Revue de presse marocaine du 07/01/2013

0 commentaires, 07/01/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce lundi:.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.

-A la veille de la tenue du conseil national: Guerre des clans au parti de l’Istiqlal. C’est un autre tournant que prend actuellement le Parti de l’Istiqlal depuis son dernier congrès national. Si le parti était toujours considéré comme une formation où l’unanimisme est la règle et où les grandes orientations sont dictées par les apparatchiks, la donne tend aujourd’hui à changer. L’apparition de deux courants divisés au sujet de la tenue du prochain conseil national le prouve. Le premier conseil national à être organisé après le congrès qui a porté Hamid Chabat à la tête du parti de la balance s’annonce donc houleux. Prévu pour la semaine prochaine, ce rendez-vous de la principale instance du parti, celle qui a procédé à l’élection du secrétaire général, est contesté par le courant de Abdelouahed El Fassi, candidat malheureux au secrétariat général du parti face à Chabat. En tout état de cause, selon Chabat et ses partisans, le poids de chaque courant sera connu le jour du conseil national prévu le 11 janvier. Chabat met ses détracteurs au défi de faire échouer cet événement en le boycottant. Il pense en effet qu’ils ne sont pas suffisamment nombreux pour que le quorum exigé pour la tenue du conseil national ne soit pas réuni.

-Dialogue social: Benkirane tâte le pouls des partenaires sociaux. Sur invitation du chef du gouvernement, la haute commission de concertation sur le dialogue social s’est tenue vendredi dernier. Il s’agit, en fait, de la 1ère réunion de cette commission qui se veut un mécanisme visant l’institutionnalisation du dialogue social et lui permettre de sortir de son cadre saisonnier. Ainsi, la réunion de ladite commission, et à laquelle ont pris part les représentants des centrales syndicales les plus représentatives et la présidente de la CGEM, avait comme objectif la relance du dialogue social, en suspens depuis des mois.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.

-Dialogue social: Déception des syndicats après la 1ère réunion de la haute commission de concertation. Les syndicats ne semblent pas du tout satisfaits des résultats de la réunion de la haute commission de concertation. Le SG adjoint de la FDT affirme même que la rencontre ressemble aux autres réunions du dialogue social sans aucun nouvel apport. Pourtant, les espoirs étaient grands après l’annonce de la création de cette commission à l’initiative du Chef du gouvernement. Les travaux de la première réunion se sont ainsi limités à l’examen de la méthodologie de la négociation autour des grands chantiers structurants tels que la réforme de la Caisse de compensation, la réforme des caisses de retraire et le refonte du statut général de la fonction publique.

-Prix des fruits et légumes: Le froid souffle le chaud. La cause de la très décriée envolée des prix de certains fruits et légumes durant ces derniers mois a un nom: les aléas climatiques. C’est ce dont informe un communiqué du ministère de l’agriculture qui prédit en outre un retour à la normale sur les marchés dès la mi-janvier. Réagissant à la vive émotion suscitée depuis la fin de l’année dernière par la volatilité des prix de certains fruits et légumes de consommation, le ministère explique que l’enchérissement de fruits comme la tomate et des légumes comme la pomme de terre est pour l’essentiel dû aux températures qui ont prévalu dans les zones de production phares.

+LIBERATION+:.

-Le dialogue social en queue de poisson: Déception des syndicats à l’issue du premier round. Comme prévu, la première réunion de la Haute commission de concertation sur le dialogue social, tenue vendredi dernier à Rabat, n’a débouché sur rien de concret. Elle aura donné lieu plus à un monologue gouvernemental qu’à un véritable dialogue entre celui-ci et ses partenaires sociaux. Les représentants des cinq syndicats les plus représentatifs, ainsi que le Patronat ne cachent d’ailleurs pas leur déception. A tel point que les différents syndicats n’y ont perçu rien qu’une volonté du gouvernement de gagner plus de temps et de tergiverser pour leur faire oublier que l’Exécutif n’est là que pour aller de l’avant dans l’application de sa politique anti-sociale.

-Bras de fer entre le PJD et le ministre de l’Intérieur: La coalition gouvernementale secouée par un nouveau différend. L’incident dont un membre de la Chambre des représentants a été victime lors de la manifestation des diplomés chomeurs devant le Parlement pourrait être débattu lors de la conférence des présidents des groupes parlementaires qui se tiendra aujourd’hui. Dans une déclaration au journal, Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire PJD, dont ce député est membre, l’a confirmé en précisant que cet incident vise l’institution parlementaire et que « la présidence de la Chambre et les présidents des groupes sont unanimes là-dessus et veulent que la première Chambre soit réhabilitée ». Le bruit court qu’il y a des tractations et des médiations pour apaiser la tension et contenir l’affaire. Mais, apparemment le député du PJD n’est pas favorable à cette issue. « Il n’y a aucune tentative d’apaisement et en ce qui me concerne, le dossier n’est pas encore clos », a-t-il tranché.

+AL MASSAE+:.

-Abdelilah Benkirane sera-t-il en mesure de trancher les grosses affaires de corruption? La plupart des dossiers de corruption au sein des établissements publics soumis par le ministère de la justice aux juridictions compétentes sont restés au point mort après que les principaux mis en cause ont été incarcérés à la prison d’Oukacha à Casablanca.

-Le Caïd, fils du général Haddou Hajjar, récidive!. Après avoir giflé Abderrahim Nouri, secrétaire local de l’UNTM, proche du PJD, le Caïd du 6ème arrondissement de Témara, a violemment agressé, lundi dernier, un ancien conseiller au cabinet du ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, qui est également professeur universitaire et membre du Comité central du PPS.

-Un agriculteur séquestre son frère pendant 15 années pour mettre la main sur ses terres!: Le mis en cause a ligoté son frère avec des chaînes pendant 15 ans et l’a séquestré dans une petite cabane abandonnée qui s’est transformée en une décharge d’ordures dans un petit village, situé à environ 6 km de Zaouiat Moulay Ismail, et ce afin de mettre la main sur ses terres agricoles.

-La guerre froide au rythme de laquelle vit le MP et qui oppose le trio Mohand Laensar, Halima Assali et Mohamed Ouzzine au ministre du Tourisme Lahcen Haddad pourrait faire chuter ce dernier qui se trouvera hors du gouvernement. Le règlement des comptes avec le ministre Haddad a commencé la semaine dernière lorsque le ministre de la Jeunesse et des sports, Mohamed Ouzzine s’est démarqué lors d’une réunion avec les diplomés chomeurs des déclarations de Haddad à propos de la fermeture de la porte du recrutement direct dans la fonction publique. Il a dans ce cadre indiqué que ces déclarations expriment un avis personnel et n’engagent nullement le MP. Selon des sources, cette réaction vise à mettre de la distance entre le parti et Haddad considéré par le trio Laenser, Ouzzine et Assali comme étant l’un des défenseurs d’Abdelkader Tatou pour prendre les commandes du parti de l’Epi.

-Le Club des magistrats du Maroc réitère sa demande concernant la supervision totale par les juges des prochaines élections. Selon Yassine Mokhli, président du Club, cette demande est en phase avec les objectifs du club pour la défense des droits et des libertés individuelles et collectives des citoyens, et témoigne de la place de choix accordée par la nouvelle Constitution au pouvoir judiciaire en tant que garant de la protection de ces droits et libertés. Pour Mokhli, cette revendication constitue également un moyen pour le renforcement de la confiance des citoyens, des formations politiques et des acteurs des droits de l’Homme et de la société civile dans le processus électoral.

+ASSABAH+:.

-Hamid Chabat, SG de l’UGTM, fustige Abdelilah Benkirane et le qualifie d' »éradicateur » et de « plaisantin » qui « impute son échec aux crocodiles et aux démons ». Intervenant à l’ouverture du congrès régional de l’Union, dimanche à Casablanca, Chabat a vivement critiqué le Chef du gouvernement, ajoutant que ce dernier vise à imposer de nouveaux impots à la classe moyenne, instrumentalise la religion pour des fins politiciennes et néglige les structures syndicales dans la nomination aux hautes fonctions de l’Etat. Il a également indiqué que le parti de la Lampe prone la même méthodologie que celle déjà adoptée par le PAM en tentant d’exclure l’ensemble des acteurs politiques et syndicaux et de s’approprier les prises de décision.

-Dialogue social: Grande déception chez les syndicats après la réunion de la haute commission de concertation. Les différentes centrales syndicales ont exprimé leur vifs regrets quant à la paralysie qui marque le dialogue social sous l’ère de l’actuel gouvernement, estimant que la réunion de vendredi dernier n’a rien apporté de nouveau, puisque le gouvernement s’est contenté de ressasser le même discours comme lors des précédents rounds.

-Le courant réformateur au sein de l’Istiqlal « Sans répit pour la défense des fondements du parti », dont la création a été annoncée, vendredi dernier lors d’une conférence de presse à Rabat, entame sa structuration sur le plan national. Les membres de ce courant conduit par les partisans de Abdelouahed El Fassi ont ainsi appelé tous les défenseurs des fondamentaux et valeurs du parti de la balance à y adhérer en vue de faire face aux dérives et dérapages qui ne serviraient en aucun cas l’intérêt et l’avenir de leur formation.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.

-Le contenu du mémorandum de Chabat « ne revêt aucune importance », a déclaré une source proche du Chef du gouvernement, ajoutant que Benkirane « ne laissera pas Chabat exporter les problèmes de son parti vers la coalition gouvernementale ». D’autres proches de Benkirane ont par ailleurs révélé que le chef de l’Exécutif était très en colère de l’expression « égyptisation du Maroc », précisant que Benkirane répondra dans tous les cas au document de Chabat.

-Dialogue social: Les centrales syndicales accusent le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane de tergiversation et d’atermoiement. Les secrétaires généraux des syndicats les plus représentatifs ont été surpris quand Benkirane leur a demandé de lui soumettre deux documents: le premier concernant les revendications urgentes et le deuxième portant sur les différends en suspens. Les syndicats ont estimé qu’il s’agissait là d' »une manière de fuir le dialogue et les négociations sur les revendications des centrales syndicales » et d' »une tentative de gagner plus de temps ».

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.

-Le Club des magistrats du Maroc veut superviser les élections. Le club a réclamé que les magistrats supervisent la totalité des prochaines échéances électorales au lieu du ministère de l’Intérieur, qui supervise depuis toujours le processus électoral, ce qui devrait susciter de vives réserves de la part du département de l’Intérieur. Pour Yassine Mokhli, président du Club, cette demande s’inscrit en droite ligne avec les dispositions de la nouvelle Constitution qui affirme que la défense des droits individuels et collectifs relève de l’autorité du pouvoir judiciaire, et devra renforcer la confiance des citoyens en les institutions.

-Mohamed El Khalifa, l’un des caciques de l’Istiqlal ayant rejoint les rangs du courant « sans répit pour la défense des fondements du parti » aux cotés de Abdelouahed El Fassi, Abdelhak Tazi et Mohamed Benjelloun Al Andaloussi, a estimé, lors d’une rencontre tenue samedi à Rabat par ledit courant, que le mémorandum de Hamid Chabat sur le remaniement ministériel est un « précédent bizarre dans l’histoire de la politique », soulignant que le Parti de l’Istiqlal a commencé à perdre de son identité et à servir un « agenda étranger ».

+AL KHABAR+:.

-Les services de police de Settat ont interpelé, vendredi dernier, un « faux » commissaire de police, qui faisait l’objet de mandats d’arrêt au niveau national pour escroquerie et émission de chèques sans provision. Des sources ont indiqué que le mis en cause a été appréhendé après qu’il se soit présenté comme étant un commissaire pour la location d’un appartement meublé, ce qui a réveillé les doutes du propriétaire de l’appartement en question, qui a appelé les services de police.

-Les différends entre les « caciques » du MP attisent les conflits des « jeunes harakis ». Des membres de la jeunesse du MP ont décidé de solliciter l’intervention de Mohand Laensar, SG du parti, pour trancher les différends qui menacent la tenue du 2ème congrès de la jeunesse harakie, qui était initialement prévue à la fin de l’année écoulée.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.

-Dialogue social: Le Patronat et les syndicats mettent en garde contre l’implosion de la situation. Lors de la réunion de la haute commission de concertation, vendredi dernier à Rabat, la présidente de la CGEM, Miriem Bensaleh Chaqroun a appelé à la réforme du régime fiscal, des caisses des retraites, de la caisse de compensation et à un meilleur traitement du dossier d’indemnisation pour perte d’emploi, alors que la FDT et la CDT ont accusé Benkirane de fuir les négociations avec les centrales syndicales pour ne pas satisfaire leurs dossiers revendicatifs.

+RISSALAT AL OUMMA+:.

-Séance très houleuse prévue ce lundi à la Chambre des représentants pour répondre aux écrits de la journaliste Nadia Salah: Les parlementaires de la majorité et de l’opposition s’apprêtent à examiner lors des réunions hebdomadaires de leurs groupes la formule appropriée pour réagir à l’éditorial du journal « l’Economiste » du 4 janvier dernier, dans lequel la directrice de rédaction du quotidien, Nadia Salah les a qualifié de « moutons de l’aïd », et n’écartent pas la possibilité d’intenter une action en justice contre la journaliste et le journal.

-Dialogue social: Abdelilah Benkirane consacre le discours des promesses et évite d’évoquer le dossier des prélèvements sur les salaires lors de la 1ère réunion de la haute commission de concertation, vendredi dernier à Rabat. Lors de cette rencontre, les responsables des cinq centrales syndicales les plus représentatives se sont interrogés sur l’avenir des libertés syndicales qui commencent à être violées malgré que la nouvelle Constitution garantit le respect de ces libertés.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.

-Dialogue social: Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane prétexte « le printemps arabe » pour fuir des négociations sérieuses et ne pas satisfaire les revendications de la classe ouvrière. Dans ce cadre, Abderrahmane El Azzouzi, SG de la FDT, a qualifié de « non productive » la première réunion de la haute commission de concertation, puisqu’elle n’a pas abouti à des résultats tangibles en faveur de la classe laborieuse et des salariés, faisant savoir que le gouvernement ne cherchait à travers cette rencontre qu’à gagner davantage de temps.

 

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *