Revue de presse marocaine du 06/07/2013

0 commentaires, 06/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du samedi:.

+LIBERATION+:.
-Grève des stations-service les 17 et 18 juillet: Les commerçants du carburant font valoir leurs revendications. Les gérants des stations-service n’en peuvent plus. Après avoir multiplié démarches et mises en garde, ils se voient obliger d’user de leur droit de grève pour faire entendre raison à qui de droit. Ils viennent de décider de fermer boutique les 17 et 18 juillet courant. Serait-ce suffisant pour rappeler le ministère de l’Energie et des mines à son devoir de les protéger contre les abus des sociétés des hydrocarbures? Cette grève, qui pourrait avoir lieu en plein Ramadan à moins que les revendications ne soient satisfaites d’ici là par le Groupement des Pétroliers du Maroc (GPM), a été décidée jeudi dernier lors de l’assemblée générale extraordinaire, tenue à Casablanca, par la Fédération nationale des commerçants du carburant au Maroc. Dans un communiqué publié à l’occasion, les gérants dénoncent les problèmes jugés graves qui menacent réellement l’avenir même de la profession.

-L’Europe renonce à importer l’électricité produite par Desertec: Le Maroc appelé à revoir ses montages financiers et ses ambitions. Le projet Desertec, destiné à approvisionner l’Europe et la région MENA en énergies renouvelables depuis le désert, est-il en train de changer d’orientation? A en croire Paul Van Son, PDG de Dii (Desertec Industrial Initiative), il n’est plus question de pomper l’électricité saharienne vers l’Europe et Desertec est en train de se réorienter vers « la création de marchés intégrés » locaux pour alimenter les populations nord-africaines et non pas les Européens. Quel impact aura cette nouvelle donne sur le Maroc? Du côté de l’agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), c’est silence radio!

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Consommation: La chasse aux fraudeurs est ouverte durant le Ramadan. A la veille du mois du Ramadan, les services des affaires économiques au niveau des différentes préfectures sont chargés à traquer les fraudeurs et de contrôler les produits proposés aux consommateurs. Ainsi, les responsables des différents services concernés se déplacent sur le terrain pour inspecter les petits commerces, les grandes surfaces, les restaurants et les autres lieux fréquentés en cette période. Par ailleurs, chaque préfecture a mis en place un service de permanence pour recevoir les plaintes des citoyens. Ces derniers peuvent appeler par téléphone la préfecture de leur résidence afin de signaler des fraudes d’hygiène ou de prix. A la suite de cette réclamation, la division des affaires économiques mène une enquête pour vérifier la plainte et la fraude. Des mesures sont ensuite prises à l’encontre du fraudeur qui risque une mise en demeure, un avertissement ou la fermeture du commerce.

+AL BAYANE+:.
-Approvisionnement normal du marché durant le Ramadan: Gaz butane et denrées alimentaires et produits de base à large consommation. Le ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement a pris, à l’occasion de l’avènement du mois sacré du Ramadan, toutes les mesures nécessaires pour assurer l’approvisionnement normal du marché national en produits pétroliers, particulièrement le gaz butane. Dans un communiqué, le ministère souligne que toutes les conditions sont réunies pour assurer l’approvisionnement de l’ensemble des citoyens en cette matière, en quantités suffisantes et selon les prix en vigueur. Par ailleurs, l’offre en denrées alimentaires et produits de base à large consommation couvrira largement la demande, durant le mois de Ramadan, dans toutes les régions du Maroc. Les prix devront demeurer stables à l’exception de quelques produits dont les cours enregistrent, comme à l’accoutumée, une légère hausse les premiers jours de cette période en raison de l’anticipation des demandes des ménages, mais ces prix retrouveront, par la suite, leurs niveaux habituels.

+AL MASSAE+:.
-Coups de feu lors d’affrontements entre des forces de police et les proches d’un trafiquant de drogue à « Karyan Thomas » à Casablanca. Une source bien informée a indiqué que des éléments de la police ont été contraints, jeudi dernier, à utiliser leurs armes à feu en tirant des coups de feu en l’air après l’éclatement d’affrontements entre eux et les proches d’un trafiquant de drogue aux antécédents judiciaires, lorsque ces personnes ont voulu empêché les policiers d’entrer dans l’une des baraque pour l’arrestation du mis en cause.

-Une première dans l’histoire de l’Institution législative: Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, accompagné par le ministre d’Etat, Abdellah Baha et le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, sera lundi l’invité du groupe parlementaire haraki à la Chambre des représentants lors de sa réunion hebdomadaire. Des sources parlementaires bien informées ont révélé au journal que cette réunion sera consacrée à la présentation par Benkirane d’un exposé sur la politique générale du gouvernement, ajoutant que le groupe du MP accueillera le SG du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, dans la semaine qui suit.

-Présence massive des éléments des services de renseignement espagnols dans les villes de Tétouan et de Sebta et à bord des navires transportant les MRE. Des sources informées ont affirmé au journal que le Centre national de renseignements espagnols a déployé, il y a deux jours, plusieurs de ses agents et des éléments relevant de la brigade anti-terroriste dans le préside occupé de Sebta afin d’éviter l’infiltration d’éléments extrémistes ou terroristes sur le territoire marocain ou espagnol à l’occasion du déroulement de l’opération « Marhaba ».

-Les Espagnols « se soulèvent » contre les « Arabes » en raison du méga projet industriel maroco-espagnol qui consiste dans la réalisation de la plus grande cité industrielle en Afrique à Settat. Dans ce sens, Ramon Arenas-Guerrero Ruiz, président du conseil d’administration de la Société Ditema, a ouvertement critiqué la société koweitienne « Mozon Investment Holding », en réaction aux accusations proférées par le groupe koweitien contre l’entreprise espagnole sur sa mauvaise gestion du projet et les difficultés rencontrées pour sa réalisation, notamment le détournement des fonds dédiés à ce projet.
+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Mustapha Ramid dément les propos de Hamid Chabat. La commission d’enquête, composée de juges et de responsables du ministère de la justice, a nié en bloc les allégations de Chabat selon lesquelles la Fondation Mohammedia des uvres sociales pour les magistrats et les fonctionnaires du ministère de la Justice aurait fourni un soutien financier à des associations proches du PJD. Le Conseil d’orientation et de contrôle, qui supervise la gestion de la Fondation, a tenu une réunion mercredi dernier pour examiner les résultats de l’audit effectué par la commission d’enquête. Cet audit a révélé que la Fondation n’a versé ni de fonds ni d’indemnités au profit d’une quelconque partie.

-La nomination du SG du ministère de la Communication se fait toujours attendre. Des voix au ministère de la Communication s’interrogent sur les motifs derrière la non-inscription de la nomination du SG du ministère à l’ordre du jour des conseils de gouvernement tenus récemment. Des sources ont fait savoir que Benkirane a reçu une proposition du ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi, mais il a émis des réserves quant à son inclusion à l’ordre du jour du conseil de gouvernement en raison du nom proposé par le ministre de tutelle, qui n’est autre que celui du directeur de son cabinet, afin d’éviter toute critique ou accusation d’avoir donné son aval pour la nomination de PJDistes à de hautes fonctions.

-Accès des femmes aux postes de prise de décision: Benkirane a nommé, en 18 mois, 245 nouveaux responsables, dont 27 femmes seulement. Lors d’une conférence de presse tenue vendredi à Rabat pour la présentation du programme gouvernemental « Ikram » de parité (2012- 2016), Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, a indiqué que le taux des femmes concernées par les nominations aux hautes fonctions ne dépasse pas les 12 pc (soit 27 postes sur 245), ajoutant que le nombre des candidatures n’a guère dépassé les 10 pc.

-Séance mensuelle de questionnement du Chef du gouvernement: La majorité et l’opposition ne parviennent pas à résoudre les différends qui les opposent. Les groupes parlementaires de la majorité et de l’opposition n’ont pas réussi, vendredi, lors d’une réunion des chefs des groupes et des membres du Bureau de la Chambre des représentants, à se mettre d’accord sur une formule consensuelle pour la répartition du temps de parole lors de la séance mensuelle des questions de politique générale. Face à cette impasse, Le Conseil constitutionnel tranchera-t-il cette affaire?

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, sera l’invité, lundi prochain, du groupe parlementaire haraki à la Chambre des représentants. Des sources au sein du parti de l’Epi ont indiqué que le groupe parlementaire du MP a réussi à convaincre le Chef de l’Exécutif à assister à sa réunion hebdomadaire pour débattre de la politique générale du gouvernement. Benkirane sera accompagné lors de cette réunion du ministre d’Etat, Abdellah Baha et du ministre de l’Intérieur et SG du MP, Mohand Laenser.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les avocats à la Cour d’appel de Tanger se soulèvent contre leurs conditions de travail. Les « Robes noires » ont organisé jeudi dernier un sit-in à la Cour d’appel de la ville du Détroit pour protester contre le désengagement du ministère de tutelle de réunir les conditions adéquates pour mener à bien leur mission, le nombre grandissant des dossiers en cours d’examen par les tribunaux et le manque flagrant en ressources humaines, ce qui impacte lourdement les procédures judiciaires et porte atteinte aux intérêts des justiciables.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le ministère de l’Intérieur fait face au « Printemps » des fonctionnaires des collectivités territoriales. Le personnel des collectivités territoriales s’apprête à observer, mardi prochain, un mouvement de grève national de 24 heures, qui sera ponctué de plusieurs rassemblements prévus avant ce débrayage, et ce pour protester contre le ministère de l’Intérieur et l’appeler à ouvrir un dialogue sérieux et responsable qui aboutira à la mise en application des engagements pris auparavant, à améliorer les conditions sociales et matérielles des différentes catégories d’employés et à régler tous les problèmes en suspens.

-Vives préoccupations face à la crise des stations-service qui se profile à l’horizon après que les gérants de ces stations aient décidé d’observer une grève nationale de 48 heures les 18 et 19 juillet prochains. Les consommateurs seront ainsi confrontés à une véritable crise au cas où le gouvernement ne se résout pas à régler les problèmes auxquels font face les gérants des stations-service au Maroc à cause notamment de l’obstination des sociétés de distribution à ne pas satisfaire leurs revendications et de la fermeture par le Chef du gouvernement de la porte du dialogue.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le Syndicat démocratique de la justice (SDJ) accueille par de vives protestations le ministre de la Justice et des libertés lors de son inauguration du nouveau siège du tribunal de première instance de Témara. Les membres du syndicat ont scandé des slogans et brandi des banderoles condamnant les prélèvements sur les salaires des grévistes et accusant Ramid d’ignorer la satisfaction de leurs revendications.

-La fraude dans le poids des bonbonnes de gaz hante les esprits des consommateurs. Mohamed Benkaddour, président de la Fédération nationale des associations de consommateurs, a indiqué, dans une déclaration au journal, que plusieurs dysfonctionnements et irrégularités ont été relevés en ce qui concerne la teneur des bonbonnes de gaz même si leurs prix n’ont connu aucun changement.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le parti de l’Istiqlal compare Abdelilah Benkirane au président égyptien, déposé Mohamed Morsi. Le quotidien « Al-Alam », porte-voix de l’Istiqlal, a estimé, dans un article publié hier vendredi, que Benkirane et Morsi ont placé très haut la barre des promesses, mais quand ils ont été confrontés à la réalité, et au lieu de chercher des solutions innovantes, Morsi a choisi d’imputer la responsabilité de son échec aux « vestiges de l’ancien régime », alors que Benkirane a endossé l’échec des actions menées par le gouvernement aux « crocodiles et démons ».

-Prémices de scissions au sein du Club des magistrats du Maroc en raison de l’affaire du juge Anbar. La dernière réunion extraordinaire du Club, qui a eu lieu le 29 juin dernier, a connu plusieurs rebondissements, notamment la démission des membres du comité de solidarité et de son président Abdelaziz Baali. Dans une déclaration au journal, M. Baali a refusé de parler d’une quelconque scission, faisant savoir qu’il s’agit plutôt d’un problème dans la gestion des divergences relatives à des questions fondamentales, notamment l’affaire du juge Anbar. Le comité démissionnaire avait rejeté le communiqué du Club des magistrats sur « l’internationalisation » de l’affaire dudit juge.

-Le ministère de l’Education nationale renvoie devant la justice l’affaire des marchés « suspects » conclus par l’Académie régionale de l’éducation et de la formation à Doukkala-Abda. Des sources bien informées ont qualifié de « très graves » les dysfonctionnements relevés par les commissions centrales, qui ont été chargées de procéder à l’audit des différents services de l’académie depuis plusieurs mois, notamment ceux relatifs au gonflement des enveloppes budgétaires dédiées à la construction de nouveaux établissements scolaires et aux transactions effectuées via des bons de commande au lieu de suivre la procédure des appels d’offre et l’ouverture des plis lors de la conclusion de ces marchés « suspects ».

+ASSABAH+:.
-Enquête sur des véhicules « suspects » qui seraient entrés au présidé occupé de Sebta. Les services des douanes au poste frontalier de Sebta sont, depuis jeudi dernier, en état d’alerte après l’arrivée d’une commission d’inspection centrale afin de mener une enquête suite à une plainte adressée à l’Administration des douanes et des impôts indirects portant sur des opérations « suspectes » concernant le passage de 11 voitures immatriculées à l’étranger vers la ville de Sebta. Des sources ont indiqué que ces véhicules ont traversé de manière frauduleuse le poste frontalier de Bab Sebta sans que leurs propriétaires n’aient quitté le territoire marocain, ajoutant que la plainte a indiqué que ces voitures pourraient être utilisées dans des actes terroristes ou criminels.

-Nouvelle confrontation en perspective entre le gouvernement et le parlement. La Commission de la Justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants entamera mardi prochain l’examen d’un projet de loi du groupe de l’USFP relatif au droit d’accès à l’information, alors que le gouvernement a annoncé qu’il est en train de finaliser un autre texte de loi sur le même sujet, ce qui laisse présager une énième confrontation entre les pouvoirs exécutif et législatif.

+AL KHABAR+:.
-Le Conseil de l’arrondissement Hassane veut la tête de Oualalou. Le Conseil de l’arrondissement de Hassane a adopté, lors de sa réunion ordinaire de juillet tenu jeudi dernier, une recommandation appelant à l’intervention du ministère de l’Intérieur pour la dissolution du Conseil de la ville de Rabat, présidé par Fathallah Oualalou, afin de « libérer » la capitale et sa population après l’échec du conseil et son faible rendement dans la gestion de plusieurs dossiers, notamment ceux du transport, de l’hygiène et de l’éclairage public.

-Séance mensuelle de questionnement du Chef du gouvernement: Les Conseillers de la majorité et de l’opposition en quête d’un compromis. Des sources bien informées ont indiqué que les groupes parlementaires n’ont pas pu aboutir à un accord concernant le thème à débattre lors de la prochaine séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement. Alors que l’UC a proposé la question de la politique de la santé publique, l’Istiqlal a suggéré le sujet de la politique énergétique au Maroc. Pour sa part, le PAM a proposé de jeter la lumière sur la dimension sociale dans les programmes et politiques du gouvernement.

-Dissensions au sein du Club des magistrats du Maroc à cause de l’affaire du juge Anbar. Abdelaziz Baali, président du comité de la Solidarité au sein du Club, a indiqué avoir présenté sa démission du Club en raison de conflits de pouvoirs entre ses organes (conseil national, bureau exécutif, bureaux régionaux et comités nationaux), de l’absence d’un règlement intérieur qui définit clairement les prérogatives des bureaux régionaux du Club et de l’actuel statut qui regroupe tous les pouvoirs entre les mains du Président. Pour Baali, l’affaire du juge Anbar a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *