Revue de presse marocaine du 08/05/2013

0 commentaires, 08/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Récit d’un plan diabolique pour déstabiliser les provinces du Sud: Le Maroc déjoue le complot. Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, qui s’exprimait devant les députés de la 1ère Chambre, a affirmé que l’objectif principal des actes perpétrés par des personnes à la solde des séparatistes était de provoquer les forces de l’ordre et de les pousser à intervenir pour exploiter les images dans les médias. Selon Laenser, ce stratagème tendait aussi à exploiter les visites effectuées dans la région par différents acteurs internationaux opérant dans le domaine des droits de l’Homme, dans le but de « créer l’impression d’un climat d’instabilité dans les provinces du sud, quitte à se servir des femmes et des enfants pour susciter la sympathie ». Au moment où le Conseil de sécurité se penchait sur le dossier du Sahara, des personnes vraisemblablement bien organisées et disposant de moyens financiers importants complotaient pour mettre à feu et à sang le Sahara et déstabiliser toute la région. Le bilan des derniers événements survenus dans les provinces du Sud s’est élevé à 150 blessés dans les rangs des forces de l’ordre, dont certains grièvement blessés.

-Le Comité exécutif de l’Istiqlal évoque une situation économique pressante: Chabat réitère son appel à une réunion d’urgence de la majorité. Le parti de l’Istiqlal continue à critiquer ses alliés au gouvernement. Dans la réunion de son comité, le parti a déploré le manque de réactivité de l’Exécutif. « A ce jour, il y a un manque total d’initiatives du gouvernement en ce qui concerne la résolution de la situation économique du Maroc qui est devenue de plus en plus dangereuse », a indiqué un communiqué du comité exécutif. Pour Bouamar Taghouan, membre du comité exécutif, « le gouvernement continue à dénigrer les solutions proposées par l’Istiqlal et à retarder le lancement des réformes, préférant s’intéresser aux déclarations de chacun et à ses effets d’annonce ».

+L’ECONOMISTE+:.
-Université: Daoudi lance l’opération coup de balai. C’est peut-être la première opération spectaculaire du grand nettoyage promis pas le ministre de l’Enseignement supérieur à sa prise de fonction. Le président de l’université Hassan II Ain Chock de Casablanca et son homologue de Kénitra (université Ibn Tofail) ont brusquement démissionné de leur fonction alors qu’ils étaient à peine à mi-mandat. La décision a fait l’effet d’une bombe dans le milieu académique d’autant plus qu’elle a touché la plus grande université du pays par les effectifs. Officiellement, les deux responsables seraient partis de leur propre gré. Mais peu de gens, y compris sur les campus et au ministère à Rabat, croient en cette version. En réalité, confie une source au ministère, les deux présidents ont été sanctionnés par le ministre suite aux problèmes de gouvernance révélés par des rapports d’audit et d’inspection diligentés par l’administration centrale.

-Croisières: Le port de Tanger affûte ses armes. Le port de Tanger-ville entend renouer avec son aura d’antan. Ce port actuellement en pleine restructuration avait atteint dans le passé le statut du plus grand port de la région en matière de croisières. Une place qui lui avait été ravie par les ports concurrents, dont ceux du sud espagnol, mais qu’il compte bien se réapproprier. Le projet en cours devra offrir à l’horizon 2016 des infrastructures importantes dédiées à l’accueil des plus grands paquebots de croisières au monde. Trois postes à quai seront dédiés à cette activité en exclusivité, ce qui fera de Tanger le premier port marocain à offrir des quais spécifiques à l’activité de croisières.

-Procès de la casse: L’assistance se déchaîne en fin d’audience. Le procès de la casse a entamé sa 2ème audience sous haute surveillance. Après l’ONCF, Casa Transport s’est portée partie civile. Seul un premier groupe de 60 jeunes a comparu en détention préventive devant la Chambre criminelle. Certains d’entre eux sont toujours sans assistance judiciaire. In fine, la Cour a décidé de joindre tous les dossiers en un seul, et de reporter l’audience au 14 mai prochain. Une décision qui a provoqué l’ire de la foule présente. Déchaînée, elle a réclamé la libération des accusés du procès de la casse.

+AL BAYANE+:.
-Suite aux provocations des séparatistes, 150 éléments des forces de l’ordre blessés. Une poignée de séparatistes (entre 200 et 300 manifestants selon le ministère de l’Intérieur), aiguillonnés par la présence de certains journalistes et parlementaires étrangers, ont poussé la provocation des forces de l’ordre jusque dans ses derniers retranchements en vue de donner à leurs « invités » matière à reportage médiatique anti-marocain. « Ces invités étrangers » auront-ils finalement le courage de rapporter fidèlement à leurs opinions ce qu’ils ont vu de leurs propres yeux? A savoir des nervis armés de couteaux et de matières incendiaires qui s’attaquaient à des forces de l’ordre impassibles, au point d’en blesser pas moins de 150 éléments. Ce terrible bilan a été officiellement communiqué lundi soir par le ministre de l’Intérieur Mohand Laenser, à la Chambre des représentants, qui a aussi donné moult détails sur ces événements.

-Tenue à Tanger de la 3ème rencontre des investisseurs des pays du Golfe/ Maroc-CCG: Booster les échanges et concrétiser le partenariat. Entre le Maroc et les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), les échanges commerciaux demeurent encore en deçà de la coopération politique. Pourtant, le potentiel est énorme et les opportunités d’investissement au Maroc sont nombreuses et variées. Les initiatives, prises de part et d’autre, se multiplient ces derniers temps, à la faveur du Printemps arabe, pour booster les échanges commerciaux et donner un contenu conséquent au partenariat économique et financier. La rencontre de Tanger, lundi et mardi derniers, des investisseurs des pays du Golfe au Maroc (GULFINVEST 2013) ne se limitera pas à dresser un état des lieux, mais ambitionne de dégager les voies et moyens à même de développer les échanges et de renforcer les investissements des pays du CCG au Maroc.

+LIBERATION+:.
-Les événements de Laâyoune commandités de l’étranger. « Les derniers événements survenus dans les provinces du sud du Royaume sont loin d’être spontanés et improvisés. Il s’agit d’un plan prémédité, concocté et financé par des parties étrangères via le polisario comme en attestent les nombreux appels ainsi que la création d’une association destinée à servir cet objectif de provocation ». Les propos de Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur, sont on ne peut plus clairs. Celui-ci intervenait lors de la séance des questions orales, lundi à la Chambre des représentants pour s’expliquer sur les événements de Laâyoune. Le ministre a fait état de la présence de certains « activistes internationaux » avant le déclenchement des événements dont deux femmes membres d’Amnesty International ainsi que de cinq élus appartenant à des partis politiques européens. D’après lui, ces événements s’inscrivent dans le processus de préparation d’un soi-disant « printemps sahraoui » dont l’une des premières phases consiste en la création d’un climat d’anarchie et de violence et la provocation des forces de l’ordre afin de les pousser à user de la force pour en exploiter les images dans les médias.

-« IKRAM », une égalité sous forme d’aumone. Le mouvement féminin ne décolère pas. Depuis que la ministre Bassima Hakkaoui qui a présenté en Conseil de gouvernement son « plan gouvernemental de l’égalité en perspective de la parité » baptisé « IKRAM », les activistes des droits des femmes affichent leurs inquiétudes. « Une profonde déception ». Au printemps de l’égalité, ce Collectif qui regroupe plusieurs dizaines d’associations qui se battent pour les droits des femmes, on ne cache pas en tout cas son malaise à la lecture de ce plan fait de 43 mesures, 24 objectifs et 8 domaines « portant sur l’institutionnalisation de la promotion des principes d’équité, d’égalité en perspective de réaliser la parité ainsi que la lutte contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes ». Pour les féministes marocaines, le nom générique de ce plan montre qu’au ministère de tutelle, on n’a visiblement rien compris à la question de l’égalité et à la politique du genre. L’égalité est d’abord et avant tout un objectif et la parité est un moyen d’y arriver.

-Driss Lachgar dénonce la vision étriquée du gouvernement. Le Premier Secrétaire de l’USFP a critiqué le comportement opportuniste et la vision étriquée du Chef du gouvernement concernant la séance parlementaire mensuelle consacrée aux questions de politique générale. Cette séance mensuelle est un nouveau mécanisme prévu par la Constitution pour controler l’action politique du gouvernement mais le Chef de gouvernement l’a vidée de son contenu pour réaliser des objectifs purement partisans. Driss Lachgar a exprimé lors d’une réunion tenue samedi au siège du parti à Rabat avec le groupe socialiste à la Chambre des représentants, sa profonde préoccupation devant la situation chaotique aux niveaux politique, économique et social. Mais ce qui est lamentable, selon Lachgar, c’est que le gouvernement parait incapable de faire face à cette situation, aussi se livre-t-il à des joutes oratoires inutiles et qui ne servent pas les intérêts du pays.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Maroc-Pays du Golfe: 100 milliards de dollars d’investissements prévus pour les dix prochaines années. Tout indique que les relations économiques entre le Maroc et les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) accèderont à un nouveau palier de croissance. En effet, après la dernière tournée royale dans ces pays et la conception d’un nouveau cadre de partenariat entre les deux parties, les opérateurs de part et d’autre sont en train d’explorer de nouvelles pistes de partenariat pour passer au concret. Et c’est ce qu’a visé la 3ème édition de la rencontre des investisseurs des pays du Golfe au Maroc (GulfInvest) qui a eu lieu à Tanger, avec la participation de hauts responsables et plus de 150 hommes d’affaires des pays du Golfe, en plus de nombreux acteurs économiques marocains. Dans ce sens, les investissements directs et indirects des pays du Golfe au Maroc devraient atteindre 100 milliards de dollars pour les 10 prochaines années et les échanges commerciaux entre les deux parties, qui ont atteint près de 3 milliards de dollars en 2011, devront connaître une croissance exponentielle

+LE SOIR ECHOS+:.
-Etudes supérieures: Les grandes écoles publiques plébiscitées. Les grandes écoles publiques de l’enseignement supérieur ont toujours la cote auprès des bacheliers. Selon une étude récente sur la perception de l’offre de l’enseignement supérieur au Maroc lancée par « HEM », dont les résultats ont été présentés lors d’une conférence de presse organisée lundi dernier à Casablanca, « le secteur public représente la référence en matière de qualité des formations supérieures lorsqu’il s’agit des grandes écoles publiques sur concours ». Les plus prestigieux établissements prisés par les étudiants sont l’ENCG, l’ISCAE, l’Ecole Hassania et l’Ecole Mohammadia des Ingénieurs. Toutefois, l’accès demeure un rêve, difficile à atteindre, déplorent les interviewés.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Actes de violences et de vandalisme dans les provinces du sud: 150 blessés parmi les forces de l’ordre, dont certains grièvement. Intervenant lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser a affirmé que ces événements faisaient partie d’un plan prémédité, concocté et financé par des parties étrangères via le polisario, l’objectif étant de provoquer les forces de l’ordre et les pousser à intervenir pour exploiter les images dans les médias, ajoutant que ces manoeuvres tendaient aussi à exploiter les visites effectuées dans la région par différents acteurs internationaux des droits de l’Homme, dans le but de « créer l’impression d’un climat d’instabilité dans les provinces du Sud ». Il a aussi fait savoir que le nombre de personnes ayant participé à ces manifestations a été très limité et n’a dépassé guère les 200 personnes dans la ville de Laâyoune sur une population de 240.000 habitants.

-Hamid Chabat déclare que Abdelilah Benkirane se cramponne à son fauteuil à l’instar du président Mohamed Morsi en Egypte et de Rached Ghannouchi en Tunisie. Lors d’un rassemblement des militants du parti de la Balance et de l’UGTM tenu à Fès, le SG du parti de l’Istiqlal a accusé le gouvernement de « fabriquer » la crise financière, ajoutant que le parti de l’Istiqlal avait alerté sur l’existence de prémices de cette crise l’année dernière lors de l’examen de la Loi de finances, mais le gouvernement a fait litière des propositions du parti. Il a par ailleurs précisé que le gouvernement est le seul responsable de l’arrêt du dialogue social avec les syndicats et le Patronat.

-Les détenus à la prison d’Oukacha à Casablanca fustigent l’Algérie. Ils ont lancé une initiative pour recueillir des signatures afin d’exprimer leur attachement à l’intégrité territoriale du Maroc et leur ferme condamnation des récents actes de violence et de vandalisme qui ont eu lieu dans les provinces du sud. Dans cette pétition, ils ont aussi affirmé que le fait d’être emprisonné ne va nullement altérer leur esprit de citoyenneté et de patriotisme.

-Des militants istiqlaliens mécontents réclament la sortie de leur parti du gouvernement Benkirane. Des sources au sein du parti de la balance ont affirmé que certains militants, proches de Hamid Chabat, commencent à évoquer l’éventualité de quitter les rangs de la coalition gouvernementale suite aux dernières positions du Chef du gouvernement. Cette nouvelle donnée intervient alors que le parti de l’Istiqlal s’apprête à tenir, samedi prochain, une réunion de son Conseil national, qui sera consacrée à l’examen de plusieurs questions, notamment leur avenir au sein de la majorité gouvernementale.

+AL MASSAE+:.
-Quelques jours après l’appel lancé par Hamid Chabat pour la récupération des régions du Sahara oriental, des parlementaires interpellent l’Espagne sur la région de l’Andalousie. Dans ce sens, Mehdi Bensaïd, membre du groupe du PAM à la Chambre des représentants, a réclamé, lors de la réunion, mardi, de la commission des Affaires étrangères, d’inclure l’Andalousie dans l’accord de partenariat stratégique dans le domaine du développement et de la coopération culturelle, éducative et sportive signés entre le Maroc et l’Espagne alors que d’autres députés, membres de ladite commission, ont appelé à la récupération du patrimoine volé par l’Espagne particulièrement « la bibliothèque des Saadiyines ».

-Des « barrages » mobiles dressés en vue de l’arrestation d’individus recherchés pour vol de voitures de luxe et de véhicules 4X4 à Casablanca. Les éléments de la police de la ville, qui ont dressé ces barrages, ont été en outre informés des plaques d’immatriculation des véhicules volés à l’intérieur du Maroc ou importés de l’étranger.

-Démantèlement d’un réseau ayant commercialisé plus de 40.000 faux timbres fiscaux dans la région du Grand Casablanca au cours des huit derniers mois. Selon une source sécuritaire, les services de police ont saisi chez le principal accusé et l’un de ses intermédiaires 6000 autres timbres de la valeur de 20 DH chacun.

-Des cas d’évanouissement et des menaces d’observation de sit-in au cours du procès des personnes poursuivies dans le cadre des événements du « jeudi noir » à Casablanca lors du match Raja-FAR. Les familles des individus incarcérés dans le cadre de cette affaire ont scandé, mardi, des slogans appelant à la libération immédiate de leurs enfants, tout en menaçant d’élire domicile au sein du tribunal jusqu’à la libération de tous les détenus.

-Mohamed El Yazghi, ancien Premier Secrétaire de l’USFP, se réconcilie avec Driss Lachgar lors une rencontre avec la nouvelle direction du parti de la Rose. Lors de cette rencontre, tenue mardi, El Yazghi a appelé au renforcement de la coopération avec le parti de l’Istiqlal concernant la question du Sahara, une orientation confirmée par une source istiqlalienne qui a précisé qu’elle sera un prélude pour une coopération plus importante à l’avenir entre les deux formations dans la perspective d’affronter le chef de la coalition gouvernementale, Abdelilah Benkirane.

-Le Conseil national du parti de l’Istiqlal examinera la question de la sortie ou non du gouvernement. Des sources istiqlaliennes bien informées ont indiqué que la réunion du Comité exécutif du parti, tenue lundi, a été consacrée à l’examen de la question de sortie ou non de l’Istiqlal du gouvernement Benkirane, ajoutant que ce point sera soumis au Conseil national du parti pour y trancher lors de sa réunion prévue ce week-end.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le conflit Benkirane/Chabat met l’avenir de la majorité gouvernementale en jeu. Lors d’une réunion du Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal, Chabat a promis de poursuivre sa « bataille », affirmant qu’il continuera à mettre à nu tous les scandales des ministres contre vents et marées.

-Nizar Baraka boycotte les réunions de son parti. Depuis l’élection de Hamid Chabat à la tête du parti de l’Istiqlal, le ministre de l’Economie et des Finances n’a assisté qu’à quelques réunions du Comité exécutif du parti. Selon certaines sources, l’absence de Nizar Baraka est liée à sa position vis-à-vis du nouveau SG du parti.

-Palestine: Des sit-in dans cinq grandes villes à l’occasion de l’anniversaire de la « Nakba » le 15 mai prochain, ont annoncé le groupe d’action nationale de soutien à la Palestine et l’Association Marocaine de soutien à la lutte palestinienne. Par ailleurs, Ahmed Ouihmane, président de l’Observatoire marocain de lutte contre la normalisation a indiqué qu’un projet de loi criminalisant la normalisation avec l’Etat d’Israël sera soumis au Parlement en coordination avec les groupes parlementaires.

-Chiffres choquants sur l’enseignement supérieur au Maroc: 41 pc des étudiants estiment que leur formation n’est pas suffisante pour accéder au marché du travail. Selon cette étude réalisée pour le compte de « HEM », 85 pc des étudiants se plaignent du surpeuplement dans les universités, 42 pc estiment que la qualité de l’enseignement universitaire est moyenne, alors que 79 pc de titulaires du baccalauréat se plaignent que les diplomes des établissements supérieurs privés ne sont pas reconnus par l’Etat et 75 pc de ces étudiants ayant déroché le bac se plaignent de la difficulté d’accéder aux écoles supérieures publiques.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministère de l’Intérieur accuse des parties étrangères d’être derrière les événements survenus dans les provinces du sud et qui ont fait 150 blessés parmi les forces de l’ordre à Laâyoune, Smara et Boujdour. Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser a indiqué, lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, qu’il s’agit bel et bien d’un plan orchestré et financé par des milieux étrangers via le polisario dans le but de « créer l’impression d’un climat d’instabilité dans les provinces du Sud » et de « provoquer les forces de l’ordre et les pousser à intervenir pour exploiter les images dans les médias ».

-Abderrahmane El Youssoufi et Mohamed El Yazghi soutiennent les courants au sein de l’USFP et Abdelouahed Radi s’y oppose. Des sources partisanes ont indiqué qu’El Yazghi et El Youssoufi ont trouvé en cette initiative une occasion pour promouvoir une nouvelle culture de gestion des différends et insuffler une nouvelle dynamique au parti afin de le sauver de la situation détériorée qu’il traverse, tandis que Abdelouahed Radi a émis des réserves à l’égard de cette initiative et s’est contenté de proposer ses bons offices pour rapprocher les vues et réconcilier les mécontents avec l’actuelle direction du parti.

-Chambre des Conseillers: L’opposition interpelle Abdelilah Benkirane sur les conditions des Marocains résidant à l’étranger suite à la réduction de leurs allocations familiales par les pays d’accueil. Benkirane passera aujourd’hui, un nouveau test devant la Chambre des conseillers, dans le cadre de la séance mensuelle des questions de politique générale, dont les travaux seront consacrés aux « conditions des Marocains résidant à l’étranger entre les garanties juridiques et la réalité ».

-Vente du bateau « Biladi » aux enchères à un million d’euros dans le cadre de l’exécution d’un jugement rendu par le tribunal de grande instance de Montpellier au profit d’un marin français (commandant de bord) qui était un employé de la COMARIT et qui réclamait des arriérés s’élevant à 127.000 euros.

+ATTAJDID+:.
-Ahmed Ouihmane, président de l’Observatoire marocain de lutte contre la normalisation avec Israël, a indiqué que l’observatoire présentera le 17 mai prochain un projet de loi criminalisant la normalisation avec l’Etat hébreu, et ce après une série de consultations avec les groupes parlementaires et les spécialistes. De son coté, Khalid Soufiani, coordinateur du Groupe d’action nationale pour le soutien à l’Irak et à la Palestine, a appelé les groupes parlementaires à être à la hauteur de ce prochain rendez-vous.

+RISSALAT AL OUMMA+:
-Les pro-séparatistes exploitent les visites des délégations étrangères pour faire croire à l’existence d’un climat d’instabilité dans les provinces du sud. S’exprimant devant les députés de la première Chambre, le ministre de l’Intérieur Mohand Laneser a affirmé que ces événements et actes de violence ont été sciemment concoctés par le polisario, ajoutant qu’il s’agit d' »actes criminels . Par ailleurs, des parlementaires ont hautement salué l’attitude et le comportement des forces de l’ordre vis-à-vis de ces groupuscules.

+ASSABAH+:.
-Arrestation d’un militaire pour avoir divulgué des secrets de défense à l’Algérie. La brigade judiciaire relevant du commandement de la Gendarmerie royale à Agadir a déféré, la semaine dernière, un soldat (2ème classe) devant le tribunal militaire de Rabat pour insubordination et désertion avec arme pour se rendre chez l’ennemi et divulgation de secret de défense nationale. Selon une source sûre, le soldat, impliqué dans une affaire de viol, a tenté de s’évader vers l’Algérie, mais il a été arrêté par une unité de l’armée algérienne qui lui a arraché des informations sous la torture avec des mégots de cigarettes avant de le libérer.

-L’Istiqlal accuse Benkirane de dévier l’action du gouvernement. Le Comité exécutif de l’Istiqlal a exprimé son étonnement, lors de sa réunion hebdomadaire tenue lundi, quant à la transformation du conseil de gouvernement d’institution constitutionnelle aux prérogatives claires et précises au service du peuple en séances de rédaction de communiqués de solidarité entre ses composantes, et ce au moment où l’Exécutif se devait de se solidariser plutot avec le peuple marocain eu égard à la conjoncture socio-économique que traverse le pays.

-Des parlementaires sahraouis critiquent la gestion du dossier du Sahara et la non présentation de données réelles sur l’ampleur du danger que constitue les pro-séparatistes dans la région du Sahara, soulignant que les élus sahraouis dans les provinces du sud sont unanimes à souligner la nécessité de la mise en Âœuvre du projet d’autonomie au Sahara et de la poursuite du processus de négociations politiques afin que tous les autres sahraouis adoptent la proposition marocaine.

-Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, accuse le « courant d’Ahmed Zaïdi » d’entraver l’action du groupe à cause des problèmes internes soulevés au lendemain de l’annonce des résultats du 9ème congrès du parti, ajoutant, lors de la réunion du groupe socialiste lundi dernier à Rabat, que la gestion des différends a pris beaucoup de temps au parti au moment où cette formation politique a besoin de tous ses cadres et dirigeants pour jouer son role au sein de l’opposition. De son coté, le courant pro-Zaïdi a accusé, à son tour, le Premier secrétaire d’atermoiement pour la reconnaissance de l’institutionnalisation des courants.

-Le Procureur général du Roi près le tribunal de 1ère instance de Casablanca ordonne l’incarcération d’un fonctionnaire d’une agence bancaire, en raison de détournements de fonds. Il a également ordonné le lancement d’un mandat d’arrêt au niveau national contre le directeur de la même agence qui a pris la fuite. Des sources concordantes ont fait savoir que l’affaire a éclaté suite à une plainte déposée par la banque mère après la présentation d’un rapport d’une commission d’inspection qui a procédé à un audit de l’agence bancaire en question et relevé un « trou » financier estimé à un million de dirhams.

+AL KHABAR+:.
-Actes de violence dans les provinces du sud: 150 blessés parmi les forces de l’ordre. Le ministre de l’intérieur, Mohand Laenser, qui s’exprimait devant les députés de la première Chambre, a affirmé que les actes perpétrés par des personnes à la solde des séparatistes entrent dans le cadre d’un plan « diabolique » visant à déstabiliser la région. Le ministre a également indiqué l’existence d’enregistrements téléphoniques et de documents affirmant le financement de ces actes par des parties étrangères, l’objectif étant de créer un climat d’instabilité dans les provinces du sud.

-Le Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal évite de commenter les informations relayées par les médias sur la dernière réunion de la coalition gouvernementale et fustige le régime algérien. Il a, par ailleurs, exprimé son étonnement au sujet du silence du ministre des affaires étrangères et de la coopération, Saad Dine El Otmani et son abstention à exposer la position du Maroc concernant la question du Sahara lors de la conférence de presse conjointe avec son homologue algérien à Rabat, silence qui vient s’ajouter à celui du Chef de gouvernement tout au long de la crise autour de cette question. Une attitude pour le moins « anormale » qui exige des explications de la part des intéressés.

-L’USFP demande le soutien du gouvernement pour organiser des marches contre les thèses séparatistes. S’exprimant à la séance des questions orales à la Chambre des Représentants, Mohamed Ameur, du groupe parlementaire USFPéiste, a indiqué que son parti a demandé le soutien du gouvernement pour l’organisation de grandes marches « unionistes » pour contrecarrer les milices pro-séparatistes et leurs thèses hostiles au Maroc, d’autant plus que le Royaume défend ses droits malgré les stratagèmes concoctés par les ennemis de son intégrité territoriale. Pour sa part, Abdelkader El Kihel, du groupe parlementaire de l’Istiqlal, a appelé à la récupération du Sahara oriental occupé par l’Algérie.

+AL ALAM+:.
-Le ministère de l’Intérieur lève l’interdiction sur les prénoms amazighs. Des sources médiatiques ont affirmé que le ministre de l’Intérieur Mohand Laenser a donné des signaux clairs pour la levée de l’interdiction d’inscription des nouveaux nés avec des prénoms amazighs au Maroc et à l’étranger à travers la suspension de l’application de la circulaire N 30.20.

-Mustapha El Khalfi déclenche la bataille avec la SNRT. Des sources sûres ont indiqué que le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement a envoyé les rapports de la Cour des comptes sur la SNRT à la BNPJ, ajoutant qu’El Khalfi a coordonné cette action avec le ministre de la justice Mustapha Ramid.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le polisario mobilise ses milices armées dans les camps de Tindouf. Il a ainsi fermé toutes les issues, mis en place des patrouilles paramilitaires et transformé les camps en une zone militaire en prévision d’éventuelles manifestations des opposants au chef des séparatistes lors de la prochaine visite dans les camps d’une délégation de la fondation Kennedy alors qu’une organisation baptisée « Les fils du Sahara pour la justice » a annoncé le port d’armes contre le régime algérien, tout en accusant les autorités algériennes de revenir sur un accord déjà signé entre les deux parties grâce à la médiation de chioukhs de tribus sahraouies en 2008.

-Bank Al Maghrib n’a pas autorisé les banques à baisser le plafond de retrait d’argent des guichets bancaires. Des responsables à Bank Al Maghrib ont souligné que les banques sont dans l’obligation d’informer au préalable leur clientèle des décisions relatives à la baisse des sommes d’argent retirées des guichets automatiques, ajoutant qu’il est du droit de tout client de déposer une plainte auprès de la banque centrale s’il estime que les dispositions du contrat le liant à sa banque ne sont pas respectées.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Le ministère de l’Intérieur révèle le plan de l’Algérie et de son protégé le polisario pour déstabiliser le Maroc. Le ministre de l’intérieur, Mohand Laenser, qui s’exprimait devant les députés de la première Chambre, a affirmé que les actes de violence survenus dans les provinces du sud étaient prémédités et orchestrés par des parties étrangères après le retrait du projet américain visant à élargir le mandat de la Minurso pour comprendre la surveillance des droits de l’Homme.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser met à nu les manoeuvres orchestrées par les pro-séparatistes pour provoquer les forces de l’ordre dans les provinces du sud. Intervenant lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, M. Laenser a affirmé que ces événements « étaient minutieusement préparés, l’objectif principal étant de provoquer les forces de l’ordre et les pousser à intervenir pour exploiter les images dans les médias ». Il a ajouté que face à l’échec du plan de provocation des éléments de maintien de l’ordre, les agitateurs sont passés à la mobilisation des enfants, des mineurs et des femmes, tout en jetant des cocktails Molotov et en utilisant les armes blanches, dans le dessein d’épuiser les forces et saper leur action dans le cadre de la Loi.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *