Revue de presse marocaine du 06/04/2015

0 commentaires, 06/04/2015, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres des Revue de presse marocaine développés par les quotidiens paraissant lundi 06 avril 2015:

Le Matin.:

– Le Maroc se prépare à un régime de change flexible. Une décision majeure confirmée par le gouverneur de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, à l’issue du conseil de l’institut d’émission le 24 mars dernier. Jean-Pierre Chauffour, économiste principale de la Banque mondiale pour le Maroc, estime qu’un régime de change plus flexible permettrait au taux de change de trouver en permanence son « juste prix » en fonction des aléas économiques internes et externes du pays. « Le prix d’équilibre du dirham sur le marché fluctuerait en fonction de la gestion de la liquidité interne, y compris des besoins de financement du budget de l’Etat et de la productivité relative de l’économie marocaine », a-t-il expliqué dans un entretien accordé au journal.

– Elections professionnelles: les opérateurs économiques critiquent la date fixée par le gouvernement. C’est le 7 août que devront avoir lieu les élections des différentes Chambres professionnelles, selon un projet de décret approuvé par le conseil du gouvernement. Driss Houat, président de la Fédération des Chambres de commerce, d’industrie et de services, a indiqué que l’organisation de ces élections pendant le mois d’août « ne va pas faciliter la mobilisation des électeurs ». « Si l’on tient à l’agenda proposé aujourd’hui, la participation sera faible », a-t-il jugé dans un entretien accordé au journal.

Aujourd’hui le Maroc.:

– Le gouvernement a adopté un projet de décret relatif à l’exclusion des contribuables exerçant certaines professions, activités et prestations de service, du bénéficie du régime fiscal applicable à l’auto-entrepreneur. C’est le ministère de l’Economie et des finances qui a été chargé de verrouiller le système avec la réalisation d’une liste comprenant les professions et d’autres activités exclues du régime. Il s’agit notamment des architectes, des assureurs, des métiers de la médecine et des pharmaciens mais également des prestataires de services liés à l’organisation des fêtes et réceptions.

– Le PAM en campagne contre les insultes. « Evitons les coups bas dans la future guerre électorale qui nous opposera à nos ennemis », a appelé Ilias Al Omari, secrétaire général adjoint du PAM, lors d’une réunion régionale tenue vendredi dernier à Casablanca. « Notre ligne électorale est différente de celle de nos adversaires. Nous préférons attendre que nos adversaires arrêtent de nous insulter avant d’entamer le dialogue avec eux », a-t-il dit.

L’Economiste.:

– La généralisation de la responsabilité civile médicale (RC) pour bientôt. Combien de médecins sont poursuivis pour faute médicale ? Aucune statistique ne permet d’évaluer les erreurs médicales commises. Au Maroc, le projet de généralisation de la RC médicale permettra non seulement d’assurer une indemnisation au patient en cas de faute du médecin, mais aussi de faire remonter l’information sur les « problèmes » avec le monde médical. Cette obligation est prévue par la loi sur l’exercice de la médecine. Un avant-projet est aujourd’hui sur la table et devrait faire l’objet de discussions entre les assureurs et les médecins.

– Auto-entreprenariat: Le statut complété. C’est un texte très attendu car il est censé contribuer à la création d’emplois et à l’intégration de l’informel. De plus, il est indispensable à l’application du régime fiscal dédié aux auto-entrepreneurs et prévu par la loi de Finances 2014. La mise en place d’une couverture sociale, l’accès au financement et à la formation ainsi qu’un régime fiscal attractif constituent les principaux apports de la loi sur l’auto-entrepreneur.

Al Bayane.:

– Meeting commun du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et du Parti de la justice et du développement (PJD) à Tiznit. Amine Sbihi : Poursuivre les réformes en dépit des vaines tentatives de déstabilisation. Mustapha El Khalfi : Nos réalisations sont tangibles et non des slogans creux. Amine Sbihi, membre du bureau politique du PPS, a mis en relief les performances du bilan du gouvernement aux plans des questions économiques, de la synergie sociale, et de l’évolution des droits de l’Homme et de la liberté d’expression, tout en précisant que beaucoup de chemin reste à parcourir. Pour sa part, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi a souligné que les réalisations « numériques », qui ne sont point des slogans creux, ont été amorcées avec détermination et courage, afin de sortir au plus vite de la crise qui menaçait le pays au début de l’année 2012. « C’est une opération de sauvetage que nous avons menée, au moment où nous n’avions même pas de quoi régler les salaires », note-t-il, en précisant que ces actions se focalisent sur le peuple et l’entreprise.

– Syndicats de Casablanca. Signature d’une charte régionale sociale tripartite par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), la Wilaya de la région du Grand Casablanca, l’Union marocaine du travail (UMT), la Confédération démocratique du travail (CDT), la Fédération démocratique du travail (FDT) et l’Union nationale du travail au Maroc (UNMT). La charte s’assigne pour objectifs notamment l’amélioration de l’environnement des affaires au niveau de la région du Grand Casablanca, l’encouragement du dialogue collectif, des initiatives sociales et écologiques au sein des entreprises, de la médiation sociale, l’appui aux initiatives de conciliation locale et la protection des droits des ouvriers, notamment la liberté syndicale.

L’Opinion.:

– Abattoirs de Casablanca: Conditions insalubres d’abattage, fuites récurrentes d’ammoniac. Les abattoirs de Casablanca viennent de livrer au grand jour le contenu de leur organisme au terme d’une opération de contrôle et d’évaluation menée par la Cour régionale des comptes de cette ville qui en a disséqué la gestion déléguée pour découvrir les maux dont ils souffrent longtemps contenus dans leurs chambres froides. Les enjeux sont grands, en particulier pour la santé des consommateurs face aux nombreux risques de contamination que recèle cette gestion et les pratiques d’abattage qui font fi des normes d’hygiène et mélangent tâches sales et tâches propres, ignorent celles de sacrifice, de saignée et de dépouillement. Sans oublier les relents pestilentiels, des tuyauteries défectueuses, des fuites récurrentes d’ammoniac et stagnation des eaux et des déchets. Autant d’éléments qui entretiennent des foyers d’infection au grand péril du consommateur.

– Table ronde de la Jeunesse istiqlalienne en marge du Forum social mondial à Tunis: La démocratie, seule solution aux problèmes des Etats de la région. L’Organisation de la Jeunesse istiqlalienne (OIJ) a organisé, le 26 mars dernier, en marge du Forum social mondial (FSM) à Tunis, une table ronde axée sur « La dynamique démocratique, 4 ans après: la démocratie est la solution de l’ensemble des problèmes des pays de la région » vu que la démocratie ne peut être imposée par les navires de guerre ou les chars. Mlle Rokkaya Achmal, membre du bureau exécutif de l’OIJ et présidente de l’organisation « Filles de la renaissance », a indiqué que l’idée de cette manifestation tient au fait que d’aucuns estiment que « le printemps arabe » est dû au déficit démocratique que connaît la région et que l’objectif premier de cette table ronde est donc de susciter un débat global abordant tous les problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels.

Libération.:

– La FDT mise sur la jeunesse pour préparer les dirigeants de demain. La Fédération démocratique du travail (FDT) table sur la jeunesse pour garantir la pérennité de cette organisation et préparer les dirigeants de demain. C’est dans ce sens que la direction de la FDT a tenu à organiser le premier Forum national de sa jeunesse qui s’est déroulé ce week-end au complexe culturel Mohamed Zefzaf à Casablanca sous le thème « Avec la jeunesse d’aujourd’hui, nous construisons le syndicat de demain ». 921 jeunes y ont pris part représentant les secteurs de l’enseignement, la santé publique, Barid Al Maghrib, la justice, le phosphate, Ittisalat Al Maghrib, l’emploi, la planification, l’énergie et les mines, les collectivités locales, l’industrie et le commerce, les finances, la mutuelle générale, ainsi que d’autres participants du secteur privé.

– Le Maroc s’inquiète de l’avenir de la paix au Mali: Le Royaume estime que la sortie de crise ne saurait être imposée. La diplomatie marocaine suit avec inquiétude le processus de paix au Mali. Elle note avec une grande déception le recul préoccupant que connaît ce processus. Une situation due, selon le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, au fait que le dossier malien est désormais traité de manière opportuniste par des parties directement intéressées, et loin de son contexte légal et régional, prôné par les Nations unies. Dans un communiqué publié vendredi dernier par le département de Salaheddine Mezouar, le Royaume estime que la sortie de crise au Mali ne saurait être imposée et « ne peut être obtenue à coups de menaces, de manœuvres d’intimidation ou de chantage, surtout de la part de parties qui n’ont aucune légitimité pour le faire et qui ont toujours agi pour la déstabilisation de la région ».

AMassael .:

– Augmentation des salaires: Les syndicats appellent Benkirane à une réunion décisive. Les centrales syndicales UMT et FDT (aile d’Abderahmane Azzouzi) avaient décidé, à l’issue d’une réunion tenue jeudi dernier, d’envoyer une lettre au chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, l’appelant à tenir une réunion urgente en début de cette semaine afin de leur transmettre les réponses finales du gouvernement quant au dossier revendicatif des syndicats, notamment en ce qui concerne l’augmentation des salaires, des indemnités et des pensions de retraite et la réduction de l’impôt sur le revenu.

– La Cour des comptes met à nu l’anarchie en matière d’exonérations fiscales. Un rapport de la Cour des Comptes analyse le régime des exonérations fiscales ou « dépenses fiscales », qui sont des mesures prises à titre dérogatoire pour stimuler certains secteurs économique et sociaux ou encourager certaines nouvelles pratiques auprès des contribuables pour atteindre des objectifs stratégiques. Le rapport parle d’une quasi-anarchie dans ce domaine étant donné que le poids de ces dépenses dans les finances publiques a atteint, au fil des années, des proportions assez importantes. En 2014, leur montant a atteint 34,65 milliards de dirhams, soit 17,1 pc du total des recettes fiscales et 3,8 pc du PIB, relève le document qui note que ce montant dépasse le budget de certains grands départements ministériels comme l’Intérieur, l’Equipement, le Transport ou la Santé.

Akhbar Al Yaoum Al Maghribia.:

– Ramid: Les dossiers des crimes cités dans le rapport de Jettou seront transmis à la justice. Le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, a indiqué, dans sa première sortie après la publication du rapport de la Cour des comptes qui a dévoilé des dysfonctionnements dans la gestion de certains établissements publics et conseils municipaux, que son département va confier ce nouveau rapport à des magistrats spécialisés pour un examen en interne afin de déterminer lesquels desdits dossiers feront l’objet d’une enquête. Ramid a souligné que les irrégularités entachant la gestion locale ne seront examiné qu’après les élections locales.

– El Khalfi et Sbihi: Le gouvernement a créé plus de 190 mille emploi en trois ans. Le ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi, et le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, ont souligné, lors d’une rencontre tenue samedi à Tiznit, que « le bilan du gouvernement est encourageant et positif ». Les deux ministres ont fait savoir, lors de cette rencontre initiée par les secrétariats provinciaux du PJD et du PPS en présence de 800 personnes, que le gouvernement a créé 190 mille emplois, dont 90 mille dans le secteur public depuis 2012.

Al Ittihad Al Ichtiraki.:

– Abdelhamid Fatihi à l’ouverture du premier Forum de la jeunesse fédérale: L’action politique sérieuse et protectrice de la démocratie ne pourra aboutir que par la consécration des libertés syndicales selon une démarche responsable et engagée. C’est l’alliance entre l’action politique et l’action syndicale qui permet de construire l’avenir, a mis en avant le secrétaire général de la Fédération démocratique du travail, Abdelhamid Fatihi, affirmant que l’indépendance de la FDT de toute formation politique est « une ligne rouge qui ne peut être dépassée ».

Al Alam.:

– Chambre des représentants: Les groupes de l’Istiqlal, du PAM, de l’USFP et de l’UC présentent des propositions de lois communes relatives à la nationalité, la fonction publique et la poste et télécommunications. Les groupes parlementaires des quatre partis ont indiqué que cette initiative s’inscrit dans le droit fil du rôle confié à l’opposition par la Constitution pour l’amendement et l’amélioration de certains textes de loi de manière à les adapter à la réalité sociale, économique et politique.

Al Haraka.:

– Plusieurs vols de la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) ont été déroutés, samedi, en raison des conditions météorologiques difficiles, ce qui a eu des implications sur le programme d’autres vols. « La persistance du brouillard dense sur plusieurs villes marocaines, en particulier à Casablanca (hub de la compagnie), a rendu plusieurs aéroports marocains inaccessibles pendant certaines périodes de la journée », explique la RAM dans un communiqué. Suite à ces perturbations météorologiques exceptionnelles, Royal Air Maroc a mobilisé toutes ses équipes pour la prise en charge des passagers dans les escales concernées.

Al Assima Post.:

– Le président de l’Association de lutte contre l’avortement clandestin, Chafik Chraïbi, a appelé à réglementer l’avortement et à mettre fin aux pratiques portant atteinte à la santé de la mère et de l’enfant. Les dispositions juridiques relatives à l’avortement ne couvrent que 10 pc des cas réels, a-t-il affirmé lors d’un séminaire organisé par l’association Bassma pour la protection de la famille en partenariat avec le Club des avocats du Maroc. « Le Code pénal ignore un grand nombre de cas d’avortement, d’où l’impératif d’amender la loi en vigueur », a souligné l’expert.

Attajdid.:

– Une étude sur la position du consommateur vis-à-vis des produits des banques participatives a conclu que 87 pc des Marocains s’intéressent à ces établissements bancaires et que 85 pc d’entre eux estiment que le respect de la Chariaâ représente la principale raison derrière le succès des produits proposés par ces banques. Toutefois, seulement 1 pc des sondés ont dit connaître la nature de ces produits.

Al Ahdath Al Maghribia.:

– Prémices d’une détente entre l’opposition et le Chef du gouvernement. Contrairement à l’accoutumée, les rassemblements partisans encadrés par les dirigeants des partis de l’opposition, samedi et dimanche, ont été dépourvus de diatribes à l’encontre du Chef du gouvernement. Les dirigeants de l’opposition ont évité même de prononcer le nom d’Abdelilah Benkirane, sa fonction au sein du gouvernement ou au sein du PJD.

Rissalat Al Oumma.:

– Processus de paix au nord du Mali : Le Royaume du Maroc, qui note avec une grande déception le recul préoccupant que connaît le processus de paix au nord du Mali, appelle les forces vives du pays et ses autorités à œuvrer dans le sens d’une solution de compromis qui préserve l’intégrité territoriale, l’unité nationale du Mali et répond aux aspirations de ses populations, y compris celles du nord du pays, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération.

Assahra Al Maghribia.:

– Après une série de dialogues, la Fédération nationale de la boulangerie-pâtisserie du Maroc (FNBPM) et les départements gouvernementaux concernés ont signé, jeudi dernier, deux conventions visant le développement du secteur. Ces conventions permettront de préparer un projet aboutissant à la création d’une école de boulangerie à Casablanca et un autre pour un partenariat entre la Fédération et l’OFPPT visant à développer le système de formation et l’adapter aux exigences des dirigeants et des travailleurs des boulangeries, explique El Houcine Azaz, président de la FNBPM.

Bayane Al Yaoum.:

– Les syndicats les plus représentatifs au niveau du Grand Casablanca, la CGEM et la wilaya de la région du Grand Casablanca ont signé vendredi une charte régionale sociale qui entre dans le cadre de l’instauration d’un climat social sain garantissant la paix et la solidarité sociales et créant des outils de protection contre les conflits sociaux. Cette charte tripartite a été paraphée par le wali de la région, Khalid Safir, le vice-président général de la CGEM, Salaheddine Kadmiri, et les représentants de l’UMT, la CDT, l’UGTM, la FDT et l’UNMT, en présence du secrétaire général du ministère de l’Emploi et des Affaires sociales. La charte s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du contenu du discours royal du 13 octobre 2013 appelant à faire de Casablanca un pôle économique et international.

Assabah.:

– Des centaines d’administrateurs, venus de différentes régions du Royaume, se sont rendus dimanche à Rabat pour prendre part à la manifestation de protestation lancée par l’Union nationale des administrateurs marocains. Fatima Benaddi, présidente de cette Union, a appelé à cette occasion à l’adoption d’un statut qui consacre la justice salariale et l’égalité entre les cadres de l’Etat et garantisse le droit à la promotion à l’instar des autres catégories de la fonction publique.

– L’opération de remboursement du crédit de la TVA cumulé au profit des entreprises, dont le montant est inférieur à 20 millions de dirhams, a donné des résultats en deçà des prévisions. Le nombre de bénéficiaires de cette opération, menée en vertu d’un décret publié en mai 2014, n’a pas dépassé 12 parmi 180 entreprises qui ont déposé leurs demandes pour bénéficier dudit remboursement sur la période allant de janvier 2004 à décembre 2013. Dès lors, la Direction des impôts a élaboré un projet de circulaire visant à sensibiliser les entreprises éligibles au remboursement pour qu’ils éludent les lacunes qui ont ralenti l’opération l’année dernière.

Al Mounaataf.:

– Le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), réuni dimanche au Caire, a pris acte de la décision rendue par le Tribunal arbitral du sport (TAS) dans l’affaire portée devant cette instance par la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) et s’est engagé à l’appliquer. Le TAS avait annulé jeudi dernier les sanctions infligées par la CAF à la FRMF à l’exception de l’amende, réduite à 50.000 dollars US.

Le Maroc avait demandé le report de la CAN, initialement prévue du 17 janvier au 8 février 2015, en raison de l’épidémie Ebola, suite à quoi le Comité exécutif de la CAF a décidé de suspendre la sélection marocaine pour les CAN 2017 et 2019 et d’infliger à la FRMF deux amendes de 1 million de dollars et 8.050.000 euros à titre de réparation.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *