d’être instrumentalisés contre les islamistes », soulignant que la décision d’intégration du PRV ne vise aucune partie.

-Ahmed Zaïdi, l’un des dirigeants de l’USFP, déclare que « nous n’allons pas laisser le parti entre les mains des insouciants qui agissent sous instructions », ajoutant que « nous n’allons pas rester les bras croisés face à ce qui se passe au sein de l’USFP et nous n’hésiterons pas à dire la vérité ». Zaïdi, qui a annoncé, depuis Larache, le lancement des rencontres régionales et provinciales sur le projet du « courant pour la démocratie et l’ouverture », a qualifié de « pièce de théâtre » le conflit entre Chabat et Benkirane qui contribue au désintéressement à l’action politique.

-M’Hamed Khalifa, l’un des caciques de l’Istiqlal, indique, que la décision du parti de la balance de se retirer du gouvernement n’est qu’une épreuve pour tester « le degré de retenue » de Benkirane, soulignant l’existence d’un plan pour « mettre KO » le chef de l’Exécutif et que l’actuel SG du parti, Hamid Chabat tente d’empêcher le PJD de remporter les prochaines élections communales.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Des magistrats furieux contre Hamid Chabat. Les récents propos tenus par le SG de l’Istiqlal dans lesquels il a accusé le juge d’instruction à Fès, Abdessamad Azami, frère du ministre délégué chargé du budget, d’avoir « fabriqué » le dossier d’arrestation de son fils, Naoufal, dans le cadre d’une affaire de trafic de drogue ont suscité l’ire de juges, membres du Club des magistrats du Maroc (aussi bien au sein du bureau régional du Club à Fès qu’au sein du bureau exécutif). Ces juges ont appelé, sur la page Facebook du Club, à prendre les mesures qui s’imposent pour réagir aux déclarations de Chabat, tout en menaçant de présenter leur démission du Club en cas de non réaction à de tels propos. Dans une déclaration au quotidien, Mohamed Anbar, vice-président du Club, a souligné la disposition de ce dernier à défendre le juge concerné si ce dernier le demande, affirmant que le club ne sera jamais « entraîné » dans ces bras de fer politiques et prendra toujours ses distances vis-à-vis de ces tiraillements.

-Les familles des détenus marocains et des personnes disparues en Irak critiquent vertement le mutisme « étrange » du gouvernement et son atermoiement dans la défense de ces ressortissants. Lors d’un sit-in de sensibilisation, observé dimanche dernier à Tétouan, les manifestants ont appelé à la célérité dans la prise de toutes les mesures nécessaires pour le rapatriement de ces Marocains pour purger le reste de leur peine d’emprisonnement dans les établissements pénitentiaires de leurs pays d’origine conformément aux conventions internationales y afférentes.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les « cadeaux » de Abdelilah Benkirane au cours du mois de Ramadan: Le Chef du gouvernement promet aux Marocains des décisions « douloureuses ». Lors d’une réunion de la Commission nationale de son parti, samedi dernier à Salé, Benkirane a menacé, publiquement, de recourir à de nouvelles hausses des prix des produits de consommation, soulignant que son gouvernement est appelé à prendre des décisions, certes, « douloureuses mais nécessaires ». Il a également indiqué que le gouvernement actuel est arrivé au pouvoir dans une conjoncture de crise qui ne peut être surmontée ni par les sourires, les augmentations de salaires et des pensions de retraite, ni par les réductions des prix.

+ATTAJDID+:. 
-Des décisions des autorités saoudiennes menacent les fidèles voulant effectuer le rite d’Al Omra d’emprisonnement et les agences de voyage de faillite. Les autorités saoudiennes ont pris des décisions réglementaires surprenantes qui menacent les personnes qui veulent effectuer le rite d’Al Omra d’amendes ou de peines d’emprisonnement s’ils dépassent la durée de leur séjour en Arabie Saoudite, qui a été ramené à 15 au lieu de 30 jours en raison des travaux d’extension de la Grande Mosquée de la Mecque, ce qui oblige ces fidèles à se rendre en Arabie Saoudite dans les deux semaines suivant l’obtention du visa sous peine d’être annulée. Pour leur part, les agences de voyage sont montées au créneau et estimé, dans des déclarations au journal, que cette décision saoudienne constitue une déclaration de leur faillite car que la majorité d’entre elles ont conclu leurs contrats avec leurs agents et clients depuis déjà des semaines. De son coté, Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, a souligné, dans une déclaration similaire, que si son département reçoit des plaintes, il va intervenir auprès des autorités concernées pour garantir les droits financiers de ces agences de voyage.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelilah Benkirane reconnaît l’état de confusion qui règne au sein de son gouvernement et exprime son attachement à son alliance avec Chabat. S’exprimant devant les membres de la commission nationale du PJD, qui a tenu sa réunion, le week-end dernier, à Salé, Benkirane a reconnu l’existence d’une crise gouvernementale suite à la décision du Parti de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, exprimant son attachement au parti de la balance, qu’il a qualifié de « principal allié » du PJD. Il a par ailleurs indiqué que les responsables du FMI l’ont mis en garde contre la situation inquiétante de l’économie nationale et lui ont demandé les réformes que le gouvernement entend mener pour maintenir la stabilité de l’économie du pays, ajoutant avoir promis aux responsables de l’institution monétaire internationale une batterie de mesures qui seront annoncées le temps opportun.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, accuse le chef du gouvernement, Abdelilah Benklirane de vouloir « vendre le Maroc aux hommes d’affaires turcs ». Lors d’un meeting organisé lundi à Kalaat Sraghna, Chabat a mis en garde Benkirane contre l’augmentation des prix des bonbonnes de gaz tout en l’accusant d’être derrière la fermeture de plusieurs usines, la hausse des prix et des factures d’eau et d’électricité.

-Exclusion en masse de cadres au ministère de Choubani. Des sources syndicales ont indiqué que les résultats des nominations aux hautes fonctions au ministère chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile ont démontré la mise à l’écart de plusieurs cadres titulaires d’un doctorat en droit au profit de titulaires de diplomes inférieurs, notamment en informatique, alors que d’autres ont été exclus pour leurs activités syndicales comme c’est le cas du représentant de la CDT qui a postulé pour le poste de chef de service des archives.

+AL MOUNAATAF+:.
-Le FMI préoccupé par la situation économique du Maroc: Il pourrait annuler la ligne de précaution et de liquidité de 6,2 milliards de dollars, en raison de la tergiversation du gouvernement à mettre en uvre les réformes structurelles promises telle que la réforme de la Caisse de compensation et des régimes de retraite. L’Exécutif, qui fait face à des tiraillements au sein de la majorité, n’a pas d’arguments à présenter à l’institution financière et à sa délégation en visite dans le Royaume depuis le 29 mai dernier et qui y restera jusqu’à la fin de la semaine courante.

+ASSABAH+:. 
-Des personnes « influentes » à la direction des Affaires rurales relevant du ministère de l’Intérieur mettent sous silence les scandales des terres collectives (soulaliyates). Des sources croient savoir que ces individus tentent de trouver des solutions à l’amiable plutot que de recourir à la justice pour éviter l’éclatement au grand jour de ces scandales. Selon ces mêmes sources, quelque 239 plaintes ont été déposées auprès de la direction des Affaires rurales alors que 1.503 autres l’ont été devant la justice.

-Les habitants de douar « Maazat Lahjar » (dit Jamaica), dans la commune rurale de Chellalate (Mohammedia), menacent de bloquer l’autoroute entre Casablanca et Rabat et d’organiser une marche vers la capitale après la mort de trois personnes suite à leur chute dans une fosse septique samedi dernier, si les autorités ne donnent pas satisfaction à leurs revendications, notamment le licenciement du Caïd.

-Abdelilah Benkirane: « Je ne vais pas démissionner du gouvernement ». Lors d’une réunion de la commission nationale du PJD samedi dernier à Salé, Benkirane a accusé des parties d’essayer de faire dérailler cette expérience gouvernementale et de perturber le processus des réformes initiées depuis sa nomination à la tête du gouvernement. Il a également nié l’existence de tractations pour la formation d’une nouvelle majorité, faisant savoir qu’il est inconvenant de parler d’une quelconque alliance avec le RNI et l’UC car « à l’heure actuelle, l’Istiqlal reste notre allié ».

-Le SG du MP, Mohand Laenser met en garde contre « la paralysie du gouvernement ». S’exprimant lors d’une réunion du parti de l’Epi à Sefrou, M. Laenser a souligné la nécessité de revoir la manière avec laquelle les alliances sont nouées et de renforcer le role des partis politiques et de leurs règlements intérieurs afin d’éviter l’inertie.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-La crise de la majorité: Le recours à l’arbitrage royal constitue une violation des dispositions de la Constitution. Le parti de la Balance avait la possibilité de recourir à d’autres options juridiques et politiques, notamment la motion de censure ou de rejoindre l’opposition. Dans les anciennes Constitutions, l’arbitrage se faisait dans le cadre de l’interprétation des dispositions de l’article 19, mais à l’heure actuelle, il est constitutionnellement défini par l’article 42. De même, si l’arbitrage a lieu, il doit se faire par dahir, sachant que ce dernier doit être sous-seing privé du Chef du gouvernement qui devient ainsi juge et partie.

-Abdelilah Benkirane déclare que le gouvernement continuera de mener les réformes, les indicateurs augurant d’un avenir difficile. Lors d’une réunion de la commission nationale de son parti, samedi dernier à Salé, Benkirane a établi le lien entre la situation économique du pays et l’annonce du Parti de l’Istiqlal de sa décision de se retirer du gouvernement, estimant que cette crise politique « a écorné l’image du Maroc à l’étranger ».

-Mohamed El Hilali, numéro 2 du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), s’en prend de manière virulente à l’adhésion de salafistes au PRV. El Hilali affirmé que cette expérience est « la plus mauvaise nouvelle » qu’il a reçue depuis le déclenchement du Printemps arabe, souhaitant sur sa page Facebook que « ce projet ambitieux ne tombe pas entre les mains des forces hégémoniques ». Pour sa part, Cheikh Abou Hafs, l’une des figures salafistes qui ont intégré le PRV, a exprimé son regret « de voir certains de nos frères, que nous avons défendu, être les premiers à ne pas respecter notre choix, et à nous qualifier de traîtres ».

+AL KHABAR+:.
-Abdelilah Benkirane déclare que la crise politique provoquée par la décision du Parti de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement a terni l’image du Maroc à l’étranger. Lors d’une réunion de la commission nationale de son parti samedi à Salé, Benkirane a indiqué que des rapports négatifs commencent à être rédigés sur la situation qui règne au Maroc, affirmant toutefois que le Parti de l’Istiqlal reste « notre allié politique et gouvernemental qui nous a soutenu quand nous encaissions les coups ».

-Hamid Chabat tire à boulets rouges sur Abdelilah Benkirane et les ministres pjdistes. Devant un rassemblement de 4.000 personnes lundi à Kelaât Sraghna, le SG de l’Istiqlal a souligné que les responsables du parti de la Lampe attribuent leur échec dans la gestion des affaires du pays aux « crocodiles et démons », affirmant qu’ils sont eux les véritables crocodiles et démons à même d’être les ennemis de la nation.

-Abdelilah Benkirane en colère contre les manifestations des diplomés chomeurs devant son domicile, en raison de l’état de santé de sa mère. S’exprimant devant les membres de la commission nationale samedi dernier à Salé, il a qualifié de « honteux » le fait de protester devant son domicile familial, ajoutant que s’ils veulent protester, ils n’ont qu’à le faire devant le siège du gouvernement ou du Parlement.

-Mohamed Sajid sanctionne son 5ème vice-président pour s’être plaint à Benkirane. Des sources bien informées ont indiqué que quelques heures après la visite de Mustapha Lhaya, vice-président du conseil de la ville de Casablanca, au domicile du Chef du gouvernement pour tirer au clair des cas de dysfonctionnements relevés dans l’appel d’offres international concernant la station de prétraitement des eaux usées de Sidi Bernoussi, le Maire de la métropole, Mohamed Sajid a retiré la délégation accordée à Lhaya.

-Le ministère de la Santé décide de poursuivre en justice les agresseurs du personnel médical suite à la multiplication des agressions à l’encontre des professionnels de la santé. Dans un communiqué, le ministère a souligné qu' »il se réserve le droit de poursuivre en justice toute personne qui attaquerait ou humilierait le personnel de la Santé ou porterait atteinte aux établissements hospitaliers, que ce soit par des actes de vandalisme, de destruction ou de pillage, et ce conformément à la loi ».

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *