Revue de presse marocaine du 05/06/2013

0 commentaires, 05/06/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+LIBERATION+:.
-Accélération des démarches techniques destinées à opérationnaliser l’union de la gauche: Création d’un secrétariat tripartite et réunion des bureaux politiques de l’USFP, du PT et du PS. Les dirigeants des trois partis ont eu, mardi, une nouvelle occasion de s’adresser aux journalistes pour donner plus de précisions et d’informations sur les objectifs, les finalités, ainsi que les démarches entreprises en vue de mettre sur les rails le processus d’intégration commun initié à la fin du mois écoulé. Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar a ouvert le débat en faisant une mise au point essentielle pour dissiper tout amalgame et mettre un terme à toutes les interprétations erronées de cette initiative: celle-ci n’est dirigée contre personne. « Notre objectif est de créer un front de gauche », a-t-il précisé, mardi, lors du Forum de la MAP.

-Loi des séries pour Benkirane: Le Chef du gouvernement accumule les gifles et collectionne les boycotts. Les gifles se suivent, les unes plus retentissantes que les autres. Abdelilah Benkirane a commencé la semaine avec l’annonce du Patronat qui a décidé de boycotter les rencontres économiques Maroc-Turquie organisées dans le cadre de la visite officielle, dans le Royaume, du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Un camouflet, un de plus, qui vient d’être administré au Chef de gouvernement par Meriem Bensaleh Chaqroun, la patronne des patrons. Si Benkirane a très mal commencé la semaine, il n’a pas mieux terminé celle passée. Vendredi dernier à la 1ère Chambre, c’était les quatre partis de l’opposition, l’USFP, le RNI, le PAM et l’UC, qui ont boycotté la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement. Décidément, c’est une mauvaise étoile pour un chef de la majorité qui n’en finit pas de prendre les coups.

-Le CMC cloue l’Exécutif au pilori: Un véritable plan anticrise, cohérent et convaincant, fait encore défaut. « Le Maroc traverse un nouveau cycle d’attentisme, marqué par une crise à trois facettes: crise politique qui touche le bon fonctionnement des institutions suite à la décision de l’Istiqlal de se retirer de la majorité gouvernementale actuelle, crise économique et financière remettant en cause les hypothèses de base de la Loi de Finances 213, et crise marquée par l’aggravation du chomage ». Ce constat alarmant découle de la dernière lettre mensuelle du Centre marocain de conjoncture (CMC), qui affirme que cette situation rappelle celle qui prévalait au milieu des années 90 du siècle passé.

+AL BAYANE+:.
-Coopération Maroc-Turquie: Vers un partenariat stratégique et des échanges commerciaux mieux équilibrés. La création d’un Conseil de haut niveau de partenariat stratégique entre le Maroc et la Turquie est en projet. La déclaration politique conjointe signée lundi à Rabat, par le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et le PM turc, Recep Tayyip Erdogan, et les accords de coopération conclus à cette occasion versent dans un même et seul sens: booster les échanges économiques, ajuster le déséquilibre de la balance commerciale et explorer de nouvelles niches de partenariat gagnant-gagnant. Les relations économiques et commerciales entre le Maroc et la Turquie sont-elles au beau fixe? Tout l’indique. La visite officielle au Maroc d’Erdogan, accompagné des représentants de son gouvernement et d’un bon nombre d’hommes d’affaires, vient confirmer les bonnes relations entre les deux pays. Mieux encore, il est question aujourd’hui de réviser à la hausse le volume des investissements directs turcs pour accompagner les grands chantiers du Maroc.

-Rapport annuel d’Amnesty International: Des progrès et des attentes en matière de droits humains. Amnesty International déplore le retour de la violence pour disperser les manifestations dans la rue, a indiqué mardi à Rabat, le DG de l’organisation dans le Royaume, Mohamed Sektaoui. Répondant aux journalistes lors d’une conférence de presse, donnée à l’occasion de la présentation du rapport annuel d’AI 2013, M. Sektaoui a fait savoir que son organisation ne peut qu’exprimer sa satisfaction pour le discours favorable aux droits de l’Homme véhiculé par les autorités et l’adoption de la Constitution de 2011 qui engage le pays sur la voie de la démocratie et du respect des droits de l’Homme, tels que universellement reconnus. Il a également précisé qu’AI a salué la visite au Maroc du Rapporteur spécial sur la torture et autres pines ou traitement cruels, inhumains ou dégradants, Juan Mendez, qui avait relevé des progrès dans le pays en matière notamment de la promotion de la culture des droits humains. Malheureusement, a dit M. Sektaoui, l’organisation a relevé en 2012 un certain nombre de condamnations de journalistes et d’artistes à des peines d’emprisonnement pour avoir exprimé leurs points de vue ainsi que sept condamnations à morts malgré que le fait que le Maroc n’a enregistré depuis 1993 aucune exécution des condamnés à mort.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Maroc-Turquie: Le partenariat se renforce. La visite du Premier ministre turc, Recep Tayyib Erdogan, au Maroc s’est conclue par la signature d’une déclaration politique conjointe portant sur la création d’un Conseil de haut niveau de partenariat stratégique entre les deux pays. Deux accords de coopération bilatérale ont été également signés par le ministre de l’Equipement et du transport, Aziz Rebbah, et son homologue turc, Binali Yildirim. Au volet économique, Erdogan a plaidé pour la réduction du déséquilibre de la balance commerciale entre les deux pays et la promotion des investissements bilatéraux, jugeant nécessaire, à ce propos, une implication agissante du secteur privé aux efforts de consolidation des relations économiques maroco-turques. De son coté, Abdelilah Benkirane s’est félicité du développement soutenu des relations maroco-turques au cours de la dernière décennie, notamment dans le domaine économique suite à l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange, faisant part de la détermination des deux pays à hisser leur coopération à un niveau supérieur.

-Forum maroco-turc: Les dessous du boycott. Au-delà du calendrier très restreint des préparatifs du forum économique maroco-turc, la réaction choc du Patronat n’est en fait qu’un trompe-l’ il politique. En agissant ainsi, la CGEM joue-t-elle le trublion politique ou bien défend-elle son image de marque mise en balance avec le rapprochement entre « Frères musulmans »? En tout cas, elle se mêle des questions politiques jusqu’à s’en noyer. Cette attitude incompréhensible, quoique Benkirane la qualifiait de « correcte », est jugée « douteuse et contredisant les règles d’art des organisations patronales censées défendre les intérêts des entreprises » pour reprendre les propres termes de l’Association « Amal Entreprises », organisatrice du forum.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Le rapport accablant d’Amnesty: Il reproche au gouvernement sa lenteur. Amnesty international-Maroc accuse le gouvernement d’incapacité à traduire dans les faits les avancées réalisées au niveau de l’adoption des principes et des conventions de défense des droits de l’Homme. Ce gouvernement qui est venu à la suite d’attentes populaires explicites que la Constitution de juillet a consignées en les amplifiant, s’est montré inapte à ancrer les progrès réalisés dans la réalité des faits, a déclaré en substance le SG de cette institution, Mohamed Sektaoui, mardi à Rabat, durant la conférence de presse au cours de laquelle est présenté son rapport sur la pratique des droits humains dans le monde. Dans ce sens, Sektaoui a fait remarquer que des cas de torture ont été signalés, des enlèvements dénoncés alors que l’égalité entre les genres avance à reculons. Selon lui, les retards enregistrés par le Maroc font que la période qui a suivi la création de l’Instance pour l’équité et la réconciliation est la plus faste pour ce qui est du respect des droits de l’Homme.

-Déficit des échanges commerciaux maroco-turcs: Le Maroc réclame le rééquilibrage. C’est l’un des apartés les plus attendus parmi ceux qu’ont eus avec leurs homologues marocains les cinq ministres qui ont accompagné le PM turc au cours de sa visite dans le Royaume. Cette importance, la rencontre qui a réuni lundi à Rabat, le ministre de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies à son homologue turc de l’économie, elle la doit à l’état déplorable des échanges commerciaux bilatéraux. Par effet cumulé depuis l’entrée en vigueur de l’ALE en 2006, le déficit de la balance commerciale maroco-turque a fini par flirter avec l’insupportable. Cela, les deux ministres en ont convenu, mais en des termes différents. Abdelkader Aâmara a déclaré que ce déficit pourrait se résorber dans l’accroissement des investissements turcs au Maroc, et donc que le déficit de la balance commerciale devrait se diluer dans le solde de la balance des paiements. Pour le ministre turc de l’économie, Mehmet Zafer Saglayan, cette résorption devrait se faire naturellement car les exportations des deux pays croissent, ensemble, dans cette direction.

+L’ECONOMISTE+:.
-Le FMI s’agace de la lenteur des réformes. Un mois après la publication d’un rapport d’évaluation du Fonds sur l’économie nationale, une mission d’experts du FMI est à nouveau à Rabat depuis le 29 mai et y restera jusqu’au 12 juin. Ces experts viennent « faire le point » sur les engagements pris par le gouvernement sur la mise en uvre des réformes structurelles (compensation, retraites…), engagements adossés à la ligne de précaution de liquidité de 6,2 milliards de dollars accordés par le Fonds. Sur ce tableau, rien n’a évolué. Englué dans la gestion des déchirements de sa majorité, le gouvernement n’a aucun résultat à présenter au FMI. Le rapprochement des missions du Fonds témoigne d’un certain agacement à Washington. Certes, les Etats membres du FMI font l’objet, à intervalles réguliers, de missions d’évaluation, mais celle en cours intervient dans un contexte particulier. A l’évidence, le Fonds ne croit peut-être plus aux promesses gouvernementales de rétablir les équilibres macroéconomiques à moyen terme. D’où l’accroissement de sa vigilance d’autant plus qu’il a conditionné la ligne de précaution à l’application des réformes structurelles, des réformes qu’il ne voit pas venir.

-MRE/Transit: Le dispositif d’accueil affûte ses armes. C’est ce mercredi que devra démarrer l’un des plus grands déplacements de voyageurs de la région, l’opération Transit. Cette année, il est attendu que près de 2 millions de MRE et un demi-million de véhicules traversent le Détroit vers leurs régions d’origine au Maroc. Le choix de cette date est dicté par la contrainte du Ramadan qui oblige, depuis quelques années, à avancer la date de départ de l’opération habituellement fixée au 15 juin. L’objectif est de ne pas faire coïncider les jours de plus forte affluence de l’opération avec les dates charnières du mois de Ramadan. La Fondation Mohammed V pour la solidarité, qui contribue à la mise en uvre et à l’organisation de cette opération, a mis ainsi en service 17 espaces d’accueil pour accompagner l’intensité du trafic maritime mais aussi aérien.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-USFP/PT/PS : La fusion concrétisée cet été. La fusion de l’USFP, du Parti travailliste (PT) et du Parti socialiste (PS) sera concrétisée cet été. Le PT et le PS devront tenir leurs congrès extraordinaires pour dissoudre leurs instances. Le PT a déjà eu l’aval de son conseil national et tiendra sa messe avant le mois du Ramadan. Quant au PS, il réunira son « Parlement » le 16 juin pour préparer le congrès extraordinaire prévu avant la fin du mois. Pour Abdelkrim Benatiq, il n’imaginait pas que les militants de son parti allaient être unanimes autour de l’initiative de fusion. La conjoncture actuelle impose, selon lui, de revenir au bercail pour renforcer l’USFP qui a « une nouvelle direction ouverte sur les autres partis politiques ». Lors du forum de la MAP, mardi à Rabat, le SG du PT a estimé que depuis le dernier congrès de l’USFP, le message véhiculé par Driss Lachgar a été on ne peut plus clair: « Il a appelé à l’union. Nous avons tenu des rencontres marathoniennes durant lesquelles, Driss Lachgar était très patient et à l’écoute », a-t-il relevé. Pour sa part, Lachgar a exprimé son optimisme quant à la réussite du processus de fusion, ajoutant qu’un secrétariat tripartite vient d’être chargé de gérer la phase préparatoire. Jusque-là, aucune discussion n’a eu lieu sur la place que devront occuper les dirigeants des partis dissouts au sein des instances dirigeantes de l’USFP.

-Forum d’affaires Maroc-Turquie: Benkirane déclare que le boycott de la CGEM est « compréhensible ». « Une décision saine et compréhensible », ce sont les mots que Abdelilah Benkirane à utilisés pour qualifier la position du Patronat qui a refusé de prendre part à la rencontre ayant réuni la délégation d’hommes d’affaires trucs, conduite par le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan avec leurs homologues marocains. Benkirane s’est prononcé sur le sujet, lundi, en ouverture des travaux de la rencontre maroco-turque affirmant que la position de la CGEM était tout à fait justifiée. Il s’est même excusé de ne pas avoir associé la Confédération aux travaux de préparation de cette rencontre. Le chef de gouvernement a par ailleurs assuré que la CGEM restait un partenaire essentiel du gouvernement. Pour justifier cette « maladresse », le Chef du gouvernement a expliqué que la visite des hommes d’affaires turcs a été organisée par deux organisations patronales partenaires, à savoir l’association marocaine Amal Entreprise, une formation vue comme proche du Parti justice et développement (PJD) et l’association des industriels et hommes d’affaires turcs (Musiad).

+AL MASSAE+:.
-Les véritables motifs du boycott par le Patronat des hommes d’affaires turcs. Taïb Aïss, président de l’Association « Amal Entreprises » a indiqué que le gouvernement n’avait aucun rapport avec l’organisation de la rencontre entre les hommes d’affaires marocains et leurs homologues turcs, ajoutant que c’est l’Association « Amal Entreprises » et l’Association indépendante des industriels et entrepreneurs turcs (Musiad) qui ont veillé depuis longtemps aux préparatifs de cette rencontre. M. Aiss a également fait savoir que les deux associations ont été informées, il y a seulement trois semaines, de la date de la visite au Maroc du Premier ministre turc, Recep Tayyib Erdogan, ce qui a exigé l’accélération de ces préparatifs, soulignant que la décision du boycott de la CGEM était « surprenante » et « n’était pas prise sur des bases saines ».

-Arrestation, lundi, du directeur d’une agence bancaire de la Banque populaire à Tanger, pour son implication dans une affaire de détournement de deux milliards de centimes, selon des rapports financiers établis par les agents comptables de la Banque mère à Casablanca qui a déclenché la plainte à l’encontre du directeur de l’agence, arrêté dans son bureau et placé en détention provisoire.

-Des examens organisés en toute discrétion pour pourvoir des postes au sein des ambassades du Maroc dans plusieurs pays européens suscite le mécontentement et la colère de milliers d’inspecteurs et d’officiers de police. Ces derniers ont accusé la direction de l’informatique relevant de la DGSN de n’avoir pas annoncé la date de ces concours, ajoutant que les critères du « clientélisme » et des interventions qui ont présidé à la désignation des agents de police qui seront affectés dans les différentes représentations diplomatiques du Maroc à l’étranger.

-La « LYDEC » augmente les factures d’eau à partir du mois prochain pour couvrir le paiement des salaires de ses cadres. Une source responsable à la commission du suivi du dossier de la LYDEC au sein du Conseil de la ville de Casablanca a indiqué que la décision concerne la hausse des factures de consommation d’eau par les bains maures publics (Hammams), des administrations, des usines et de l’assainissement liquide alors que les ménages ne seront pas concernés par cette augmentation.

-Le ministère de l’Intérieur enquête sur des exonérations fiscales ayant fait perdre à la ville de Marrakech 15 milliards de centimes. Des sources sûres ont révélé qu’une commission du ministère de l’Intérieur s’est rendue mardi au siège de la wilaya de Marrakech et du Conseil de la cité ocre pour mener son enquête sur 3.470 décisions d’exonérations fiscales concernant plusieurs terrains urbains non bâtis.

-Les « frères » de Benkirane montent au créneau contre Samira Sitail et convoquent MM. El Khalfi et Baraka pour leur audition. Les députés PJDistes ont adressé deux demandes aux commissions de l’Enseignement et des Finances à la Chambre des représentants pour convoquer les ministres de la Communication et des Finances pour les auditionner au sujet du non respect par les chaînes de télévision du pole public des critères de pluralisme dans leurs programmations et de la situation financière de la SNRT et de la Soread-2M.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, déclare que Abdelilah Benkirane doit « se défaire de son arrogance » dans son comportement avec ses opposants, faisant allusion, mardi lors du Forum de la MAP, à l’éventualité d’une alliance avec l’Istiqlal au cas où ce dernier quitte les rangs de la coalition gouvernementale.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-L’USFP, le PT et le PS parlent d’une seule voix lors du Forum de la MAP. Driss Lachgar, Premier Secrétaire de l’USFP et MM. Abdelkarim Benatiq, SG du Parti travailliste (PT) et Moulay Ahmed Iraqi, SG adjoint du Parti socialiste (PS), ont été unanimes à souligner que l’initiative de la fusion entre les trois partis vise l’unification du mouvement ittihadi et le renforcement de la Gauche marocaine pour qu’elle puisse redorer son blason, ajoutant que cette action reste ouverte à toutes les autres composantes de la gauche.

-La CGEM boycotte les Turcs pour protester contre le comportement « hégémonique » de Benkirane. Des sources bien informées ont indiqué que le Patronat a boycotté les rencontres économiques Maroc-Turquie, organisées en marge de la visite officielle du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan au Maroc, pour protester contre l’hégémonie de Benkirane qui s’est accaparé les préparatifs de cette visite depuis plus de six mois, et sa tentative « délibérée » d’exclure la CGEM et de la remplacer par l’association « Amal Entreprises » que le PJD tente de consacrer en tant qu’organisation parallèle afin d’assurer une présence du parti dans le paysage économique national.

+ASSABAH+:.
-La Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca examine aujourd’hui l’affaire d’une bande, composée de trois individus dont deux fonctionnaires aux ministères des Finances et de l’Equipement, qui a procédé à la vente à des opérateurs privés de plus de 900 hectares de terres relevant du domaine public pour un montant de plus de 30 milliards de centimes à travers des contrats falsifiés de fonciers appartenant à l’Etat.

-Mohamed Abied, SG de l’UC, candidat à sa propre succession pour une durée supplémentaire de deux années, selon des sources partisanes, ajoutant qu’il serait impossible d’organiser le 5ème congrès ordinaire du parti du Cheval en octobre prochain à cause de la lenteur des préparatifs de ce conclave.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, affirme que « l’indifférence » affichée par Abdelilah Benkirane à l’égard des syndicats, des diplomés chomeurs et de son principal allié au sein du gouvernement, constitue un « danger » pour le Maroc. Intervenant, mardi, lors du Forum mensuel de la MAP, Lachgar a indiqué en outre qu’il ne peut y avoir de coordination avec l’Istiqlal et le PPS à cause de leur participation à la coalition gouvernementale.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les raisons de la colère de la CGEM contre Benkirane: L’appréhension du « monstre » turc, la concurrence acharnée et féroce livrée par les entreprises turques aux entreprises nationales, et la colère suite à la coordination entre le Chef du gouvernement et une association patronale proche du PJD (Amal Entreprises), alors que la tradition veut que le gouvernement implique la CGEM dans l’organisation de réunions ou de rencontres économiques de ce genre.

-Audiovisuel: Mustapha El Khalfi « entre deux feux ». Au moment où son parti, le PJD, tire à boulets rouges sur les chaînes de télévision publiques et appelle à leur boycott sous prétexte qu’elles constituent « des abris pour les crocodiles qui luttent contre le gouvernement », les responsables des télévisions publiques sont furieux contre leur ministre et estiment qu’il est un outil entre les mains des islamistes pour controler le paysage audiovisuel national.

-Les islamistes présentent leur « remède » pour sauver 30.000 enfants marocains du prosélytisme. Les députés PJD ont soumis, lundi, un projet de loi pour faire face au prosélytisme, en interdisant aux familles non-musulmanes d’adopter des enfants marocains, barrant ainsi la voie devant les pressions exercées par plusieurs familles européennes sur le ministre de la Justice, Mustapha Ramid. Ledit texte affirme également la nécessité de préserver l’identité des enfants adoptés.

-Driss Lachgar: Le gouvernement Benkirane est « un nuage d’été ». Lors de sa participation, mardi, au Forum de la MAP, le Premier Secrétaire de l’USFP a affirmé également que l’actuel Parlement est le plus « ridicule » de l’histoire du Maroc, appelant les autres composantes de la gauche à joindre cette initiative. Lachgar a par ailleurs saisi cette opportunité pour jeter des fleurs à l’Istiqlal et fustiger le PPS.

-Mustapha Ramid menace de récupérer les 5 milliards de centimes alloués aux avocats dans le cadre de l’assistance judiciaire. Lors d’une conférence de presse tenue mardi au siège de son département, le ministre de la Justice a indiqué que le décret, qui a soulevé une vague de vives protestations parmi le corps des avocats, a été élaboré dans le cadre d’un long processus de concertations au sein d’une commission qui était composée de quatre bâtonniers.

+ANNAHAR A MAGHRIBIA+:.
-L’USFP exige le changement du règlement intérieur de la Chambre des Représentants avant l’organisation de la prochaine séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement, qui a été boycottée par les groupes de l’opposition vendredi dernier. Driss Lachgar, Premier secrétaire du parti de la Rose a dans ce sens indiqué que ce règlement intérieur est en déphasage avec la nouvelle Constitution et les réformes politiques entreprises par le Royaume, notant que le PJD a mis en place un règlement intérieur « taillé sur mesure » à l’avantage des forces de la majorité.

-Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, considère le PJD comme « un nuage d’été » qui ne peut pas résister devant l’ouverture de la société marocaine, ajoutant lors du Forum de la MAP organisé mardi avec la participation de Abdelkrim Benatiq, SG du PT et de Moulay Ahmed Iraki, SG adjoint du PS, que chaque initiative rétrograde ne sera que conjoncturelle avant que le Maroc ne renoue avec ses traditions progressistes.

+ATTAJDID+:. 
-Recep Tayyib Erdogan appelle les hommes d’affaires turcs à investir au Maroc et à rééquilibrer la balance commerciale entre les deux pays à travers l’augmentation des exportations marocaines vers la Turquie. Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue marocain, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a également indiqué que la Turquie « ne reconnaît pas le polisario » et soutient les négociations en cours sous l’égide de l’ONU entre le Maroc et l’Algérie, tout en exprimant la disposition de son pays à proposer ses bons offices pour aider au règlement de ce conflit.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+ :.
-Les erreurs de Benkirane en matière de gestion de la visite au Maroc de Recep Tayyib Erdogan. Parmi ces erreurs, il y a lieu de citer celles d’ordre protocolaire, l’exploitation de l’action partisane dans les activités diplomatiques du gouvernement, ainsi que l’amateurisme et l’indifférence de Benkirane qui n’a pas accordé d’importance aux doléances des hommes d’affaires marocains concernant le déséquilibre de la balance des échanges commerciaux entre le Maroc et la Turquie.

-La CGEM optimiste quant à la signature d’un pacte social avec l’ensemble des syndicats avant le mois sacré de Ramadan. Dans ce cadre, Jamal Belahrach, président de la commission de l’emploi à la CGEM, a indiqué que ledit Pacte sera signé avant le mois de Ramadan après que la commission mixte termine l’élaboration de ses détails.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, indique que son parti n’engagera aucun dialogue ni avec l’Istiqlal ni avec le PPS, ajoutant, mardi, lors du Forum de la MAP que l’ouverture du dialogue avec le parti du Livre n’est pas prévu puisqu’il se trouve dans un cadre conservateur. Il a dans ce sens souligné qu’il serait une aberration politique d’engager un dialogue avec cette formation alors que le lancement du dialogue avec l’Istiqlal accentuerait le flou et la confusion qui marquent la scène politique nationale.

+AL KHABAR+
-Abdelilah Benkirane entre en ligne dans l’affaire de l’entrepreneur, qui a révélé, lors d’une conférence de presse, des affaires de corruption dans des marchés publics dans certains départements ministériels. Des sources bien informées ont indiqué que le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a contacté mardi l’entrepreneur Saïd Chekrouni qui a dévoilé ces irrégularités qui l’ont conduit au bord de la faillite avec des pertes estimées à un milliard de centimes.

-Les femmes du PJD demandent à Benkirane de respecter sa promesse de protéger la femme et la famille. Le Forum « Azzhara » de la femme marocaine a souligné, lors de son 4ème assemblée générale, la nécessité pour le gouvernement Benkirane d’élaborer un plan national pour la protection, le soutien et le renforcement du role de la famille dans la société, réitérant l’appel d’accélérer la mise en place du Conseil consultatif pour la famille et l’enfance et de la haute instance de la parité et de lutte contre toutes les formes de discrimination, avec une forte représentativité diversifiée de la société civile au sein de cette instance.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministère de l’Intérieur enquête sur des exonérations fiscales à Marrakech. Des sources bien informées ont indiqué qu’une commission de l’inspection générale du ministère de l’Intérieur est arrivée lundi à Marrakech pour entamer son enquête préliminaire sur les tenants et aboutissants de certaines exonérations fiscales qui ont privé le conseil communal de la cité ocre d’importantes sommes d’argent.

-L’USFP souhaite le retour du Congrès national Ittihadi (CNI) et du Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS). Lors du Forum de la MAP tenu mardi, le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, a affirmé que le retour du Parti Socialiste (PS) et du Parti Travailliste (PT) au sein de l’USFP nourrit l’espoir du retour de tous les Ittihadis qui avaient fait défection pour des raisons politiques et réglementaires qui n’existent plus actuellement.

+RISSALAT AL OUMMA+:.

-Tension sociale: Les syndicats promettent un été des plus chauds. Alors que le gouvernement a choisi de se dérober de ses responsabilités et de ses obligations sur le plan sociale, plusieurs syndicats dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de la justice et de l’agriculture ont décidé de faire du mois de juin un mois de manifestations par excellence pour riposter aux politiques gouvernementales impopulaires qui portent atteinte aux droits et aux acquis des fonctionnaires du secteur public.

+AL MOUNAATAF+:.
-Opération Marhaba 2013: Les Marocains du monde retournent dans le pays ayant sur le coeur plusieurs préoccupations et problèmes auxquels le gouvernement n’a pas de solutions. Ces problèmes concernent notamment l’enseignement de leur progéniture, les prestations offertes par les services consulaires et les obstacles entravant l’investissement dans le pays.

-Les dirigeants de l’USFP, du PT et du PS soulignent, lors du Forum de la MAP, que l’initiative de la fusion entre les trois partis vise la création d’un front de lutte contre le projet sociétal des forces conservatrices et de leurs courants visant à controler la scène politique ainsi que pour permettre à la gauche de retrouver sa gloire d’antan et jouer pleinement son role sur la scène politique nationale.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *