Revue de presse marocaine du 06/04/2013

0 commentaires, 06/04/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce samedi:.

+LE MATIN DU SAHARA ET EU MAGHREB+:.
-Coalition: Le gouvernement face aux critiques de l’opposition et de ses alliés. Les temps sont durs pour le gouvernement Benkirane. En effet, le Chef du gouvernement ne sait plus où donner de la tête, tellement les attaques contre son équipe se suivent et ne se ressemblent pas. Mais quand les critiques viennent des alliés, le jeu politique devient incompréhensible. « Amis et ennemis » partent à l’assaut du gouvernement mené par le PJD. Quelques jours après les déclarations rassurantes sur le climat serein au sein de la coalition, le parti de l’Istiqlal, réuni lors de la 1ère session de son comité central, s’est montré très critique vis-à-vis de la politique économique du gouvernement. Le parti de Hamid Chabat a présenté lors de cette réunion sa vision de la réforme de la Caisse de compensation et de la couverture sociale. Des propositions d’un parti de la majorité qui étaient censées être discutées au sein du nouveau Secrétariat général de la coalition, mis en place pour entamer une action commune des quatre partis de la majorité. Les discours véhiculés par le PI sont menés en parallèle à la récente sortie médiatique de l’un des partis de l’opposition, à savoir le PAM qui, après une courte période de trêve, revient à la charge et cette fois-ci c’est Hakim Benchemass qui ouvre le feu sur la majorité. Le conseiller, qui se dit déçu par le rendement du gouvernement, déplore un « éloignement flagrant des principes de la Constitution » et critique ouvertement « l’absence de vision politique et économique chez le gouvernement ».

+L’OPINION+:.
-Maroc-France: La signature devant les deux Chefs d’Etat de pas moins de 19 accords et conventions, une expression de la profondeur des relations liant le Maroc et la France. Distinguées, exceptionnelles et surtout pragmatiques, les relations entre le Maroc et la France, par leur nature combinant le cÂœur et la raison, confirment les constantes de la continuité dans tous les domaines: politique, économique et culturel. Le nombre important d’accords et de protocoles intergouvernementaux, de conventions et de contrats, traduit non seulement l’importance, la diversité et la profondeur des relations qui unissent le Maroc et la France, mais vient renforcer, par la nature des documents, le cadre juridique multiforme liant les deux pays. Il témoigne aussi de la forte volonté des deux chefs d’Etat de promouvoir et de hisser la coopération bilatérale vers de nouveaux horizons à la hauteur des besoins, des attentes et des aspirations des deux peuples, à travers un partenariat stratégique « gagnant-gagnant » et porteur d’opportunités partagées.

+LIBERATION+:.
-El Ouafa dévoile ses « fantomes ». Les listes du gouvernement Benkirane se suivent et se ressemblent puisqu’elles n’ont aucun effet et ne changent nullement une réalité amère. Le ministère de l’Education nationale vient de rendre publique une liste de personnes qui perçoivent des salaires sans travailler. Une liste qui s’est faite attendre mais qui n’aura aucune incidence comme ses précédentes. Certes, c’est une initiative louable dans la mesure où elle éclaire l’opinion publique sur les fraudeurs. Ceux et celles qui touchent des rémunérations de l’Etat sans, en contre-partie, rendre service à la communauté. Cependant, la méthodologie usitée par le département de l’Education nationale pour livrer quelques lampistes à la vindicte populaire est on ne peut plus discutable pour ne pas dire autre chose.

-La fin de la détention provisoire n’est pas pour demain. Les chiffres ont bien fini par démentir les déclarations de Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, sur l’existence d’une tendance générale vers la suppression de la détention préventive, notamment au niveau de la 1ère Instance. En effet, le taux des prisonniers en détention préventive a atteint les 46 pc, voire parfois les 80 pc de l’ensemble de la population carcérale en 2012 contre 44,68 pc enregistrés fin octobre de la même année. Une situation qui ne semble pas du goût des associations des droits de l’Homme qui n’ont pas cessé d’appeler non pas à une suppression de la détention préventive mais plutot à une précision de cette notion, de ses modalités de mise en application et de ses limites. Pour eux, cette mesure d’exception doit être appliquée là où elle est indispensable car elle peut avoir des conséquences particulièrement graves sur la personnes qui, quoique présumée innocente, est emprisonnée.

+AL BAYANE+:.
-Des pluies au moment opportun: Rester vigilant contre les maladies céréalières. Les fortes précipitations enregistrées ces derniers jours sur l’ensemble du territoire du Royaume ne peuvent être que bénéfiques pour les cultures céréalières, notamment pour les semis-précoce. En fait, elles coïncident avec le stade de remplissage des grains, ce qui pourrait garantir une bonne saison agricole. A moins qu’elles ne débordent en inondations, ce qui n’est pas le cas jusqu’ici. Mais en termes de pluies bien réparties dans le temps et l’espace, on en redemande encore, car les céréales tardives représentent environ 50 pc de la culture et ont besoin encore de la pluie au moins jusqu’à fin d’avril, voire le début de mai. Par ailleurs et pour protéger l’existant agricole et parer à tout éventuel risque d’épanchement des maladies de blé, le ministère de tutelle a procédé la semaine dernière au lancement d’une opération de traitement collectif par avion de maladies de céréales.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane paie le tribut du retard accusé pour la réforme de la Caisse de compensation. Trois mois seulement après l’adoption de la Loi de Finances, l’Exécutif a décidé l’arrêt de l’exécution de 15 milliards de dirhams des dépenses de l’investissement au titre de l’exercice 2013. Selon Mekki Zouaoui, professeur d’économie à l’université Mohammed V à Rabat, cette nouvelle mesure aura des répercussions négatives sur les secteurs de l’emploi et de la consommation.

-Des éléments de la BNPJ mènent des enquêtes sur les connexions « mystérieuses » entre plusieurs organisations religieuses et des groupes de la salafia jihadia avec des associations européennes en Hollande, Belgique et en Suisse, ainsi que sur l’obtention de ces entités de fonds de la part d’observatoires non gouvernementaux en contrepartie de l’envoi de données statistiques sur la situation des détenus salafistes dans les prisons marocaines. Ces enquêtes ont été diligentées après que des proches de détenus salafistes aient reçu des financements « suspects ».

-Khalid Sefiani, Coordonnateur du Groupe d’action national pour le soutien à l’Irak et à la Palestine déclare que le groupe est en train d’établir une liste des noms des personnes qui normalisent avec l’Etat d’Israël. Dans une déclaration au journal, Sefiani a ajouté que les membres du groupe d’action travaillent sur la loi incriminant la normalisation, affirmant que ce texte sera fin prêt prochainement.

+ASSABAH+:.
-Démantèlement à Salé d’un groupe de personnes qui arnaquait ses victimes au nom de la DGSN. Les éléments de la police ont démantelé récemment ce réseau qui escroquait ses victimes en leur promettant des postes d’emploi à la Direction générale de la sûreté nationale moyennant d’importantes sommes d’argent. Selon une source informée, ledit réseau dirigé par un prothésiste dentaire et une ressortissante marocaine établie en Europe, prétendait entretenir des relations avec des personnalités influentes au sein des services de police qui facilitaient leurs activités.

-Hakim Benchemass, porte-parole du PAM et chef de son groupe parlementaire à la Chambre des Conseillers, affirme dans une déclaration au journal que le gouvernement Benkirane s’approprie le role de l’opposition, tout en montrant une attitude « autoritaire » et « hégémonique ».

-Fonctionnaires fantomes: l’ultimatum d’El Ouafa. Le ministre de l’Education nationale a menacé d’arrêter le versement des salaires de ces fonctionnaires « fantomes » en cas de non-régularisation de leur situation administrative dans un délai d’un mois à partir de la date de publication de la liste des fonctionnaires fantomes relevant de son ministère. Ladite liste, publiée jeudi dernier, a été vivement critiquée par les représentants des centrales syndicales et des associations professionnelles.

-Mostapha El Moâtassim, SG du parti « Al Badil Al Hadari », a révélé que des ONG sont en train de préparer une initiative juridique pour parvenir à une issue concernant la décision de dissolution du parti, et ce suite à l’attitude négative adoptée par le gouvernement Benkirane. Cette initiative intervient à un moment où El Moâtassim a décidé d’intenter une action en justice devant le tribunal administratif de Rabat pour contester la décision du refus de son inscription sur les listes électorales, alors qu’il a bénéficié de la grâce royale après avoir été inculpé dans le cadre de l’affaire Beliraj.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministère de l’Education nationale rend publique la liste de 568 fonctionnaires « fantomes » dans le secteur de l’enseignement qui perçoivent leurs salaires sans exercer aucune profession au sein des établissements scolaires. Des sources proches du corps enseignant insistent pour que le ministre Mohamed El Ouafa oblige lesdits fonctionnaires à restituer les salaires touchés depuis des années de l’Etat sans rendre aucun service en contrepartie.

-Le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane généralise les prélèvements sur les salaires, ce qui a soulevé une vive vague de colère et de consternation parmi les fonctionnaires grévistes qui ont été surpris par ces défalcations, notamment dans les secteurs de l’enseignement (trois à sept jours de prélèvements) et des collectivités territoriales où les retenues ont atteint 1000 DH. Des sources concordantes ont indiqué que plusieurs fonctionnaires ont décidé de se rendre dans leurs lieux de travail sans pour autant effectuer les tâches qui leur sont demandées en dehors des heures de travail.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane paie le tribut du retard accusé pour la réforme de la Caisse de compensation. Trois mois seulement après l’adoption de la Loi de Finances, l’Exécutif a décidé l’arrêt de l’exécution de 15 milliards de dirhams des dépenses de l’investissement au titre de l’exercice 2013. Selon Mekki Zouaoui, professeur d’économie à l’université Mohammed V à Rabat, cette nouvelle mesure aura des répercussions négatives sur les secteurs de l’emploi et de la consommation.

-Des éléments de la BNPJ mènent des enquêtes sur les connexions « mystérieuses » entre plusieurs organisations religieuses et des groupes de la salafia jihadia avec des associations européennes en Hollande, Belgique et en Suisse, ainsi que sur l’obtention de ces entités de fonds de la part d’observatoires non gouvernementaux en contrepartie de l’envoi de données statistiques sur la situation des détenus salafistes dans les prisons marocaines. Ces enquêtes ont été diligentées après que des proches de détenus salafistes aient reçu des financements « suspects ».

-Khalid Sefiani, Coordonnateur du Groupe d’action national pour le soutien à l’Irak et à la Palestine déclare que le groupe est en train d’établir une liste des noms des personnes qui normalisent avec l’Etat d’Israël. Dans une déclaration au journal, Sefiani a ajouté que les membres du groupe d’action travaillent sur la loi incriminant la normalisation, affirmant que ce texte sera fin prêt prochainement.

+ASSABAH+:.
-Démantèlement à Salé d’un groupe de personnes qui arnaquait ses victimes au nom de la DGSN. Les éléments de la police ont démantelé récemment ce réseau qui escroquait ses victimes en leur promettant des postes d’emploi à la Direction générale de la sûreté nationale moyennant d’importantes sommes d’argent. Selon une source informée, ledit réseau dirigé par un prothésiste dentaire et une ressortissante marocaine établie en Europe, prétendait entretenir des relations avec des personnalités influentes au sein des services de police qui facilitaient leurs activités.

-Hakim Benchemass, porte-parole du PAM et chef de son groupe parlementaire à la Chambre des Conseillers, affirme dans une déclaration au journal que le gouvernement Benkirane s’approprie le role de l’opposition, tout en montrant une attitude « autoritaire » et « hégémonique ».

-Fonctionnaires fantomes: l’ultimatum d’El Ouafa. Le ministre de l’Education nationale a menacé d’arrêter le versement des salaires de ces fonctionnaires « fantomes » en cas de non-régularisation de leur situation administrative dans un délai d’un mois à partir de la date de publication de la liste des fonctionnaires fantomes relevant de son ministère. Ladite liste, publiée jeudi dernier, a été vivement critiquée par les représentants des centrales syndicales et des associations professionnelles.

-Mostapha El Moâtassim, SG du parti « Al Badil Al Hadari », a révélé que des ONG sont en train de préparer une initiative juridique pour parvenir à une issue concernant la décision de dissolution du parti, et ce suite à l’attitude négative adoptée par le gouvernement Benkirane. Cette initiative intervient à un moment où El Moâtassim a décidé d’intenter une action en justice devant le tribunal administratif de Rabat pour contester la décision du refus de son inscription sur les listes électorales, alors qu’il a bénéficié de la grâce royale après avoir été inculpé dans le cadre de l’affaire Beliraj.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministère de l’Education nationale rend publique la liste de 568 fonctionnaires « fantomes » dans le secteur de l’enseignement qui perçoivent leurs salaires sans exercer aucune profession au sein des établissements scolaires. Des sources proches du corps enseignant insistent pour que le ministre Mohamed El Ouafa oblige lesdits fonctionnaires à restituer les salaires touchés depuis des années de l’Etat sans rendre aucun service en contrepartie.

-Le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane généralise les prélèvements sur les salaires, ce qui a soulevé une vive vague de colère et de consternation parmi les fonctionnaires grévistes qui ont été surpris par ces défalcations, notamment dans les secteurs de l’enseignement (trois à sept jours de prélèvements) et des collectivités territoriales où les retenues ont atteint 1000 DH. Des sources concordantes ont indiqué que plusieurs fonctionnaires ont décidé de se rendre dans leurs lieux de travail sans pour autant effectuer les tâches qui leur sont demandées en dehors des heures de travail.

+AL MASSAE+:.
-Plus d’un tiers des personnes condamnées à mort dans les prisons marocaines souffrent de maladies et troubles psychiques, ont révélé des experts médicaux et des psychiatres lors d’un séminaire sur « la responsabilité pénale: l’expertise psychiatrique au service de la justice », organisé vendredi à Rabat. Lors de cette rencontre, Mohamed Sabbar, SG du CNDH, a fait savoir que des criminels atteints de maladies psychiatriques ou mentales continuent à être emprisonnées dans des établissements pénitentiaires.

-PAM: Altercations et accrochages lors d’une réunion consacrée aux préparatifs du congrès régional du parti à Casablanca. Ces échauffourées ont eu lieu jeudi lorsqu’un participant a vivement protesté contre la présence de l’un des membres exclus du parti du Tracteur, mais qui vient de le réintégrer de nouveau.

-Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar révèle au grand jour les coulisses de la dernière réunion des partis de la majorité. Lors de son intervention à l’ouverture du 6ème congrès du syndicat national des commerçants et des professionnels jeudi à Rabat, Lachgar a fait savoir que le gouvernement a envisagé de réduire de 5 pc les salaires des fonctionnaires pour faire face à la crise et de procéder à une hausse des prix des carburants.

-Le gouvernement décide l’arrêt de l’exécution de 15 milliards de dirhams des dépenses de l’investissement au titre de l’exercice 2013. Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi, a ainsi adopté un projet de décret qui consiste en l’arrêt de l’exécution de 15 milliards de dirhams, prévus dans le cadre de la loi de finances 2013, conformément à l’article 45 de la loi réglementant les finances publiques.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Dans une initiative d’absorber les effets de la crise financière: le gouvernement décide l’arrêt de la détérioration des finances publiques. Dans ce sens, le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat, a adopté un projet de décret relatif à l’arrêt de l’exécution de 15 milliards de dirhams des dépenses de l’investissement au titre de l’exercice 2013. Ce projet consiste en l’arrêt de l’exécution de 15 milliards de dirhams, prévus dans le cadre de la loi de finances 2013, tout en accordant la priorité à l’exécution des crédits d’investissement correspondant aux exercices précédents.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Au lieu de chercher les 400 MMDH « perdues » dans les comptes des Douanes et les 30 MMDH non perçues des Impots: Le gouvernement décide de stopper l’exécution de 15 MMDH des dépenses de l’investissement au titre de l’exercice 2013 et partant la perte de milliers de nouveaux postes d’emploi. Suite à cette décision, le président du groupe parlementaire de l’USFP à la 1ère Chambre du Parlement, Ahmed Zaidi, a indiqué que le groupe présentera une expertise scientifique sur les répercussions de cette mesure « improvisée » sur la croissance et le marché de l’emploi.

+AL KHABAR+:.
-Finances islamiques: Le « Sharia Board » devrait entamer ses activités en octobre prochain, ont révélé des sources bien informées, ajoutant que cet organe sera chargé du suivi et de l’évaluation des procédures, des opérations et des produits financiers islamiques et d’assurer leur conformité avec les principes de la Charia.

-Les organisateurs du festival international du cinéma et de la mémoire commune, qui se tiendra du 22 au 27 avril à Nador, refusent la participation de 5 films israéliens à cette manifestation. Une source bien informée a indiqué que les organisateurs cherchent aussi à interdire la projection du film « Tinghir-Jérusalem », pour éviter tout problème et toute réaction violente comme cela était le cas lors de sa projection au Festival national du film de Tanger.

-Le réseau marocain de protection des deniers publics demande au ministre de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa de prendre des mesures disciplinaires à l’encontre des 568 fonctionnaires « fantomes » de son département. Dans une déclaration au journal, le président du réseau, Mohamed Meskaoui, a affirmé la nécessité de récupérer les salaires versés à ces fonctionnaires fantomes, par respect des dispositions de la Convention internationale de lutte contre la corruption.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Procès de l’ONDA: La défense d’Abdelhanine Benalou reste attachée à la convocation en tant que témoin dans cette affaire de la secrétaire du bureau de l’ancien DG de l’ONDA, victime d’une tentative d’assassinat. Son audition par les juges de la Cour devrait jeter la lumière sur des zones d’ombre dans ce dossier.

-Education: Le Maroc, mauvais élève!. Dans le rapport mondial de l’UNESCO sur l’éducation pour tous en 2012, le Royaume figure à la première position dans la région arabe en matière d’échec scolaire et à la deuxième position en matière d’abandon scolaire. Le rapport a placé le Maroc à la 94e position sur 120 pays.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-L’Association des Marocains victimes d’expulsion arbitraire d’Algérie se plaint du régime algérien auprès du président français François Hollande. Dans une lettre adressée à la Présidence de la République Française via l’ambassade française accréditée au Maroc, l’association réclame l’intervention de la présidence en vue de l’ouverture d’une enquête sur l’expulsion de 45.000 familles de manière collective et arbitraire en 1975 du territoire algérien, et l’exercice de pressions sur l’Algérie pour l’ouverture des frontières terrestres avec le Maroc.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *