Revue de presse marocaine du 09/04/2013

0 commentaires, 09/04/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les titres à la Une de la presse quotidienne de ce mardi:.

+L’ECONOMISTE+:.
-Coupes budgétaires: Le cirque dans la majorité. L’annonce du décret supprimant 15 MMDH du budget d’investissement public a eu l’effet d’une bombe dans la classe politique. Les partis d’opposition crient au scandale et s’en prennent au gouvernement qui a pris une décision d’une telle ampleur en catimini. A la limite, si l’opposition monte au créneau, elle est dans son role. Mais, le plus grave, c’est le feu allumé dans les rangs de la majorité. L’Istiqlal a commencé à souffler sur les braises. Le parti de Hamid Chabat, en conclave, le weekend dernier, estime que la décision du gouvernement de sabrer dans les investissements publics est « une solution de facilité ». Le MP est également entré dans la danse. Pour Mohand Laenser, lors d’une réunion avec ses groupes parlementaires, il ne s’agit plus de « faire des promesses en l’air », mais parler le langage de la vérité sur la situation économique et sociale. En tout cas, les digues de la coalition semblent se fissurer de plus en plus.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Parlement: Un menu alléchant pour la session printanière. La session parlementaire du printemps s’ouvre dans quelques jours. Les parlementaires auront du pain sur la planche pour accélérer le rythme du travail législatif. Pas moins de 34 textes de loi hérités de la dernière session parlementaire devront être adoptés au cours de la session du printemps. Même la session extraordinaire décidée par le gouvernement à quelques jours de l’ouverture de la session ordinaire n’a pas tenu ses promesses. Sur les cinq textes programmés, deux seulement ont été adoptés. Les trois autres seront débattus lors de le session ordinaire. Les textes électoraux, la loi organique sur l’amazigh et les grandes réformes structurelles seront les priorités de la session printanière.

-Suite à l’interdiction d’accès à Ramallah de son député, le PAM interpelle le Conseil européen et le ministre des Affaires étrangères. Abdellatif Ouahbi, Chef du groupe parlementaire du PAM, qualifie d' »acte raciste » l’interdiction d’accès à Ramallah du député Mehdi Bensaid par les autorités d’occupation israélienne dimanche. Selon M. Ouahbi, le parti ne compte pas rester les bras croisés face à cet acte « arbitraire » ciblant les deux seuls membres arabes parmi la vingtaine de députés composant la délégation de la sous-commission sur le Proche-Orient à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. « Nous soutiendrons notre confrère jusqu’à ce qu’il obtienne gain de cause et assure sa mission dans les territoires occupés », a déclaré M. Ouahbi, précisant que le parti du Tracteur a interpellé les hauts responsables du Conseil européen, ainsi que Saad-Dine El Otmani, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, et Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, pour que l’affaire soit résolue.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Forum de Rabat: L’intégration africaine en crise. Rabat abrite depuis hier un forum panafricain de haut niveau sur la place de la culture dans la diplomatie africaine. Cette rencontre qui s’achèvera demain doit permettre aux participants (diplomates et agents des ministères des affaires étrangères) de mieux cerner les nouvelles stratégies en vue de construire une diplomatie africaine ouverte sur elle-même et aussi de proposer des mécanismes d’une meilleure intégration politique, économique et culturelle des pays africains.

-L’aéroport de Casablanca présente un risque. La configuration de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca présente des risques de confusion entre les deux pistes ou entre une piste et le taxiway. Pour l’instant, cinq incidents ont été enregistrés dont un « grave ». Pour minimiser les risques, l’ONDA a entamé un plan d’action, mais la direction générale de l’aviation civile estime que l’Office doit fournir plus d’efforts en dressant une étude de sécurité approfondie à ce sujet.

+LIBERATION+:.
-Le SDJ lance un avertissement au gouvernement: Le Syndicat décidé à entamer une nouvelle série de protestations. Le Syndicat démocratique de justice (SDJ) a adressé un avertissement au gouvernement Benkirane avant d’entamer une nouvelle série de protestations. Il y a quelques mois, ce syndicat affilié à la FDT avait adressé une lettre au Chef de gouvernement concernant le conflit social dans le secteur de la justice et l’injustice qui frappe les fonctionnaires de ce département depuis que Mustapha Ramid a été nommé ministre de la Justice et des libertés. Mais il n’a reçu aucune réponse de la part d’Abdelilah Benkirane.

-Le Maroc s’installe dans la crise. Suite à la tenue du Conseil du gouvernement jeudi dernier, l’Exécutif a annoncé une coupe drastique dans le budget d’investissement d’un montant de 15 milliards de DH, soit près de 2 pc du PIB, afin de cloturer l’année 2013 avec un déficit budgétaire de moins de 5 pc. Une ambition qui met à nu l’incapacité du gouvernement à faire face à la situation et sa volonté de se mettre en conformité, à tout prix, avec les exigences des agences de notation qui ont abaissé la note du Maroc de « stable » à « négative », renchérissant ainsi la charge qu’il aura à supporter pour accéder aux emprunts. Surtout du fait qu’il se trouve contraint d’opérer une autre sortie à l’international.

-Abdelaadim El Guerrouj fait du neuf avec du vieux. La nouvelle stratégie nationale de modernisation de l’administration lancée dernièrement par Abdelaadim El Guerrouj, va-t-elle réussir là où les précédentes ont échoué? En effet, depuis 1998, les tentatives de réforme de l’administration se succèdent et se ressemblent. C’est le cas, par exemple, du Pacte de bonne gestion resté à l’état de projet ou le Programme de modernisation concocté en 2005. Annoncée depuis plusieurs mois, la nouvelle stratégie nationale lancée vendredi dernier par le ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration repose sur trois axes: la simplification des procédures, la valorisation du capital humain et la réorientation des organisations et des structures de l’administration.

+L’OPINION+:.
-Récession dans la zone euro, hausse des prix des produits de base et volatilité des cours de change: les trois principales menaces pour l’économie marocaine. Trois facteurs ont eu des effets néfastes sur l’économie marocaine en 2012: récession dans la zone euro, maintien à un niveau élevé des prix des produits de base et volatilité accrue des cours de change. C’est ce qui ressort du dernier rapport de la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) relevant du ministère de l’Economie et des finances. Pour ce qui est du premier facteur, la hausse considérable du chomage dans la zone euro, passant d’un taux de 8,4 pc en 2008 à 11,7 pc en 2012, suite à l’aggravation de l’état de santé en Europe, a fait baisser aussi bien les transferts des MRE que les recettes touristiques. Concernant les cours des produits de base, la hausse des factures énergétique et céréalière a contribué à la dégradation de la balance commerciale à hauteur de 84 pc sur la période 2008-2012 contre 50 pc sur la période 2003-2007. S’agissant du troisième facteur qui a impacté sérieusement l’économie marocaine en 2012, la DTFE souligne que la volatilité accrue des cours de change, due à la crise de la dette souveraine dans certains pays de la zone, a fait déprécier le dirham de 6,7 pc par rapport au dollar (8,6 DH en moyenne en 2012 contre 8,1 DH en 2011).

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Maroc-Turquie: De nouveaux accords en vue dans le domaine des transports. Le Maroc compte profiter davantage de l’expérience turque dans le domaine des transports. En fait, les deux pays signeront en mai prochain un accord de coopération bilatérale dans le secteur du transport aérien. De même, ils prévoient de revoir l’accord de coopération dans le domaine routier qui lie les deux pays, d’actualiser l’accord dans le domaine maritime, qui date de 1987, et d’accélérer la finalisation d’un accord de coopération entre l’Office national des chemins de fer (ONCF) et son vis-à-vis turc le TCDD. C’est ce dont le ministre de l’Equipement et du transport, Aziz Rebbah et son homologue turc, Benali Yildirim ont convenu dimanche dernier à Istanbul, à l’occasion d’une visite de travail qu’a effectuée le ministre marocain en Turquie à la tête d’une délégation comprenant plusieurs responsables de son ministère et des organismes qui en relèvent, notamment l’Office national des aéroports (ONDA), l’Office national des ports (ONP) et le Laboratoire national d’essais et d’études (LPEE).

+ASSABAH+:.
-Arrestation de 11 militaires à Smara suite à l’infiltration d’éléments séparatistes. Les éléments de la gendarmerie royale à Smara ont différé, le week-end dernier, onze militaires devant le Procureur général du Roi près le tribunal militaire de Rabat, après l’infiltration de cinq éléments séparatistes au quartier général de la MINURSO, dont ils assuraient la garde. Les soldats, poursuivis pour violation des règlements militaires, ont été incarcérés au pavillon militaire à la prison locale de Salé.

-Les fonds de l’Etat soulèvent un conflit entre le gouvernement et le Parlement, qui accuse le Chef de l’Exécutif de marginaliser le pouvoir de l’institution législative lors de la révision des budgets d’investissement de plusieurs départements ministériels. Par ailleurs, des parlementaires ont appelé le gouvernement à l’adoption d’une loi de finances « amendée » qui prend en considération la situation économique et financière délicate du pays, sur fond de la décision de Abdelilah Benkirane d’arrêter l’exécution de 15 milliards de dirhams des dépenses de l’investissement au titre de l’exercice 2013.

-Mohand Laenser, SG du MP, tire à boulets rouges sur certains militants du parti en conflit à cause des préparatifs du prochain Congrès national du Parti de l’Epi, et appelle les militants harakis à resserrer les rangs en prévision de ce conclave et à renoncer aux différends pour affronter les véritables adversaires du parti.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Alors que ses alliés, l’Istiqlal et le MP, ont tiré la sonnette d’alarme: Le PJD minimise l’ampleur de la crise et affirme que la situation économique est « sous controle ». Une source au sein du parti de la Lampe a indiqué que la réunion des membres du Secrétariat général du PJD a abouti à la conclusion que la situation financière est « sous controle », ajoutant que les critiques virulentes adressées au gouvernement concernent sa capacité à faire face à la situation délicate des finances publiques ne visent qu’à semer des troubles qui donnent l’impression que le pays est au bord de la faillite, alors que la réalité est totalement différente.

-Le débat sur la crise économique s’invite au Parlement. Le gouvernement a accepté la présence du ministre de l’Economie et des Finances et le ministre chargé du budget à la réunion d’urgence convoquée par la Commission des Finances, à l’appel des députés PJDistes pour discuter de la situation réelle de l’économie nationale et de la véracité des conditions imposées par le FMI concernant la réduction de 15 MMDH du budget des investissements en cas de non-réalisation par l’économie nationale d’un taux de croissance de 5 pc.

Voici les titres à la Une de la presse quotidienne de ce mardi:.

+L’ECONOMISTE+:.
-Coupes budgétaires: Le cirque dans la majorité. L’annonce du décret supprimant 15 MMDH du budget d’investissement public a eu l’effet d’une bombe dans la classe politique. Les partis d’opposition crient au scandale et s’en prennent au gouvernement qui a pris une décision d’une telle ampleur en catimini. A la limite, si l’opposition monte au créneau, elle est dans son role. Mais, le plus grave, c’est le feu allumé dans les rangs de la majorité. L’Istiqlal a commencé à souffler sur les braises. Le parti de Hamid Chabat, en conclave, le weekend dernier, estime que la décision du gouvernement de sabrer dans les investissements publics est « une solution de facilité ». Le MP est également entré dans la danse. Pour Mohand Laenser, lors d’une réunion avec ses groupes parlementaires, il ne s’agit plus de « faire des promesses en l’air », mais parler le langage de la vérité sur la situation économique et sociale. En tout cas, les digues de la coalition semblent se fissurer de plus en plus.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Parlement: Un menu alléchant pour la session printanière. La session parlementaire du printemps s’ouvre dans quelques jours. Les parlementaires auront du pain sur la planche pour accélérer le rythme du travail législatif. Pas moins de 34 textes de loi hérités de la dernière session parlementaire devront être adoptés au cours de la session du printemps. Même la session extraordinaire décidée par le gouvernement à quelques jours de l’ouverture de la session ordinaire n’a pas tenu ses promesses. Sur les cinq textes programmés, deux seulement ont été adoptés. Les trois autres seront débattus lors de le session ordinaire. Les textes électoraux, la loi organique sur l’amazigh et les grandes réformes structurelles seront les priorités de la session printanière.

-Suite à l’interdiction d’accès à Ramallah de son député, le PAM interpelle le Conseil européen et le ministre des Affaires étrangères. Abdellatif Ouahbi, Chef du groupe parlementaire du PAM, qualifie d' »acte raciste » l’interdiction d’accès à Ramallah du député Mehdi Bensaid par les autorités d’occupation israélienne dimanche. Selon M. Ouahbi, le parti ne compte pas rester les bras croisés face à cet acte « arbitraire » ciblant les deux seuls membres arabes parmi la vingtaine de députés composant la délégation de la sous-commission sur le Proche-Orient à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. « Nous soutiendrons notre confrère jusqu’à ce qu’il obtienne gain de cause et assure sa mission dans les territoires occupés », a déclaré M. Ouahbi, précisant que le parti du Tracteur a interpellé les hauts responsables du Conseil européen, ainsi que Saad-Dine El Otmani, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, et Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, pour que l’affaire soit résolue.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Forum de Rabat: L’intégration africaine en crise. Rabat abrite depuis hier un forum panafricain de haut niveau sur la place de la culture dans la diplomatie africaine. Cette rencontre qui s’achèvera demain doit permettre aux participants (diplomates et agents des ministères des affaires étrangères) de mieux cerner les nouvelles stratégies en vue de construire une diplomatie africaine ouverte sur elle-même et aussi de proposer des mécanismes d’une meilleure intégration politique, économique et culturelle des pays africains.

-L’aéroport de Casablanca présente un risque. La configuration de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca présente des risques de confusion entre les deux pistes ou entre une piste et le taxiway. Pour l’instant, cinq incidents ont été enregistrés dont un « grave ». Pour minimiser les risques, l’ONDA a entamé un plan d’action, mais la direction générale de l’aviation civile estime que l’Office doit fournir plus d’efforts en dressant une étude de sécurité approfondie à ce sujet.

+LIBERATION+:.
-Le SDJ lance un avertissement au gouvernement: Le Syndicat décidé à entamer une nouvelle série de protestations. Le Syndicat démocratique de justice (SDJ) a adressé un avertissement au gouvernement Benkirane avant d’entamer une nouvelle série de protestations. Il y a quelques mois, ce syndicat affilié à la FDT avait adressé une lettre au Chef de gouvernement concernant le conflit social dans le secteur de la justice et l’injustice qui frappe les fonctionnaires de ce département depuis que Mustapha Ramid a été nommé ministre de la Justice et des libertés. Mais il n’a reçu aucune réponse de la part d’Abdelilah Benkirane.

-Le Maroc s’installe dans la crise. Suite à la tenue du Conseil du gouvernement jeudi dernier, l’Exécutif a annoncé une coupe drastique dans le budget d’investissement d’un montant de 15 milliards de DH, soit près de 2 pc du PIB, afin de cloturer l’année 2013 avec un déficit budgétaire de moins de 5 pc. Une ambition qui met à nu l’incapacité du gouvernement à faire face à la situation et sa volonté de se mettre en conformité, à tout prix, avec les exigences des agences de notation qui ont abaissé la note du Maroc de « stable » à « négative », renchérissant ainsi la charge qu’il aura à supporter pour accéder aux emprunts. Surtout du fait qu’il se trouve contraint d’opérer une autre sortie à l’international.

-Abdelaadim El Guerrouj fait du neuf avec du vieux. La nouvelle stratégie nationale de modernisation de l’administration lancée dernièrement par Abdelaadim El Guerrouj, va-t-elle réussir là où les précédentes ont échoué? En effet, depuis 1998, les tentatives de réforme de l’administration se succèdent et se ressemblent. C’est le cas, par exemple, du Pacte de bonne gestion resté à l’état de projet ou le Programme de modernisation concocté en 2005. Annoncée depuis plusieurs mois, la nouvelle stratégie nationale lancée vendredi dernier par le ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration repose sur trois axes: la simplification des procédures, la valorisation du capital humain et la réorientation des organisations et des structures de l’administration.

+L’OPINION+:.
-Récession dans la zone euro, hausse des prix des produits de base et volatilité des cours de change: les trois principales menaces pour l’économie marocaine. Trois facteurs ont eu des effets néfastes sur l’économie marocaine en 2012: récession dans la zone euro, maintien à un niveau élevé des prix des produits de base et volatilité accrue des cours de change. C’est ce qui ressort du dernier rapport de la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) relevant du ministère de l’Economie et des finances. Pour ce qui est du premier facteur, la hausse considérable du chomage dans la zone euro, passant d’un taux de 8,4 pc en 2008 à 11,7 pc en 2012, suite à l’aggravation de l’état de santé en Europe, a fait baisser aussi bien les transferts des MRE que les recettes touristiques. Concernant les cours des produits de base, la hausse des factures énergétique et céréalière a contribué à la dégradation de la balance commerciale à hauteur de 84 pc sur la période 2008-2012 contre 50 pc sur la période 2003-2007. S’agissant du troisième facteur qui a impacté sérieusement l’économie marocaine en 2012, la DTFE souligne que la volatilité accrue des cours de change, due à la crise de la dette souveraine dans certains pays de la zone, a fait déprécier le dirham de 6,7 pc par rapport au dollar (8,6 DH en moyenne en 2012 contre 8,1 DH en 2011).

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Maroc-Turquie: De nouveaux accords en vue dans le domaine des transports. Le Maroc compte profiter davantage de l’expérience turque dans le domaine des transports. En fait, les deux pays signeront en mai prochain un accord de coopération bilatérale dans le secteur du transport aérien. De même, ils prévoient de revoir l’accord de coopération dans le domaine routier qui lie les deux pays, d’actualiser l’accord dans le domaine maritime, qui date de 1987, et d’accélérer la finalisation d’un accord de coopération entre l’Office national des chemins de fer (ONCF) et son vis-à-vis turc le TCDD. C’est ce dont le ministre de l’Equipement et du transport, Aziz Rebbah et son homologue turc, Benali Yildirim ont convenu dimanche dernier à Istanbul, à l’occasion d’une visite de travail qu’a effectuée le ministre marocain en Turquie à la tête d’une délégation comprenant plusieurs responsables de son ministère et des organismes qui en relèvent, notamment l’Office national des aéroports (ONDA), l’Office national des ports (ONP) et le Laboratoire national d’essais et d’études (LPEE).

+ASSABAH+:.
-Arrestation de 11 militaires à Smara suite à l’infiltration d’éléments séparatistes. Les éléments de la gendarmerie royale à Smara ont différé, le week-end dernier, onze militaires devant le Procureur général du Roi près le tribunal militaire de Rabat, après l’infiltration de cinq éléments séparatistes au quartier général de la MINURSO, dont ils assuraient la garde. Les soldats, poursuivis pour violation des règlements militaires, ont été incarcérés au pavillon militaire à la prison locale de Salé.

-Les fonds de l’Etat soulèvent un conflit entre le gouvernement et le Parlement, qui accuse le Chef de l’Exécutif de marginaliser le pouvoir de l’institution législative lors de la révision des budgets d’investissement de plusieurs départements ministériels. Par ailleurs, des parlementaires ont appelé le gouvernement à l’adoption d’une loi de finances « amendée » qui prend en considération la situation économique et financière délicate du pays, sur fond de la décision de Abdelilah Benkirane d’arrêter l’exécution de 15 milliards de dirhams des dépenses de l’investissement au titre de l’exercice 2013.

-Mohand Laenser, SG du MP, tire à boulets rouges sur certains militants du parti en conflit à cause des préparatifs du prochain Congrès national du Parti de l’Epi, et appelle les militants harakis à resserrer les rangs en prévision de ce conclave et à renoncer aux différends pour affronter les véritables adversaires du parti.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Alors que ses alliés, l’Istiqlal et le MP, ont tiré la sonnette d’alarme: Le PJD minimise l’ampleur de la crise et affirme que la situation économique est « sous controle ». Une source au sein du parti de la Lampe a indiqué que la réunion des membres du Secrétariat général du PJD a abouti à la conclusion que la situation financière est « sous controle », ajoutant que les critiques virulentes adressées au gouvernement concernent sa capacité à faire face à la situation délicate des finances publiques ne visent qu’à semer des troubles qui donnent l’impression que le pays est au bord de la faillite, alors que la réalité est totalement différente.

-Le débat sur la crise économique s’invite au Parlement. Le gouvernement a accepté la présence du ministre de l’Economie et des Finances et le ministre chargé du budget à la réunion d’urgence convoquée par la Commission des Finances, à l’appel des députés PJDistes pour discuter de la situation réelle de l’économie nationale et de la véracité des conditions imposées par le FMI concernant la réduction de 15 MMDH du budget des investissements en cas de non-réalisation par l’économie nationale d’un taux de croissance de 5 pc.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Mohamed Saïd Saadi, un des leaders du PPS, accuse le gouvernement de « jouer avec l’avenir du pays ». Dans une déclaration au journal, Saadi a mis également en garde contre les risques liés à la réduction du budget d’investissement qui aurait un impact négatif sur le taux de croissance dans les prochaines années et sur les entreprises qui se trouveraient dans l’incapacité de s’acquitter de leurs obligations et procèderaient par conséquent au licenciement de leurs employés et à la réduction des heures de travail, ce qui aurait, pour sa part, un impact également sur le pouvoir d’achat des milliers d’employés.

-Hassan Abyaba: Le Maroc a besoin d' »hommes d’Etat » et non pas de « derviches ». Lors d’une rencontre organisée samedi dernier à Casablanca, Hassan Abyaba, membre du bureau politique de l’UC, a souligné la nécessité de mettre la bonne personne à la bonne place pour assurer une meilleure gestion de la chose publique, ajoutant que le pays a besoin d' »hommes d’Etat » qualifiés et compétents et non de « derviches » qui font de la piété l’outil de gestion de l’Etat et des politiques publiques.

+AL MASSAE+:.
-Un militaire trentenaire, armé d’une hache, a attaqué lundi une agence de Barid Al Maghrib à Rabat et en a blessé le directeur au niveau de la tête, ont indiqué des sources bien informées. Les services de police ont arrêté l’agresseur qui voulait s’accaparer des fonds de l’agence et l’ont embarqué au poste de police sis au quartier « l’Océan ».

-Le gouvernement s’apprête à réduire à 3000 le nombre des postes d’emplois à créer dans le secteur public au titre de la loi de finances 2014 en raison des contraintes de la conjoncture économique difficile au Maroc. Des sources bien informées au sein de la majorité ont indiqué que le gouvernement sera contraint de controler le nombre de postes d’emplois en raison du creusement du déficit budgétaire (7,1 pc), de la hausse du volume de la masse salariale et des contraintes de la Caisse de compensation.

-La situation de la communauté marocaine établie à l’étranger, sujet de la première séance mensuelle de questionnement du Chef de gouvernement à la Chambre des conseillers, qui se tiendra le 24 avril. La séance sera tenue sur fond des répercussions négatives de la crise économique mondiale sur la situation des MRE et de la décision des autorités néerlandaises de réduire les allocations familiales accordées aux Marocains établis aux Pays-Bas.

-Des conseillers à la municipalité de Rabat exigent la destitution de Driss Lachgar, Premier Secrétaire de l’USFP, de son poste de vice-maire de la ville après son élection à la tête du parti de la Rose. Des sources ont indiqué que Lachgar pourrait anticiper cette mesure en présentant sa démission pour se consacrer aux affaires du parti.

-Abdeladim El Guerrouj, ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration déclare dans un entretien au journal, que la réduction des salaires des fonctionnaires est « impossible » dans la conjoncture actuelle, affirmant que Abdelilah Benkirane « n’a jamais évoqué cette question ». Il a par ailleurs souligné que la situation des finances publiques ne permet pas une autre opération de départ volontaire.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le gouvernement reconnaît que le pays est en crise! Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la politique de la ville, Nabil Benabdellah a reconnu, lors des travaux du conseil d’administration de l’agence urbaine de Tanger que la crise économique commence à ronger le pays, ajoutant que le Chef de gouvernement va signer dans les prochains jours un décret visant la simplification des procédures d’autorisation en vue de la réalisation de plusieurs projets qui étaient suspendus et ce pour faire face à la récession économique.

-Les autorités israéliennes interdisent au député PAMiste, Mehdi Bensaid et au conseiller USFPéiste, Salem Chekkaf l’entrée à Ramallah en Cisjordanie, où ils devaient prendre part, en tant que représentants du Maroc, aux entretiens d’une délégation de la sous-commission sur le Proche-Orient à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (ACPE) avec des officiels palestiniens. Suite à cette attitude, le député Bensaïd a décidé d’observer un sit-in sur le coté jordanien du pont du Roi Hussein, reliant la Jordanie aux territoires palestiniens occupés.

-Les services de police ont arrêté lundi aux frontières maroco-mauritaniennes la conseillère communale au conseil de la commune urbaine de Sidi Bouaathmane à la province des Rhamna, poursuivie pour escroquerie de plusieurs citoyens. La conseillère avait prétendu entretenir des rapports avec des parties influentes de l’Etat et de hauts cadres du Holding « Al Omrane » à Marrakech et affirmé à plusieurs de ses victimes que cet établissement offrait des réductions de 50 pc pour l’achat de logements en contrepartie de « commissions » à verser aux responsables chargés de l’opération de vente. Des sources bien informées ont indiqué que la prévenue, qui a été déférée devant la police judiciaire de Dakhla avant d’être de nouveau déférée devant la police judiciaire de la cité ocre, a réussi à arnaquer des dizaines de citoyens et à leur extorquer des sommes d’argent allant de 220.000 à 600.000 DH.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-La décision du Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane de réduire de 15 MMDH les dépenses de l’investissement attise la polémique et l’échange des accusations entre les composantes de la majorité gouvernementale. Ladite décision a également soulevé un tollé au sein des partis de l’opposition. Dans ce sens, le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar a accusé le gouvernement de cacher la vérité aux Marocains concernant les contraintes auxquelles il est confronté dans la gestion de la chose publique.

+AL KHABAR+:.
-Abdelilah Benkirane menace de hausser le ton face aux critiques de ses alliés et de ses opposants. Le Secrétariat général du PJD a élargi le champ de manÂœuvre politique pour le Chef de gouvernement et a ouvert la voie, pour la première fois, à la discussion des scénarii d’après le gouvernement actuel, y compris l’organisation d’élections anticipées, surtout après des mois de critiques virulentes adressées par les alliés et les opposants au Chef du gouvernement.

-Les parlementaires attendent des explications du Chef de gouvernement Abdelilah Benkirane sur la situation économique du pays, qualifiée par les dirigeants de la majorité gouvernementale, d' »inquiétante » et de « difficile ». Plusieurs sources ont indiqué que les propositions des partis de la majorité pour résoudre la crise vont vers l’imposition de nouveaux impots.

-Les inspecteurs de travail décident d’observer une grève de 5 jours et menacent d’opter pour l’escalade si leurs problèmes ne sont pas résolus. Ils ont ainsi décidé de suspendre leurs activités du 8 au 12 avril et d’organiser un séminaire national sur la protection juridique des inspecteurs de travail le 27 avril prochain.

+AL MOUNAATAF+:.
-Droit de grève: Les centrales syndicales fédèrent leurs efforts et réclament l’abrogation de l’article 288 du Code pénal. Pour Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, cet article vise la restriction des libertés syndicales et la répression de la classe ouvrière pour ne pas revendiquer leurs droits légitimes, ajoutant que le gouvernement veut faire usage de cette disposition pour porter atteinte aux droits syndicaux.

+ATTAJDID+:.
-Un projet de loi pour l’élargissement des attributions de la Cour des comptes pour la protection des deniers publics. Un projet de loi a été déposé par le groupe parlementaire du PJD à la Chambre des Représentants qui concerne l’élargissement des prérogatives de la Cour des comptes pour se charger aussi de l’évaluation des plans et des politiques publiques et du controle des projets faisant partie des stratégies nationales publiques et sectorielles. Selon le groupe, cette proposition de loi est de nature à contribuer à l’encadrement juridique de cette institution chargée du controle des deniers publics.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *