Revue de presse marocaine du 06/02/2013

0 commentaires, 06/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Maroc-UE: Un nouveau plan d’action plus ambitieux pour les cinq prochaines années. L’UE aura à trancher, d’ici la fin du mois de mars, au sujet d’un nouveau plan d’action devant régir ses relations avec le Maroc dans le cadre du statut avancé. Il s’agit d’un document politique qui engage les deux parties sur cinq ans et qui concerne divers domaines: économique, commercial, investissement C’est une sorte de nouvelle feuille de route sachant que le dernier plan d’action est arrivé à échéance fin 2012. Le nouveau document à adopter a été négocié par les deux parties au cours de l’année passée et il est en phase de ratification et d’adoption. En effet, du coté marocain, ce programme devra être ratifié par le Parlement alors que du coté européen, il doit faire l’objet d’un accord engageant les 27 Etats membres de l’UE. Mais il doit également être ratifié aussi par le Parlement européen. Selon l’ambassadeur de l’UE au Maroc, Eneko Landaburu, ce document « va passer sans problèmes du coté européen. Il devra être adopté au cours des prochaines semaines, peut être au cours du mois de mars parce qu’il n’y a plus d’obstacles politiques », a-t-il confié au journal en marge d’une conférence de presse que la délégation de l’UE au Maroc a organisée lundi dernier à Casablanca.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-La bombe de la CMR renvoyée au dialogue social toujours en panne: Retraités, vous pouvez attendre! Une semaine après la réunion de la commission nationale de la réforme des Caisses de retraites, de nouvelles informations ont filtré. On apprend ainsi que ni la commission nationale ni la commission technique ne seront concernées par la réforme de la CMR. Et pour cause, les syndicats ne veulent pas cautionner le schéma de réforme de cette Caisse dans sa version actuelle consistant à élever l’âge de départ à la retraite, augmenter les cotisations et revoir la méthode de calcul de la pension de retraite. Ce schéma, qui a été proposé voilà plus de deux années par le conseil d’administration de la CMR et qui semble séduire le gouvernement, est pour le moment rejeté par pratiquement toutes les centrales syndicales. La réforme de la CMR sera désormais programmée dans le cadre des prochains rounds du dialogue social. Le gouvernement n’est donc pas au bout de ses peines avec la validation du schéma de réforme. La réforme des caisses de retraites, présentée comme trop urgente, traînera encore plus.

+L’ECONOMISTE+:.
-Compensation: Toujours pas d’agenda. Les partis de la majorité veulent s’approprier la réforme du système de la compensation. Leurs groupes parlementaires ont organisé hier une rencontre sur le sujet dans le cadre de la Charte politique à Rabat. Plusieurs propositions sont mises sur la table: aide directe ouverte ou conditionnée, montant fixe ou pourcentage du PIB. En tout cas, Mohamed Najib Boulif, en charge du pilotage de ce chantier, se dit prêt techniquement à lancer les consultations politiques et sociétales.

-Assises de la fiscalité: Les Finances impliquent le Parlement. Le ministre de l’Economie et des Finances est en train de verrouiller les prochaines Assises de la fiscalité. En effet, Nizar Baraka a programmé une réunion avec les députés de la Commission des Finances à la Chambre des représentants pour les sensibiliser à l’importance de cette manifestation pour l’avenir du pays et l’équilibre macro-économique. « L’objectif est de faire de ces Assises un véritable exercice de démocratie participative, avec l’implication des forces vives de la nation », a-t-il souligné. Le timing des Assises n’a pas été officiellement abordé. Mais une chose est sûre, les Assises de la fiscalité auront lieu « en avril prochain, certainement au cours de la deuxième quinzaine du mois », a précisé au journal M. Baraka. Et pour cause, début avril, il devra assister aux assemblées générales des instances financières internationales et à une réunion des fonds arabes de développement.

+LIBERATION+:
-Le nouveau port de Safi continue à faire des vagues: Rebbah évite les questions qui fâchent. Abdelaziz Rebbah persiste et signe. La passation du marché public du port de Safi a été régulière et, du coup, il n’y aura pas d’annulation du marché adjugé au groupe SGTM avec une offre financière de 3,72 MMDH, soit 30 MDH de moins que la SOMAGEC (3.75 MMDH). Selon lui, les doutes sur la conformité de ce marché dont le budget avoisine les 4 milliards ne sont que des rumeurs colportées par les autres sociétés soumissionnaires dont les offres de prix n’ont pas été retenues. Le ministre de l’Equipement et du Transport a indiqué, lors d’une séance des questions orales devant la Chambre des représentants, qu’il a été surpris par ces rumeurs relayées par certaines organes de presse alors qu’il s’agit, selon lui, d’un dossier purement administratif et qui devra été débattu au sein des administrations concernées dans le respect de leurs prérogatives. Abdelaziz Rebbah est, semble-t-il, dans l’embarras et, du coup, il a préféré esquiver les questions qui fâchent en accusant la presse de jouer le pyromane alors qu’il s’agit du premier projet soumis aux exigences de la nouvelle circulaire relative à la préférence nationale mise en place par luiûmême.

-Le mea culpa du gouverneur de Midelt: Une commission pour examiner les revendications des tribus de Moulouya. Pour une première, c’en est une. Un gouverneur qui se rétracte en moins de 24 heures de ses déclarations. Il s’agit du gouverneur de la province de Midelt qui avait humilié les représentants des habitants invités à son bureau pour une séance de dialogue suite à une marche sur la capitale organisée par les habitants de la Haute Moulouya. Humiliés, les habitants de ladite région avaient décidé d’organiser un nouveau sit-in sur la route principale qui relie la ville de Khénifra à Midelt et plus précisément au point nommé Tabadout. Alerté par cette nouvelle formule de protestation, ledit gouverneur s’est rétracté en présentant ses excuses aux habitants par le biais d’une commission présidée par le secrétaire général de la province et les différents directeurs des services extérieurs concernés par les doléances des tribus. La commission doit examiner les revendications des habitants et trouver les solutions adéquates pour rendre la vie supportable dans ces régions enclavées.

+AL BAYANE+:.
-Maroc-UE: L’accord de pêche est une question de jours. Tout porte à croire que les négociations de pêche entre le Maroc et l’Union Européenne sont sur la bonne voie. Et c’est Eneko Landaburu, ambassadeur de l’UE qui l’affirme. A l’en croire, un nouvel accord verra le jour dans les « prochaines semaines » et au plus tard « avant fin mars », a-t-il souligné dans une conférence de presse, lundi dernier à Casablanca. Pour le représentant européen, les deux parties ont réussi à rentamer les négociations, en dépit de quelques anicroches, allusion faite au vote du parlement européen en décembre 2011 contre la prolongation d’un précédent accord. Eneko Landaburu a fait savoir que les deux parties « ont beaucoup avancé dans la résolution de toute une série de problèmes techniques ».

+LE SOIR ECHOS+:.
-Maroc-UE: Bilan positif pour Eneko Landaburu. Le chef de la délégation de l’Union Européenne au Maroc, a dressé lundi le bilan des réalisations 2012 en termes de coopération euro-marocaine. Landaburu, qui quitte le Maroc fin mars, a également présenté les objectifs de l’UE dans son partenariat avec le Maroc pour 2013. Faisant le bilan de l’année 2012, Eneko Landaburu estime que la coopération entre l’UE et le Maroc a connu d’énormes avancées, notamment avec la signature en mars dernier de l’accord d’association éliminant les obstacles au commerce. Quant aux négociations concernant l’accord de partenariat dans le secteur de la pêche, Landaburu espère que les deux parties arriveront à un accord avant son départ fin mars.

+ASSABAH+:.
-Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur fait éclater un scandale, lundi devant la Chambre des Représentants en révélant que les services de son ministère ont découvert qu’une fonctionnaire classée à l’échelle 11 continue de bénéficier d’une bourse d’étude bien qu’elle ait intégré la fonction publique. Il a ajouté que dès la découverte de cette affaire, le ministère a proposé à l’intéressée soit de rembourser l’argent perçu illégalement ou d’être déférée devant la justice.

-Séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants: Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur, reconnaît le détournement de terres soulaliyates en réponse à une question du député PJDiste, Abdessamad El Idrissi sur la falsification de documents officiels authentifiés pour le détournement de ces terres collectives, relevant qu’un réseau conduit par des hommes d’affaires et de hauts responsables s’empare de ces terres et menace leurs propriétaires de prison au cas où ils revendiquent leurs droits.

-Les élections régionales pourraient avoir lieu au cours du deuxième semestre de l’année 2013, ont fait savoir des sources gouvernementales, ajoutant que les élections communales et celles des membres de la Chambre des conseillers devraient être reportées à 2015. Selon les mêmes sources, les services concernés au ministère de l’Intérieur sont en cours de finalisation du projet de loi relatif aux élections régionales, séparément de celui relatif aux élections communales.

+AL MASSAE+:.
-Scandale des terres soulaliyates: Le député PJDiste Abdessamad Idrissi accuse des juges et de hauts responsables de mettre la main sur des terres collectives à El Hajeb et Meknès. Lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre de l’Intérieur a reconnu l’existence de ce genre de trafic et de fraude dans la gestion de ce dossier.

-Des militaires français s’entraînent au Maroc avant de se diriger vers le Tchad pour aider l’armée tchadienne à maintenir la sécurité dans le pays. Des sources ont indiqué que le choix du Maroc pour effecteur ces entraînements est dû aux similitudes au niveau du climat et de la nature géographique entre le Royaume et certains pays africains qui ont besoin d’une intervention française afin d’aider leurs gouvernements à rétablir la sécurité dans leurs pays.

-Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants accuse le gouvernement de le « viser » en lui refusant le droit de légiférer, après que le ministre chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, Abdeladim El Guerrouj ait annoncé, lors de la réunion, mardi, de la commission de la justice et de la législation, que le gouvernement a élaboré un projet de loi sur la garantie du droit d’accès à l’information, alors que le Groupe socialiste avait déjà proposé un projet de loi similaire.

-Un dirigeant Usfpéiste implique le parti de la Rose dans une affaire de fraude. Selon des documents, Kamal El Dissaoui, nouvellement élu au sein du Bureau politique de l’USFP, a utilisé le nom du parti dans une transaction immobilière. Le tribunal de première instance de Casablanca a annulé la quittance de location du siège du parti dans l’ancienne médina de la métropole et ordonné l’évacuation du local et sa restitution à sa propriétaire.

-Nouvelle escalade dans le secteur de la justice: Les syndicalistes du secteur déposent une plainte auprès l’Organisation internationale du Travail (OIT) contre le ministre Mustapha Ramid. Dans cette plainte, la FDT dénonce les « violations » de l’action syndicale au Maroc et celle du Syndicat démocratique de la justice (SDJ), à commencer par les interventions musclées des forces de police contre les membres du syndicat et son boycott par le ministre de tutelle bien qu’il soit le syndicat le plus représentatif dans le secteur de la justice.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Un grand scandale éclate sous la Coupole: Des magistrats, des notables et des fonctionnaires impliqués dans un réseau de détournement des terres soulaliyates dans la région d’El Hajeb. Le député PJDiste, Abdessamad El Idrissi a dans ce sens présenté au ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, un dossier complet concernant un réseau composé de magistrats et de fonctionnaires qui vendent des documents signés à blanc à 10.000 DH utilisés dans les transactions et la location de ces terres collectives pour une durée de 99 ans. Suite à l’éclatement de cette affaire, Laenser a révélé que les autorités ont découvert des cas de falsification de documents officiels dans cette affaire, soulignant que son département a ouvert une enquête à ce sujet.

-Abdellah Baha, ministre d’Etat, indique que la réforme de la Caisse de compensation commencera par l’augmentation des prix des produits de base. Intervenant au nom du Chef du gouvernement, en voyage pour représenter SM le Roi au sommet de l’OCI au Caire, lors d’une journée d’étude organisée mardi par les groupes de la majorité, M. Baha a indiqué que cette augmentation s’effectuera de manière progressive en parallèle avec la mise en Âœuvre du régime d’aide directe aux familles démunies.

-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, opte pour une trêve et se prépare pour sa première rencontre avec Abdelilah Benkirane suite à la rupture entre les deux parties. Des sources ont fait savoir que Chabat est de plus en plus attentif aux appels pour le règlement de ses différends avec le chef de l’alliance gouvernementale et qu’il attend le feu vert pour tourner la page des confrontations.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Prémices d’une scission au sein de l’UC. Des dirigeants du parti du Cheval ont exprimé leur mécontentement de la situation au sein de leur formation, créée pour défendre les principes du libéralisme et de la liberté de la concurrence, ce qui augure de davantage de dissensions en l’absence d’une vision politique claire sur l’avenir du parti, qui s’est transformé en une « boutique électorale ». Des sources ont par ailleurs indiqué l’existence de batailles acharnées et de vives tensions autour du Secrétariat général, soulignant que l’actuel SG, Mohamed Abied jouit de la confiance du bureau politique.

-La Caisse de compensation, la carte électorale de Abdelilah Benkirane. Des observateurs et des analystes mettent en garde contre les risques économiques liés à la suppression de cette Caisse et la libéralisation des prix des autres produits, notamment les bonbonnes de gaz et la farine. Ils avancent que la suppression de la Caisse de compensation imposera la recherche de solutions alternatives pour compenser la grande différence entre les salaires et le coût de vie, notamment les pratiques de corruption.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le mouvement féminin contre la réduction de l’âge minimal du mariage à 16 ans. Lors d’une conférence de presse, mardi à Rabat, les représentants des organisations « le Printemps de la dignité pour une législation pénale qui protège les femmes contre la discrimination et la violence » et « le Printemps féministe pour la démocratie et l’égalité » se sont opposés au projet de loi visant à modifier les articles 20, 21 et 22 du Code de la famille concernant la détermination de l’âge minimal du mariage à l’âge de 16 ans au lieu de 18 ans. Ils ont également exigé l’interdiction du mariage des mineures.

+AL ALAM+:.
-Le différend autour du projet de loi organique de la langue amazighe élargit davantage le fossé entre les acteurs amazighs. Ainsi, Ahmed Arhmouch, président du réseau amazigh pour la citoyenneté (AZTA), a indiqué que la société civile doit prendre l’initiative de formuler des propositions concernant les lois organiques au regard de son role constitutionnel et sur le terrain, alors qu’Ahmed Boukouss, recteur de l’IRCAM, a souligné que l’élaboration de ces lois relève de la responsabilité du gouvernement, ce qui évite d’ouvrir le champ à n’importe qui pour s’ingérer dans l’élaboration d’un projet de loi organique.

+AL ITTIHAD AL ICHIRAKI+:.
-L’ambassadeur, chef de la délégation de l’Union Européenne au Maroc, Eneko Landaburu exprime, lundi lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan du partenariat UE-Maroc en 2012 et le programme de 2013, son mécontentement quant au retard enregistré dans la réforme du système judiciaire au Maroc, ajoutant que malgré l’octroi par l’UE d’une enveloppe de 100 millions d’euro destinés au financement et à l’accompagnement de cette réforme, rien n’a été réalisé.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Des chioukhs salafistes, détenus dans les prisons marocaines, s’opposent aux révisions annoncées par le « comité national pour la révision et la réconciliation » par le biais d’un document signé par 400 salafistes qui ont annoncé leur « repentir » et exprimé leur volonté de renoncer à leurs anciennes idéologies. Parmi les personnes qui rejettent cette initiative, il y a Nouredddine Nafia incarcéré à la prison Bourkayez à Fès, et qui fait partie des dirigeants du Groupe Islamique Combattant marocain, et Mohamed Nakaoui, l' »émir » du mouvement des moudjahidines au Maroc, alors que les autres ckhiouks de la salafia libérés, notamment Hassan Kettani, Mohamed Rafiki, alias Abou Hafs et Omar Haddouchi, gardent toujours le silence à propos de ce sujet.

-L’Interpol met le Maroc en garde contre les voitures piégées volées en Europe et envoyées à destination des pays de la région sahélo-saharienne, plus particulièrement au Mali pour leur utilisation dans des attentats terroristes.

-Après avoir reçu le rapport de la Cour des comptes: le département de Mustapha Ramid a mis en place une commission composée de magistrats, d’experts spécialisés dans les crimes financiers et de conseillers qui auront pour charge de passer ce rapport au crible et de classifier les dossiers de corruption à caractère pénal en vue de les soumettre au Procureur général du Roi pour entamer les poursuites judiciaires.

+AL KHABAR+:.
-Une journée d’étude sur la réforme de la Caisse de compensation suscite des discordes au sein du groupe istiqlalien à la Chambre des représentants. Lors d’une réunion, lundi, du groupe parlementaire du parti de la balance, les membres de ce dernier ont accusé Noureddine Mediane, Président du groupe, de travailler en faveur du PJD et ce après avoir donné son aval pour la tenue de cette journée d’étude sans prendre l’avis des organes du parti.

-Le procès de « Gdim Izik » suscite un vif débat au sein du groupe PJD à la Chambre des Représentants. Abdelaziz Aftati a demandé au président du groupe parlementaire de lui autoriser d’assister aux audiences relatives à ce procès afin de contrecarrer les provocations des séparatistes. Une parlementaire des provinces du Sahara a, quant à elle, demandé aux membres du groupe de ne pas commettre d’erreur en adoptant des positions préétablies qui consacrent l’injustice contre des détenus que la justice n’a pas encore condamné, à un moment où les habitants de la région estiment que les véritables coupables ont fui vers les îles Canaries.

-Les députés s’interrogent sur l’absence du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi lors du festival du film de Tanger. Des sources informées ont indiqué que plusieurs députés de l’opposition se préparent à interpeler le ministre sur son absence au festival du film de Tanger surtout que cette absence a coïncidé avec la publication par le secrétariat provincial du PJD à Tanger d’un communiqué dans lequel il dénonce cette manifestation artistique marquée par la projection du film « Tinghir-Jérusamlem: Les échos du mellah », qui constitue selon le communiqué, une provocation des sentiments des habitants de Tanger et de l’ensemble des Marocains.

-Des sources informées soulignent l’existence de différends et de conflits entre les PAMistes à Casablanca à la veille de la tenue du congrès régional du parti pour l’élection des nouveaux membres du secrétariat régional, prévu initialement le 27 janvier dernier, avant d’être reporté à une date ultérieure. Dans ce sens, des PAMistes ont adressé une lettre à Mustapha Bakkoury, SG du parti, dans laquelle ils l’appellent à intervenir d’urgence pour mettre fin aux comportements anti-démocratiques au sein du parti et qui vont à l’encontre du projet du PAM.

+ATTAJDID+:.
-Abdessamad El Idrissi, député PJDiste, dévoile au grand jour un réseau de détournement des terres soulaliyates par le biais de documents falsifiés dans la région d’El Hajeb, soulignant que ledit réseau est composé de fonctionnaires et de notables à El Hajeb et Meknès, et ce lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants.

-Des organisations politiques et de la société civile à Tanger organisent une manifestation mardi en guise de protestation contre la projection du film « Tinghir-Jérusalem: Echos du mellah » après que les organisateurs du 14ème festival du film de Tanger aient insisté sur sa projection. Les protestataires ont qualifié ce film de « proner la normalisation » et de « provocateur des sentiments des Marocains ».

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le nombre élevé de personnes atteintes du virus AH1N1 dans les pays voisins, notamment l’Algérie où cinq personnes sont mortes en moins de deux semaines, et en Tunisie où huit cas de contamination ont été enregistrés, suscite les inquiétudes des citoyens marocains, qui craignent la reproduction de la tragédie de 2009 lorsque des dizaines de personnes sont décédées à cause de cette épidémie. Face à cette situation, M. Abderrahman Belmamoune, chef du service des maladies transmissibles au ministère de la santé s’est montré rassurant en confirmant qu’aucun cas de grippe porcine n’a été recensé ces derniers temps.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *