Revue de presse marocaine du 08/07/2013

0 commentaires, 08/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du lundi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Le bilan déficitaire de la commune de Rabat fait des mécontents: Des élus appellent à la dissolution du conseil de la ville. Les cris de mécontentement au sein du Conseil de la ville de Rabat se font de plus en plus entendre. Le bilan négatif de la commune de Rabat marqué par un déficit de 70 millions DH, a de nouveau fait sortir de leurs gants certains membres. C’est le cas du président et des membres du conseil de l’arrondissement de Hassane. Invoquant la mauvaise gestion de la ville, ces derniers ont appelé, à l’issue de la dernière session ordinaire du conseil de leur arrondissement, le ministère de l’Intérieur à intervenir pour dissoudre le conseil de la capitale présidé par Fathallah Oualalou.

-Après les années de dérive: L’artisanat retrouve progressivement ses couleurs. L’artisanat semble retrouver ses couleurs d’antan. La preuve. Le chiffre d’affaires du secteur a atteint en 2012 près de 17,7 MMDH contre 10,4 MMDH en 2007. Le chiffre a été dévoilé lors de la réunion annuelle du comité de pilotage de la « Vision 2015 » qui s’est tenue vendredi dernier à Rabat. L’artisanat emploie actuellement quelque 2,26 millions de personnes et contribue au PIB à hauteur de 9 pc.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Prévue à la rentrée: Une grande campagne de com’ pour les produits de la mer. Une vaste campagne de communication est prévue en octobre ou novembre prochain pour promouvoir la consommation des produits de la mer. Cette opération, menée par l’Office national des pêches (ONP), a pour objectif d’informer et sensibiliser le grand public aux bienfaits des produits de la mer sur la santé. L’ambition également est de créer un réflexe de consommation régulière des produits halieutiques. Télévisions, radios, Web, presse écrite, affichage, tous les supports seront utilisés afin de mener à bien cette campagne médias. L’opération s’inscrit en droite ligne avec la nouvelle stratégie marketing institutionnel pour la promotion à l’échelle nationale et internationale de l’ensemble des produits de la mer marocains, annoncée en début d’année par le département de la Pêche maritime.

+LIBERATION+:.
-L’ONU dépoussière le projet de liaison à travers le Détroit de Gibraltar: 30 après son lancement, le dossier fait encore l’actualité. Le vieux rêve d’un lien terrestre entre l’Europe et l’Afrique vient d’être remis au goût du jour. Un rapport sur le projet de liaison fixe via le Détroit de Gibraltar, destiné à mettre en place un tunnel à double voie entre le Maroc et l’Espagne vient d’être présenté au Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) à Genève. Cette fois sera-t-elle la bonne? En effet, l’idée de construire un tunnel pour relier la rive espagnole au Maroc ne date pas d’hier. La décision de mener les premières études de faisabilité date de 1979 avant qu’une certaine léthargie ne s’empare de ce dossier. Il a fallu attendre 2003 pour que les choses s’accélèrent suite à la signature d’un nouvel accord entre le Maroc et l’Espagne pour étudier la possibilité de creusement d’un tunnel ferroviaire sous-marin connecté au réseau ferré des deux pays. Toutefois, rien de concret n’a vu le jour et depuis les présentations du projet se succèdent et se ressemblent devant l’UE comme ce fut le cas en 2008 et 2010.

-L’Europe se déclare incompétente pour arbitrer entre Rabat et Madrid. La Commission Européenne s’est déclarée incompétente pour trancher un éventuel litige entre le Maroc et l’Espagne concernant la prospection pétrolière dans la zone maritime qui sépare les Iles Canaries du Maroc. Les éventuels litiges entre les deux pays sont, selon la Commission européenne, « Hors des compétences de l’UE ». Mais, elle a en même temps encouragé les deux parties à résoudre tout différend à ce propos et conclure un accord par « des moyens pacifiques en suivant les principes de la Charte des Nations Unies, les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et la Convention onusienne relative au droit de la mer.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Ramadan/Agroalimentaire: Gare à la fraude! A chaque mois de Ramadan, la fraude alimentaire bat son plein. Profitant de la fièvre acheteuse qui fait des ravages et des changements improvistes des habitudes de consommation, les producteurs et commerçants rivalisent d’ingéniosité en termes de techniques d’écoulement de leurs produits avariés. Infligeant 474 procès-verbaux à l’échelle nationale et procédant au refoulement de plus de 73 tonnes et 3.305 litres de produits alimentaires au niveau de l’import au terme du mois sacré de Ramadan de l’année dernière, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) affûte ses armes s’apprêtant à renforcer son contrôle sanitaire. Cette année, l’Office a mobilisé 1.150 agents de contrôle et 7 laboratoires régionaux d’analyses et de recherches pour apporter le soutien nécessaire pour la réalisation des investigations analytiques afin de s’assurer de la salubrité des produits alimentaires contrôlés.

-Export: L’ASMEX et le Patronat appellent à plus de « protection ». Alors que l’OMC plaide pour une réduction des mécanismes de défense commerciale qui constituent, selon elle, une entrave à la liberté de circulation des biens. Si ces mécanismes de défense constituent une entrave pour le Maroc qui a choisi une ouverture avec 30 accords de libre-échange et presque autant d’accords commerciaux, aussi bien avec des partenaires aux économies développées qu’avec des pays en développement ou émergents, le Royaume se trouve aujourd’hui dans une position assez fragile. La balance commerciale creuse de plus en plus son déficit et les réserves de change ne cessent de s’effriter, sans oublier le poids de la concurrence déloyale (notamment via le dumping). Plombés par une importation souvent déloyale, les exportateurs et les producteurs marocains appellent à un durcissement des mécanismes de défense commerciale pour sauvegarder le tissu économique.

+L’ECONOMISTE+:.
-Défense commerciale: Le Patronat réclame des barrières non tarifaires. Pour les exportateurs, c’est un véritable dilemme. Comment concilier les engagements pris par le Maroc à travers les accords de libre-échange avec les intérêts de l’entreprise marocaine? Pour Hassan Sentissi, président de l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), « il ne s’agit pas de céder à la solution de facilité, qui est la protection, mais de mettre en marche une politique intégrée de défense commerciale au service de l’économie nationale ». En clair, les exportateurs ne réclament pas la fermeture des frontières aux échanges commerciaux avec les partenaires liés au Maroc via des ALE, mais de mettre en place un dispositif intégré pour la défense commerciale du tissu industriel contre toute forme de concurrence déloyale. Un dispositif similaire à celui en vigueur dans la plupart des partenaires commerciaux du Royaume.

-Sécurité alimentaire/Ramadan/ONSSA: Des moyens bien maigres. C’est la période de tous les dangers sanitaires, surtout que le mois de Ramadan coïncide avec la période estivale. Températures élevées, mauvaises conditions de stockage, fraude sont autant de risques qui guettent la santé du consommateur. D’autant plus que durant ce mois, l’informel fait rage et la multiplication des vendeurs ambulants aggrave la situation. Les services sanitaires disent redoubler de vigilance pour éviter les cas d’intoxication et de fraude. C’est le cas de l’ONSSA qui promet de déployer des moyens humains et techniques importants. Mais, l’Office ne renseigne pas sur le nombre de points de vente que compte le pays, ni comment procéder avec le commerce ambulant. Tout au plus, il annonce la sortie de nombreuses brigades sur le terrain. Mais la tâche ne sera pas mince.

+AL MASSAE+:.
-Crise gouvernementale: Le député PJDiste, Abdelaziz Aftati déclare que le parti de la Lampe « ne va supplier personne », ajoutant que la seule solution sera l’organisation d’élections anticipées. Lors d’un meeting organisé par le secrétariat provincial du parti, samedi à Sidi Slimane, Aftati a affirmé que le parti « se défendra et descendra, s’il le faut, dans la rue pour affronter les parties qui évoquent une possible reproduction du scénario à l’égyptienne au Maroc ».

-Démantèlement d’un grand réseau d’escroquerie qui a arnaqué plusieurs sociétés à Casablanca, Marrakech et à Safi. Une source policière a déclaré que les cinq membres dudit réseau démantelé, le weekend dernier, utilisaient lors de leurs opérations des chèques de garantie volés que les victimes ne se rendaient compte qu’ils sont sans provision qu’une fois arrivée la date d’encaissement.

-Le président de l’Association interprofessionnelle des dépositaires du gaz, Mohamed Benjelloun qualifie de « mensongers » les propos du ministère de l’Energie et des mines, soulignant que leur groupement est « capable d’arrêter l’approvisionnement du marché en gaz butane dès demain ». Les déclarations de M. Benjelloun interviennent en réaction au communiqué du ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement dans lequel il a affirmé avoir pris toutes les mesures nécessaires pour assurer un approvisionnement normal du marché national en produits pétroliers, particulièrement en gaz butane.

-Le ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, Abdelkader Amara révèle, lors d’une rencontre avec des médias vendredi à Rabat, que « Maroc Export » est parvenue à mieux rationaliser ses dépenses et à épargner des millions de dirhams après le limogeage de l’ancien directeur de l’établissement.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, annonce, lors d’un meeting tenu samedi à Bouaarfa, que les lstiqlaliens vont entamer très prochainement la mise en oeuvre effective de la décision de leur retrait du gouvernement, et un dirigeant PJDiste fait savoir que le parti de la Lampe n’engagera aucun contact avec les partis de l’opposition que lorsque Chabat mettra à exécution la décision du retrait de l’Istiqlal de l’équipe gouvernementale.

-La PNBJ enquête sur d’éventuels fonds sous forme de dons collectés au profit des combattants en Syrie et ce après que des individus aient lancé, ces dernières semaines, des appels « suspects » via les réseaux sociaux pour la collecte de dons en faveur des réfugiés syriens au Maroc ou en Syrie. Des sources bien informées ont indiqué au journal que les éléments de la police judiciaire ont intensifié leurs recherches et leurs enquêtes de crainte de voir ces dons collectés de manière illégale utilisés par des éléments intégristes dans la planification et le financement d’actes terroristes.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Des Egyptiens se soulèvent contre l’homme d’affaires marocain, Miloud Chaâbi. Des mass-média égyptiens ont mené une grande offensive contre Miloud Chaâbi après l’entrée de son groupe en Egypte et sa mainmise de manière suspecte sur plusieurs projets d’investissements dans le pays des Pharaons, notamment le projet de « Madinat Nasr ». Dans ce sens, ils ont précisé que Chaâbi a acquis des sociétés égyptiennes à des prix bas et transformé leurs actifs en liquidités, ajoutant qu’il a récolté annuellement, depuis l’entrée de son groupe dans le pays, près 70 millions de livres égyptiennes de manière frauduleuse.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, sort de nouveau la grande artillerie et affirme que « Abdelilah Benkirane doit tirer la leçon du sort qui a été réservé au président égyptien, Mohamed Morsi ». Lors d’un rassemblement avec les militants de son parti, samedi à Bouaarfa, Chabat a accusé Benkirane de vouloir avoir la mainmise sur les institutions et de mettre en application ce qu’il a qualifié de « programme international des Islamistes ».

-Le phénomène de l’évasion fiscale ronge l’économie nationale et porte atteinte à sa compétitivité. Des observateurs de la scène politique et économique nationale ont affirmé que l’absence d’une véritable politique économique gouvernementale a contribué à la prolifération de ce fléau, ajoutant qu’un récent rapport émanant de « Boston Consulting Group » a révélé que le Royaume perd annuellement près de 2 milliards de dollars à cause de l’évasion fiscale.

+ASSABAH+:.
-Un ancien parlementaire accusé d’escroquerie après avoir arnaqué et soutiré la somme d’un milliard de centimes à un agriculteur à Agadir. Le Parquet général a ordonné qu’un ancien parlementaire haraki et ancien président de la municipalité de Skhirate, soit déféré lundi devant le tribunal de 1ère instance de Témara, en compagnie de ses fils, pour escroquerie et falsification de documents officiels. Le mis en cause est également accusé d’avoir créé une coopérative « fictive » à Skhirate et d’avoir soutiré par des moyens frauduleux un milliard de centimes à un agriculteur. Des sources concordantes ont indiqué que le nombre des victimes de cet ancien parlementaire, dont des patrons de sociétés de transport routier et des agriculteurs dans la région de Souss, pourra être revu à la hausse après l’éclatement de cette affaire.

-Hamid Chabat affirme que le Maroc est doté d’institutions constitutionnelles qui l’immunisent contre la reproduction du scénario égyptien. Lors d’un meeting organisé samedi à Bouaarfa, le SG du parti de la Balance a souligné que la crise gouvernementale actuelle ne peut pas être comparée à celle qui se déroule en Egypte, car « notre pays est doté d’institutions constitutionnelles démocratiques qui nous immunisent contre la reproduction du scénario à l’égyptienne ».

-Hakim Benchemass, président du conseil national du Parti Authenticité et Modernité (PAM), affirme lors des travaux du 1er congrès régional de l’instance des élus du parti dans la région de Souss-Massa-Draa, que le gouvernement est devenu « une simple usine pour la production de paroles », soulignant que les promesses données par le PJD lors de la campagne électorale à l’occasion des dernières Législatives n’étaient que des « illusions » et des « chimères », découvertes par les citoyens après plus d’une année et demi du mandat de ce gouvernement, auquel il a imputé la responsabilité du retard enregistré dans l’organisation des prochaines échéances électorales.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les récentes déclarations du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane au Parlement suscitent la colère des magistrats. L’Amicale hassania des magistrats a rendu public un communiqué sur un ton virulent dans lequel elle a dénoncé les propos de Benkirane lors de la séance mensuelle du 26 juin dernier sur l’affaire d’un juge à Tanger dont le dossier est toujours en examen par les juridictions compétentes. Dans ce communiqué, les membres de l’Amicale ont qualifié les propos de Benkirane de « grave atteinte » aux droits de l’Homme et au principe de présomption d’innocence, ajoutant que le Chef de l’Exécutif a instrumentalisé son passage devant le Parlement pour faire passer un discours politicien aux dépens du pouvoir judiciaire.

+AL KHABAR+:.
-Etat d’alerte au port Tanger-Med après la saisie par les services de police en coordination avec les agents des douanes d’un lot de matériel militaire en possession d’un ressortissant marocain établi en Allemagne qui tentait de la faire passer à travers ledit port. Des sources ont déclaré au quotidien qu’après approfondissement de l’enquête avec le suspect, ce dernier a avoué que le matériel saisi en sa possession appartenait à un Allemand qui lui a demandé de les faire entrer sur le territoire marocain en attendant qu’il regagne lui aussi le Royaume.

-Des éléments de la police judiciaire relevant de la Gendarmerie royale diligentent une enquête exhaustive pour élucider l’affaire d’un militaire (un capitaine des FAR) qui a escroqué plusieurs personnes désireuses de passer l’examen de recrutement parmi le corps des sous-officiers en contrepartie de grandes sommes d’argent estimées à des millions de centimes. Le fil conducteur de cette grande affaire d’arnaque a été révélé après que les éléments de la police judiciaire aient perquisitionné la chambre d’hôtel où était logé ledit militaire suite à une plainte déposée par l’un des gérants de l’hôtel auprès des services de police, surtout que ledit capitaine de l’armée a suscité ses doutes, car il recevait des personnes à l’hôtel et disparaissait soudainement en laissant derrière lui ses propres affaires, dépassant parfois le délai pour lequel il a loué la chambre.

-La ville d’El Oualidia, près d’El Jadida, a été samedi le théâtre de violents affrontements entre des marchands ambulants et des éléments de la Gendarmerie royale et des Forces Auxiliaires, ayant fait plusieurs blessés. Ces affrontements, qui ont connu l’arrestation d’autres personnes, ont éclaté après que les autorités locales aient mené une opération contre l’occupation illégale du domaine public par les marchands ambulants.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Des tirs amis contre Abdelilah Benkirane. Des ministres PJDistes ont reproché à leur chef du gouvernement la suspension de réunions qu’il avait promis de tenir chaque semaine ou chaque quinzaine en vue de coordonner les actions entre les ministres issus du parti de la Lampe et de se concerter sur les questions sensibles, ajoutant que Benkirane ne consulte, lorsqu’il s’agit de grands dossiers, que le ministre d’Etat, Abdellah Baha. Les mêmes ministres ont reproché également au Chef de l’Exécutif son attitude sévère à l’égard de certains d’entre eux et ses attaques nourries contre les autres lors des conseils du gouvernement et devant les ministres issus des autres partis.
-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane tient la promesse donnée à l’entrepreneur Saïd Chekrouni qui avait accusé de corruption des fonctionnaires dans trois ministères après lui avoir réclamé des pots de vin pour qu’il puisse percevoir ses indemnités dans le cadre de marchés publics conclus entre ces départements ministériels et son entreprise. Des sources bien informées ont fait savoir qu’une responsable à l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) relevant du ministère de l’Agriculture sera déférée ce lundi devant le procureur du Roi près le tribunal de 1ère instance à Rabat pour l’auditionner au sujet des accusations de corruption proférées à son égard par l’entrepreneur Chekrouni, ajoutant qu’un mandat de recherche a été également lancé contre un fonctionnaire du même Office dans le cadre de cette affaire.

-Des cadres de la « Chabiba islamiya », dont le deuxième homme de l’organisation, s’apprêtent à retourner d’exil, ont révélé des sources bien informées au journal, soulignant que le retour de Mohamed Hakimi, quelques semaines auparavant dans le Royaume, a incité d’autres responsables et cadres de la Chabiba islamiya à réfléchir sérieusement à rentrer au Maroc.

+AL ALAM+:.
-La discrimination au sein de l’armée espagnole! Les autorités d’occupation des présides de Sebta et Mellilia se méfient de leurs soldats d’origine marocaine. Des médias locaux à Sebta ont fait état de rapports des services de renseignement espagnols, dans lesquels il est souligné que les services secrets espagnols ont procédé au suivi des mouvements et des contacts entrepris par les soldats d’origine marocaine dans les deux présides occupés pour s’assurer de leur loyauté envers l’Espagne.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Des acteurs des droits humains et des militants sahraouis protestent ce lundi devant le siège de l’ambassade d’Algérie à Rabat. L’Organisation marocaine de la citoyenneté et de la défense de l’intégrité territoriale, des associations de la société civile et des ONG sahraouies ont annoncé leur décision d’observer un sit-in ce lundi devant l’ambassade d’Algérie à Rabat. Dans un communiqué, le comité organisateur a indiqué que ce sit-in se veut l’expression de la protestation et de la contestation des différentes composantes du peuple marocain contre les récentes déclarations de responsables algériens sur les conditions de la réouverture des frontières avec le Maroc, lesquelles conditions « portent atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume » et constituent « une ingérence dans ses affaires intérieures ».

+Al MOUNAATAF+:.
-Plan maroco-espagnol pour traquer de présumés terroristes qui ont pu s’infiltrer sur le territoire marocain ou espagnol lors de l’opération « Marhaba 2013 ». Le centre national des renseignements espagnols a concentré ses efforts sur le contrôle des lignes maritimes utilisées par les MRE lors de l’opération de transit (Algésiras, Tarifa, Alicante, Almeria, Malaga et Motril), dans le but d’arrêter d’éventuels éléments jihadistes recherchés par la police et qui tenteraient de s’échapper de l’Espagne en profitant du déroulement de l’opération « Marhaba » qui connaît un grand afflux des ressortissants marocains établis à l’étranger.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *