Revue de presse marocaine du 08/02/2013

0 commentaires, 08/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:
-Délais de paiement: Alerte rouge chez la CGEM. La loi 32-10 sur les délais de paiement donne des cauchemars aux chefs d’entreprises. En vigueur depuis janvier 2013, le texte semble poser une multitude de problèmes au secteur privé à tel point qu’il devient pour beaucoup inapplicable. La CGEM n’arrête pas de recevoir de la part de ses membres des doléances et des alertes quant à la nécessité de revoir les dispositions de cette loi. Pas plus tard que le 29 janvier, la question figurait sur l’ordre du jour du conseil d’administration de la Confédération et a suscité un débat passionné. « Si l’on veut appliquer le délai de 60 jours stipulé par cette loi, l’Etat doit commencer lui-même par donner le bon exemple en cessant de retarder le paiement des marchés publics », confie un membre du conseil. Devant le désarroi de ses membres, la CGEM a convoqué récemment une réunion spécialement pour débattre du problème. A la suite de cette rencontre, il a été décidé d’adresser un mémorandum aux ministres concernés (finances, affaires générales et industrie et commerce).

-Bientot un face-à-face Benkirane et Chabat sur le remaniement: Qui cèdera le premier? La majorité tiendra enfin une réunion. Cela fait des mois que les leaders des quatre partis de la majorité ne s’étaient plus réunis. Et pour cause, les relations entre Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement, et Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, sont très tendues depuis l’arrivée de ce dernier à la tête du parti. Il a fallu d’ailleurs l’intervention des anciens secrétaires généraux de l’Istiqlal et du PPS, en l’occurrence Abbas El Fassi et Ismail Alaoui, pour que la réunion de la majorité ait enfin lieu. Si la réunion en elle-même ne constitue pas une très grande importance puisqu’elle devait inéluctablement avoir lieu, ce sont les décisions que la majorité devra prendre qui sont très attendues. La revendication principale de l’Istiqlal reste le remaniement ministériel.

+L’OPINION+:.
-Le FMI achève ses consultations avec le Maroc. Le Maroc encouragé à assouplir son taux de change pour renforcer sa compétitivité. Le Maroc a mis en Âœuvre une politique macroéconomique efficace qui, au cours des dix dernières années, a permis de réaliser une inflation faible, de porter les réserves de change à un niveau confortable, de développer les circuits financiers et de faire reculer la pauvreté, estime le conseil d’administration du FMI à l’issue des consultations de 2012 au titre de l’article IV avec le Maroc qui se sont achevées le 1er février 2013. Selon l’institution monétaire internationale, ces développements favorables ont aidé le Royaume à atténuer les retombées de la crise internationale et à répondre aux besoins sociaux urgents.

+LIBERATION+:.
-Sous la Coupole, Benkirane interpellé sur la cherté de la vie: C’est sur la question de la cherté de la vie que les députés vont interpeller, le lundi 11 février, le Chef du gouvernement. Sous la Coupole, cette séance a été dûment minutieusement préparée lors de la conférence des présidents de groupes. Ce lundi donc, le Chef du gouvernement sera interpellé sur la cherté de la vie à laquelle sont confrontés ces millions de Marocains qui ont le plus grand mal à faire face à la vertigineuse hausse des prix. Lundi prochain, les réponses de Abdelilah Benkirane qui est, selon son entourage, en train de préparer son bilan d’étape après une année au pouvoir, sont fortement attendues par une opinion publique qui ne se suffit plus de discours, fussent-ils monument de bonnes intentions.

-Les producteurs de fruits et légumes se plaignent du laxisme de l’Exécutif: La Fédération interprofessionnelle marocaine de production et d’exportation des fruits et légumes (FIFEL) menace de cesser d’approvisionner les marchés extérieur et intérieur, voire d’entamer une année sabbatique. Et pour cause: L’indifférence du gouvernement face à la situation du secteur agricole qualifiée de « grave » et qui exige une intervention urgente. « Depuis 2010, le secteur vit au rythme de la crise économique et financière qui frappe l’UE, notre principal client. Une situation qui induit la chute de la demande et des prix. Aujourd’hui, certains de nos produits ont enregistré des réductions estimées à 25 pc, voire 35 pc de leur valeur », a expliqué Omar Mounir, vice-président de la FIFEL et son porte-parole.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Réforme de la compensation : les députés s’impatientent. « La plateforme technique relative à la caisse de compensation est prête ». L’affirmation a été faite par Najib Boulif, ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance. S’exprimant lors d’une journée d’étude sur la réforme de la compensation, organisée par les groupes parlementaires de la majorité, le ministre a précisé que son département avait initié, depuis le 21 mars 2012, une série de rencontres avec tous les ministères et les partenaires concernés par cette réforme. L’objectif, selon lui, est de recueillir toutes les propositions et de se concerter sur le dispositif technique global afférent à la mise en place de ce chantier d’envergure. Toutefois, le responsable gouvernemental a indiqué que même si questions techniques étaient fixées, aucun calendrier pour la mise en Âœuvre de la réforme, n’a été encore arrêté. Cependant, le gouvernement et le Parlement sont unanimes quant à la nécessité d’une réforme progressive avec des mesures d’accompagnement.

+L’ECONOMISTE+:.
-La majorité tente de sauver sa peau: Après plus d’un mois de silence radio, Abdelilah Benkirane a décidé de convoquer une réunion des patrons de sa majorité vendredi prochain. Les effets de la douche froide du mémorandum de l’Istiqlal sont amortis, il est temps de passer aux choses sérieuses. Le Chef du gouvernement ne peut pas indéfiniment ignorer les doléances de son principal allié, sauf à vouloir provoquer une crise politique. Déjà, il y a un certain blocage au niveau de l’Exécutif. A l’exception du PJD, les autres partis de la majorité critiquent la lenteur de l’action gouvernementale. Le communiqué du dernier bureau politique du PPS a été alarmant sur la situation de la majorité. Surtout que l’initiative de bons offices, entreprise par son secrétaire général, Nabil Benabdallah, pour rapprocher les positions de Benkirane et de Chabat, n’a pas porté ses fruits tellement les divergences sont criantes.

-Finances publiques: Le déficit budgétaire dérape. La dernière sortie du Haut Commissariat au Plan (HCP) est pour le moins alarmante: « Le déficit des Finances publiques serait passé de 6,2 pc du PIB en 2011 et à environ 7 pc en 2012 ». Le chiffre du HCP est bien supérieur aux prévisions de Bank Al Maghrib qui tablait sur un déficit de 6,2 pc. A la veille de la sortie du Trésor à l’international, Nizar Baraka avait déjà anticipé une hausse de déficit par rapport aux prévisions de la loi de Finances 2012 (5 pc). Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que le déficit sera autour de 6 pc. La dégradation des finances de l’Etat est attribuée à la mauvaise santé de la balance des paiements. Plus encore « elle aggrave l’endettement public dont le taux frole le seuil fatidique de 60 pc du PIB ».

+LE SOIR ECHOS+:.
-La culture, parent pauvre des politiques. L’absence de politique culturelle à l’échelle nationale est un constat indéniable. Au Maroc, la culture se limite souvent à l’organisation des festivals ou, dans les meilleurs des cas, à des initiatives de particuliers qui manquent d’accompagnement par les autorités. Les programmes des partis politiques négligent également la question culturelle et les budgets, que ce soit à l’échelle locale ou nationale, alloués à la chose culturelle restent minimes. Or, la culture, en plus d’avoir une valeur éducative, peut avoir un impact important sur l’économie à travers non seulement la consommation de biens et services culturels, mais aussi la création d’emplois et la redynamisation de l’espace urbain encourageant l’investissement et la stimulation de l’activité économique.

-Seulement 2,5 mois d’importations en 2013! L’année 2013 s’annonce dure pour l’économie nationale. Le Haut Commissaire au Plan (HCP) Ahmed Lahlimi vient de tirer la sonnette d’alarme sur la situation critique des avoirs extérieurs du pays qui ne permettraient de couvrir que deux mois et demi à trois mois d’importations de biens et services. Celui-là même exprime en toute franchise ses inquiétudes en avouant que, avec une dette déjà à 60 pc du PIB, le Maroc emprunte juste pour honorer ses engagements financiers et non pas pour insuffler une dynamique à la machine des investissements.

+AL BAYANE+:.
-Compensation: la réforme ne peut être que globale. Pour la première fois, depuis des lustres, la réforme de la Caisse de compensation prend une allure sérieuse. Le gouvernement Benkirane semble décidé à tordre le cou à ce monstre qui, d’une année à l’autre, devient incontrolable. De la réforme de cette fameuse Caisse, on en parle depuis le milieu des années 2000, sans jamais parvenir à en construire les balises. Même les débats autour de cette question furent d’une banalité ennuyante. Aujourd’hui, il est vrai que le maintien de cette caisse- qui bouffe pas moins de 55 MMDH pour soutenir les prix intérieurs des produits de base importés- pose problème. Pas seulement de sa « soutenabilité » par rapport au budget général, mais surtout de son utilité en termes d’équité sociale. Autrement dit, ce vieux « truc » qu’est la Caisse, est-il financièrement sain et socialement juste? Pas si évident. D’où l’urgence d’un débat public, qui doit être profond et contradictoire, et requérir un consensus politique. Surtout qu’en deux années, les fonds consacrés ont été multipliés par cinq.

+AL MASSAE+:.
-Un rapport du Centre marocain des droits de l’Homme (CMDH) accuse les services de police de torturer et d’humilier les détenus dans le cadre des événements de Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech. Le président du Centre, Khalid Cherkaoui Semmouni a, lors d’une conférence de presse jeudi, dénoncé les accusations portées par l’un des dirigeants du PJD qui a pointé du doigt certaines « parties » d’être derrière ces mouvements de protestation, indiquant que cette accusation est « erronée » car c’est la cherté des factures d’eau et d’électricité qui a poussé les habitants de ce quartier à descendre dans la rue.

-Scandale: des chiffres officiels sur le secteur de l’urbanisme démontre que la wilaya de Safi a refusé l’exécution de 318 décisions de démolition d’habitats anarchiques. Ces décisions sont restées lettres mortes en l’absence de la signature du Wali, ce qui n’a pas permis aux services de l’administration territoriale de les mettre à exécution.

-Intensification du controle sur les voitures immatriculées à l’étranger arrivées au Maroc suite à la mise en garde d’Interpol quant à la possibilité d’utiliser ces voitures par des groupes extrémistes au Mali dans des attaques terroristes contre les intérêts occidentaux dans le Royaume.

-Les anciens résistants brandissent le slogan « dégage » devant le Haut Commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération, et ce lors d’un sit-in préventif ouvert, observé depuis mardi, devant le siège du Haut commissariat à Rabat en guise de protestation contre leur marginalisation et la non satisfaction de leurs revendications.

+AL KHABAR+:.
-Le président d’une commune à Sidi Kacem ressuscite huit morts! Des sources informées ont fait savoir que la police judiciaire relevant de la brigade de la Gendarmerie royale de Sidi Kacem a auditionné, mercredi, le président de la commune rurale de Sfasife suite à une plainte dans laquelle il est accusé de falsification des signatures des membres d’une collectivité soulaliya pour le limogeage de son adjoint dans le cadre de règlement de comptes politiques, ajoutant que la liste comprend les signatures de huit citoyens décédés.

-Les Chambres des représentants et des Conseillers « jugent » Abdelilah Benkirane avant la fin de la session législative d’octobre. Le Chef du gouvernement sera interpelé lundi et mardi dans les deux Chambres du Parlement où il doit répondre aux questions des députés et des conseillers dans le cadre des séances mensuelles sur la politique générale, et ce afin d’éviter la fin de la session législative d’octobre sans la tenue de quatre séances mensuelles conformément à la loi, puisque la session d’automne n’a connu la tenue que de trois séances.

-Des journaux israéliens accusent le Maroc d’abriter des hommes d’affaires poursuivis par la justice israélienne pour trafic de produits illicites et appartenance à des réseaux mafieux de trafic d’armes, de drogue et de blanchiment d’argent. Le quotidien « Yediot Aharonot » à grand tirage en Israël a affirmé, dans son numéro de mercredi dernier, que ces individus vivent en toute sécurité au Maroc et gèrent leurs commerces douteux, loin des jugements et des impots alors que le journal « Globes » a publié une enquête dans laquelle il a indiqué que le Maroc est devenu un pays d’asile pour plusieurs criminels et membres de la mafia.

-Importantes indemnités pour les fonctionnaires de la Chambre des conseillers avant la fin de la session d’automne: Les groupes de la majorité et de l’opposition ont présenté un projet de loi relatif à l’octroi d’indemnités aux fonctionnaires de la 2ème chambre allant jusqu’à 3 millions de centimes sur les déplacements à l’intérieur du Maroc et à l’étranger, les heures supplémentaires et les voyages, ce qui devrait mettre le Chef du gouvernement dans une situation embarrassante et des sources ont fait savoir que 30 fonctionnaires ont déposé leurs demandes pour bénéficier de l’opération de départ volontaire.

+ASSABAH+:.
-Des responsables impliqués dans un scandale foncier à Khémisset. Des sources bien informées ont fait savoir que l’ancien gouverneur de la province de Khémisset et un secrétaire général toujours en fonction dans une autre petite province ont falsifié les documents d’une assiette foncière réservée initialement pour la réalisation d’espaces verts dans la commune de Sidi Allal Bahraoui pour la scinder en deux lots de terrains de 340 M2 chacun et vendus par la suite à 500 Millions de centimes à un promoteur immobilier.

-L’inspection générale du ministère de la Justice et des libertés auditionne l’auteur de la vidéo où un magistrat de la Cour d’appel d’El Jadida a porté des accusations de corruption contre ses collègues. Dans cette vidéo filmée par ce justiciable, le juge en question avait révélé de manière spontanée les interventions et les pressions exercées par certains juges en ce qui concerne son dossier en cours d’examen, en pointant du doigt le Procureur général, des juges et une fonctionnaire. Les éléments de l’inspection générale du ministère devrait se rendre à la Cour pour jeter la lumière sur ces accusations et faire un audit des dossiers traités par la Cour.

-Le débat sur la fortune cumulée par les « riches de la guerre » au Sahara s’invite à l’institution législative. Brahim Joumani, député du PAM, a appelé le Chef de gouvernement à ouvrir une enquête sur les parties qui ont cumulé des fortunes colossales au détriment de la question du Sahara marocain, l’exhortant à divulguer les noms de ces parties qui ont pillé les fonds et les richesses du Sahara marocain. Selon Joumani, cette enquête doit concerner aussi les élus, les notables et les acteurs dans les régions du sud, y compris les responsables administratifs qui ont cumulé des fortunes pendant la durée de leur mission dans la région.

-Poursuite des médiations pour éviter une crise politique. Des sources proches du gouvernement ont fait savoir que Nabil Benabdellah, SG du PPS, et Mohand Laensar, SG du MP, s’apprêtent à jouer leurs dernières cartes pour colmater les brèches et sauver la majorité lors de la prochaine réunion des composantes de la coalition, prévue la semaine prochaine. Selon ces mêmes sources, le succès de cette réunion dépend de la volonté d’Abdelilah Benkirane et de Hamid Chabat de faire des concessions et d’adoucir leurs positions.

-Habib El Malki déclare que les agissements du polisario n’ont pas réussi à changer la position de l’Internationale Socialiste sur la question du Sahara marocain. Habib El Malki, qui a conduit la délégation marocaine au Conseil de l’Internationale Socialiste, a souligné que cette instance a réaffirmé sa position traditionnelle qui défend les efforts déployés par le SG de l’ONU pour parvenir à une solution politique consensuelle à ce différend.

-Des parlementaires de l’UC critiquent vertement les préparatifs en cours pour la tenue du Congrès national du parti. Des sources bien informées ont indiqué que 33 parlementaires de l’UC dans les deux Chambres du parlement ont signé une pétition remise au SG du parti, Mohamed Abied dans laquelle ils critiquent les préparatifs en cours pour la tenue du Congrès national du parti du cheval. Selon les mêmes sources, le document comprend une série de propositions axées principalement sur le développement des mécanismes de démocratie interne pour l’élection des organes du parti, ainsi que sur les conditions devant être remplies par le prochain SG du parti.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le Haut commissaire au plan, Ahmed Lahlimi déclare que les avoirs extérieurs ne couvrent plus que 2,5 mois d’importations. Lors d’une rencontre organisée, mercredi à Casablanca, sur l’état de l’économie nationale en 2012 et ses perspectives en 2013, M. Lahlimi a exprimé ses inquiétudes en avouant qu’en cas de la poursuite du déficit de la balance des paiements et l’accumulation de la dette publique, le Maroc sera obligé de puiser dans ses réserves en devises pour financer ce déficit.

-USFP: Des figures de proue au sein du parti de la Rose contre le retour de Mohamed Sassi dans le cadre du projet lancé par le nouveau Premier Secrétaire, Driss Lachgar, visant la réunification de la famille ittihadie. Des sources proches de l’USFP ont indiqué que ces dirigeants reprochent à Sassi de ne pas avoir revu ses idées politiques qui l’ont poussé à quitter le parti.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Après des mois de joutes oratoires et de « coups sous la ceinture »: Hamid Chabat et Abdelilah Benkirane tiennent une rencontre à la fin de la semaine prochaine, a révélé le SG de l’Istiqlal aux membres du comité exécutif du parti, lors d’une réunion tenue jeudi. Chabat a indiqué que l’ordre du jour de cette rencontre comprend plusieurs points, dont la discussion du mémorandum rendu public il y a quelques semaines par le parti de la Balance, appelant les membres du comité exécutif à lui proposer aussi les questions à débattre avec le Chef du gouvernement.

-Les salafistes du Maroc annoncent la reprise de leurs mouvements de protestation à Tanger. Dans un communiqué rendu public mercredi, le comité conjoint pour la défense des détenus salafistes a indiqué qu’un sit-in national sera observé à la place du « Changement » à Béni Makada.

-Un rapport du Centre Marocain des droits de l’Homme (CMDH) impute la responsabilité du déclenchement des événements de Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech au nouveau wali de la région qui a fermé la porte du dialogue avec les représentants de la population et aux provocations des services de police. Lors d’une conférence de presse tenue jeudi pour présenter les conclusions du rapport réalisé par une commission d’enquête relevant du CMDH, Ahmed Zouhair, membre du conseil a indiqué que les habitants du quartier de Sidi Youssef Ben Ali organisaient des manifestations pacifiques chaque vendredi pour protester contre la cherté des factures d’eau et d’électricité, mais avant les vacances de fin d’année, les autorités ont décidé d’interdire ces manifestations, ce qui a suscité une vive tension suite à l’agression notamment d’une femme du quartier par des éléments des forces de l’ordre.

-La Chambre des Conseillers gratifie ses fonctionnaires de salaires « généreux ». Les groupes parlementaires de la majorité et de l’opposition ont présenté une proposition de loi relative au statut des fonctionnaires de la 2ème Chambre en vertu de laquelle certains fonctionnaires devraient percevoir des salaires allant jusqu’à 3 millions de centimes, outre des indemnités sur la responsabilité, les voyages, les heures supplémentaires et la résidence. Par ailleurs, des sources ont révélé que des conseillers ont, dans le cadre d’une action anticipée avant la fin de leurs mandats, déposé des demandes pour rejoindre la 2ème Chambre en tant que hauts fonctionnaires par crainte de devenir de simples salariés avec des salaires dérisoires après qu’ils aient perçu des salaires de l’ordre de 35.000DH par mois.

+AL ALAM+:.
-Un nouveau coup dur attend les Marocains établis aux Pays-Bas: Le Centre euro-méditerranéen Migration et Développement a révélé que le gouvernement néerlandais Âœuvre à engager des négociations avec le Maroc pour l’amendement de l’accord signé entre les deux pays dans le domaine de la sécurité sociale afin de suspendre le paiement des allocations familiales pour les enfants résident hors UE et la suspension provisoire des indemnités d’assurance maladie, ajoutant qu’au cas où le Maroc refusera cette demande, le gouvernement hollandais procèdera à l’annulation de l’accord de sécurité sociale en vigueur.

+ATTAJDID+:.
-Le ministre de la Jeunesse et du Sport, Mohamed Ouzzine, menace de dissoudre la FRMF si elle ne respecte pas la loi et si la Fédération ne tient pas son assemblée générale. Dans une déclaration au journal, le ministre a précisé qu’il accordera un délai à la Fédération jusqu’à la promulgation des décrets d’application de la loi 30-09 portant sur l’éducation physique et le sport, et des sources indiquent le ministère a suspendu la subvention financière annuelle accordée à la Fédération pour la troisième année consécutive, ajoutant que la FRMF vit au rythme de grands dysfonctionnements et n’a pas tenu son assemblée générale depuis la désignation d’Ali Fassi Fihri en tant que président il y a trois ans.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Avec la bénédiction du gouvernement: La Chambre des Conseillers décide des augmentations « alléchantes » des salaires de ses fonctionnaires! Les groupes de la majorité et de l’opposition à la deuxième Chambre ont proposé un projet de loi qui accorde d’importantes augmentations de salaires au personnel de la 2ème Chambre qui peuvent atteindre les 3 millions de centimes pour certains fonctionnaires. Le projet de loi a été examiné, mardi, par la Commission de la justice et de la législation dans la plus stricte confidentialité.

-La police administrative va-t-elle réparer les erreurs des élus communaux? Dans une première phase, les éléments de la police administrative vont limiter leur travail à l’arrondissement de Derb Sultan Al Fidaa avant de couvrir tout le territoire de la commune urbaine de Casablanca, puis les autres villes du Royaume. Au cours de la première semaine, leur action sera limitée à sensibiliser les citoyens et à les informer sur la nature de leurs missions, notamment la surveillance des violations associées à l’exploitation du domaine public, à l’environnement, à la sécurité routière, à la santé et à la sécurité.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Scandale: Le Centre marocain des droits de l’Homme accuse les services de police de torturer, de maltraiter et d’humilier les détenus dans les événements de Sidi Youssef Ben Ali. Lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du rapport réalisé sur ces événements, Mohamed Rachid Chrii, SG du centre, a indiqué que le rapport sera soumis au Chef de gouvernement et aux ministres de la justice et des libertés et de l’Intérieur.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-12 sur les 15 conseillers de la commune rurale Tilmi (région de Tinghir) ont déposé, la semaine dernière, leur démission en guise de protestation contre la marginalisation et l’exclusion de la commune des projets de développement. Ils ont également indiqué que la commune n’a pas bénéficié du fonds de développement rural, ajoutant que le gouverneur de Tinghir ne cesse d’ignorer leurs revendications.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+ :.
-La Coalition contre les abus sexuels sur les enfants au Maroc menace, dans un communiqué, d’intenter une action en justice auprès de la Cour pénale internationale contre un ressortissant espagnol dénommé « José » accusé d’avoir filmé des mineurs dans des positions contraires à la pudeur à Marrakech, ajoutant que ce film a été diffusé par une chaîne hollandaise. Elle a indiqué que si la justice espagnole ne prend pas les mesures qui s’imposent et procède à l’arrestation de cet individu, elle déposera sa plainte auprès de cette Cour.

+AL MOUNAATAF+:.
-La réforme des régimes de retraite exige du gouvernement d’avoir une volonté politique ferme, de prendre des décisions urgentes, décisives et efficientes et d’oeuvrer pour la mise en place d’un système qui n’endosse pas uniquement à l’Etat les conséquences des décisions impopulaires. La réforme des Caisses de retraite exige aussi des centrales syndicales de préserver leurs rapports solides avec la classe ouvrière et des employeurs de protéger leurs intérêts afin que le gouvernement ne s’enlise pas dans un bourbier pour satisfaire les revendications de toutes les parties de manière à vider la réforme de son contenu.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *