Revue de presse marocaine du 09/07/2013

0 commentaires, 09/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du mardi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Une étude du CNDH sur le secteur: La médecine légale manque de tout. Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) attire l’attention sur le manque crucial de professionnels dans le secteur. Le Maroc ne compte que 13 spécialistes en médecine légale et un seul service hospitalo-universitaire dans cette discipline. Le CNDH fait remarquer qu’en dehors des médecins spécialistes en médecine légale, les médecins hospitaliers qui pratiquent les autopsies n’ont aucune formation. Quant aux médecins des bureaux municipaux d’hygiène formés pour les autopsies, un grand nombre d’entre eux est en pré-retraite. L’étude note en outre que la plupart des morgues hospitalières sont vétustes et font face à une insuffisance tant qualitative que quantitative de matériel pour les autopsies. Le CNDH recommande la création d’un Institut national de la médecine légale qui aura pour tâche de concevoir le cadre légal et réglementaire régissant les activités médico-légales.

-La réunion entre Benkirane et Laenser n’a pas eu lieu: Elle a été ajournée d’une semaine. Le groupe parlementaire du MP devait recevoir au Parlement hier lundi Abdelilah Benkirane mais la réunion a été reportée. Même si toutes les raisons ne sont pas encore connues sur ce report, il semblerait que le groupe parlementaire du parti de l’Epi ait demandé d’ajourner cette rencontre d’une semaine. « Nous avons décidé de reporter la réunion à la semaine prochaine en raison des engagements pris à l’avance de plusieurs responsables, notamment notre Secrétaire Général, Mohand Laenser », explique Mohamed Moubdie, président du groupe parlementaire haraki à la Chambre des représentants.

-Daoudi veut mettre de l’ordre dans les établissements d’enseignement supérieur: Un projet de loi pour la création d’une agence d’évaluation. Plus de place au laisser-aller que connaît le secteur de l’enseignement supérieur. Désormais, les établissements qu’ils soient publics ou privés, les parcours de formation, les accréditations, les centres de recherche et de doctorat seront scrupuleusement contrôlés et évalués chaque année. C’est l’objet du projet de loi élaboré par Lahcen Daoudi, ministre de l’enseignement supérieur et portant sur la création de l’Agence nationale pour l’évaluation de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. En effet, le texte vient d’être publié par le Secrétariat général du gouvernement et sera bientôt présenté au Parlement pour adoption.

+LIBERATION+:.
-Benkirane ne s’est pas rendu chez les députés du Mouvement populaire. On l’attendait au parlement, chez les Harakis, pour connaître enfin le sort de l’Exécutif et de la majorité gouvernementale. L’annonce de son passage devant les députés du Mouvement populaire dont il devait être l’invité, a eu un effet « teasing ». Lundi, Abdelilah Benkirane allait tout dire, tout dévoiler, tout révéler, sur la crise de la majorité, le retrait (effectif ou pas effectif) de l’Istiqlal, passé du statut de meilleur allié à celui de meilleur ennemi. Pas de scoop, ni de Benkirane au Parlement hier lundi comme annoncé. Le passage du Chef du gouvernement devant les députés du MP a été en effet reporté « à la semaine prochaine », indiquent certaines sources. Quant à la crise de la majorité, elle gagne en intensité. Avec les premières canicules de l’été, la tension monte presque autant que le mercure.

+LE MATIN DU AHARA ET DU MAGHREB+:.
-Consécration: Bayt Mal Al-Qods, partie prenante dans la concrétisation du plan stratégique de développement de la Ville sainte. L’agence Bayt Mal Al Qods Acharif s’érige comme un interlocuteur incontournable en matière d’appui aux populations d’Al-Qods Acharif. Le soutien indéfectible qu’elle apporte à la Ville sainte fait d’elle une institution crédible jouissant du respect des partenaires internationaux. Ainsi, les efforts qu’elle déploie pour la protection de cette ville, la préservation de son patrimoine civilisationnel et son identité religieuse, sont désormais reconnus. En effet, l’Agence reste le seul organisme qui opère sur place à travers la mise en place de projets concrets au service de la ville et de ses habitants. Cette présence effective sur le terrain et la portée du travail mené ont été ainsi mises en avant par la Conférence des donateurs pour le financement du plan stratégique de développement d’Al-Qods Acharif, réunis le mois dernier, à Bakou en Azerbaïdjan, afin de discuter des moyens de financement de ce plan stratégique, présenté par l’Autorité nationale palestinienne. Lors de cette rencontre, le constat fait par les participants était sans équivoque quant au rôle majeur que joue l’Agence, bras financier du comité d’Al-Qods, dont la présidence est assurée par SM le Roi Mohammed VI.

-Crise de la majorité: Le Mouvement populaire veut toujours recoller les morceaux. La réunion entre les députés du groupe du MP et le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, qui devait avoir lieu hier lundi, a été reportée à la semaine prochaine en raison d’un engagement officiel du chef de file des Harakis, Mohand Laenser, selon le président du groupe du MP à la Chambre des représentants, Mohamed Moubdii. La conjoncture politique figurait en tête des dossiers inscrits à l’ordre du jour. Le parti de l’Epi croit encore en la réconciliation entre le PJD et l’Istiqlal en dépit des derniers développements. Il tente autant que faire se peut de rapprocher les points de vue entre les composantes de la majorité actuelle. Bien que l’Istiqlal ne veuille faire pour le moment la moindre concession et que Hamid Chabat ait affiché sa détermination à aller jusqu’au bout de la décision du conseil national du retrait du gouvernement, le MP espère toujours un retour à la table des négociations entre les quatre alliés pour tenter de dissiper les différends. Or, il s’avère difficile de concrétiser cette aspiration compte tenu des positions rigides du parti de la Balance et de celui de la Lampe.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Bonbonnes de gaz: Risque de pénurie? La tension monte entre les dépositaires de bonbonnes de gaz et les autorités de la tutelle. Alors que le ministère de l’Energie tient un discours rassurant, les professionnels du secteur continuent de brandir la menace de suspendre l’approvisionnement du marché. Par la voix de son président, l’Association des dépositaires de bonbonnes de gaz au Maroc affirme maintenir leur menace de grève pendant le mois sacré de Ramadan si leurs doléances ne sont pas satisfaites. Ces menaces ne semblent pas inquiéter les autorités de tutelle, le département de Fouad Douiri ayant publié la semaine dernière un communiqué dans lequel il rassure qu’aucun risque de pénurie de bonbonne de gaz n’est à craindre.

-Pétrole: L’indexation sera-t-elle suspendue? Sale temps pour les islamistes au pouvoir. Les tensions géopolitiques que vit l’Egypte aujourd’hui devraient compliquer davantage la situation financière de la Caisse de compensation. Avec la persistance des tensions socio-politiques en Egypte, les marges de manoeuvre de la Caisse de compensation dotée d’un budget de 42 MMDH se réduiraient de plus en plus. Déjà à fin mai dernier, les charges de compensation ont grignoté 20 MMDH, au moment où les cours du pétrole se situaient en moyenne au-dessous des 100 dollars, tout au long du 2ème trimestre de l’année. Dans la foulée des nouvelles données géopolitiques régionales, le gouvernement Benkirane maintiendra-t-il ses promesses de lever le mécanisme stabilisateur des prix intérieurs après le mois de Ramadan? Selon les économistes, la libéralisation totale des prix pétroliers dans ce contexte engendrera sans aucun doute des effets désastreux sur l’économie nationale.

+L’ECONOMISTE+:.
-FOGARIM: Les banques tirent la sonnette d’alarme. L’Etat a cru bien faire, en mettant en place le Fonds de garantie des prêts destinés au logement au profit des populations à revenus modestes ou non réguliers (FOGARIM). Mal lui en a pris. L’empilement de créances en souffrance a mis en alerte le secteur bancaire. « Faux », rétorque une source à la Caisse centrale de garantie (CCG), gestionnaire de ce fonds, alimenté par le budget de l’Etat. A la Caisse de garantie, l’on préfère parler de taux de sinistralité et non pas de créances en souffrance, qui s’élève à 4,9 pc, « ce qui est bien en-deçà du taux prévisionnel de 12,5 pc pour lequel le Fonds a été créé », argue la même source. En tout cas, la crise qui couve sous le dispositif FOGARIM est telle que les présidents des différentes banques partenaires se sont réunis la semaine dernière autour des mesures d’urgence à prendre pour « stopper l’hémorragie ».

-Stations-service: Du rififi chez les gestionnaires. Pensez à faire le plein de carburant en début de semaine prochaine! Les gestionnaires des stations-service ont lancé un appel à la grève nationale les 18 et 19 juillet. Ce sont 85 pc des stations-service du pays qui sont concernées par cette décision, soit plus de 2.200 pompes. Certes, c’est loin d’être le premier appel à la grève lancé par la Fédération des commerçants et des propriétaires des stations-service (FNCSS), mais cette fois, les choses s’annoncent plus corsées. Pour l’instant, la FNCSS maintient son appel à la grève et compte adresser dans les jours à venir une lettre au Chef du gouvernement. De leur côté, les pétroliers estiment que la grève sera suspendue et s’engagent à maintenir l’approvisionnement. En tout cas, une telle grève est loin d’être la bienvenue dans ce contexte actuel de crise économique.

+AL BAYANE+:.
-Les pompistes menacent d’observer 48h de débrayage: Les compagnies pétrolières pointées du doigt. Le bras de fer opposant les gérants des stations-service et les compagnies pétrolières refait surface. Les recommandations des uns et les positions des autres n’ont pas réussi à trouver un terrain d’entente pour apaiser la tension sur un problème de fond, vieux de plusieurs années. Le gouvernement est appelé à intervenir pour essayer de trouver une solution à ce litige et éviter au citoyen les désagréments que causeraient les deux jours de débrayage annoncés par les pompistes pour les 18 et 19 courant à l’échelle nationale. La grève de deux jours aura-t-elle lieu? Dans tous les cas, la Fédération nationale des commerçants de carburant au Maroc vient, en signe de protestation, de décider lors de son assemblée générale extraordinaire tenue jeudi dernier de mener ce débrayage de 48 heures. +L’OPINION+:.

-Le CNDH présente son étude sur la médecine légale: Une réforme globale s’impose. Le CNDH a présenté hier à Rabat lors d’une conférence de presse une étude consacrée aux activités médico-légales au Maroc. Dans cette étude, le Conseil appelle à une révision profonde des textes législatifs et réglementaires régissant ce métier, à la mise en place d’un cadre institutionnel national pour l’activité médico-légale, et à une amélioration substantielle de l’offre en matière de médecine légale tout en assurant une meilleure intégration des activités médico-légales dans le système judiciaire. +AL MASSAE+:.

-Dans un message de mise en garde à qui de droit: Le ministre d’Etat, Abdellah Baha déclare que « l’entrave aux réformes menace la stabilité ». Baha, qui était lundi l’invité de la réunion hebdomadaire des députés PJDistes, a souligné que la réforme et la stabilité demeurent « indissociables », ajoutant qu’aucune réforme ne peut menée à son terme en l’absence du facteur de la stabilité. Il a par ailleurs crié haut et fort qu’il est contre toute forme de chantage ou de provocation.

-Les éléments de la BNPJ procèdent à l’arrestation du coordinateur d’un réseau chargé de l’enrôlement et de l’embrigadement de volontaires désirant se rendre en Syrie pour mener le jihad, ainsi que de deux femmes portant le voile intégral (Niqab). Des sources bien informées ont indiqué au quotidien que le coordinateur présumé dudit réseau utilisait de faux noms pour accéder à des sites web jihadistes, ajoutant que les personnes arrêtées recevaient des sommes d’argent de l’ordre de 30.000 DH de chaque volontaire qui veut se rendre en Syrie pour mener le jihad contre le régime syrien en place.

-Suite à la présentation, vendredi dernier à Rabat, du programme gouvernemental « Ikram » de parité (2012-2016), Nouzha Skalli, l’ancienne ministre du Développement social, de la famille et de la solidarité tire à boulets rouges sur l’actuelle ministre, Bassima Hakkaoui et l’accuse d’avoir procédé au « changement de l’agenda gouvernemental pour l’égalité » mis en place sous l’ère du gouvernement sortant. Dans une déclaration au journal, Mme Skalli a indiqué que Mme Hakkaoui a modifié plusieurs aspects de l’agenda gouvernemental pour l’égalité et l’a rebaptisé sous l’appellation « Ikram ».

-Des voix réclament l’ouverture d’une enquête concernant le contrôle par les spéculateurs et les intermédiaires des lotissements d’Al Omrane à Kénitra. Plusieurs parties ont appelé le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, Nabil Benabdellah à diligenter une enquête sur ce qu’elles ont qualifié de « scandales » ayant trait aux lotissements mis en vente par le groupe Al Omrane à Kénitra, surtout que les citoyens sont de plus en plus confrontés à de grandes difficultés en vue de bénéficier de ces offres.

+AL KHABAR+:.
-Le ministre d’Etat et Premier SG adjoint du PJD, Abdellah Baha, adresse des messages à qui de droit. Lors de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants, tenue lundi, M. Baha a tenu à affirmer que la stabilité et la réforme sont inséparables puisqu’il ne peut y avoir de progrès en matière de réformes en l’absence de la stabilité, faisant savoir que faire obstruction au processus de réforme risque de porter atteinte à cette stabilité.

-Les fonctionnaires du ministère de l’Economie et des Finances fustigent le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et ses ministres Nizar Baraka et Idriss El Azami El Idrissi et les accusent de se dérober à leurs responsabilités en refusant de satisfaire leur dossier revendicatif et en contribuant à la détérioration de leur situation depuis leur nomination. Lors d’un sit-in préventif organisé par le syndicat national des finances (CDT), hier lundi devant le siège du ministère, les manifestants ont vivement protesté contre la dégradation de la situation au sein du ministère de l’Economie et des Finances en raison des « graves irrégularités et dysfonctionnements » relatifs au dossier des indemnités.

-Le personnel du secteur de la justice menace Mustapha Ramid d’escalade au cours du mois sacré de Ramadan. Le syndicat démocratique de la justice (SDJ) a demandé au ministre de la justice de revenir immédiatement sur les décisions arbitraires et injustes prises à l’encontre des fonctionnaires du secteur de la justice. Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion tenue samedi dernier, le Syndicat a affirmé sa détermination à mener de nouveaux mouvements de protestations dans les jours à venir pour contraindre le ministre à revenir sur la décision de prélèvements sur les salaires des grévistes.

+ASSABAH+:.
-Mohamed Jettou obtient gain de cause après que le tribunal administratif de Casablanca ait ordonné récemment la saisie conservatoire-préventive du fonds de commerce de la société « Libya Oil Maroc », connue sous le nom « Oilibya », et ce comme une garantie d’une dette d’une valeur de 20 Millions de dirhams à verser au profit de Mohamed Jettou qui n’est autre que le frère de l’ancien Premier ministre et actuel président de la Cour des comptes, Driss Jettou.

-Une simple coïncidence fait « tomber » un Algérien à Casablanca après avoir été longuement recherché par Interpol. Des éléments de la police judiciaire relevant de la préfecture de police d’Anfa, a réussi, au cours de la semaine dernière, à appréhender un Algérien recherché depuis 2009 sur les plans national et international. Des sources bien informées ont fait savoir que le mis en cause a été arrêté par coïncidence lors d’une patrouille menée par la police judicaire, soulignant que la personne arrêtée s’est avérée, selon l’enquête préliminaire, un dangereux criminel vivement recherché par l’Interpol pour sa constitution d’une bande criminelle à Bruxelles. L’individu en personne faisait également l’objet d’un mandat de recherche de la part de la police marocaine pour émission de chèques sans provision dont le montant est estimé à plus de 100 millions de centimes.

-Des conditions de « formalité » privent les petits investisseurs des terres de l’Etat. Des investisseurs ont révélé ce qu’ils ont qualifié d' »exclusion systématique » de l’opération de location des terres agricoles supervisées par l’Agence de développement agricole, précisant que l’administration a établi pour les personnes physiques, désirant bénéficier de ces terres, des conditions et des formalités qui ne peuvent être remplies que par des sociétés expérimentées. Ces formalités constituent, selon eux, une mesure utilisée par l’Agence pour barrer la route devant les petits et moyens agriculteurs.

-La chute du gouvernement Benkirane se fera à travers les urnes, a déclaré Hamid Chabat, SG du Parti de l’Istiqlal. Lors d’une rencontre avec les militants de son parti, dimanche à Oujda, à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège du parti dans la capitale de l’Oriental, Chabat a affirmé que « Nous ne craignons pas l’organisation d’élections législatives anticipées et nous n’accepterons pas de surenchères à ce sujet », soulignant que « notre parti est tel un soldat: il est toujours prêt à mener tous les combats ».

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq procède à la fermeture des mosquées « illégales » pour empêcher leur instrumentalisation à des fins idéologiques. Une source au sein ministère a indiqué qu’après la réouverture d’un nombre de mosquées au cours de ces dernières années dans les différents villes du Royaume, il n’y a maintenant aucune raison valable pour l’existence de ces lieux de culte qui ont été ouverts pour l’accomplissement des prières dans des conditions exceptionnelles. Par ailleurs, le ministère a décidé l’ouverture de 42 centres d’apprentissage et de psalmodie du Coran dans la seule ville de Marrakech en tant qu’alternative aux « Maisons du Coran », relevant de l’Association « l’Appel au Coran et à la Sunna » fermées sur décision du ministère.

-Les pressions des Istiqlaliens font annuler la rencontre qui était prévue hier lundi entre le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et les parlementaires du Mouvement populaire. Certaines sources ont indiqué que le Parti de l’Istiqlal, à travers son groupe à la Chambre des représentants, a exercé de fortes pressions sur le groupe parlementaire du parti de l’Epi pour ne pas recevoir le Chef de l’Exécutif, menaçant, dans le cas contraire, de voter contre le projet de loi fixant les principes de délimitation des circonscriptions territoriales.

+AL ALAM+:.
-Une étude « choquante » réalisée par le CNDH sur la pratique de la médecine légale au Maroc. L’étude intitulée « les activités médico-légales au Maroc: la nécessité d’une réforme globale » a révélé que le Maroc ne compte qu’un seul service hospitalier universitaire dans cette discipline, ajoutant que des formations spécifiques à certains champs d’activité médico-légale ont permis de former pour les activités autopsiques environ 70 médecins des Bureaux municipaux d’hygiène (BMH), 15 médecins gendarmes et quelques 300 médecins aussi bien du secteur privé que du secteur public en expertise médicale. L’étude note en outre que la plupart des morgues hospitalières sont vétustes et font face à une insuffisance tant qualitative que quantitative de matériel pour les autopsies.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelilah Benkirane a discuté avec les dirigeants du PJD, au cours d’une réunion secrète, tenue à son domicile samedi dernier à Rabat, la décision du Parti de l’Istiqlal de quitter le gouvernement et les éventuels scénarios qui peuvent en découler dans le sillage des derniers développements de la situation politique en Egypte, ont affirmé des sources au sein du parti de la Lampe. Cette réunion a été marquée par la présence du ministre d’Etat, Abdellah Baha, Souleymane Amrani (2ème SG adjoint du PJD) et le ministre Habib Choubani et par l’absence du ministre des affaires étrangères et de la coopération, Saad Dine El Otmani.

-Situation au sein de l’Istiqlal: Abbas El Fassi opte pour le mutisme. L’ancien SG du Parti de l’Istiqlal a refusé de se livrer à tout commentaire concernant la situation qui prévaut au sein du parti de la balance dans la conjoncture actuelle, notamment après la décision du parti de quitter le gouvernement. Dans une déclaration au journal, M. El Fassi a indiqué qu’il a décidé de garder le silence et de ne pas livrer son point de vue sur toutes les questions d’actualité, qu’elles soient partisanes ou autres.

-Les Istiqlaliens expriment leurs craintes vis-à-vis du règlement intérieur de la Chambre des représentants. Des sources parlementaires bien informées ont indiqué que le Parti de l’Istiqlal n’acceptera pas la réduction à 15 membres le nombre de parlementaires susceptibles de former un groupe parlementaire, proposition défendue par le PPS, soulignant que la décision du Parti de l’Istiqlal ne vise pas le parti du Livre mais plutôt Abdelilah Benkirane car, expliquent-elles, la réduction du nombre de parlementaires composant un groupe parlementaire est de nature à donner au chef du gouvernement et à son parti une large marge de man uvre pour diviser le groupe parlementaire istiqlalien et ainsi former un autre groupe qui en sera issu pour l’utiliser en tant qu’appui à toute nouvelle coalition gouvernementale.

-Encore une fois, une agence de voyage accusée d’escroquerie après avoir arnaqué plus de 200 fidèles tangérois qui voulaient accomplir la Omra! Les victimes de cet acte d’escroquerie ont organisé lundi un sit-in devant le siège de l’agence de voyage et ont déposé une plainte auprès du Procureur du Roi près le tribunal de 1ère instance de la ville dans laquelle elles accusent le patron de l’agence d' »escroquerie et de fraude ».

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Sur fond d’annonce de la liste des nouvelles nominations aux postes de consuls généraux du Maroc à l’étranger: Les candidats en lice dénoncent les irrégularités et infractions ayant émaillé la procédure des nouvelles nominations annoncées, il y a quelques jours, par le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Saad Dine El Otmani. Les postulants ont exprimé leur étonnement de voir la liste rendue publique contenir 13 noms, sachant que l’appel à candidature lancé à cet égard, le 8 avril dernier, ne concernait que 11 postes, soulignant leur volonté d’intenter une action en justice contre le ministère.

+AL MOUNAATAF+:.
-Les propriétaires des stations-service brandissent la menace d’un mouvement de grève en milieu de la semaine prochaine, en raison de l’entêtement des sociétés de distribution de carburants à ne pas répondre à leurs revendications et de la fermeture de la porte du dialogue par les responsables gouvernementaux.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Elections législatives partielles: Le MP et l’Istiqlal, les grands vainqueurs de ce scrutin qui s’est déroulé, jeudi dernier, dans les circonscriptions de Taza, Chichaoua, Sefrou, Marrakech, Figuig et Skhirate-Témara. Ainsi, le parti de l’Epi s’est adjugé 6 sièges sur les 24 qui étaient à pourvoir, alors que le parti de la Balance a réussi à remporter 5 sièges.
-Arrestation d’un Algérien recherché par l’Interpol à l’aéroport de Oujda-Angad. Une source bien informée que les services de police de l’aéroport ont arrêté, dimanche dernier, un ressortissant français d’origine algérienne qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international de la part de la justice espagnole pour son implication dans une affaire de trafic international de drogue.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *