Revue de presse marocaine du 09/05/2013

0 commentaires, 09/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Parlement: Les députés proposent des Assises pour l’évaluation de la gestion déléguée. La Commission de l’Intérieur et des collectivités territoriales à la Chambre des représentants a discuté, mardi, le dossier épineux de la gestion déléguée en présence du ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser. Ce dernier a prêté une oreille attentive aux interventions des députés autour de cette question. Réunis, ces derniers étaient unanimes quant à l’impérieuse nécessité de procéder à une évaluation rigoureuse de la gestion déléguée, afin de pallier les dysfonctionnements. D’autant plus que les collectivités et l’autorité de tutelle ont pu acquérir une riche expérience après tant d’années. Un point de vue entièrement partagé par M. Laenser qui a été catégorique en soulignant que cette évaluation devra être faite de manière objective et sans préjugés. Pour ce faire, les parlementaires ont suggéré la mise en place de mécanismes efficients permettant l’évaluation de ce mode de gestion dans tous ses aspects, en se basant sur les différentes expériences des villes ayant eu recours à ce type de gestion. L’organisation des Assises consacrée à cette question est l’une des propositions émises dans ce sens.

-Administration: Les députés épinglent le gouvernement à propos des nominations aux hautes fonctions. Le ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, Abdeladim El Guerrouj a été interpellé lundi dernier lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants sur les critères de nomination dans les hautes fonctions par deux groupes parlementaires: le PAM et l’USFP. Les députés de ces deux formations n’ont pas fait dans la dentelle. Ils ont en effet tiré à boulets rouges sur le gouvernement, lui demandant de veiller à instaurer davantage de transparence. Ils ont en outre fustigé les critères « taillés sur mesure » dans certains appels à candidatures pour favoriser certains candidats.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Jeunes diplomés, plus de soucis à vous faire!: 85 pc des entreprises envisagent d’accroître leurs effectifs en 2013. Bonne nouvelle pour les jeunes actifs. En effet, « Regus » a annoncé, dans une récente enquête, que 85 pc des entreprises envisagent d’accroître ou de maintenir leurs effectifs en 2013 et qu’un quart d’entre elles a l’intention de recruter plus de 5 pc de nouveaux employés. Voilà une annonce qui vient à point nommé pour conforter les chiffres déjà très positifs du Haut Commissariat au Plan (HCP) qui annonçaient un recul de 53.000 du nombre de chomeurs et de 0,5 point du taux de chomage en ce premier trimestre 2013. L’emploi se porte donc bien au Maroc, faisant preuve du bon développement du tissu économique.

-Le Maroc, un bon client de la Banque africaine de développement: Un encours global de 10 milliards de dollars. La Banque africaine de Développement (BAD) a confiance dans les perspectives de croissance et dans la résilience de l’économie marocaine, a déclaré le conseiller spécial du président de cette institution, Youssouf Ouedraogo, mercredi à Rabat, au cours d’une conférence de presse consacrée à la présentation des assemblées annuelles de cet établissement. Il a aussi qualifié le Maroc de « bon client » de la Banque et affirmé que cette dernière tient Rabat pour l’un des partenaires sur lesquels « elle compte le plus ». De son coté, l’Argentier du Royaume, Nizar Baraka, qui a mis en exergue les enjeux des assembles générales de la BAD (à partir du 27 mai à Marrakech) et les opportunités qu’elles offrent à la promotion de la stratégie de développement économique du Maroc, a rappelé que l’institution ne s’est plus réunie dans le Royaume depuis 40 ans, précisant que 3000 participants y sont attendus. Il a jugé que cette affluence est digne non seulement de la place qu’occupe le Royaume dans le portefeuille de la BAD, mais encore au fait qu’il en est le 7ème actionnaire régional avec 222.069 parts de capital, plus de 100 projets de financement et un encours global de 10 milliards de dollars.

-Après leur dernier revers, les ennemis de notre unité territoriale pris de rage: les pétrodollars algériens coulent à flots. Le polisario et son maître algérien engagés contre la communauté internationale, déploient un important réseau pour parer aux efforts du Royaume d’enraciner les droits de l’Homme et d’instaurer une véritable justice sociale dans cette région. Les pétrodollars algériens coulent actuellement à flots dans les provinces sahariennes, au détriment du contribuable de ce pays qui demeure dans la misère et le besoin. Ainsi, au lendemain de l’échec de la stratégie algérienne et qui consiste à élargir la mission de la Minurso pour s’occuper du monitoring des droits de l’Homme dans les provinces du Sud, un état d’alerte a été déclaré au sein du département algérien du renseignement et de la sécurité (DRS) et parmi les généraux et politiciens de ce pays comme l’attestent de nombreuses déclarations qui ont tiré à boulets rouges sur le Royaume et ont considéré le non élargissement par le Conseil de sécurité du mandat de la Minurso comme un échec de leur stratégie et menace leurs intérêts.

+LIBERATION+:.
-Les administrateurs expriment leur colère contre la discrimination. Face à la politique de marginalisation, d’indifférence et de dévalorisation du corps des administrateurs, le Conseil national de l’Union nationale des administrateurs marocains (UNAM) a décidé d’un programme d’actions militantes, et ce jusqu’à ce que justice leur soit rendue. Dans un communiqué rendu public en début de ce mois, le bureau exécutif de l’UNAM lance un appel à l’ensemble des administrateurs de la Fonction publique à retirer leur argent des banques le 30 mai prochain. « Une marche de la colère contre la discrimination » sera également organisée le 15 juin à Rabat, pour dénoncer la politique de marginalisation de leur cahier revendicatif et de deux poids deux mesures au sein des cadres de l’Etat. La demande principale de l’UNAM, pourtant légitime, consiste à la révision du statut des administrateurs sur la base de l’égalité entre groupes ayant des compétences et assumant des fonctions similaires.

-Des enfants volés au Maroc vendus à des familles espagnoles: 28 cas de traite de mineurs entre 1970 et 1980. L’information relayée hier par « El Pais » et « ABC » et concernant la découverte d’un réseau de trafic d’enfants volés au Maroc et vendus en Espagne a fait l’effet d’une bombe. Le réseau en question achetait des nourrissons à des « femmes de la rue ou sans ressources » et les vendaient en Espagne moyennant 300.000 pesetas (monnaie espagnole à l’époque). Le prix de cession de ces enfants marocains variait entre 1600 et 6000 euros. L’enquête menée il y a plus de deux ans, a permis de mettre le doigt sur 28 cas, mais les enquêteurs croient que le nombre de victimes dépasse largement ce chiffre étant donné que des familles espagnoles faisaient venir à Mellilia des Marocaines enceintes pour y accoucher et leur céder leurs nouveaux nés après falsification des documents de naissance par les centres hospitaliers de la ville occupée.

+AL BAYANE+:.
-Premier lot de la politique de la ville: 23 projets intégrés déjà bouclés et 20 autres en voie de contractualisation. Le premier lot de la politique de la ville est déjà finalisé. Sa concrétisation aura coûté quelque 9 milliards de dirhams et regroupe au total 23 projets intégrés. Leur ventilation, indique Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville, place les projets de requalification urbaine intégrée en tête avec 16 projets, suivis de 4 projets portant sur la requalification des anciennes médinas et 3 réservés au développement de nouveaux poles urbains intégrés. Le ministre a par ailleurs, rappelé que d’ici à fin 2013, 13 villes seront déclarées sans bidonvilles. Cela étant, la bonne marche des différents projets reste fortement tributaire du role des acteurs locaux et du perfectionnement de la gouvernance. Autant dire que le mérite, la transparence et un meilleur ciblage restent les facteurs clés de réussite à même de garantir une bonne incidence sociale.

+L’ECONOMISTE+:.
-MRE: Les cadeaux de Benkirane. Soutien face à la crise, aides aux associations, bourses pour les étudiants défavorisés. Abdelilah Benkirane a choisi la Chambre des Conseillers pour annoncer toute une batterie de mesures destinées au soutien des MRE. Un fond de 10 millions de DH annuel pour venir en aide à ceux en situation de détresse, 3 autres millions pour le soutien à la scolarité des enfants des marocains installés en Afrique.

-Le privé bientot éligible au guichet de la BAD. Le secteur privé marocain sera bientot éligible aux financements de la Banque africaine de développement. L’annonce a été faite hier mercredi par le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, lors d’un point de presse qu’il a présidé en présence du conseiller spécial du président de la BAD, Youssef Ouedraogo. La requête, présentée par le Maroc au conseil d’administration de la banque la semaine dernière à Tunis, se justifie par la vocation africaine du Royaume dont le secteur privé est fortement impliqué dans ces économies avec une accélération du mouvement ces dernières années. Des entreprises des secteurs de la finance, des télécommunications, du transport et l’industrie chimique jouent depuis quelques années un role de pionnier. Auparavant, des concertations ont été menées au niveau de la CGEM et des projets ont même été présentés par des banques marocaines pour accompagner le secteur privé en Afrique, révèle Baraka. Surtout que le Maroc aura prochainement le cadre juridique approprié avec la mise en Âœuvre de la loi sur le partenariat public/privé actuellement dans les circuits d’adoption.

+LE SOIR ECHOS+:.
-RAMED: Le cadeau de Benkirane aux MRE. Hier, le Chef du gouvernement s’est prêté aux questions des Conseillers quant à la situation des Marocains résidant à l’étranger. Il s’agit de la première séance des questions orales adressées au chef du gouvernement depuis le début de la session printanière et du septième oral de Benkirane devant la 2ème Chambre. A la majorité comme à l’opposition, tous les groupes parlementaires ont questionné le chef de l’Exécutif quant au soutien accordé par le gouvernement aux MRE en temps de crise, surtout en ce qui concerne les Marocains résidant en Europe. Dans ce sens, Abdelilah Benkirane a rappelé les différents programmes d’aide lancés par le gouvernement et notamment la mise en place de caisses de solidarité destinées aux MRE en situation de précarité avant d’annoncer que le programme RAMED (Régime d’assistance médicale) sera élargi aux MRE qui ne bénéficient pas d’aide aux soins dans leurs pays de résidence.

+AL MASSAE+:.
-Dans une nouvelle escalade contre le gouvernement Benkirane: Les Istiqlaliens s’apprêtent à annoncer leur retrait du gouvernement samedi prochain. Des sources partisanes bien informées ont révélé que 160 membres du Conseil national du parti ont élaboré une pétition qui sera présentée au parlement du parti, qui tiendra sa réunion samedi prochain à Rabat pour annoncer leur retrait du gouvernement. Selon ces mêmes sources, les initiateurs de cette initiative s’activent pour s’assurer la signature de cette pétition par le plus grand nombre des membres du Conseil national qui sont au nombre de mille. Par ailleurs, des sources istiqlaliennes ont affirmé qu’une réunion a eu lieu mardi au siège de l’UGTM en présence de membres du conseil appartenant à la centrale syndicale, à la jeunesse et à l’organisation de la femme istiqlaliennes, au cours de laquelle les participants ont souligné la nécessité de trancher cette question de retrait ou non du parti de la Balance du gouvernement.

-La justice procède à la saisie du matériel et des équipements de la BMCI. Une source bien informée a indiqué que la banque a refusé d’exécuter la décision du juge pour la quatrième fois, malgré la présence de l’huissier de justice et la publication de l’annonce relative à la vente aux enchères des biens saisis sur les colonnes de l’un des journaux.

-La France appelle ses ressortissants au Maroc à faire preuve de plus de vigilance et de prudence suite aux menaces proférées par Al-Qaïda contre les intérêts français à l’étranger. Le porte-parole de l’ambassade de la France à Rabat a affirmé que les mesures de sécurité prises actuellement pour protéger les représentations diplomatiques et consulaires françaises au Maroc sont les mêmes en vigueur depuis plusieurs mois.

-Actes de violence dans les provinces du sud: Une réunion d’urgence à Smara pour apaiser la situation. Le gouverneur de la ville de Smara a tenu une rencontre avec des chioukhs de tribus sahraouies, des dignitaires et des membres du CORCAS et des acteurs de la société civile pour examiner la situation dans la région et apaiser la tension suite aux récents événements enclenchés dans les provinces du sud.

-Des citoyens investissent le service d’urgences du CHU Hassan II de Fès. Les manifestants ont accusé, mardi, le staff médical de « négligence », appelant à prendre soin de la santé des patients admis au service des urgences et à leur promulguer les soins nécessaires. Commentant ces propos, la direction de l’hopital a nié toute négligence de la part son personnel.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Nouvel épisode dans le bras de fer PJD-Istiqlal: 160 membres du Conseil national de l’Istiqlal signent une pétition dans laquelle ils appellent la direction du parti à sortir du gouvernement lors de la réunion du conseil national, prévue samedi prochain à Rabat, et le député Piste Abdelaziz Aftati a qualifié d' »excellente » l’initiative du parti de la Balance qui permettra de faire la différence entre les positions des personnes, allusion faite aux sorties de Hamid Chabat et celles des institutions du parti, tout en prévoyant la tenue d’élections législatives anticipées.

-Les figures du mouvement de la salafia jihadia mènent des négociations de dernière minute avant de rejoindre le parti de la Renaissance et de la Vertu (PRV) et le SG du parti, Mohamed Khalidi indique que Cheikh Abdelouahab Rafiki (Abou Hafs) s’est dit convaincu de rejoindre le parti en attendant son accord final et officiel alors que Cheikh Mohamed Fizazi n’a pas formulé d’objection concernant cette option. M. Khalidi a toutefois démenti que ces négociations soient tenues sous les auspices de hauts responsables de l’Etat, soulignant que les pourparlers avancent de manière progressive et tout à fait naturelle sans l’intervention d’aucune partie.

-« Les primes » de Salaheddine Mezouar et de Noureddine Bensouda les conduisent devant la justice. Le réseau marocain de protection des deniers publics compte intenter une action en justice contre l’ancien ministre des Finances et le Trésorier général du Royaume la semaine prochaine auprès d’une juridiction de Rabat pour avoir perçu des « indemnités illégales ».

-Les investigations sur le trafic de 32 tonnes de drogue via le port de Tanger-Med s’approchent du chef du réseau. Des sources proches de l’enquête ont indiqué que la BNPJ est parvenue, à travers les enquêtes menées, à mettre la main sur le fil conducteur de cette affaire qui lui permettra d’identifier le véritable propriétaire du camion TIR qui transportait cette quantité de drogue, sans en révéler le nom.

-La Guardia civil espagnole démantèle un réseau de vente de nourrissons marocains à des familles espagnoles entre 1970 et 1980. Les informations fournies, mardi, par les éléments de la Guardia civil espagnole, ont révélé que 14 des 28 victimes ont été introduits au préside occupé de Mellilia avec de faux documents avant d’être transférés vers différentes villes espagnoles.

+ASSABAH+:.
-Scandale de cession de biens immobiliers de l’Etat à des prix symboliques. Le Centre Régional d’Investissement de Casablanca tient, ce jeudi, une réunion qui sera consacrée à la finalisation de la procédure relative à la cession de deux lots de terrain relevant du domaine privé de l’Etat à des prix symboliques alors que leur valeur sur le marché est estimée à 5 milliards de centimes. La cession de ces lots de terrain, sis aux quartiers Bachkou et l’Oasis, vont priver la Trésorerie de 4 milliards de centimes dans un temps de crise économique et de rationalisation des dépenses. Selon plusieurs sources, ces cessions démontrent que l’économie de rente est toujours monnaie courante malgré les discours et les slogans brandis par le gouvernement.

-Hamid Chabat revient sur les dossiers de fraude électorale. Des sources bien informées ont indiqué que le SG du parti de l’Istiqlal a décidé d’organiser la cérémonie de commémoration de la disparition de feu Allal El Fassi dans la ville de Sidi Kacem pour dénoncer les cas de fraude qui ont émaillé les dernières législatives partielles dans cette ville. Selon ces mêmes sources, la réouverture de ce dossier pourrait envenimer les rapports déjà très tendus au sein de la majorité gouvernementale.

-Un gouverneur fait tomber un haut responsable de la Gendarmerie Royale. L’état-major de la Gendarmerie royale a relevé de ses fonctions un haut gradé à Khémisset, accusé d’avoir giflé une femme âgée issue de la tribu Mazourfa dans la région de Tiflet, et ce sur la base d’un rapport détaillé sur le climat de tensions dans la région soumis par Hassan Fatih, gouverneur de la ville Khémisset, au ministère de l’Intérieur. Ledit rapport a été élaboré après un sit-in organisé par les membres de la tribu et la marche organisée en direction du siège de la préfecture de la province pour dénoncer cet acte.

-Des ministres istiqlaliens se désolidarisent avec Benkirane. Des sources istiqlaliennes ont indiqué que les ministres du parti de la balance se sont désengagés, lors de la réunion du Comité exécutif du parti, du communiqué de la dernière réunion du conseil du gouvernement exprimant la solidarité absolue avec les ministres critiqués par Hamid Chabat dans son discours à l’occasion du 1er mai. Ces mêmes sources ont indiqué que Abdessamad Qayyouh, Youssef Amrani et Fouad Douiri ont exprimé leur opposition au communiqué publié à l’issue du Conseil de gouvernement de jeudi dernier, faisant savoir qu’ils ont été surpris par le ton incendiaire utilisé contre le SG de leur parti.

-La majorité gouvernementale décide de geler ses réunions de manière provisoire. Des sources proches du gouvernement ont indiqué que certaines composantes de l’Exécutif n’ont pas apprécié les critiques acerbes et les attaques virulentes du parti de l’Istiqlal, malgré les tentatives menées pour apaiser la situation et convaincre Hamid Chabat de faire preuve de plus de discipline et de respect des composantes de la majorité.

-Ministère de la Santé: les postes de responsabilité créent la tension. Des cadres du ministère ont appelé à l’ouverture d’une enquête sur le respect des dispositions légales relatives à la nomination à de hautes fonctions. Des sources bien informées ont indiqué que la tension et le mécontentement règnent au sein du département d’El Houcine El Ouardi suite à ce qu’ils ont qualifié d' »improvisation » dans la gestion des candidatures pour certains postes de responsabilité.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Un site électronique séparatiste exploite des photos du mouvement du « 20 février » comme preuve de l’implication des forces de l’ordre dans les événements survenus dans les provinces du sud. Hamza Mahfoud, membre du mouvement, a catégoriquement démenti les allégations mensongères relayées par un site pro-séparatiste qui a exploité une photo prise lors d’une intervention des forces de l’ordre pour la dispersion d’une manifestation organisée par le mouvement à Casablanca comme étant une preuve de l’implication des forces de l’ordre dans les récents événements survenus à Dakhla, ajoutant que ce n’est pas la première fois que ce genre de sites à la solde des thèses séparatistes utilisent les photos du mouvement dans ces manoeuvres.

-Des groupes parlementaires à la Chambre des conseillers dénoncent la préoccupation du gouvernement par les conflits et surenchères politiciens, les calculs étriqués et l’échange d’accusations au lieu de se pencher sur les grands défis auxquels fait face le pays sur fond de plusieurs indicateurs préoccupants ayant trait aux effets de la crise économique et aux derniers développements de la question de l’intégrité territoriale du Royaume.

-L’Union Constitutionnelle (UC) examine la question de sa participation au gouvernement Benkirane. Des sources concordantes ont fait savoir que des dirigeants du parti du Cheval sont pour l’acceptation de n’importe quelle proposition visant la participation du parti au gouvernement Benkirane-bis au cas où l’Istiqlal décide de rejoindre les rangs de l’opposition alors que l’un des dirigeants du parti a évoqué la formation d’un gouvernement d’union nationale pour faire face à la crise économique et politique que connait le pays.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-La crise de Benkirane avec ses alliés s’accentue. Des ministres istiqlaliens ont exprimé leur désengagement vis-à-vis du dernier communiqué du gouvernement qui a exprimé sa solidarité avec les trois ministres vivement critiqués par Hamid Chabat. Des sources au sein du comité exécutif de l’Istiqlal ont indiqué que Abdessamad Qayyouh, Youssef Amrani et Fouad Douiri se sont désengagés du communiqué du Conseil de gouvernement, soulignant que la question de solidarité avec les trois ministres a été évoquée d’une manière générale et passagère lors de la réunion de l’Exécutif.

-UMT: le dialogue social est « une perte de temps ». Le SG de l’UMT, Miloudi Moukhariq a indiqué que le dialogue a des règles et doit être en conformité avec un ordre du jour bien défini auparavant. Les propos de Moukhariq interviennent suite aux déclarations faites mardi par Abdeladim El Guerrouj, ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, dans lesquelles il a souligné que le gouvernement s’est engagé dans un dialogue social fructueux.

-Cinq syndicats d’enseignement ont boycotté le dialogue sur le mouvement de mutation initié le 7 mai par le ministère de l’Education nationale, en guise de protestation contre le manque de respect de la méthodologie participative avec les syndicats.

+ATTAJDID+:.
-Le nom d’une participante israélienne rayé de la liste des participants à un Forum sur les énergies renouvelables, qui sera organisé en juin à Fès en partenariat entre l’Université Sidi Mohamed Benabdellah, l’ISESCO, le réseau international des énergies renouvelables et le centre de Marseille. Cette décision intervient suite au refus formulé par plusieurs enseignants de l’université contre la participation de cette Israélienne à ce Forum, alors que le DG de l’ISESCO, Abdelaziz Othmane Al Twaijri, a démenti la participation de cette Israélienne, ajoutant que le nom qui circule n’a aucun rapport avec le programme officiel du forum.

-Question du Sahara: Des instances et des acteurs de la société civile lance l' »Appel de Laâyoune » pour un dialogue responsable. L’appel, qui serait lancé ce jeudi, met l’accent sur la nécessité d’Âœuvrer pour la consécration du principe du dialogue global et responsable entre les différentes parties et de ne pas recourir à l’arbitrage de la rue qui est à même d’attiser la violence et d’aggraver la situation sécuritaire dans la région.

+AL KHABAR+:.
-Le Parlement (Conseil national) de l’Istiqlal vote, samedi, la décision du retrait du parti du gouvernement. Plus de 160 membres du conseil national du parti de la balance ont signé une pétition appelant le parti à sortir du gouvernement. La pétition a été signée en coordination avec la direction de la jeunesse istiqlalienne, de l’UGTM, des deux groupes parlementaires et des autres structures parallèles du parti. Des sources ont indiqué que le Conseil national a décidé de consacrer sa session ordinaire de samedi pour l’examen et le vote d’un seul point, celui de la sortie du gouvernement Benkirane.

-L’état-major de la Gendarmerie royale a procédé, la semaine dernière, à un vaste mouvement ayant concerné quatre commandements à travers le Royaume. Par ailleurs, des sources informées ont indiqué que le commandant de la brigade de la gendarmerie royale à Khémisset a été démis de ses fonctions et rattaché aux services centraux de l’état-major à Rabat, affirmant que cette mesure a été prise sur fond de plusieurs mouvements de protestation dans la ville et ses régions contre ce responsable ainsi que de problèmes de gestion de la brigade.

-Un groupe de détenus politiques et de victimes des « années de plomb » tirent à boulets rouges sur Driss El Yazami, président du CNDH, qui est revenu sur le traitement de leurs dossiers de manière à satisfaire leurs revendications légitimes. Le groupe lui endosse aussi la responsabilité des conséquences de la suspension par le Conseil de la réparation des préjudices qu’ils ont subis tout en menaçant d’escalade. Le groupe a, lors d’une réunion tenue à Rabat, décidé d’observer un sit-in demain vendredi, devant le siège du CNDH avec la possibilité d’observer une grève de la faim.

-Les déclarations d’Abdellah Bouanou, président du groupe du PJD à la Chambre des représentants, le week-end dernier à Rhamna, concernant les sommes d’argent perçues par la région en 2010, ont été au centre de la réunion du secrétariat général du PAM mardi, a révélé une source informée, ajoutant que les PAMistes ont souligné que Bouanou a formulé plusieurs allégations concernant ce dossier et que les fonds en question ont été accordés à la région de Marrakech-Tensift-El Haouz et non pas à la province de Rhamna sur la base d’une convention signée lors d’une cérémonie présidée de SM le Roi Mohammed VI à Marrakech.

-PPS: Le mouvement réformateur durcit le ton en guise de protestation contre ce qu’il a qualifié de « campagne enragée » menée par certains sympathisants du Secrétaire régional du parti dans la région du Grand Casablanca et du directeur du siège national du parti à Rabat. Cette campagne consiste en la publication de photos fabriquées et d’allégations mensongères sur la page web du parti et qui visent des membres du mouvement. Dans ce sens, les membres de ce dernier ont menacé d’entreprendre toutes les initiatives et les mesures réglementaires, administratives et juridiques à l’encontre de tous ceux qui portent atteinte à l’image du mouvement et de ses membres.

+AL ALAM+:.
-Saisie des comptes bancaires du Holding Al Omrane-Al Boughaz. Des sources bien informées ont indiqué que l’établissement est incapable, depuis quelques jours, d’avoir accès à ses comptes bancaires, pour non-paiement de ses dus auprès de la direction des Domaines de l’Etat, soulignant que le montant du déficit est estimé à 42 millions de dirhams.

+AL MOUNATAAF+:.
-Le gel de versement des salaires de 523 fonctionnaires fantomes. Selon des informations relayées par la presse, les établissements publics s’apprêtent à lancer des concours pour pourvoir des postes occupés par des fonctionnaires fantomes, qui ont abandonné leurs postes pendant des années, et dont certains ont même quitté le pays et recevaient toujours leurs salaires mensuels de manière régulière.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Les centrales syndicales battent les tambours de guerre suite à l’échec du dialogue social. Les syndicats n’ont pas reçu, jusqu’à mercredi matin, une correspondance du Chef du gouvernement pour se réunir de nouveau autour de la table du dialogue. Face à cette situation, Said Safsafi, SG de l’Union syndicale des fonctionnaires, a menacé le gouvernement d’une escalade sans précédent, soulignant que l’Union ne restera pas les bras croisés devant l’échec du dialogue social.

+ASSAHRA AL MAGHRIBIA+:.
-La Chambre des conseillers condamne les actes de violence perpétrés par les ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume dans les provinces du sud. Les conseillers ont été unanimes à condamner les actes de violence, de vandalisme et d’intimidation des citoyens dans les provinces sahariennes par une poignée de séparatistes conspirateurs.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Un important dispositif sécuritaire pour assurer la protection des unités industrielles à El Jadida. Les autorités ont récemment mobilisé une équipe des forces auxiliaires et trois équipes de police pour assurer la protection des grandes unités économiques et industrielles à El Jadida, notamment le port de Jorf Lasfar, les unités de phosphates, les complexes chimiques et les sociétés pétrolières et gazières dans cette zone.

-9.722 coopératives sans interlocuteur depuis cinq mois: Mohamed Najib Boulif estime qu’il s’agit d’une affaire interne. Des sources bien informées ont indiqué que les problèmes internes au sein du ministère des Affaires générales et de la gouvernance, dirigé par Najib Boulif, ont poussé le nouveau directeur de l’Office du développement de la coopération, Yassine Farhat, à présenter sa démission, un mois seulement après sa nomination. Le ministre a estimé que les raisons de la démission de Farhat sont « une affaire interne » que je ne peux pas divulguer.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *