Revue de presse marocaine du 04/10/2012

0 commentaires, 04/10/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Après le débrayage des greffiers la semaine dernière, les juges prennent le relais: Les magistrats se mobilisent pour un sit-in « historique » à Rabat. Après le débrayage des greffiers dans l’ensemble des palais de justice la semaine dernière, le Club des magistrats du Maroc prend le relais. Cette association professionnelle comptant près de 2.600 magistrats appelle les juges du Royaume à participer à un sit-in national samedi 6 octobre devant la Cour de cassation à Rabat. Les revendications du club se résument dans un document intitulé « la dignité et l’indépendance réelle et effective du pouvoir judicaire »: il s’agit entre autres du respect de la dignité des juges et de leur intégrité, l’interdiction de tout dénigrement à leur égard et la mise en place des moyens matériels et logistiques pour que les juges puissent accomplir leur mission comme il se doit.

-Rencontre entrepreneuriale maroco-espagnole: Unis contre la crise. Les relations maroco-espagnoles sont au beau fixe. En effet, les hommes d’affaires du Maroc et d’Espagne ont réaffirmé, mercredi à Rabat, leur intention de pousser en avant le partenariat bilatéral qu’ils avaient lancé en juin dernier lors de leur 1ère rencontre à Casablanca. Aussi, la CGEM et la CEOE, les organisations patronales des deux pays, se sont solennellement engagées à accélérer le mouvement de leur coopération et de la diversifier. Cette rencontre entre opérateurs et gestionnaires politiques des deux pays a dit l’importance en laquelle leurs gouvernements tiennent leur coopération bilatérale dans un contexte particulièrement difficile.

+LIBERATION+ :
-Le dossier d’instruction entaché de plusieurs dysfonctionnements: l’incarcération arbitraire de Khalid Alioua fortement dénoncé. Une forte présence. Des représentants des partis politiques et de la société civile, des défenseurs des droits de l’homme, des sympathisants…Ils étaient nombreux à répondre à l’appel lancé par le comité de soutien à Khalid Alioua et consorts. Ils auraient tous aimé prendre la parole afin d’exprimer leur engagement à défendre cette cause, mais cela aurait été impossible vu leur nombre. En contrepartie, ils étaient invités à signer la pétition mise à leur disposition. Une façon pour eux de dénoncer cette incarcération arbitraire qui dure depuis le 29 juin dernier. Des zones d’ombre continuent à planer sur cette affaire et à susciter moult interrogations rappelées d’ailleurs lors de cette rencontre.

-De violents affrontements entre jeunes et force de l’ordre: Sidi Ifni sous haute tension. Sidi Ifni est à feu et à sang. De violents affrontements ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi entre une centaine de jeunes et les forces de l’ordre à Bouaalam, l’un des quartiers les plus pauvres de la ville et à forte densité démographique. Plusieurs policiers et manifestants ont été blessés et plusieurs personnes ont été arrêtées avant d’être relâchées.

-Les Instituts de formation aux carrières de santé paralysés: 5.000 étudiants boycottent les cours. La levée de boucliers ne cesse de prendre de l’ampleur. Après les grèves observés les 13, 19 et 20 septembre auxquelles ont appelé les syndicats représentant le secteur, affiliés à la FDT, la CDT, l’UGTM et à l’UNTM et la violente répression de la manifestation organisée devant le siège du ministère de la Santé par les lauréats des Instituts de formation aux carrières de santé (IFCS), les étudiants actuellement en formation de ces instituts passent à la vitesse supérieure. Les 5.000 étudiants des 24 IFCS ont décidé de boycotter leurs cours théoriques et les stages pratiques. La raison: le décret qui donne droit aux titulaires du diplome de technicien spécialisé dans une branche paramédicale, délivré par les établissements privés agréés par l’Etat, de participer aux concours de recrutement dans le secteur public, organisés par le ministère de la Santé ou les CHU, et ce, au même titre que les lauréats des Instituts de formation aux carrières de santé.

+L’ECONOMISTE+:.
-Maroc-Espagne: la lune de miel des patrons. Pour Miriem Bensalah, patron de la CGEM et Juan Rosell, président de la CEOE, la crise espagnole n’a pas bridé les opportunités d’affaires entre les deux pays. Les deux patrons des patrons ont ainsi convenu d’élaborer une feuille de route pour définir les différents domaines sur lesquels portera le partenariat stratégique. Ce document sera prêt d’ici fin décembre prochain. Entre-temps, des rencontres des opérateurs des deux rives du Détroit seront organisées dans les deux pays.

-La paix sociale? Facile à dire. Depuis quelques années, la recrudescence des grèves est devenue presque une fatalité. Pratiquement, il ne se passe pas un jour sans qu’un débrayage ne soit observé dans une entreprise ou une administration publique. Mais si la grève est un droit constitutionnel, son caractère répétitif constitue un véritable handicap pour les entreprises et plombe leurs efforts de développement. D’ailleurs, le Patronat n’a cessé de réclamer la mise en place d’une loi pour encadrer les grèves, au moment où les syndicats refusent toute réglementation qui, selon eux, risque de limiter ce droit.

+L’OPINION+:.
-Transport des voyageurs: Grève des autocars et montée en flèche des tarifs chez les grands taxis. La grève de transport de voyageurs par autocars de 72 heures, qui a débuté lundi dernier, s’est poursuivie jusqu’à hier où les syndicats devraient se réunir dans l’après-midi pour décider du maintien ou de la suspension de la grève. Les répercussions du débrayage ont été ressenties par les voyageurs dans les grandes villes à l’instar de Casablanca et Rabat où l’impact était très visible mardi et mercredi avec la montée en flèche des tarifs des grands taxis de transport interurbain. Beaucoup de voyageurs se sont plaints du fait que la grève n’a pas été annoncée pour qu’ils puissent prendre des dispositions au lieu d’être pris par surprise. Un scénario d’aggravation de la situation avec paralysie des transports est fort possible si les autorités de tutelle ne répondent pas favorablement aux revendications des professionnels.

+AL BAYANE+:.
-10ème réunion de haut niveau Maroc-Espagne: Appel aux opérateurs marocains et espagnols à investir dans les grands chantiers en cours au Maroc. Le chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane et son homologue espagnol, Mariano Rajoy ont appelé, mercredi à Rabat, les opérateurs marocains et espagnols à saisir l’occasion pour participer aux chantiers en cours au Maroc, en matière notamment d’énergies renouvelables, d’assainissement, d’agriculture, de tourisme et d’industrie. Ouvrant les travaux d’une rencontre entrepreneuriale maroco-espagnole, organisée en prélude de la réunion de la haute commission mixte maroco-espagnole, Benkirane a affirmé que son gouvernement Âœuvre actuellement pour approfondir les relations du Maroc avec ses partenaires stratégiques, dont en premier lieu le Royaume d’Espagne. Pour sa part, le président du gouvernement espagnol a réaffirmé la volonté de son pays de développer davantage ses relations avec le Maroc non seulement au niveau politique, mais également économique et commercial.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Rabat et Madrid déterminés à jeter les bases d’un partenariat stratégique. Le Maroc et l’Espagne sont déterminés à renforcer leurs relations bilatérales. Cette volonté ne concerne pas uniquement le volet politique et diplomatique, mais également celui économique. Hier mercredi, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a confirmé de nouveau cette volonté lors d’une rencontre entrepreneuriale organisée à Rabat et qui a réuni aux cotés des personnalités politiques des hommes d’affaires des deux rives.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Les critiques s’abattent sur Abdelilah Benkirane de la part de ses alliés au sein du gouvernement. Après que le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat ait qualifié de « non convainquant » le rendement de l’actuel Exécutif, voilà que le SG du MP par intérim, Said Ameskane indique qu' »il ne faut pas en vouloir aux frères pjdistes car ils étaient dans les rangs de l’opposition ». De son coté, le bureau politique du PPS a estimé que le gouvernement ne met pas assez en oeuvre le contenu de la Déclaration gouvernementale.

-Le PJD ignore l’appel de Hamid Chabat pour un remaniement ministériel: Un ministre pjidiste a déclaré que « nous sommes préoccupés plus par les réclamations de la rue que par le remaniement », ajoutant que « l’idée d’un remaniement ministériel ne traverse l’esprit d’aucun ministre du PJD ».

-Transport routier: Les conducteurs prolongent de 72 heures leur mouvement de grève. Pour Abdelali El Khafi, président du conseil syndical conjoint du transport des voyageurs du Maroc, le prolongement de ce débrayage intervient suite à la non prise par les responsables de mesures concrètes pour répondre aux revendications des professionnels du secteur. Entretemps, les souffrances des voyageurs s’amplifient.

-Huit personnes arrêtées et 25 éléments des forces de l’ordre blessés dans des protestations au quartier Beni Makada à Tanger contre l’application d’un jugement d’évacuation prononcé par un tribunal de la même ville.

+AL MASSAE+:.
-Des balles en caoutchouc et des bombes de gaz lacrymogène dans des affrontements entre des forces de l’ordre et des habitants d’un quartier à Tanger suite à l’exécution d’un ordre d’évacuation prononcé par le tribunal de première instance de la ville à l’encontre d’une femme résidente dans ce quartier. Lors de ces affrontements, une cinquantaine de cas d’évanouissement ont été enregistrés parmi les enfants et les femmes, de même que des éléments des forces de l’ordre ont été blessés et des fauteurs de troubles interpelés. Par ailleurs, de violents affrontements ont éclaté mardi à Sidi Ifni suite à l’arrestation de quatre personnes au chomage qui ont participé dernièrement aux manifestations de protestation au port de la ville.

-Cinq associations à Mohammedia portent plainte contre le Département de l’environnement et des sociétés pour pollution de la zone industrielle. Un tissu associatif composé de cinq associations a décidé de porter plainte notamment contre la centrale thermique de l’ONE et la Société Nationale d »Electrolyse et de Pétrochimie (SNEP) de l’homme d’affaires Miloud Chaâbi.

-L’USFP intensifie sa campagne de solidarité avec Khalid Alioua après avoir réussi à obtenir le soutien de plusieurs partis politiques, dont des membres du Comité exécutif de l’Istiqlal et des parlementaires du PPS et du PAM, outre des acteurs de la société civile et des droits de l’Homme.

-L’éventuel remaniement ministériel attise une tension avant l’heure entre les Istiqlaliens pour décrocher un portefeuille ministériel: Des sources évoquent la probable candidature de Abdelkader El Kihel pour remplacer le ministre de l’Energie et des mines Fouad Douiri, alors que Abdellah Bekkali serait candidat pour le poste de ministre chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile. La liste des éventuels ministrables comprend plusieurs noms dont Adil Douiri, Noureddine Mediane, Omar Hejira, Kenza El Ghali et Yasmina Baddou.

+ASSABAH+:.
-Arrestation d’un juge impliqué dans une affaire de tricherie dans les épreuves du baccalauréat: Une brigade spéciale de la police a interpelé, lundi dernier à Casablanca, un ancien juge recherché dans une affaire de tricherie dans les épreuves du baccalauréat au lycée El Baroudi et dans laquelle un groupe de cadres et d’enseignants ont été condamnés à la prison ferme après avoir dissimulé les réponses de certaines épreuves parmi les feuilles des examens afin de permettre au fils dudit juge d’avoir de très bonnes notes.

-L’exécution d’un ordre judiciaire d’évacuation d’une maison au quartier Béni Makada à Tanger fait éclater, mardi, de violents affrontements entre les forces de l’ordre et les habitants du quartier. Cette opération d’évacuation a fait 14 blessés parmi les éléments des forces de l’ordre, donné lieu à l’arrestation de 18 manifestants et causé d’importants dégâts matériels dans certains établissements publics et privés.

-Un groupe de parlementaires décident de recourir à la Cour Constitutionnelle pour contester l’illégalité des séances mensuelles des questions orales à la Chambre des conseillers en présence du Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, en vue de contraindre ce dernier à respecter les dispositions de la Constitution relatives à ces séances et de ne pas faire l’amalgame entre les dispositions des articles 100 et 101 de la Loi fondamentale.

-Des affrontements entre des éléments des forces de l’ordre et des manifestants à Sidi Ifni font six blessés légers parmi les premiers: Des sources indiquent que les affrontement ont éclaté lorsque des dizaines d’acteurs des droits de l’Homme ont participé à une marche de protestation contre l’arrestation récemment par la police de quatre personnes, précisant que les manifestants ont procédé à des jets de pierres alors que les forces de l’ordre ont fait usage de bombes de gaz lacrymogène.

-La Délégation générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion établit des conditions « draconiennes » pour le transfert de détenus islamistes vers d’autres prisons. Anas El Haloui, membre du bureau exécutif du comité conjoint pour la défense des détenus salafistes a indiqué qu’un représentant de la Haute délégation de l’Administration pénitentiaire a tenu mardi une réunion avec des prisonniers islamistes à la prison « Salé 2 » et leur a proposé des conditions « draconiennes » pour leur transfert dans des prisons proches de leur lieu de résidence ou de leurs familles.

-Hamid Chabat, le SG de l’Istiqlal, se dirige vers la désignation d’Ahmed Taoufik Hejira, membre du Comité exécutif du parti, président du Conseil national du parti de la Balance.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Les associations des consommateurs mettent en garde contre « un dérapage social sans précédent » au Maroc au cas où le gouvernement Benkirane ne met pas en application les lois en vigueur pour le controle des prix des produits alimentaires dans tous les marchés y compris ceux dans les villages éloignés et Mohamed Benkaddour, président de la Fédération nationale des associations des consommateurs fait état d’une « anarchie » et de « dysfonctionnements » lors des opérations de controle des prix alors que le ministère chargé des Affaires générales et de la gouvernance est aux abonnés absents.

-L’instance nationale pour le soutien des mouvements et des revendications des cadres supérieurs au chomage dénonce « les accusations gratuites et minées » du Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, qui visent, selon elle, à instrumentaliser les actions de cette catégorie pour servir un agenda politique. Pour Ali Lotfi, coordinateur général de l’Instance, il accuse Benkirane de vouloir contourner les revendications des cadres supérieurs chomeurs et de jeter la balle dans le camp d’autres partis politiques qui n’ont rien avoir avec ce problème.

-Saïd Saâdi, l’un des dirigeants du PPS déclare: « Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a parlé en huit mois plus que Abderrahmane El Youssoufi, Driss Jettou et Abbas El Fassi en 15 ans », ajoutant que les indicateurs du renversement du gouvernement planent à l’horizon et que les conditions du maintien de ce gouvernement ne sont pas réunies.

+AL KHABAR+:.
-Yassine Moukhli, Président du Club des magistrats du Maroc estime que l’ouverture d’une enquête et son interrogatoire par l’Inspection générale du ministère de la Justice sont « un indicateur qui démontre la mise en oeuvre non saine et non démocratique » des dispositions de la nouvelle Constitution en ce qui concerne les magistrats, notamment les garanties prévues par la Loi fondamentale relatives à l’exercice des libertés et au respect des droits.

-Les tensions entre le PJD et le PAM arrivent à Strasbourg. Des sources ont indiqué que les délégations représentant les deux partis aux travaux de la session d’octobre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe se sont échangées des insultes et des accusations. Selon ces mêmes sources, tout a commencé quand Mehdi Bensaid, parlementaire du PAM, a critiqué avec virulence les déclarations de Mohamed Yatim, parlementaire du PJD et chef de la délégation, portant sur les « réalisations du gouvernement ».

-Le Parti de la Renaissance et de la Vertu (PRV) a élaboré un rapport global -dont une copie aurait été envoyée au Cabinet royal- sur les résultats de ses visites effectuées à certains établissements pénitentiaires pour rencontrer des détenus de la salafiya jihadiya et du groupe Belliraj. Des sources bien informées parlent d’une libération « imminente » de certains détenus islamistes qui ont fait part de leur volonté de réviser totalement leurs idéologies.

-De violents affrontements à Tanger entre les forces de l’ordre et les manifestants en raison d’une décision judiciaire d’évacuation, et d’autres éclatent à Sidi Ifni suite à un sit-in où des acteurs des droits de l’Homme ont exprimé leur soutien aux personnes arrêtées vendredi dernier après les événements qui ont eu lieu dans la ville.

+AL MOUNAATAF+:.
-L’Association des travailleurs et immigrés marocains d’Espagne (ATIME) portée disparue et une subvention du gouvernement espagnol de l’ordre de 620.000 euros reçue l’année dernière volatilisée. Des sources du ministère espagnol de l’Emploi et de la Sécurité sociale indiquent que l’ATIME, dont les responsables sont toujours recherchés, est obligée de présenter les documents attestant des dépenses de cette subvention.

+ATTAJDID+:.
-« Le navire de l’avortement » tente de contourner la loi marocaine. Les responsables de l’ONG néerlandaise « Women on waves », qui arrivera ce jeudi aux cotes marocaines, envisagent d’amener des femmes marocaines aux eaux internationales pour procéder aux opérations d’avortement, indiquant que l’ONG n’a pas besoin de l’autorisation des autorités marocaines. Pour Mustapha Benhamza, président du Conseil régional des oulémas d’Oujda, cela constitue « une ingérence étrangère dans les affaires internes du Royaume » et « un trafic de personnes pour avortement ».

+AL ALAM+:.
-De violents affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants au quartier Béni Makada à Tanger, où les deux parties ont procédé au jet de pierres et à l’utilisation de bombes lacrymogènes. Ces affrontements sont intervenus en raison de l’application d’une décision d’évacuation d’un domicile dans ce quartier.

-La grève des conducteurs des autocars parviendra-t-elle à assouplir l’application des dispositions du Code de la route? Le gouvernement et le ministère de l’Equipement et du Transport sont mis à rude épreuve: Ils sont entre le marteau de garantir la sécurité des citoyens et l’enclume de répondre aux revendications des professionnels.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat compte se débarrasser du ministère de l’Economie et des Finances lors du remaniement ministériel. Dans une déclaration au journal, Chabat a fait savoir que son parti est prêt à gérer tout seul le ministère de l’Economie et des Finances comme il est disposé à y renoncer au profit de ses alliés au gouvernement, soulignant que chaque parti politique doit assumer ses responsabilités concernant le secteur dont il a la charge.

-Après le Club des magistrats du Maroc et le syndicat démocratique de la justice, le ministre de la Justice, Mustafa Ramid Âœuvre à créer une scission au sein de l’Amicale de la justice. Dans ce sens, des sources informées indiquent qu’un communiqué non signé est distribué actuellement par des membres PJDistes au sein de l’administration centrale et dans les tribunaux de Rabat dans lequel on appelle à la mise en place d’une nouvelle association qui sera baptisée « l’Amicale du secteur de la Justice » au lieu de « l’Amicale de la Justice » dont l’élection de ses instances s’est déroulée récemment.

-Importante présence d’acteurs politiques et des droits de l’Homme pour le soutien de Khalid Alioua et Co lors d’une rencontre de solidarité organisée au siège de l’USFP à Rabat: Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, et Khadija Rouissi et Abdellatif Ouahbi, membres du PAM, parmi les premiers signataires de la pétition de solidarité avec Alioua.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Dix-Huit personnes arrêtées et 14 éléments des forces de l’ordre blessés dans des affrontements à Tanger en raison de l’exécution d’un ordre d’évacuation à l’encontre d’une résidente du quartier Béni Makada.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le feuilleton du bras de fer entre le Club des magistrats et le ministère de la Justice se poursuit. Mustapha Ramid répond à Yassine Moukhli à travers un communiqué où il affirme que la convocation adressée à Moukhli a été faite en sa qualité de juge près le tribunal de première instance de Taounate et non pas en sa qualité de président du Club des magistrats. Pour Moukhli, le communiqué comprend une série de données erronées car il a été auditionné pour les déclarations faites en sa qualité du président du Club des magistrats.

-De violents affrontements à Sidi Ifni entre les forces de l’ordre et des chomeurs qui réclamaient la libération de personnes arrêtées, et des personnes cagoulées sèment la terreur au quartier de Béni Makada à Tanger, où elles ont saccagé une agence bancaire, détruit des biens privés et publics et blessé des éléments des forces de l’ordre et des habitants des quartiers avoisinants lors de ces affrontements survenus suite à l’exécution d’un ordre d’évacuation d’une maison.

+BAYANE AL YOUM+:
-Etat d’alerte sécuritaire au port Marina Smir à Tétouan en prévision de l’arrivée du bateau de l’avortement de l’ONG « Women on waves » ce jeudi après-midi, suite à l’appel du mouvement Mali.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *