Revue de presse marocaine du 08/06/2013

0 commentaires, 08/06/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce samedi:.

+LIBERATION+:.
-Des factures d’eau salées à partir de juillet à Casablanca: LYDEC et Conseil de la ville à couteaux tirés. Les augmentations des factures prévues pour le mois prochain par la LYDEC auront-elles lieu?. « Non, nous a répondu Mustapha Lhaya, vice-président du conseil de la ville de Casablanca. Il s’agit d’une décision illégale qu’on conteste. Une lettre sera adressée au Wali du Grand Casablanca pour l’annuler ». Pour lui, la décision édictant des hausses éventuelles des factures a été prise par le président de la commission de suivi du dossier de la LYDEC au sein du conseil de la ville, d’une manière illégale et sans concertation avec le bureau dirigeant. Cependant, du coté du délégataire de la distribution de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement, il y aura bien des augmentations des factures à partir de juillet prochain, telles que décidées par le comité de suivi de gestion déléguée. Dans ce sens, la direction de la LYDEC a indiqué que ledit comité a décidé le 3 mai dernier d’appliquer celles-ci aux clients à usage domestique, et en application des dispositions du contrat de gestion déléguée, d’augmenter la redevance fixe eau et la redevance fixe assainissement d’un dirham par mois chacune, à compter du 6 juillet prochain, tout en soulignant que les tarifs appliqués aux consommateurs d’eau, d’électricité et d’assainissement restent inchangés.

-La chasse aux tricheurs du baccalauréat est lancée. Zéro fraude. C’est le but recherché à travers toutes les lois luttant contre la triche dans les examens. La dernière en date est le projet de loi du ministre de l’Education nationale adopté en Conseil du gouvernement. D’autres mesures qui viennent s’ajouter à celles déjà en vigueur mais qui peinent à trouver application. En sera-t-il autrement? Que ce soit l’échange d’informations écrites ou orales, la détention par le candidat d’un document se rapportant au sujet d’examen ou l’utilisation de différents moyens technologiques, tous les types de tricheries sont repris dans ce projet de loi. Quant aux sanctions disciplinaires, elles seront appliquées à l’encontre de quiconque pris en flagrant délit de tricherie. Elles vont de l’avertissement par le personnel chargé de la surveillance au retrait de la feuille d’examen et la rédaction d’un procès-verbal.

+AL BAYANE+:.
-Benabdellah au Parlement: La lutte contre la mafia du foncier se poursuit. La lutte contre la mafia du foncier va se poursuivre en s’intensifiant pour faire cesser les pratiques malhonnêtes et frauduleuses du « noir », a affirmé le ministre de l’Habitat, Mohamed Nabil Benabdellah. Malgré les capacités énormes dont cette mafia dispose pour contourner la loi et la violer, tout sera fait pour appliquer la loi dans le but de faire respecter la légalité et permettre au Trésor public de récupérer les sommes énormes non déclarées par les promoteurs immobiliers et autres mafieux, a affirmé le ministre à la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers, faisant savoir que ce sont surtout les promoteurs immobiliers dans le logement dit social ou dédié aux couches moyennes qui s’adonnent à cette pratique frauduleuse du « noir », qu’ils exigent des clients, gonflant ainsi davantage leurs gains qui s’ajoutent aux avantages fiscaux et autres dont jouissent ces promoteurs dans le social.

-Projet d’assainissement à Casablanca: Les lois de passation des marchés bafoués. A Casablanca, la gestion communale est mise à l’index. Le marché de la station de prétraitement des eaux usées de Sidi Bernoussi a suscité tout un tollé auprès des conseillers de la ville qui accusent le Maire de la ville de ne pas avoir respecté les règles de transparence. Jeudi dernier, lors de la 2ème séance de la session ordinaire du conseil de la ville, le 5ème vice-président, Mustapha Lhaya a jeté un pavé dans la mare en dévoilant devant tout le monde que la décision d’attribution de ce marché à l’entreprise Degremont, filiale de Suez Environnement, et qui s’inscrit dans le cadre du grand projet de dépollution de la cote Est de Casablanca constitue une grave violation aux dispositions du contrat de la gestion déléguée.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Enseignement: Une nouvelle loi pour juguler la tricherie aux examens. Véritable casse-tête pour le ministère de l’Education nationale, la tricherie aux examens a pris des proportions alarmantes ces dernières années. D’autant qu’au fil du temps, de nouvelles formes de fraude ont vu le jour, les étudiants indélicats rivalisant d’ingéniosité et d’innovation en la matière. Encouragée par l’apparition des nouvelles technologies, la fraude sévit toujours dans les établissements scolaire et universitaire en l’absence d’un cadre légal répressif à proprement parler. La loi actuelle date en effet de 1958 et à l’évidence elle n’est plus adaptée aux évolutions de la technologie. Conscient de cet état de fait, le ministère de l’Education nationale veut lutter contre ce phénomène, en établissant des règles plus draconiennes. C’est dans ce sens qu’il vient de présenter un projet de loi portant sur les mesures de lutte contre la tricherie aux examens scolaires et universitaires. Adopté jeudi dernier par le conseil de gouvernement, lors de sa réunion hebdomadaire, le nouveau texte vise ainsi à ancrer les principes constitutionnels, notamment l’égalité des chances, la transparence et la crédibilité des examens scolaires et universitaires.

+AL MASSAE+:.
-Le CNCE critique le Plan Maroc Vert et met en garde contre l’effondrement de l’économie nationale. Le Conseil national du Commerce Extérieur (CNCE) a révélé dans une nouvelle étude, réalisée par le cabinet « Global Intelligence Partners », des données « choquantes » sur l’impact des différentes stratégies sectorielles menées par l’Etat sur le commerce extérieur et leur contribution au creusement du déficit budgétaire, et mis en garde contre leurs répercussions sur la balance des paiements et la baisse des réserves en devises.

-Les sapeurs-pompiers se soulèvent contre « la hogra » (injustice) et réclame leur indépendance du ministère de l’Intérieur. Des éléments de la Protection civile dans plusieurs casernes du Royaume font circuler, ces derniers jours, en catimini une lettre qui comprend plusieurs revendications ayant trait notamment à l’amélioration de leurs conditions de travail et à l’avant-projet du statut du personnel de ce corps. Parmi leurs revendications, figure aussi la création d’une Direction indépendante du ministère de l’Intérieur après que ce dernier ait échoué dans l’interpellation et la reddition des comptes de responsables de la Protection civile, dont les noms ont été cités dans cette lettre.

-Mohamed Cheikh Biadillah lutte contre la transhumance politique au sein du Parlement. Le Président de la Chambre des Conseillers a rejeté la demande déposée par le groupe de l’UNTM, proche du PJD, pour autoriser l’adhésion du conseiller RNIste, Youssef Benjelloun audit groupe. Une source bien informée au sein de la 2ème Chambre a indiqué que ce rejet s’est basé sur l’article 61 de la Constitution qui stipule que « tout membre de l’une des deux Chambres qui renonce à son appartenance politique au nom de laquelle il s’est porté candidat aux élections ou le groupe ou groupement parlementaire auquel il appartient, est déchu de son mandat ».

-Arrestation du porte-parole du comité conjoint de défense des détenus islamistes. Des éléments de la Gendarmerie royale ont, arrêté, jeudi dernier, le porte-parole officiel du comité conjoint de défense des détenus salafistes, Anas El Haloui, à Tissa près de Fès, après avoir refusé de payer une amende de 2200 DH qu’il a été condamné à verser il y a six ans. Des source proches de la famille d’El Haloui, incarcéré à la prison Ain Aicha à Taounate, ont indiqué que leur fils a décidé d’entamer une grève de la faim en signe de protestation contre cette arrestation « arbitraire », ajoutant que cette arrestation a pour vrai motif de lui interdire de tenir une rencontre, prévue mardi prochain, avec une délégation d’Amnesty International.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a reçu, la semaine dernière, un rapport détaillé dévoilant plusieurs infractions et irrégularités ayant entaché le dossier des nominations aux postes de responsabilité au sein du HCP. Ledit rapport a indiqué que juste après l’annulation par le Secrétariat général du gouvernement du poste d’inspecteur général étant donné que la personne qui a postulé pour ce poste ne répond pas aux conditions requises, le Haut Commissariat au Plan a profité de ce vide juridique et mis en place de nouvelles conditions « taillées sur mesure » en faveur du candidat dont la décision de nomination a été rejetée auparavant.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le retard des enquêtes sur les contrats des vaccins suscite plusieurs interrogations. Sept mois après l’éclatement de l’affaire de corruption au sein du ministère de la Santé, renvoyée à la BNPJ, aucun responsable impliqué dans l’affaire des vaccins n’a été auditionné par les services de police. Une source policière a fait savoir que dès que le ministère a terminé ses investigations à ce sujet, la BNPJ de Casablanca a entamé sa propre enquête, qui a été enterrée dès le départ, alors que des sources au ministère de la Santé ont souligné que l’enquête a été suspendue en raison de fortes pressions exercées par des parties « influentes ».

-Des sources gouvernementales font assumer à l’opposition la responsabilité de la non présentation par Abdelilah Benkirane de son bilan d’étape de l’action gouvernementale devant le Parlement conformément à l’article 101 de la Constitution, ajoutant que le bilan est prêt en attendant la programmation d’une séance qui sera dédiée à sa présentation. Ces mêmes sources ont souligné que le chef du gouvernement ne tergiverse pas pour la présentation de ce bilan mais il attend seulement la programmation de cette séance annuelle car il veut ardemment présenter les réalisations de son gouvernement qui ont été dissimulées par les confrontations politiques ayant marqué les 18 mois passés du mandat du gouvernement.

-Le gouvernement revient sur l’octroi d’une aide directe aux familles démunies et ne procédera pas à la suppression de la Caisse de compensation, selon un avant-projet de réforme du système de subvention qui devait faire l’objet de concertations entre les leaders de la majorité, le 2 mai dernier, avant que les débats ne prennent une mauvaise tournure suite aux critiques acerbes proférées, le 1er mai, par Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, à l’encontre de plusieurs ministres. Selon l’un des dirigeants d’un parti de la majorité, ledit avant-projet comprend aussi des mesures relatives à la récupération des subventions octroyées à des entreprises, administrations et des établissements publics et privés.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Crise entre le PJD et l’Istiqlal: Un dirigeant PJDiste a déclaré, lors d’une réunion interne, tenue la semaine dernière, que des parties « bien précises » ont demandé au SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat de rouler à 100 Km/h mais ce dernier a roulé à 200 Km/h ». La même source n’a pas écarté la possibilité que le boycott par les groupes parlementaires de l’opposition de la séance mensuelle de questionnement du Chef du gouvernement, la semaine dernière, soit la première tentative effective de ces mêmes parties pour obliger Benkirane à s’asseoir autour de la même table avec Chabat avant le retour du Souverain de l’étranger.

-L’homme d’affaires, Saïd Chekrouni, qui a fait éclater l’affaire de corruption dans la gestion des marchés publics au sein des départements ministériels et établissements publics, a rencontré vendredi le ministre d’Etat, Abdellah Baha. Dans une déclaration au quotidien, Chekrouni a indiqué avoir présenté à M. Baha, qui était accompagné du conseiller du Chef du gouvernement, Jamaa El Mouaâtassim, des preuves irréfutables sur les propos qu’il a tenus lors de la conférence de presse organisée récemment, ajoutant que M. Baha lui a affirmé que « le message est bien passé » et « nous ferons l’impossible pour que tu recouvres tes droits dans les plus brefs délais ».

-Le décret de l’assistance judiciaire suscite une nouvelle confrontation entre Mustapha Ramid et les avocats. Le ministre de la Justice a souligné lors du 28ème congrès de l’association des barreaux du Maroc, dont les travaux ont été ouverts jeudi dernier à Saidia, qu’il y a une confusion chez certains avocats concernant ce texte, ajoutant qu’un accord a été conclu, preuve à l’appui, concernant ledit décret, ce qui a suscité l’ire des participants qui sont montés au créneau contre Ramid, et scandé des slogans dans lesquels ils ont nié catégoriquement les déclarations du ministre, allant jusqu’à lui demander de quitter la salle où se tenait le congrès. Face à ces voix, Ramid a brandi ce qu’il a qualifié de preuve attestant de la véracité de ses propos, en l’occurrence une correspondance adressée par l’ancien président de l’association des barreaux du Maroc, Abdeslam Bakkioui, dans laquelle ce dernier soulignait que l’association reste attachée à l’accord convenu précédemment avec le ministère de la Justice concernant ce dossier.

-Le groupe du PJD à la Chambre des représentants propose un projet de loi fixant un plafond pour toutes les indemnités réservées aux fonctionnaires civils dans les administrations publiques et les hautes fonctions. Ledit projet a fixé ce plafond à 1,2 million DH par an, y compris les indemnités forfaitaires (telles que celles perçues par Salaheddine Mezouar), à l’exception des salaires et des indemnités versés aux militaires.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-28ème Congrès de l’Association des barreaux du Maroc: Les avocats scandent le slogan « dégage » à l’encontre de Mustapha Ramid, et le président de l’Association l’appelle à « être discipliné » ou « à quitter la salle ». Comme prévu, le ministre de la Justice et des Libertés a été reçu lors de la séance d’ouverture du congrès de l’association, jeudi à Saidia, par des slogans hostiles à sa personne, suite à la publication du décret relatif à l’assistance judiciaire au Bulletin officiel sans concertation au préalable. Face à cette vive protestation, Ramid a souligné à ses détracteurs qu’un accord a été conclu à ce sujet avec le bureau de l’association des barreaux du Maroc, ce qui a suscité des avis partagés parmi les congressistes: les uns, partisans du PADS, ont accusé le ministre de mensonge alors que les autres, pro-PJD, ont critiqué le bureau dirigeant de l’association, l’accusant de leur avoir caché la vérité.

-Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur, endosse aux services de sécurité la responsabilité de la non-remise, au Premier ministre turc, Recep Tayyib Erdogan, du doctorat « honoris causa » de l’université Mohammed V de Rabat. Cité par des sites d’informations en ligne, Daoudi a indiqué que M. Erdogan n’a pas refusé de recevoir ce doctorat honorifique mais la cérémonie de remise de cette décoration a été annulée pour des raisons sécuritaires, de peur de voir des organisations des droits de l’Homme, partisanes et estudiantines observer un sit-in en guise de protestation contre Erdogan et la violence utilisée contre les manifestants dans son pays.

-Un rapport du groupe « Kaspersky Lab » (l’une des entreprises spécialisées dans la sécurité informatique) révèle que le Maroc figure sur la liste de 40 pays, victimes de piratage de données informatiques sensibles. Selon une source informée, qui n’a ni confirmé ni infirmé l’information, a expliqué que le Maroc possède des systèmes de protection des données très sophistiqués mais cela ne signifie pas qu’il reste à l’abri du piratage informatique à l’instar des autres pays victimes de ce phénomène international. La même source a indiqué que le Maroc a procédé dernièrement à l’actualisation des systèmes de protection des données dans toutes les institutions stratégiques, ajoutant que c’est l’Administration de la défense nationale qui se charge de ce dossier au regard de sa sensibilité.

+ASSABAH+:.
-Le comité national pour la libération du reste des détenus dans l’affaire Belliraj critique ce qu’il a qualifié de « désengagement » des responsables gouvernementaux et des officiels à honorer leurs promesses en vue de la libération du reste des détenus dans cette affaire. Dans ce cadre, le coordinateur du comité, Mohamed Ennouhi, a indiqué lors d’une rencontre organisée jeudi à Rabat, que le ministre de la Justice les a informé que le dossier, qui est controlé par de hautes sphères de l’Etat, ne figure pas parmi les priorités, et qu’il faut attendre la fin du chantier de la réforme de la Justice ».

-Le Parlement sanctionne les ministres absentéistes. Des députés au sein du bureau de la Chambre des représentants ont voté pour le renforcement de la procédure de présence des ministres lors des séances plénières et ce en interdisant au gouvernement, via le ministère chargé des relations avec le parlement et la société civile, d’intervenir dans la programmation de l’ordre du jour de la séance hebdomadaire des questions orales. Des membres du bureau de la 1ère Chambre ont ainsi menacé de procéder à des prélèvements sur les salaires des ministres absentéistes.

-L’opposition opte pour l’escalade contre Benkirane. Des sources au sein de la Chambre des conseillers ont indiqué que les groupes de l’opposition à la 2ème chambre ont menacé d’observer des formes inédites de protestation si le gouvernement continue à faire fi du role du Parlement. Selon les mêmes sources, l’opposition s’oriente vers la révision de la méthodologie de la tenue des séances mensuelles afin qu’elles soient plus productives et ce les réservant à l’examen des questions et des sujets d’actualité au lieu de les transformer en un espace dédié à la propagande gouvernementale et partisane.

-Le président de la Chambre des représentants, Karim Ghellab, met fin à la guerre autour des commissions parlementaires d’information entre le PJD et l’Istiqlal. Des sources parlementaires ont indiqué que Ghellab a demandé le gel des demandes de missions d’information jusqu’à l’élaboration d’un guide régissant cette opération, ajoutant que la décision est intervenue pour éviter que ce mécanisme constitutionnel ne devienne une « arme » utilisée dans les règlements des comptes politiques particulièrement à la lumière de la bataille entre les parti de la Balance et de la Lampe.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-L’opposition menace de boycotter les travaux de la commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants au cas de l’attachement des groupes de la majorité à l’adoption des dispositions du règlement intérieur de la Chambre par voie de vote puisqu’ils détiennent une majorité numérique. Dans ce cadre, le président du groupe du PAM à la 1ère Chambre, Abdellatif Ouahbi, a indiqué que « nous voulons une sorte d’équilibre entre l’opposition et la majorité en ce qui concerne le règlement intérieur », ajoutant que « nous ne voulons pas élaborer un règlement qui favoriserait une partie aux dépens d’une autre, mais un texte basé sur le consensus entre l’opposition et la majorité ».

+AL KHABAR+:.
-Des conseillers, membres de l’UNTM font « ressusciter » le phénomène de la transhumance politique: Le président de la Chambre des Conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah a refusé la transhumance d’un conseiller RNIste vers le groupe de l’UNTM, proche du PJD, à la 2ème Chambre. Des sources ont indiqué que le bureau de la Chambre des conseillers a rejeté la demande présentée par Abdellah Attach, coordinateur du groupe de l’UNTM pour le ralliement de Youssef Benjelloun à son groupe parlementaire. Dans une lettre adressée à M. Attach, le président de la 2ème chambre a indiqué que cette opération constitue une violation de l’article 61 de la Constitution.

-Arrestation à Marrakech d’un ressortissant britannique recherché par l’Interpol. Un ressortissant anglais, recherché par Interpol pour trafic de drogue et blanchiment d’argent, a été transféré de la prison de Marrakech à celle de Salé après l’avoir mis à la disposition de l’Interpol. Le prévenu, né en 1978 et interpellé par la brigade de lutte contre les stupéfiants relevant de la police judiciaire de Marrakech a été condamné par un tribunal britannique à la peine capitale.

-Les groupes d’opposition à la Chambre des conseillers affûtent leurs armes en prévision de la séance mensuelle d’interpellation du chef du gouvernement, prévue le 19 juin, et Hakim Benchemass, président du groupe du PAM à la 2ème Chambre a indiqué dans une déclaration au journal, que les groupes d’opposition auront leur mot à dire si le gouvernement n’accepte pas de revoir le mode de gestion de ladite séance mensuelle, notant que ces groupes pourraient boycotter cette séance à l’instar des groupes de l’opposition à la 1ère chambre.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, se déchaîne, lors de la séance d’ouverture du 28ème congrès de l’association des barreaux du Maroc jeudi à Saïdia, à cause du refus par les avocats de tenir une réunion à laquelle il a appelé quelques heures avant l’ouverture du congrès. Hassan Ouahbi, président de l’association, a déclaré que Ramid n’a pas apprécié le retardement de la tenue de ladite réunion à laquelle il a appelé quelques heures avant l’ouverture du conclave, ajoutant que les membres de l’association n’ont plus confiance dans les promesses et les paroles du ministre.

-L’opposition refuse toute solution de juste milieu et insiste sur le partage du temps d’intervention lors des séances mensuelles d’interpellation du Chef du gouvernement. La réunion des présidents des groupes parlementaires à la Chambre des représentants, tenue jeudi, n’a pas abouti à un accord sur la gestion des séances mensuelles après que les groupes de l’opposition aient campé sur leur position de réserver la moitié du temps de parole à la majorité et au gouvernement et l’autre moitié à l’opposition.

-Le ministère de l’Intérieur s’implique dans la lutte contre la tricherie lors des examens du baccalauréat. Il a dans ce sens ordonné aux caïds des arrondissements dans plusieurs villes du Royaume de mettre en garde les propriétaires de papeteries et de librairies proches des établissements où se dérouleront les examens, contre toute assistance aux étudiants candidats aux examens, notamment la réduction du format des leçons photocopiées.

+AL ALAM+:.
-1.800 cadres diplomés chomeurs s’apprêtent à mener « la bataille des estomacs vides » à Rabat pour « mettre le gouvernement devant ses responsabilités ». Dans ce cadre, Abdellah Hamzaoui, coordinateur d’une coordination de diplomés chomeurs, a exprimé la préoccupation et l’inquiétude de cette catégorie de voir le verdict prononcé par le tribunal administratif en faveur des diplomés chomeurs signataires du PV du 20 juillet, sortir de son contexte judiciaire et mal interprété à même d’être appliqué exclusivement aux diplomés ayant intenté une action en justice à ce sujet ou concerner seulement les signataires dudit PV.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-L’Association des Barreaux du Maroc accuse le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, d’exacerber les tensions pour saboter les travaux du 28ème congrès de l’association ouvert jeudi à Saïdia, dont la séance d’ouverture a été marquée par de vives protestations de la part des avocats lorsque le ministre a évoqué la question du décret de l’assistance judiciaire.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *