Revue de presse marocaine du 09/01/2013

0 commentaires, 09/01/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.
+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Développement des provinces du Sud: L’approche marocaine gagne du terrain. Le nouveau modèle de développement régional pour les provinces du Sud, esquissé dans la note de cadrage présentée la semaine dernière à SM le Roi Mohammed VI, a suscité des réactions positives dans plusieurs pays, notamment les Etats-Unis et la France. Des hommes politiques, des chercheurs et des experts ont salué son caractère visionnaire et sa portée stratégique. Outre l’exemplarité de la démarche marocaine, ils ont tous souligné le fait qu’elle procédait d’une volonté sincère de résoudre le problème du Sahara marocain et du souci d’offrir aux populations des provinces du Sud les conditions d’une vie digne et prospère. Mieux encore, le modèle de développement économique contenu dans la note de cadrage élaborée par le Conseil Economique, social et environnemental conforte, selon beaucoup d’observateurs, le plan d’autonomie proposé par le Maroc et confirme son caractère crédible et sérieux comme cela a été réitéré maintes fois par de nombreuses capitales occidentales influentes.

-Le Patronat et les syndicats entament un nouveau rapprochement. Est-on en train d’assister à une nouvelle approche, plus pragmatique et donc plus efficace dans la gestion des conflits entre les patrons et les syndicats? Certes, les deux parties concernées, en l’occurrence la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et les principales centrales syndicales (UMT, FDT, CDT, UGTM, UNTM), ont toujours essayé de garder un contact entre eux pour maintenir une sorte de dialogue. Toutefois, on peut dire qu’il s’agissait plutot d’un degré « minimaliste » de dialogue destiné à ne pas laisser s’installer la rupture…Cette approche est en train de changer aujourd’hui avec l’engagement des parties prenantes à aller vers plus de coopération et à abandonner la confrontation stérile. Ainsi, après les contacts entre la CGEM et les représentants de ces syndicats, dans le cadre d’un round social, au cours des deux derniers mois de l’année 2012, on passe maintenant à l’officialisation des accords.

+L’ECONOMISTE+:.
-Commission d’enquête: la leçon du Parlement au gouvernement. Une véritable bouée de sauvetage pour le Chef du gouvernement. En effet, face au déficit en matière de production législative pour implémenter la Constitution de 2011, le groupe parlementaire du RNI a préparé une proposition de loi organique qui fixe les modalités de fonctionnement des commissions d’enquête. La démarche est importante à la fois sur le fond et sur la forme. Sur le fond, parce qu’elle permet de mieux encadrer les enquêtes parlementaires pour stimuler leur production. De 1962 à aujourd’hui, seules 8 commissions d’enquête ont été constituées. Sur la forme, l’initiative ne manque pas d’originalité car elle revalorise l’image du Parlement, une institution régulièrement accusée de chambre d’enregistrement.

-Taghazout sur les rails. Des années d’atermoiements et de retards n’ont pas eu raison de la fameuse station Taghazout qui, dans moins de quatre ans, sera totalement méconnaissable. L’aménagement de la future station balnéaire est aujourd’hui plus qu’un projet sur le papier. Et l’enjeu est énorme pour toute la région. A l’issue des quatre prochaines années, les lits touristiques de Taghazout représenteront une augmentation de 25 pc de la capacité actuelle de la ville d’Agadir. De plus, le projet permettra la création de près de 20.000 emplois dans la région.

+AL BAYANE+:.
-Réhabilitation de l’habitat menaçant ruine: Un chantier qui nécessite un budget de 10 milliards de DH. C’est un plan Marshall qui ne dit pas son nom. La réhabilitation de l’habitat menaçant ruine est déclarée comme une « grande priorité » par Nabil Benabdellah, ministre chargé de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville. Sur le papier, la résorption de cette problématique n’a rien d’une sinécure. Il s’agit plutot d’un vaste programme. Un chantier long, complexe, aux enjeux et défis colossaux. Et qui nécessite pas moins de 10 milliards de dirhams, comme l’a d’ailleurs souligné le ministre dans une réponse à la Chambre des représentants.

+LIBERATION+:.
-Le journal des islamistes tire à boulets rouges sur l’Istiqlal. Depuis jeudi 3 janvier, le microcosme politique est suspendu aux lèvres du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Répondra-t-il à la demande de remaniement ministériel officiellement formulée par le SG de l’Istiqlal? Jamais Benkirane n’a fait autant preuve de retenue allant jusqu’à faire -en tout cas pour le moment- vÂœu de silence sur la revendication d’un Hamid Chabat autoproclamé dynamo de la coalition gouvernementale. Si les ouailles du leader islamiste répondent par le silence à Chabat, ce n’est pas exactement le cas d' »Attajdid », le journal porte-parole du PJD, qui, dans son éditorial de mardi, tirait à boulets rouges sur la posture d’un parti, l’Istiqlal, dont on ne sait plus s’il est toujours « allié de la coalition gouvernementale ».

-Patronat et syndicats prennent leur destin en main: signature de pactes entre la CGEM et les centrales. Face à l’incurie du gouvernement Benkirane et l’inanité de sa manière de concevoir le dialogue avec les syndicats et le Patronat, les partenaires sociaux ont décidé de prendre leur avenir en main. Ainsi, la présidente de la CGEM, Meryem Bensaleh, et les secrétaires généraux de l’UMT et de l’UGTM ont signé, lundi, un pacte social pour une compétitivité durable et un travail décent. Ce pacte qui a pour objectif de relever les défis auxquels fait face l’économie nationale et d’établir un partenariat fructueux entre le patronat et les syndicats, vise aussi le développement de la compétitivité de l’entreprise marocaine, dans un climat de confiance, de sérénité et d’esprit patriotique.

+AUJOURDHUI LE MAROC+:.
-Tamansourt huit ans plus tard. Une ville pleine de promesses et aux réalisations concrètes. Voilà comment se définit Tamansourt, la ville nouvelle de Marrakech. En effet, Tamansourt a grandi discrètement jusqu’à devenir, en 8 ans, une ville de plus de 51.000 habitants. « Aujourd’hui, Tamansourt prend forme et la première tranche de 1200 ha est en dernière phase d’achèvement en équipements d’infrastructure de base, avec une deuxième de 731 ha en phase d’études », a souligné Abdelaziz Belkeziz, directeur général de Tamansourt Al Omrane. Sur le volet logements, M. Belkeziz se félicite du travail réalisé par Al Omrane qui dispose actuellement d’une capacité d’accueil de 120.000 habitants et du travail « magnifique » réalisé par les opérateurs privés.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Plan législatif: Choubani marque un but. C’est au sein de la commission de législation, de justice et des droits de l’Homme, présidé par le RNI, que les députés ont unanimement exprimé, mardi à la Chambre des représentants, leur impatience de découvrir le plan législatif du gouvernement. Très attendu, ce dernier représente, à leurs yeux, la base essentielle sur laquelle se construira l’avenir du Maroc. Mais, le ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, El Habib Choubani, ne partage pas l’avis des députés quant à l’urgence du plan législatif. Il leur jette la balle les appelant à faire des propositions au lieu d’attendre le gouvernement.

-Santé: Alerte au trafic pacemakers. L’association des professionnels du matériel biomédical (APMB) revient à la charge pour dénoncer l’anarchie qui sévit sur le marché des dispositifs médicaux. Le vide juridique dont souffre ce secteur a profité aux réseaux parallèles qui approvisionnent le marché de produits ne répondant pas aux normes internationales de qualité. Pour Ahmed Achaach, membre de l’association, la réglementation du secteur est son cheval de bataille. Depuis des années, cette ONG réclame une loi imposant le respect des normes de sécurité gage de qualité.

+L’OPINION+:.
-Violation par les Pays-Bas de la « Convention générale de sécurité sociale » signée avec le Maroc: La discrimination en instrument de « rigueur » budgétaire. Le gouvernement marocain a décidé de prendre une position claire et tranchée au sujet de la décision unilatérale des autorités néerlandaises de réduire de 40 pc les pensions versées aux ayants-droits des retraités marocains installés au Maroc et ce dès le début de cette année. Il semblerait bien que la crise dans laquelle se sont enfoncés les pays du vieux continent ne soit pas seulement économique et financière, mais touche aux valeurs même qui ont fondé l’Europe d’après-guerre. Et les autorités marocaines n’ont pas à se montrer timides pour défendre fermement les droits, reconnus par convention, de ses ressortissants. Il n’y a pas de raison de manquer de rappeler haut et fort à leurs obligations ceux qui se plaisent si souvent à s’ériger en, donneurs de leçons. Les droits légitimes des veuves et orphelins des retraités marocains ayant travaillé aux Pays-Bas ne sauraient être réduits à une simple variable d’ajustement budgétaire.

+AKHBAR AL YOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Différend au sein du PJD autour du gel de l’adhésion au parti d’un responsable local poursuivi en justice pour trafic de drogue. Des sources au sein de la direction du parti de la Lampe ont indiqué que ce dernier se dirige vers le gel de l’appartenance au parti de Benaïssa Bouasria, secrétaire local de la section du PJD à Dar Aslouji dans la province de Sidi Kacem, alors que le responsable régional du parti dans la région du Gharb a exprimé ses réserve vis-à-vis d’une telle mesure.

-Des incertitudes planent sur l’issue du bras de fer enclenché entre Hamid Chabat et Abdelilah Benkirane: Chabat a accordé un délai de 3 mois à Benkirane pour répondre à son mémorandum et sa réclamation du remaniement ministériel. Une fois ce délai expiré, le SG de l’Istiqlal menace d’opter pour l’escalade, ce qui mettrait l’avenir de la coalition gouvernementale face à des scénarios incertains.

-Le Conseil constitutionnel sauve les députés de l’opposition Saïd Chbaâtou, Rachid Talbi Alami et Mohamed Boudra du « piège » de l’incompatibilité des mandats. Le Conseil a considéré que le cas d’incompatibilité entre la présidence des conseils des régions et la députation ne concerne en aucun cas les trois députés en question.

+ASSABAH+:.
-Le gouvernement refuse la promulgation de son plan législatif sous la pression: Habib Choubani, ministre chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, a souligné que le gouvernement a choisi de ne pas promulguer à la hâte son plan législatif par souci de qualité des textes de lois qui vont être présentés.

-USFP: La bataille des « listes noires » précède les élections du bureau politique. Des sources USFPéistes ont révélé l’existence d’une liste de noms de candidats en lice pour le nouveau bureau politique du parti sur laquelle figurent des personnalités ittihadies ayant soutenu Ahmed Zaïdi, ajoutant que ladite liste a brandi la carte du «  »véto » contre l’ancien ministre Jamal Ghmani et les députés Abdelali Doumou, Omar El Yazghi et Tarik Kabbaj.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane autorise à Mohamed El Ouafa de changer les directeurs des académies et les délégués du ministère. M. El Ouafa a dans ce cadre lancé un appel à candidatures pour les postes de directeurs des académies régionales de l’Education et de la formation, conformément à des critères et des conditions bien définis.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le conflit entre le ministre de la Justice et des libertés et le Syndicat démocratique de la justice augure d’une nouvelle escalade. Le Syndicat a publié, dimanche dernier, un communiqué dans lequel il a souligné que le secteur de la justice est désormais caractérisé par une « intimidation » officielle, ainsi que par l’oppression et la tentative d’assujettir les greffiers.

-La Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion active ses visites inopinées dans les prisons. Les inspecteurs de la Haute Délégation se sont rendus, lundi matin, dans la prison d’Ain Ali Moumen à Settat, en l’absence du directeur de la prison et avant l’arrivée du personnel de l’établissement pénitentiaire sur leurs lieux du travail.

+ATTAJDID+:.
-Le Maroc perd plus de 109 milliards de dirhams en raison du trafic d’argent en dix années. Le Royaume a occupé la 45ème position parmi 143 pays dans le trafic d’argent vers l’étranger, selon un rapport du « Global Financial Integrity ».

-Le courant « sans répit » au sein du Parti de l’Istiqlal présente ses excuses à l’Egypte suite aux déclarations du SG du Parti, Hamid Chabat, où il a accusé le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane de tentative d »égyptisation » du Maroc.

+AL KHABAR+:.
-Le Conseil constitutionnel affirme qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre les mandats de parlementaires et la présidence des régions pour Said Chbaâtou (USFP) président de la région de Meknès-Tafilalet, Rachid Talbi Alami (RNI) président de la région de Tanger-Tétouan et Mohamed Boudra (PAM), président de la région Taza-El Hoceima. Dans sa décision, le Conseil affirme que même si l’article 13 de la loi organique de la Chambre des Représentants stipule que le mandat de membre de ladite Chambre est incompatible avec la présidence d’un conseil de région, cette disposition ne s’applique pas aux présidents des régions qui étaient en fonction avant la promulgation de ladite loi organique.

-Les ingénieurs architectes en colère après l’adoption sans leur aval en conseil du gouvernement du projet de loi relatif à l’exercice de la profession d’architecte et à la création de l’Ordre national des enseignants d’architecture. Lors d’une rencontre, tenue mardi, les architectes ont fortement critiqué le refus de Benkirane de tenir une réunion avec leurs représentants, malgré la requête qu’ils ont déposée pour le report de l’adoption dudit projet de loi.

-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal déclare: « le parti insiste sur les revendications formulées dans le mémorandum adressé au Chef du gouvernement ». Pour sa part, Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire PJD à la première Chambre, a indiqué que le parti a décidé de ne pas réagir au mémorandum, ajoutant que le secrétariat général du parti examinera, samedi prochain, le document et la manière d’y répondre.

-MP: l’hémorragie continue sur fond de crise interne. Des sources bien informées ont indiqué que Abdelkader Tatou, membre du bureau politique, député et coordinateur régional du parti à Rabat, a présenté, il y a deux jours, sa démission au Secrétariat général. Selon ces mêmes sources, cette démission pourrait être une simple manÂœuvre politique de la part de Tatou pour se retirer du champ de bataille en vue de refaire ses calculs et revenir de nouveau.

+AL MOUNAATAF+:.
-Le Syndicat démocratique de la Justice appelle à un nouveau sit-in en marge du forum régional sur la réforme de la justice prévue à Agadir. Le SG du Syndicat démocratique de la justice, Abdessadek Saaidi a affirmé l’existence d’une crise depuis l’arrivée de Mustapha Ramid, non seulement entre le syndicat et le ministère de tutelle mais aussi entre le ministère et l’ensemble des acteurs et intervenants dans le secteur de la justice.

+AL MASSAE+:.
-Arrestation de sept personnes membres d’un réseau spécialisé dans l’usurpation illégale des domaines de l’Etat à Marrakech. Les autorités ont appréhendé, lundi, sept personnes qui vendaient à leurs victimes des terres relevant des domaines d’Etat, alors que les recherches sont en cours pour l’arrestation de 14 autres, également impliquées dans cette affaire.

-Les promoteurs immobiliers tirent à boulets rouges sur le Conseil de la concurrence. Ils accusent ledit conseil de publier des données « erronées » à propos des exonérations fiscales. Le conseil avait annoncé que les promoteurs immobiliers ont bénéficié d’exonérations fiscales évaluées à plus de 32 millions dirhams en 2011, alors que les données disponibles auprès de la Direction des impots confirment que ces promoteurs n’ont bénéficié que de 5,5 millions dirhams d’exonérations en 2011.

-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, fait éclater la bombe de la « rente partisane ». Chabat a demandé à certains dirigeants du parti de la balance de restituer des sommes d’argent estimées à 800.000 DH perçues sous forme d’indemnités. Par ailleurs, la direction du parti a reçu un rapport de la Cour des comptes qui relève des dysfonctionnements relatifs aux dépenses lors de la campagne électorale de 2011.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le comité de soutien à Khalid Alioua et Co, dénonce, lors d’une réunion lundi au siège de l’USFP à Rabat, la décision du juge d’instruction de prolonger la détention préventive de l’ancien PDG du CIH, et de trois autres personnes pour la 4ème fois consécutive, qualifiant cette détention d' »arbitraire ».

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le Patronat et les syndicats dépassent l’incapacité du gouvernement en signant des accords avec des syndicats hors du dialogue social. Miriem Bensalah, présidente de la CGEM, et Miloudi El Moukhariq, SG de l’UMT, signent un pacte social pour une compétitivité durable et un travail décent. Pour El Moukhariq, ce pacte est le fruit de négociations et consultations de plusieurs semaines entre les deux parties, ajoutant que ce pacte a pour objectifs, entre autres, la prévention et la gestion de la conflictualité et la promotion de l’emploi et de la compétitivité.

-Nouveau chapitre dans la confrontation entre les greffiers et le ministre de la Justice: Le SDJ a décidé d’observer un sit-in à Agadir à l’occasion de la tenue du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la Justice vendredi et samedi prochains.

-Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane fait face à une mission difficile à la Chambre des conseillers: Il doit répondre aux questions des conseillers sur les mesures qui seront prises pour sauver les caisses de retraites menacées de faillite au cours des prochaines années et les groupes parlementaires à la deuxième chambre n’avaient pas encore défini, au milieu de la journée de mardi, le mode de gestion de cette séance mensuelle alors que les présidents de ces groupes tiendront une réunion à ce sujet.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Les syndicats s’allient avec le Patronat pour contrecarrer l’hégémonie du gouvernement. Les SG de l’UMT et de l’UGTM ont signé des pactes sociaux avec la CGEM visant essentiellement à relever les défis auxquels fait face l’économie nationale et à établir des partenariats fructueux entre les parties signataires qui s’engagent à Âœuvrer à construire un plan de progrès économique et social en apportant des solutions concrètes à quatre dossiers: la prévention et la gestion de la conflictualité, le dialogue social et la promotion du champ conventionnel, la conformité sociale des relations et des conditions de travail ainsi que la promotion de l’emploi et de la compétitivité.

-3424 ingénieurs architectes menacent de démission collective. Le président du conseil national de l’Ordre des Architectes, Jamal Lokhnati a menacé d’une démission collective de tous les membres de l’Ordre, accusant le Chef du gouvernement d' »injustice » envers les architectes et les ingénieurs topographes et ce après que le conseil de gouvernement ait adopté le 14 décembre dernier le projet de loi modifiant la loi N 16-89 relative à l’exercice de la profession d’architecte et à la création de l’ordre national des enseignants d’architecture sans consulter l’Ordre national des architectes.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Un scandale immobilier éclate dans la ville de Marrakech. Le Procureur général du Roi près le tribunal de 1ère instance a déféré devant la justice sept personnes, en état d’arrestation, pour spéculation foncière et acquisition illégale des domaines de l’Etat. L’arrestation des sept mis en cause a été effectuée par les éléments du centre judiciaire de la Gendarmerie royale sur instructions du Parquet général. Par ailleurs, le même centre a lancé des mandats de recherche nationaux contre 25 autres personnes impliquées dans la même affaire.

-Le comité permanent de coordination entre la CDT et la FDT se réunit, aujourd’hui, pour délibérer des résultats de la première rencontre de la Haute commission de concertation sur le dialogue social, tenue vendredi dernier. Une source bien informée affirme que toutes les formes de militantisme demeurent possibles, y compris le retrait du dialogue social et l’organisation d’une autre journée de protestation pour mettre plus de pressions sur le gouvernement afin de traiter d’une manière positive les revendications des syndicats.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Réhabilitation de l’habitat menaçant ruine nécessite un budget de 10 milliards de dirhams. Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, a indiqué que le Fonds de solidarité de l’habitat ne dispose que d’une enveloppe financière limitée consacrée essentiellement à la résorption des bidonvilles et à la restructuration des quartiers. Lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre a indiqué que les efforts sont concentrés sur les zones à risque qui abritent environ 100.000 familles.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *