Revue de presse marocaine du 11/02/2013

0 commentaires, 11/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce lundi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Ventes de logements sur plan: Acquéreurs, la loi vous protègera désormais. Le ministre de l’habitat, Nabil Benabdellah, s’attaque à un des dossiers les plus épineux de la promotion immobilière: la vente en ligne en état futur d’achèvement (VEFA). Une loi promulguée en 2002 régit les relations et les modalités de ce mécanisme qui permet à des promoteurs immobiliers de commercialiser des logements sur plan. Mais le fait est que, depuis son entrée en vigueur, cette loi a posé plus de problèmes qu’elle n’en a résolu et pendant des années ce texte a été difficilement applicable. Depuis quelques jours, le ministère de l’Habitat a remis aux professionnels un projet de texte qui a pour objet de corriger toutes les imperfections de l’ancien texte. Et le moins qu’on puisse dire est que le projet est audacieux. Ainsi, le texte apporte plusieurs nouveautés de taille dans le but de rendre plus facile l’application de la VEFA aussi bien pour les promoteurs et les vendeurs de manière générale que pour les acquéreurs.

-Etat de l’économie: Grave mais pas désespéré. Le ministre de l’Economie et des Finances et le ministre délégué chargé du budget ont rassuré sur les performances prévisibles de l’économie nationale durant l’année qui court. Nizar Baraka a affirmé, vendredi à Rabat, au cours d’une conférence de presse donnée en tandem avec Idriss El Azami El Idrissi que « la situation économique et financière était grave, mais pas désespérée ». Il a en outre déclaré que comme le compte courant qui représente désormais 4 mois et 3 jours d’importation, le comportement de la plupart des agrégats satisfait les institutions internationales.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Réformes des retraites: L’Etat continue de tâtonner. Le feuilleton de la réforme du système des retraites est loin de connaître son épilogue. Après la validation par la Commission nationale, fin janvier, du schéma de réforme en deux poles, l’attentisme semble de retour. La Commission technique n’a pas encore, valeur aujourd’hui, établi de planning pour réunir ses membres afin d’élaborer le schéma de mise en Âœuvre de la formule finale. Une information confirmée par plusieurs membres de la Commission même. Et la dernière décision des principales centrales syndicales n’est pas pour arranger les choses. Les syndicats veulent en effet que la réforme de la Caisse marocaine des retraites (CMR), qui gère les retraites des fonctionnaires, soit discutée au sein du Dialogue social. Un cadre déjà en panne et qui peine à redémarrer depuis l’installation du nouveau gouvernement. Les syndicats joueraient ainsi cette nouvelle carte pour faire pression. Pour eux, il fallait mettre le gouvernement pied au mur pour l’obliger à faire des concessions, aussi bien au niveau du Dialogue social que de la réforme urgente de la CMR.

-Performances mitigées de l’économie nationale: Face à l’adversité, le gouvernement reste optimiste. Décidément, le gouvernement aura du fil à retordre en 2013 pour redresser la situation des finances publiques. Certains indicateurs sont, en effet, presque au rouge. Mais, pour autant, il ne faut pas s’inquiéter, estime le ministre de l’Economie et des finances qui garde son optimisme. La situation, selon lui, est « certes grave, mais pas désespérée ». Selon lui, malgré les efforts déployés par le gouvernement l’année dernière, il s’est avéré difficile de dépasser certains obstacles qui ont fortement impacté les finances publiques. L’argentier du Royaume tient à expliquer que 2012 est considérée comme une année exceptionnelle, caractérisée par la conjonction de plusieurs facteurs négatifs. Il faut dire que l’économie nationale a subi de plein fouet les retombées de la récession économique qui sévit dans les principaux pays de la zone euro ainsi que celles liées au renchérissement des prix des produits de base et la volatilité des taux de change. Le contexte national n’était pas des plus favorables non plus. Les prévisions du ministère de l’Economie et des finances tablaient sur la clémence du ciel. Mais la sécheresse a été au rendez-vous et a ainsi fortement impacté le taux de croissance.

+L’ECONOMISTE+:.
-Transport maritime: Le pavillon national à la dérive. Le transport maritime national se meurt à petit feu. De près de 18 armateurs (dont 2 publics) dans les années 1980, il n’en reste plus qu’un, le groupe IMTC qui se bat aujourd’hui pour sa survie. Crise, explosion des charges et concurrence exacerbée ont précipité le secteur vers sa perte. Même si 98 pc du commerce extérieur du Maroc se fait par voie maritime, la part du pavillon marocain sur ce volume n’est que de 7 pc. Selon les professionnels, si rien n’est fait, le Maroc sera totalement dépendant de la flotte étrangère. Aujourd’hui, ils réclament un ensemble de mesures pour sauver le secteur: la baisse des charges portuaires, la suppression de la retenue à la source de 10 pc sur les redevances d’affrètement aux armateurs étrangers, la révision du Code de commerce maritime datant de 1919 ainsi qu’un contrat-programme pour le secteur.

-Finances publiques: Pas de plan d’attaque spécifique. « La situation est grave mais pas désespérée ». L’affirmation est de Nizar Baraka pour commenter la révélation du niveau de déficit budgétaire estimé à 7,1 pc du PIB. Pour le ministre, « ce niveau pouvait atteindre 9 pc du PIB si le gouvernement n’avait pas pris des mesures pour le contenir ». En tout cas, pour lui, le déficit à 7,1 pc s’explique par « le soutien international de la demande intérieur ». En tête, les charges de la compensation ont été aggravées de 22,3 milliards de DH, de même que la masse salariale a également augmenté de 2,8 milliards de DH. Cependant, ce qui surprend c’est qu’en dépit des 7,1 pc, le ministère n’a pas revu son objectif d’atteindre un déficit budgétaire de 4,8 pc pour 2013.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Les Conseillers de l’opposition s’unissent: Les groupes parlementaires de l’opposition au sein de la deuxième Chambre ont annoncé leur volonté de coordonner leur action afin de mieux bénéficier des nouvelles attributions constitutionnelles accordées à l’opposition parlementaire. Il s’agit du PAM, du RNI, de l’USFP, de l’UC et de la FDT. En somme, une structure de coordination de l’action parlementaire des groupes de l’opposition, sera composée de trois branches : Une commission permanente de coordination regroupant les chefs de groupes, une commission de suivi et des médias et enfin des commissions thématiques qui s’intéresseront à des sujets économiques et politiques d’actualité. La structure sera gérée de manière tournante avec comme premier président Mohamed Daidaa, président du groupe parlementaire de la FDT à la Chambre des Conseillers.

-Mali: La France salue le soutien du Maroc. Dans un contexte marqué au coin d’atermoiements, SM le Roi Mohammed VI a choisi de parler-vrai et la langue de vérité. Il a solennellement apporté le soutien du Maroc à l’intervention de la France et des troupes africaines au Mali. Le Souverain a ainsi rompu une manière de silence que, prompts à la besogne, certains ont interprété comme une suspicieuse attitude. Il a brisé le cercle de l’ambiguïté qui pouvait laisser croire que notre diplomatie était tatillonne ou, pis encore, velléitaire quant à la sauvegarde des valeurs, comme la solidarité et l’éthique. De plus, non sans mesurer la dimension significative du lieu et du temps. Il a mis à profit l’opportunité du 12ème sommet de la Conférence de la coopération islamique, réunie au Caire, pour proclamer enfin la position du Royaume sur le Mali.

+LIBERATION+:.
-Fatihi: « Les nouveaux gouvernants tuent en Tunisie, menacent en Egypte et bafouent la liberté au Maroc ». La ville de Settat a été, cette fin de semaine, le théâtre d’une nouvelle phase de lutte entre le syndicat démocratique de la Justice (SDJ affilié à la FDT) et le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid. Les manifestants qui ont brandi de petits drapeaux de la FDT et du SDJ, ont scandé des slogans contre Ramid et le gouvernement Benkirane. Abdelhamid Fatihi, SG adjoint de la FDT, dans une allocution devant les manifestants a violemment critiqué la politique notamment sociale menée par le gouvernement Benkirane et qui vise directement les classes populaires et moyennes. Et d’ajouter: « Il est clair aujourd’hui après deux ans au gouvernement, que l’ennemi numéro 1 de l’Exécutif sont les classes moyennes et surtout le secteur de la Fonction publique. Toutes les mesures prises vont dans ce sens ».

+L’OPINION+:.
-2ème édition du Salon « HALIEUTIS »: le rendez-vous biennal des professionnels du secteur halieutique. Sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, le Salon international « HALIEUTIS » tiendra, du 13 au 17 février à Agadir, sa 2ème édition sous le thème: « Quelle valorisation pour une meilleure compétitivité ». Organisé par l’Association du Salon HALIEUTIS, sous l’égide du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, le Salon a pour principaux objectifs de constituer une plateforme élargie d’échanges entre les différents acteurs du secteur halieutique. Il vise essentiellement la valorisation des produits de la mer et l’amélioration de la compétitivité de la filière pêche marocaine. La 2ème édition de ce Salon vise la participation de plus de 300 exposants marocains et étrangers représentant plus de 35 pays partenaires.

+AL BAYANE+:
-Conférence conjointe des ministres « économiques »: Pas d’augmentation des prix des matières subventionnées. Le ministre de l’Economie et des finances a démenti les informations selon lesquelles le gouvernement aurait décidé d’augmenter les prix de certains produits alimentaires et des bonbonnes de gaz. « Le gouvernement n’a nullement la volonté de procéder à de telles augmentations », a-t-il dit, précisant que le gouvernement est plutot soucieux de préserver le pouvoir d’achat des citoyens. Il a par ailleurs indiqué que le renforcement de la confiance des organismes internationaux et des investisseurs étrangers dans l’économie nationale témoigne de manière claire « de la pertinence des choix économiques et sociaux du Maroc et de l’efficacité des réformes politiques adoptées ».

+AL MASSAE+:.
-Le PAM qualifie le gouvernement Benkirane de l’Exécutif « le plus abject dans le monde ». Dans son communiqué final à l’issue des travaux de son congrès dans la région de Marrakech-Tensift-El Haouz, tenu samedi à El Attaouia (province de Kalaat Sgharna), le parti du Tracteur a ajouté que plusieurs déclarations et positions de Abdelilah Benkirane sont marquées par la violence des propos et les réactions agressives non justifiées contre ses détracteurs et ceux qui ne partagent pas avec lui les mêmes principes sur les plans idéologique et politique.

-Le ministère de l’Intérieur démet de leurs fonctions cinq agents d’autorité à l’issue d’un conseil de discipline tenu vendredi dernier. Selon une source bien informée, ces agents appartiennent au bureau dirigeant de la Coordination des agents d’autorité et exercent tous dans des annexes administratives relevant de la préfecture de Tata.

-Le PJD critique l’intervention de la France dans l’affaire de l’opposant tunisien assassiné Choukri Belaïd. Le parti de la Lampe a dénoncé, lors de la réunion de son secrétariat général tenue samedi, les déclarations du ministre français de l’Intérieur à propos de la situation en Tunisie, qualifiant ses propos de « hors sujet ». Par ailleurs, le SG du parti, Abdelilah Benkirane a fait allusion, lors de cette réunion, à la possibilité de l’examen de la question du remaniement ministériel lors de sa prochaine rencontre avec Hamid Chabat, prévue vendredi prochain, révélant que le plan législatif sera rendu public très prochainement.

+ASSABAH+:.
-Des caméras de surveillance épinglent des agents de police à Rabat en flagrant délit de corruption. Une commission d’inspection, relevant de la DGSN, a réussi grâce à l’utilisation de caméras très sophistiquées à faire tomber trois éléments de la police de la circulation impliqués dans des affaires de corruption au niveau des carrefours de la capitale. Suite à cette affaire, la Direction générale a pris des mesures disciplinaires à l’encontre de ces trois policiers, dont l’un a été renvoyé après avoir été pris en flagrant délit de corruption, alors que les deux autres ont été mutés pour manque de preuves.

-Bouchaib Yassine, l’auteur de la vidéo dans laquelle un juge de la Cour d’appel d’El Jadida dénonce la prolifération de la corruption au sein de cette juridiction, explique les motivations qui l’ont poussé à filmer ces révélations. Il a souligné dans une déclaration au journal qu’il a réalisé sa vidéo après avoir senti que ses droits et ceux de sa famille ont été perdus, rappelant que sa mère a été emprisonnée injustement à deux reprises. Il a également indiqué qu’il n’a eu droit à aucun verdict juste dans 13 affaires marquées d’irrégularités.

-L’Inspection générale du ministère de l’Intérieur procèdera à 200 missions d’audit des programmes de l’IDNH au titre de son programme prévisionnel de 2013. Selon des sources au ministère, il s’agit de 167 missions qui porteront sur l’audit des comptes de l’INDH au titre de l’année 2012 par des commissions conjointes de l’Inspection générale de l’administration territoriale et de l’Inspection générale des finances, de 20 missions d’audit des marchés publics dont la valeur dépasse les 5 millions de DH, et de 13 missions d’audit des projets dont l’exécution a été suspendue.

-Bilan médiocre des travaux de la première session législative. Pour Abdellatif Ouahbi, Président du groupe parlementaire du PAM à la Chambre des représentants, le gouvernement a échoué dans l’épreuve de la mise en application de la nouvelle Constitution qui a accordé de larges pouvoirs à l’institution législative et a apporté tout une batterie de lois organiques qui doivent être promulguées. Il a également estimé qu’au lieu de proposer des projets de loi, les membres de l’Exécutif se sont livrés à des batailles marginales et à l’échange d’accusations et d’insultes avec les députés et les conseillers.

-Une guerre « secrète » se déclare entre le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab, et les chefs des groupes parlementaire sur la réticence de certains d’entre eux de fournir à la présidence la liste des députés absents à la fin de chaque séance parlementaire hebdomadaire. Des sources bien informées ont indiqué que certains groupes parlementaires ont convenu de ne pas soumettre à la présidence de la Chambre les listes des députés absents, avant de céder sous les pressions du président de la 1ère Chambre.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-RNI: Les militants du parti de la Colombe fustigent le « double » discours de Salaheddine Mezouar qui, après avoir jeté des fleurs au chef du gouvernement lors de leur récente rencontre à l’occasion d’une conférence organisée par le centre « Achourouk » pour la démocratie, l’information et les droits de l’homme, a évoqué, à Paris, les contraintes qui entravent la mise en application de la nouvelle Constitution.

+RISSALAT AL OUMMA+
-Les navires commerciaux marocains menacés de faillite: Le gagne-pain des marins en danger en raison de la libéralisation du secteur et l’absence des mesures d’accompagnement prises par le gouvernement en vue de prémunir l’investisseur national contre la concurrence déloyale avec les flottes étrangères opérant dans les cotes marocaines.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Réunion des dirigeants de la coalition gouvernementale vendredi prochain à Rabat. Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, a annoncé que les dirigeants de la coalition gouvernementale se réuniront, vendredi à Rabat, pour examiner les dossiers sujets de contentieux afin de rapprocher les points de vue entre lui et Abdelilah Benkirane, soulignant que l’objectif de son parti est d’assurer la stabilité du pays et de travailler sans surenchères politiciennes pour le bien-être des citoyens. Il a également affirmé que le dialogue demeure le seul moyen de résoudre les problèmes et de dissiper les différends.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Hamid Chabat appelle à contrecarrer la « tyrannie » du PJD. Lors d’une réunion du parti de l’Istiqlal, tenue samedi à Fès, le SG du parti de la Balance, a appelé à faire face à la « tyrannie » du PJD et à l’empêcher de devenir le parti majoritaire sur la scène politique. Il a également accusé les ministres du gouvernement Benkirane de gérer leurs départements loin de la politique générale du gouvernement et de l’Etat. Par ailleurs, Chabat a annoncé que son parti ne va pas quitter le gouvernement pour éviter les scénarii de l’Egypte et de la Tunisie.

-La direction du PJD estime que ce qui se passe en Tunisie, en Egypte et au Maroc vise la transition démocratique dans ces pays, menacée par des parties internes et externes. Lors d’une réunion du Secrétariat général du parti samedi, le PJD a exprimé ses préoccupations vis-à-vis de l’intervention française en Tunisie, après les déclarations du ministre français de l’Intérieur dans lesquelles il a souligné que « Paris doit soutenir les démocrates en Tunisie » et mis en garde contre « le fascisme et l’obscurantisme rampant ».

-Projet de loi sur le droit d’accès à l’information: Le MP réclame la confidentialité des débats lors du Conseil de gouvernement. Le parti de l’Epi a ainsi proposé, vendredi dernier, un projet de loi qui exige la confidentialité des discussions lors du Conseil de gouvernement pour une durée de 20 ans. Le projet stipule également une amende de 5.000 dirhams contre les employés qui refusent de fournir des informations.

-Abdelilah Benkirane avait reçu un rapport « confidentiel » lors des violents événements de Béni Bouayach de la part du secrétariat régional de son parti, ont révélé des sources bien informées, qui ont ajouté que ledit rapport a porté des accusations contre les services de police chargés de la dispersion des manifestations et mis en garde contre la reproduction du scénario de Gdeim Izik.

-Les greffiers exigent le départ de Mustapha Ramid. Des centaines de greffiers venus des différentes régions du Royaume ont organisé, samedi, une manifestation à Settat pour dénoncer les prélèvements sur les salaires des grévistes et exiger le départ de Mustapha Ramid. Cette marche a été organisée à l’occasion du forum régional sur la réforme du système judiciaire.

+AL ALAM+:.
-Le gouverneur de la province de Sidi Kacem supervise personnellement l’opération de falsification des élections législatives partielles du 28 février! Le gouverneur a donné des consignes à des élus communaux pour faire tomber un président de commune dans le cadre d’une déclaration de guerre à tout ce qui est en rapport avec le parti de l’Istiqlal et le secrétaire général de la préfecture est entré en contact avec des notables de la ville de Sidi Kacem, sur ordre du gouverneur, pour garantir la réussite du candidat du parti du Mouvement populaire auquel appartient le gouverneur.

-Face à l’inaction et au mutisme du gouvernement marocain: Des MRE dont les biens immobiliers ont été spoliés au Maroc demandent l’intervention du président François Hollande. Des dizaines de familles franco-marocaines basées à Paris ont envoyé une correspondance au président français en vue de faire pression sur les autorités marocaines pour que la justice leur rende leurs biens immobiliers spoliés. Selon le journal « Le Parisien », 54 familles franco-marocaines et françaises de souche ont acheté des terrains, appartements ou maisons au Maroc, ajoutant que toutes ces familles demandent justice après s’être fait déposséder de leurs biens immobiliers par les autorités locales des villes où se trouvent leurs biens.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Une avocate française demande au président français d’intervenir auprès de SM le Roi pour la restitution de biens immobiliers à des ressortissants français victimes d’actes d’escroquerie. Dans une lettre adressée au président français, elle a expliqué la nouvelle méthode d’escroquerie dont sont victimes les riches français qui s’installent au Maroc qui consiste à s’emparer de leurs biens dès leur décès à travers la falsification par des mafias spécialisées des contrats de propriété, pour devenir les héritiers légitimes des Français décédés.

-Dans une première!: Abdessadek Saaidi, SG du syndicat démocratique de la justice (SDJ) a été interdit, samedi, de déposer une plainte auprès du procureur général près la Cour d’appel de Settat suite à la séquestration des dirigeants du syndicat au siège de la fondation des Âœuvres sociales des magistrats et fonctionnaires de la justice dans la ville pendant trois heures. Saaidi a souligné que ce qui s’est passé en marge du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice à Settat, est une confiscation des droits les plus élémentaires du personnel de la justice, notamment le droit de citoyenneté, alors que le président du Club des magistrats du Maroc, Yassine Mokhli, a indiqué que le Club suit de près les résultats de ce dialogue avant de prendre la décision adéquate.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Les habitants d’Errachidia souffrent depuis un mois d’une pénurie de bonbonnes de gaz alors que la ville de Taounate vit au rythme d’augmentations illégales des prix de ces dernières au moment où les autorités concernées affirment qu’elles ne sont pas au courant de ces hausses, ajoutant qu’elles seront très fermes à l’égard de tout commerçant surpris en flagrant délit.

-L’Unité de traitement des données financières relatives au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, créée au Maroc en 2009, révèle avoir découvert les deux premiers cas de financement du terrorisme à travers le blanchiment d’argent, ajoutant que le nombre de cas de financement des mouvements terroristes est passé de 11 opérations en 2009 à 70 en 2010 et à 102 en 2011.

-Le PJD dénonce, lors de la réunion de son secrétariat général samedi dernier, les rumeurs faisant état de l’augmentation des prix des produits et souligne que l’objectif de ces rumeurs est de « perturber l’action du gouvernement » et de « semer la zizanie », et une source ayant pris part à cette réunion a fait savoir que le gouvernement n’a pas l’intention de supprimer la subvention accordée à quatre produits dans le cadre du système de compensation.

+AL KHABAR+:.
-Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) tire à boulets rouges sur le gouvernement Benkirane lors de son congrès régional de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz, tenu à Kelaat Sraghna. Dans son communiqué final, le parti du Tracteur a qualifié le Cabinet Benkirane de l' »expérience gouvernementale la plus abjecte au monde » et des militants PAMistes expriment leur étonnement face à la schizophrénie de la personne du Chef de l’Exécutif et de ses ministres qui jouent un double jeu: celui de la majorité gouvernementale et de l’opposition.

-Habib El Malki crée une crise politique entre le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat et le Premier Secrétaire, Driss Lachgar, après l’échec de la délégation conduite par El Malki à défendre la position du Maroc lors des travaux du conseil de l’Internationale socialiste tenue à Lisbonne. Des sources informées ont indiqué que Chabat compte adresser de vives critiques à Lachgar car il n’a pas su défendre plusieurs acquis réalisés par le Royaume lors des précédents conseils de l’Internationale socaliste et a choisi des représentants qui n’ont pas une grande expérience et expertise pour la défense de la position marocaine lors de ce conseil.

-En marge du 10ème forum régional du dialogue national sur la réforme de la Justice à Settat: Les greffiers accueillent le ministre Mustapha Ramid au rythme des marches de protestation et réclament son départ. Ils ont également dénoncé la restriction des libertés syndicales et les atteintes à l’intégrité physique et à la dignité du personnel de la justice à travers les interventions violentes des forces de l’ordre dans plusieurs villes.

-Les élections législatives partielles du 28 février dans cinq circonscriptions attisent les tensions entre le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat et le SG du PJD, Abdelilah Benkirane. Ainsi, des Istiqlaliens ont accusé la ministre de la Famille, de la solidarité et du développement social, Bassima Haqqaoui de faire usage des projets de son département dans une campagne électorale anticipée dans la province d’Azilal.

+ATTAJDID+:.
-La Chambre des représentants clot demain mardi sa session d’automne avec à la clé un bilan législatif médiocre, puisque la 1ère Chambre a réussi seulement à adopter une seule et unique proposition de loi, 23 conventions internationales et 12 projets de loi.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Nouvelle déclaration de guerre contre les phénomènes qui menacent les établissements scolaires et universitaires: Le ministère de la Santé a procédé au lancement, jeudi dernier, d’un plan d’action conjoint (2013-2016) signé entre les ministères de la Santé, de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Jeunesse et des Sports et de l’Intérieur, visant à lutter contre le tabagisme, la drogue et la violence à l’intérieur et à l’extérieur des établissements scolaires et des espaces réservés aux jeunes.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *