Revue de presse marocaine du 07/12/2012

0 commentaires, 07/12/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-En attendant le débat télévisé entre les candidats, les USFPéistes se positionnent en perspective du congrès et rapprochement entre Lachgar et Oualalou en vue d’une coalition. A quelques jours du 9ème congrès de l’USFP, la tension monte encore plus au sein de la maison ittihadie. Ces derniers jours ont été surtout marqués par la confrontation qui oppose Driss Lachgar à Ahmed Zaidi. Les deux candidats se livrent à une bataille sans merci avec comme principales armes des critiques à peine voilées et des phrases assassines. Même si les USFPéistes ne veulent pas répéter l’expérience de l’Istiqlal quelques semaines auparavant, l’escalade pourra être inévitable surtout que Zaidi et Lachgar seront face à face à la télé en direct mercredi prochain avec les trois autres candidats pour la succession de Abdelouahed Radi à la tête du parti. Une première dans l’histoire partisane du pays.

+LIBERATION+:.
-Prévue demain à Rabat: Une chaîne humaine pour dénoncer les violences faites aux femmes. Le Code pénal doit désormais incriminer toutes sortes de violences exercées contre les femmes. La société civile ne compte pas lâcher prise. Une chaîne humaine de solidarité sera organisée le samedi 8 décembre à Rabat. La permissivité au niveau pénal laisse le champ libre aux sévices et traitements dégradants à l’encontre des femmes. L’initiative du Collectif « Printemps de la dignité » a été adoptée par des dizaines d’associations féminines et des droits humains et par toutes les forces vives de la société, l’objectif étant d’aboutir à un Code pénal qui protège les femmes contre la discrimination et la violence.

-Le Conseil de la ville de Casablanca ne se lasse pas de débattre des maisons menaçant ruine: Des palabres mais pas de solutions en vue. Le dossier des maisons menaçant ruine fait irruption, de nouveau, sur l’agenda des travaux du Conseil de la ville de Casablanca. Les édiles semblent en avoir ras-le-bol du laxisme et de l’indifférence du Maire et de sa majorité face à ce problème qui n’a trop duré.

+L’ECONOMISTE+:.
-Les professions libérales dans le collimateur du FISC. Ce sera le cadeau du Père Noël de cette fin d’année aux professions libérales. L’administration fiscale a décidé de lancer une large offensive en direction d’un certain nombre de ces métiers pour s’assurer enfin de la sincérité de leurs déclarations d’impot. Le FISC reconnaît que la contribution de ces professions à l’impot sur le revenu ne reflète pas leurs gains réels. Médecins privés, avocats, architectes, cliniques privées et petits commerçants sont clairement visés. Mais ils ne sont pas les seuls, l’offensive ciblera par ailleurs les contribuables qui enchaînent des déclarations déficitaires.

-Permis de conduire: Attention aux échéances! Bon nombre de conducteurs renoncent à échanger leurs permis de conduire contre le document électronique à cause des démarches administratives. Parmi ces formalités, la visite médicale, devenue obligatoire depuis la promulgation du nouveau Code de la route et l’instauration d’un calendrier pour l’échange du permis rose contre le document électronique. Pour faciliter la tâche, les ministères de la Santé et du Transport ont mis en place une procédure d’agréments des médecins privés. Pour l’heure, aucune base de données exhaustive n’est encore disponible, mais les conducteurs concernés peuvent consulter la liste des médecins privés, proches de leur lieu de résidence. Par ailleurs, les permis sur papier doivent être échangés selon le calendrier défini par le ministère de tutelle, Toutefois, aucune sanction n’est prévue à l’encontre des contrevenants.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Tension sociale: Les syndicats haussent le ton. Le gouvernement arrivera-t-il à contenir la colère des centrales syndicales ? Le dialogue social stagne et est à l’arrêt. Les syndicalistes pointent du doigt les réunions formelles qui ont eu lieu au cours des derniers mois. Des rencontres qui n’ont pas permis de concrétiser les doléances du cahier revendicatif. Ils dénoncent la non-application des différents points de l’accord de 26 avril 2011 sous l’ancien gouvernement. Les syndicats haussent le ton critiquant l’absence de mesures concrètes et les régressions enregistrées en matière du dialogue social. Ils s’engagent à aller jusqu’au bout dans leurs mouvements de protestation afin d’inciter le gouvernement à s’atteler à la tâche. Ainsi, la FDT et la CDT ont décidé de passer conjointement à l’acte en organisant samedi et dimanche prochains, dans les quatre coins du Royaume, une journée de protestation.

-Projet de loi de Finances 2013: Les conseillers discutent sous haute tension le PLF 2013. Après avoir reçu la bénédiction de la Chambre des représentants, le PLF 2013 est actuellement en discussion à la commission des Finances des conseillers, un deuxième round qui s’annonce plutot chaud. En guise de riposte, les conseillers de l’opposition, numériquement majoritaires, sont résolument décidés à revenir à la charge. D’ailleurs, Hakim Benchemass, président du groupe du PAM à la Chambre des conseillers est déjà sur le devant de la scène. Lors de la 1ère réunion de la commission des finances, consacrée, mardi dernier, à la discussion du PLF 2013, M. Benchemass a attaqué, Idriss Azami, ministre chargé du Budget, à cause d’une grimace faite par ce dernier. Un geste qui n’était pas du goût du président du groupe du PAM.

+L’OPINION+:.
-Sahara marocain: L’opposition suédoise dérape. Profitant de la présentation d’un rapport sur la situation dans la région MENA, des partis du Parlement suédois y ont « glissé » une motion appelant le gouvernement de ce pays nordique à reconnaître la prétendue « rasd ». Le gouvernement suédois sera-t-il tenté? Certes, la nouvelle est préoccupante, mais la logique et le droit devraient l’emporter, car déjà un député de la coalition au pouvoir, Ulrik Nilson, est monté au créneau pour dénoncer « une démarche inconstitutionnelle » et « une ingérence dans les attributions de l’Exécutif ». Nilson affirme en la substance que « la Constitution suédoise stipule clairement que la reconnaissance d’un Etat relève des prérogatives exclusives du gouvernement et non pas du Parlement ».

+AL BAYANE+:.
-Emission obligataire de 1,5 milliard de dollars: Bouffée d’oxygène pour les finances publiques. Menée tambour battant, depuis quelques semaines déjà, l’émission obligataire d’un montant de 1,5 milliard de dollars vient d’être ficelée. Baraka et Azami sont aux anges! Difficile de dire que c’est une mauvaise chose. Mais l’opération en elle-même, telle qu’elle est actée, incite à s’interroger sur sa portée et son impact sur les finances publiques du Royaume.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Tourisme: Bilan mitigé en octobre. Le secteur du tourisme semble entrevoir le bout du tunnel en cette fin d’année avec des arrivées et des nuitées en hausse durant le mois d’octobre. Le marché français a repris des couleurs, toutefois, à fin octobre les recettes s’inscrivent en baisse par rapport à la même période de 2011.

+AL MASSAE+:.
-Nouveau rebondissement dans l’affaire de la COMANAV: Le syndicaliste Mohamed Chamchati, poursuivi dans le cadre de ce dossier appelle, lors de l’audience tenue mercredi à la Cour d’appel de Rabat, à poursuivre en justice la famille Abdelmoula (propriétaire de la compagnie maritime) qui « a créé l’anarchie, saboté la compagnie et l’a conduit à cette situation catastrophique » alors que l’avocat de Taoufiq Ibrahimi a dévoilé le contenu d’un courrier électronique adressé par Samir Abdelmoula et Ibrahimi au ministre de l’Equipement et du Transport, Aziz Rebbah qui contient une série de solutions susceptibles de faire sortir la compagnie de sa situation de crise.

-Une commission d’enquête du ministère de l’Enseignement supérieur fait éclater un grand scandale au sein de l’Ecole nationale supérieure d’électricité et de mécanique (ENSEM): Des attestations de réussite et des diplomes falsifiés remis aux étudiants et des étudiantes qui résident dans des logements de fonction au lieu de l’internat de l’Ecole. Des sources ont indiqué que le dossier est entre les mains du ministre Lahcen Daoudi en attendant son renvoi devant la justice, précisant que des membres d’un parti de la Gauche, auquel appartient l’une des personnes accusées de falsification des diplomes, exercent des pressions pour étouffer ce dossier et éviter son renvoi devant la justice.

-Abdellah Bouanou, président du groupe du PJD à la Chambre des représentants déclare que les députés PJDistes ont le droit d’interroger le ministre des Habous et des Affaires islamiques sur la question de la gestion des Habous, et ce en réaction au ministre Ahmed Toufiq qui a « blâmé » lundi les députés du parti de la Lampe lors de la séance hebdomadaire des questions orales, tout en les appelant à éviter de mettre en doute les opérations de cession des biens habous de l’Etat.

-Panique parmi les habitants de l’ancienne médina de Casablanca après que plus de 2000 familles aient reçu des avis d’évacuation de leurs maisons menaçant ruine et des membres du Conseil de la ville indiquent que ces ménages vivent une situation sociale très difficile en l’absence de toute politique claire du Conseil pour le règlement de ce dossier épineux.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Une commission d’enquête du ministère de l’Intérieur s’est rendue en début de semaine dans la localité de Béni Bouayach pour enquêter sur plusieurs dossiers d’urbanisme et de construction sans autorisation sur des fonciers relevant du domaine public communal avant d’être cédés dans des circonstances mystérieuses à des responsables du Conseil communal de la ville.

-Les dirigeants des partis de la Coalition gouvernementale ont tenu jeudi une réunion pour apaiser les tensions et une source gouvernementale indique que Benkirane commence à se rendre compte que « la coalition gouvernementale est sérieusement menacée », allusion faite au SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, surtout qu’il est devenu certain que ce dernier cherche, à travers ses déclarations et agissements, plus qu’un remaniement ministériel.

-Abdelilah Benkirane convoque le Conseil national du PJD pour évaluer l’action gouvernementale: Pour la première fois, Benkirane présentera un rapport politique, avec sa double casquette de Chef de gouvernement et de SG du parti, devant le parlement PJDiste, qui se réunira du 28 au 30 décembre à Salé. Ce rapport passera en revue tous les sujets relatifs à la conjoncture que traverse la scène politique nationale, notamment la question de la coordination entre les composantes de la coalition gouvernementale.

-L’UNTM, proche du PJD, et l’UGTM, proche de l’Istiqlal, ne participeront pas à la journée nationale de protestation qui sera organisée samedi à l’appel de la CDT de Noubir Amaoui et de la FDT de Abderrahmane Azzouzi.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le gouvernement Benkirane dans l’embarras après la découverte d’un « faux » document dans le projet de la loi de Finances qui ne figurait pas dans la première version approuvée par la Chambre des représentants. Le document concerne des comptes spéciaux du Trésor, et l’opposition à la Chambre des conseillers met dans l’embarras le ministre délégué chargé du Budget, Idriss El Azami El Idrissi qui a souligné que le gouvernement n’avait aucune connaissance de la présence du document en question parmi les autres distribués aux membres de la Commission et donc n’en assume pas la responsabilité.

-Le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, tire la sonnette d’alarme et met en garde contre l’échec de la vision 2020, estimant que l’annulation de certaines lignes aériennes, jugées « non rentables », par la Royal Air Maroc aura des « effets néfastes » sur l’économie nationale, notamment la vision 2020 qui vise à attirer 20 millions de touristes.

-Des sources proches du SG de l’Istiqlal ont révélé que Hamid Chabat est déterminé à mettre Adil Douiri à la tête du ministère des Finances au lieu de Nizar Baraka, ainsi qu’à éjecter le ministre chargé du Budget, Idriss El Azami de ce département.

-Une réunion marathonienne de 7 heures, tenue mercredi à la Chambre des Représentants, entre le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid et le SG du syndicat démocratique de la justice Abdessadek Saaïdi, n’aboutit à rien puisque Ramid n’a pas renoncé à sa décision relative aux prélèvements sur les salaires des grévistes, malgré l’accord sur la majorité des 15 revendications présentées par le syndicat.

+AL KHABAR+:.
-Echec des négociations entre le syndicat démocratique de la justice et le ministère de la Justice et des Libertés, en raison notamment de la question des prélèvements sur les salaires des grévistes. Alors que le syndicat a insisté sur l’annulation de cette décision, le ministre Mustapha Ramid a campé sur position, affirmant qu’il s’agit d’une décision gouvernementale irréversible. Suite à cet échec, les camarades de Abdessadek Saaidi ont décidé d’observer une nouvelle série de protestations et de grèves.

-Des accusations contre le courant pro Abdelouahed El Fassi pour fuite d’informations concernant l’acquisition par Yasmina Baddou de deux appartements de luxe à Paris pour deux milliards de centimes. Des Istiqlaliens estiment qu’il s’agit là d’un simple règlement de comptes politiciens avec l’ancienne ministre de la santé, qui a joué un role crucial dans la victoire de Hamid Chabat.

-Chambre des Conseillers: Les groupes de l’opposition à la commission des Finances demandent la suspension des discussions sur le projet de la loi de Finances, accusant le gouvernement d’avoir « falsifié » l’article 18 bis dudit projet de loi, après avoir été approuvé par la Chambre des Représentants.

-Ahmed Zaidi, candidat en lice au poste de Premier secrétariat de l’USFP, se déclare prêt à présenter sa démission du parti au cas où il sera prouvé qu’il était auparavant membre du parti de l’Union constitutionnelle.

-Mohammed El Abied, SG du Parti de l’Union constitutionnelle (UC), annonce son intention de briguer un deuxième mandat à la tête de la formation et ce lors d’une réunion de la direction du parti, mercredi à Casablanca, qui n’a toutefois pas réussi à se mettre d’accord sur la date de la tenue du 5è congrès national du parti.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:
-Des USFPéistes refusent une campagne électorale à l’instar de celle du Parti de l’Istiqlal, indiquant que tout le monde est unanime pour que la campagne électorale se déroule conformément aux règles du parti de la rose et évite l’échange d’accusations et d’injures et le règlement des comptes et des sources ittihadies indiquent que le débat télévisé entre les cinq candidats en lice prévu mercredi prochain risque de dévoiler « la vérité » sur ce qui se passe au sein du parti.

-Des artistes mettent en garde contre l’instrumentalisation politicienne de l’art et de la culture. Mohcine Boumessaoud, président de la section Rabat de l’Association nationale des professionnels du théâtre, a qualifié de « suspecte » la réunion entre le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane avec plusieurs artistes et intellectuels, accusant des lobbies économiques de tenter d’imposer leur tutelle sur les artistes.

+ATTAJDID+:.
-Un document non signé contenant un amendement du PLF 2013 suscite une vive polémique à la Chambre des conseillers et Idriss El Azami El Idrissi, ministre délégué chargé du Budget, dément l’existence d’un quelconque amendement en dehors de la loi ou tout lien du gouvernement avec ce document distribué lors de la réunion de la Commission des finances et portant sur un amendement au niveau de l’article 18 bis. Dans ce cadre, les groupes de l’opposition ont réclamé l’ouverture d’une enquête à ce sujet alors que la conseillère parlementaire de l’UGTM (proche de l’Istiqlal) n’a pas écarté l’existence d’un complot et s’est interrogée sur la partie « qui veut la tête du gouvernement ».

+AL MOUNAATAF+:.
-Le gouvernement termine la première année de son mandat en portant le coup de grâce à la paix sociale en oeuvrant à augmenter les tarifs d’électricité et les centrales syndicales brandissent la carte d’une grève nationale générale qui sera précédée par une journée de protestation ce samedi à l’appel de la CDT et de la FDT.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Le Parlement suédois adopte, mercredi, une motion appelant le gouvernement de ce pays à reconnaître la pseudo « rasd » et le SG du PPS, Nabil Benabdallah affirme que ladite motion est « une initiative regrettable » et dénote « une réelle ignorance du dossier du Sahara », notant que cette motion ne s’inscrit pas dans la même logique des pays occidentaux, dont les grandes puissances, qui soutiennent le processus de résolution politique du conflit factice autour du Sahara.

+ASSABAH+:.
-Arrestation d’une femme pour usurpation de la fonction d’officier des douanes à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca: Les agents de la sûreté de l’aéroport ont arrêté, mardi, une femme portant la tenue officielle des agents des douanes et qui a exercé en tant que tel pendant 4 jours sans être découverte. Elle a avoué au cours de l’enquête menée par les éléments de la police judiciaire à l’aéroport avoir remis une somme de 20.000 DH à un officier des douanes pour usurper de cette fonction.

-La décision du ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, relative à la réduction des prix de 320 médicaments pourrait conduire le ministre devant une commission d’enquête: Un rapport élaboré par le réseau marocain pour la défense du droit à la santé appelle le Chef du gouvernement et les parlementaires des deux chambres à mettre en place une commission d’enquête parlementaire sur le dossier de la baisse des prix des médicaments, accusant le ministre de la Santé de complicité avec le lobby de l’industrie pharmaceutique pour porter atteinte aux Caisses de l’AMO et causer leur faillite.

-Les groupes d’opposition se préparent à adresser un mémorandum au Conseil constitutionnel pour contester la constitutionnalité de certaines dispositions du PLF 2013. Des sources ont révélé que parmi ces dispositions figure l’utilisation de l’article 77 pour rejeter la proposition de recrutement des cadres supérieurs au chomage.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Appel à l’ouverture d’une enquête sur un document contenant des amendements concernant le projet de la loi de Finances, après son adoption par la Chambre des représentants. Ce document, qui figurait parmi ceux distribués par le ministère de l’Economie et des Finances aux membres de la commission des Finances de la Chambre des conseillers, a soulevé un débat houleux entre le gouvernement et l’opposition, au bout duquel les groupes de l’opposition ont demandé l’ouverture d’une enquête pour déterminer l’origine de ce document.

-Le slogan « Dieu pardonne ce qui s’est passé » fait chuter le Maroc de huit places dans l’Indice mondial de la corruption. Le président du réseau marocain pour la protection des deniers publics, Mohamed Meskaoui, affirme que le gouvernement actuel n’est pas animé d’une véritable volonté politique pour la lutte contre ce fléau.

+AL ALAM+:.
-Une série d’arrestations parmi les manifestants à El Gara contre l’opération de démolition d’habitations anarchiques et cinq personnes arrêtés mardi dernier dans la ville suite aux affrontements entres les habitants et les forces de l’ordre ont été déférés devant la Cour d’appel de Settat, alors que l’enquête est en cours avec 35 autres personnes.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Des membres du Conseil de la ville de Casablanca donnent une volée de bois vert à Mohamed Sajid, président du Conseil et à la Sonadac, lors de la deuxième séance de la session extraordinaire du Conseil tenue jeudi et consacrée au règlement du problème des maisons menaçant ruine. Ils ont appelé ladite société, chargée de ce dossier depuis 1989, à présenter des solutions efficientes au profit de 150 ménages sans abris et à des centaines des personnes vivant dans ces constructions vétustes.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *