Revue de presse marocaine du 04/07/2013

0 commentaires, 04/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du jeudi:.

+LIBERATION+:.
-L’Istiqlal se prépare à quitter le gouvernement: Un ultimatum adressé à Benkirane, des ministres dissidents et une coalition bipartite avec l’USFP. Solennels, les Istiqlaliens l’assurent, main sur le coeur: Le parti de la Balance est dans l’attente de l’arbitrage royal. La position est officielle mais elle ne résiste pas aux faits. Samedi dernier, devant une réunion extraordinaire du comité central, Chabat a demandé à Benkirane d’aller à la recherche d’une nouvelle majorité. L’Istiqlal condamné à claquer la porte d’une majorité en lambeaux? C’est en tout cas ce que décryptent les observateurs de la chose politique dans les signaux envoyés ici et là. Au PJD aussi, les signaux sont envoyés. Rumeur, intox ou vraies informations? Les islamistes au pouvoir ne seraient plus disposés à gouverner avec un Chabat dans les pattes et des Istiqlaliens empêcheurs de tourner en rond. Dans le même temps, le PJD écarte l’éventualité d’élections anticipées « trop coûteuses pour un pays en crise ». Donc, quels seront les contours de la nouvelle majorité? Quand le remaniement ministériel sera-t-il décidé? A quel moment « Benkirane II » sera-t-il nommé?

-El Ouafa déclare la guerre aux fraudeurs des notes du contrôle continu: Fermeture d’établissements et poursuites judiciaires au menu. On a longtemps mis à l’index certains établissements au sujet du contrôle continu. Il est vrai qu’il n’y a pas de fumée sans feu et par conséquent, il existe des établissements qui trempent dans la manipulation des notes de ces contrôles qui sont pris en compte au cours de la 2ème année du cycle du Baccalauréat ou classe terminale à hauteur de 25 pc de la moyenne générale du baccalauréat. « Nous connaissons les établissements et les enseignants qui marchandent les notes du contrôle continu. Beaucoup de Marocains en souffrent. Par conséquent, tout établissement impliqué dans la manipulation des notes des contrôles continus sera fermé et les enseignants fraudeurs seront traduits en justice ». Parole de Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale qui s’exprimait mardi devant la Chambre des conseillers.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Miracle sur nos routes: Les accidents en baisse! Pour la première fois depuis un lustre, le sinistre trend des accidents de la route s’est infléchi. A fin mai 2013, le nombre des accidents de la route a diminué de plus de 16 pc par rapport à la même période une année auparavant. Pour le ministre de l’Equipement et du Transport, Aziz Rebbah, ce constat est à imputer à la démarche participative qui caractérise l’action au profit des usagers de la route du fait de l’engagement, de la coopération et de la responsabilité de tous les intervenants. Par ailleurs, Le comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) a décidé de lancer une nouvelle campagne de sensibilisation contre l’insécurité routière pendant la saison estivale qui devra toucher, selon les responsables, environ 2 millions de personnes. Une campagne itinérante au moyen de deux caravanes est prévue pendant l’été dont une première ralliera Agadir alors que la 2ème rejoindra Oujda.

-Débat sur la peine de mort: Skalli déclare que Ramid exprime la position de son parti et non la majorité. Les divergences entre le PJD et le PPS refont surface. Interpellé sur la question de l’abolition de la peine de mort par Nouzha Skalli, députée PPS, Mustapha Ramid, ministre de la Justice, affiche une position qui va à l’encontre de celle de ses alliés au PPS. La députée a en effet interrogé le ministre PJDiste sur l’abstention pour la 4ème fois consécutive du Maroc au vote du moratoire international sur l’abolition de la peine capitale. L’échange entre Nouzha Skalli et le ministre de la justice à l’Hémicycle a failli virer au clash, car dans sa réponse, Ramid a exprimé son étonnement de la position de l’ancienne ministre. Cette dernière a affirmé au journal que la position du ministre « ne reflète pas la position des autres composantes de la majorité concernant l’abolition de la peine de mort ».

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Convention: L’Etat, le GPBM et la CCG à la rescousse des entreprises exportatrices. Le gouvernement, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la Caisse centrale de garantie (CCG) viennent en aide aux entreprises exportatrices. Une gamme de produits visant la promotion de l’exportation vient d’être lancée. Les trois partenaires conjuguent leurs efforts, en signant un protocole d’entente, hier au siège du ministère des Finances. L’objectif principal est de répondre aux besoins des entreprises exportatrices, qui doivent faire face à une conjoncture marquée par une concurrence rude. Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances, a mis en exergue, à cette occasion, l’intérêt accordé par le gouvernement au renforcement des investissements et à la promotion de l’offre marocaine. Pour lui, « la promotion des exportations est l’une des priorités du Maroc, surtout dans une économie de plus en plus ouverte sur les marchés mondiaux ». L’argentier du Royaume considère qu’il est nécessaire de mettre en place un plan consacré à la responsabilité économique afin d’accélérer le rythme de la croissance, la mise à niveau de l’entreprise ainsi que la maîtrise des équilibres macro-économiques et le renforcement de la confiance envers le Maroc. A cela s’ajoute la diversification de l’offre export à travers l’accès à de nouveaux marchés, notamment ceux d’Afrique et du Golfe.

+L’ECONOMISTE+:.
-Nouvelle offre pour doper l’export. Après le contrat croissance export, une nouvelle offre-produits en faveur des PME et les TPE. Nizar Baraka a présidé hier la signature d’un mémorandum d’entente entre l’Etat, le GPBM et la Caisse centrale de Garantie pour le lancement de cette gamme. Pour le ministre de l’Economie et des finances, cette offre cible au moins 10.000 PME et TPE. L’objectif de cette gamme de produits est d’accélérer le rythme des exportations et de diversifier les marchés. Un focus sera fait sur les marchés africains et arabes, particulièrement ceux du Golfe.

-Santé: La Banque mondiale revoit sa stratégie. La Banque mondiale est en pleine campagne régionale pour présenter ses nouveaux critères d’éligibilité aux prêts dans le secteur de la santé. Le responsable pour la région MENA a exposé mercredi à Casablanca cette nouvelle stratégie élaborée à la lumière des événements qui ont marqué les pays arabes depuis 2010. Equité et redevabilité sont désormais les maîtres mots de l’institution. Dans ce sens, ses équipes se penchent actuellement sur un projet de charte pour la santé au Maroc, qui sera signée par les parties prenantes avant la fin de l’année.

+L’OPINION+:.
-« Mezzanine Export », « Damane Export » et « Cautionnement des marchés à l’export »: Nouveaux produits en faveur des entreprises exportatrices. En vertu du protocole d’entente signé hier entre l’Etat, le Groupement professionnel des Banques du Maroc et la Caisse centrale de Garantie, une nouvelle dynamique serait donnée au triptyque: plus d’investissement, plus de trésorerie et plus de cautionnement. Du côté du département des Finances, l’on précise que cette nouvelle impulsion s’inscrit dans le cadre du plan de redressement économique engagé par le gouvernement pour appuyer l’investissement et promouvoir l’export dans un contexte mondial imprégné de crise et de beaucoup d’incertitude.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Tourisme: Oued Chbika est-il tombé à l’eau? Dans la foulée de l’avenir incertain de l’Egypte, il semble que le projet touristique Oued Chbika risque de tourner mal. En effet, Oued Chbika Développement, la filiale marocaine du groupe égyptien Orascom Construction Industries (OCI) vient de licencier plus d’une quarantaine de son personnel, chargé de la gestion du site à la province de Tan Tan, y compris des Egyptiens renvoyés vers leur pays d’origine. L’administration explique que le motif tient à des considérations purement économiques en lien avec ce qui se passe en Egypte. En attendant, le contexte socio-économique et politique prévalent aujourd’hui au pays des Pharaons ne laisse pas présager de beaux jours.

-Export: De nouveaux produits bancaires. Dans le cadre du plan de redressement économique engagé par le gouvernement pour appuyer l’investissement et promouvoir l’offre Maroc, dans un contexte marqué par l’affaissement de la demande internationale et une concurrence accrue, l’Etat, le GPBM et la Caisse centrale de garantie (CCG) ont signé mercredi un protocole d’accord dans le but de lancer de nouveaux produits en faveur des entreprises exportatrices. La nouvelle gamme de produits s’ajoute à des mécanismes qui existent d’ores et déjà, mais non adossés à la CCG. Il s’agit notamment du préfinancement à l’exportation, crédit utilisé pour le financement des besoins de trésorerie, liés à l’activité exportatrice, notamment l’approvisionnement, la fabrication ou l’exécution de marché, l’établissement de stocks locaux ou à l’étranger ou autre.

+AL BAYANE+:.
-Bientôt la commercialisation directe aux consommateurs: Pour valoriser la vente des agrumes sur le marché local. Pour éviter les gaspillages, barrer la route aux mauvais spéculateurs et mieux organiser la vente des agrumes destinés au marché local, les professionnels tablent sur la commercialisation directe de leur production. L’idée vient d’être annoncée lors d’un séminaire organisé mardi à Casablanca par la fédération interprofessionnelle marocaine des agrumes « Maroc-Citrus ». L’état des lieux est qualifié d’anarchique et de préjudiciable par les producteurs d’agrumes. La vente via les circuits indirects de ces cultures sur le marché interne coûte pratiquement plus cher et le manque à gagner est non moins signifiant. L’alerte vient d’être lancée. Il est temps de mieux organiser ce marché et mettre à la disposition du consommateur un produit final de bonne qualité avec un prix compétitif.

+AL MASSAE+:.
-Abdelmalek Zaazaa, vice-président du Forum « Al Karama pour les droits de l’Homme » et le représentant légal de l’Association « l’appel au Coran et à la Sunna » à Marrakech, annonce sa décision d’intenter une action en justice contre le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq pour contester la légalité de la décision de fermeture des « Maisons du Coran » relevant de l’association, faisant savoir qu' »au mois de Chaâbane, on procède à la fermeture des bars et non pas des écoles coraniques ».

-La députée USFPéiste, Hasnaa Abou Zeid accuse le PJD de comportement « tyrannique ». Ces accusations proférées par la députée sahraouie, mardi à la réunion de la commission de la Justice et de la législation à la 1ère Chambre, consacrée à la discussion du projet de loi organique sur les modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaire, interviennent après que Mme Abou Zeid ait réclamé que la présidence de ces commissions soit confiée aux groupes de l’opposition, ce qui a failli provoquer un clash entre la députée du parti de la Rose et les parlementaires PJDistes, notamment le député et SG adjoint du parti de la Lampe, Soulaymane Amrani.

-Nouvelle Escalade!: Les distributeurs de gaz se soulèvent contre Driss El Azami El Idrissi et Abdelaziz Aftati et réfutent les accusations de « chantage » proférées à leur encontre. L’Association interprofessionnelle des dépositaires du gaz au Maroc a exprimé son rejet et sa condamnation des accusations portées par le ministre délégué chargé du budget et le député PJDiste contre les distributeurs de gaz, soulignant que ces accusations sont « fallacieuses » et témoignent de l’ignorance par les responsables des tenants et aboutissants du dossier de la distribution de gaz au Maroc.

-Les arrestations continuent parmi les membres d’un réseau de falsification des permis de conduire à Marrakech. Une source bien informée a indiqué que les services de la police judiciaire de la cité ocre ont procédé, lundi dernier, à l’arrestation du directeur d’une société de sécurité privée pour son implication dans cette affaire et après que son nom ait été cité lors des interrogatoires et enquêtes déjà effectués par les services de police.

-Les groupes de l’opposition à la Chambre des conseillers saisissent l’occasion du deuxième anniversaire de l’adoption de la Constitution pour fustiger le gouvernement Benkirane. Lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la deuxième Chambre tenue mardi, le groupe parlementaire du PAM a indiqué que le gouvernement a essuyé « un cuisant échec » sur le plan législatif, faisant savoir que les chantiers de réforme législative relatifs à la mise en application des dispositions de la Loi fondamentale sont toujours au point mort.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA +:. 
-Des dirigeants istiqlaliens affirment que SM le Roi s’est montré compréhensif vis-à-vis de la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement et a invité la direction du parti de la Balance à accorder plus de temps au Chef de l’Exécutif pour trouver une solution en vue de sortir de l’impasse actuelle dans laquelle se trouve la majorité. Par ailleurs, Abdelilah Benkirane, SG du PJD, a démenti, dans une déclaration au journal, l’existence d’une quelconque médiation visant à parvenir à une solution au différend qui l’oppose à Hamid Chabat.

-Les greffiers décident de reporter à l’après-Ramadan leur mouvement de protestation contre le ministre de la Justice, Mustapha Ramid. Un responsable au sein du syndicat démocratique de la justice (SDJ) a déclaré que la réunion du Conseil national du syndicat, qui se tiendra après le mois sacré, décidera des nouvelles formes de protestation et fixera la date de leur exécution alors qu’une autre source syndicale n’a pas écarté l’éventualité de voir se poursuivre le feuilleton de l’escalade entre les deux parties au cours du mois de Ramadan contre ce qui l’a qualifié de décisions « injustes et arbitraires » prises par le ministre de tutelle.

-Affaire de falsification des permis de conduire à Marrakech: Le nombre des mis en cause a atteint les 23 individus, dont le directeur d’une société de sécurité privée qui jouait le rôle d’intermédiaire pour les personnes désirant obtenir un permis de conduire, alors les services de police ont pu mettre la main sur 240 permis falsifiés.

+AL ALAM+ :.
-Quelques heures après la fermeture des « Maisons du Coran », relevant de l’Association « l’Appel au Coran et à la Sunna » à Marrakech, le ministère des Habous et des Affaires islamiques annonce l’ouverture de 346 nouveaux centres d’apprentissage et de psalmodie du Coran dans différents quartiers de la cité ocre qui vont bénéficier à 20.000 apprenants.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Scandale éthique et politique!: Le PJD se désengage de ce qu’il avait défendu dans son mémorandum sur la réforme de la Constitution, en l’occurrence le renforcement du rôle de l’opposition en lui conférant le droit de présider les commissions d’enquête parlementaire, puisque le groupe du PJD à la Chambre des représentants n’a fait aucune mention dans le projet de loi organique concernant les modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaire, présenté mardi devant la Commission de la Justice, de la législation et des droits de l’Homme, au droit de l’opposition à présider lesdites commissions.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Mohamed Boubekri, membre du bureau politique de l’USFP, tire à boulets rouges sur Driss Lachgar, Premier secrétaire du parti, qualifiant de « crime » son rapprochement avec Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal. Dans un entretien au journal, Boubekri a accusé Lachgar de prôner un mode non moderniste et anti-démocratique dans la gestion des affaires du parti. Il a par ailleurs vivement critiqué le projet d’intégration du PS et du PT dans l’USFP.

-Abdelmalek Zaazaa, vice-président du Forum « Al Karama pour les droits de l’Homme » et avocat au barreau de Casablanca, déclare, lors d’une conférence de presse mardi dernier, que l’association « l’Appel pour le Coran et la Sunna » va intenter une action en justice auprès du tribunal administratif de Marrakech contre le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, et le délégué régional du ministère dans la cité ocre, soulignant « que ce sont les bars qui sont fermés au cours du mois de Chaâbane et non pas les maisons du Coran ».

-Après l’opposition des syndicats des grands taxis au projet du ministre de l’Equipement et du transport, Aziz Rebbah, relatif à la réglementation du transport mixte en milieu rural, et suite à un accord stipulant l’introduction d’amendements sur les cahiers de charges du transport mixte, notamment l’interdiction de ce genre de transport dans les zones où opèrent les grands taxis, le ministère fait face à de nouvelles difficultés dans la mise en application de ce projet en raison des obstacles dressés par les autorités locales dans certaines villes, notamment de la part des walis et des gouverneurs.

-Les salafistes sont-ils en train de payer le prix de leur soutien au PJD? Des PJDistes à Marrakech croient savoir que la décision du ministère des Habous et des affaires relative à la fermeture des maisons du Coran à Marrakech, relevant de l’Association présidée par le salafiste Mohamed Maghraoui, est une décision « purement politique », l’objectif étant d’éloigner les salafistes de Marrakech du PJD, dont les candidats aux élections législatives ont bénéficié du soutien de ces membres du courant salafiste.

+ASSABAH+:.
-Des éléments de la police judiciaire de Hay Hassani à Casablanca mettent fin aux activités d’une bande de malfrats, composée de 3 individus dont une femme. Les membres de cette bande se faisaient passer pour des officiers de police pour perquisitionner les maisons de leurs victimes en vue de les piller.

-Le PJD incite les ministres istiqlaliens à se soulever contre Chabat. Un dirigeant istiqlalien a accusé le PJD d’inciter les ministres du parti de la Balance à se soulever contre la décision du Conseil national de se retirer du gouvernement, en leur proposant de rester au sein de l’Exécutif, soulignant que c’est le Souverain qui a demandé à ce qu’on accorde un délai au chef du gouvernement avant la concrétisation de la décision de quitter le gouvernement.

-Le ministère de l’Intérieur soutient toutes les décisions prises par Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques visant la restructuration du champ religieux et l’amélioration de la situation des mosquées et de leur personnel ainsi que la révision des textes législatifs régissant ces lieux de culte, ont affirmé des sources bien informées.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-La Cour d’appel administrative de Rabat fixe le 31 juillet prochain comme date pour rendre son verdict concernant le dossier des diplômés chômeurs signataires du PV du 20 juillet, après que le Chef du gouvernement ait interjeté appel contre le jugement prononcé par le tribunal administratif de la capitale stipulant l’intégration des diplômés chômeurs dans la fonction publique. Par ailleurs, Anouar El Mahdi, responsable à la Coordination nationale des diplômés chômeurs, a exhorté le Chef du gouvernement et le ministre de la Justice et des libertés à ne pas influencer sur le pouvoir judiciaire par leurs déclarations ou insinuations.

-Vive discorde au sein du PJD sur la gestion des rapports avec Hamid Chabat. Des sources au sein du parti de la Lampe ont indiqué que la direction du parti a endossé à Benkirane la responsabilité de la crise actuelle, ajoutant que leur secrétaire général est devenu contraint de négocier avec un nouvel allié à qui il devrait accorder plus de ce qu’il aurait dû accorder à Chabat et éviter ainsi ce coût politique très lourd qui a affecté la situation économique et sociale du pays.

+AL KHABAR+:.
-Le dossier de la mafia des biens immobiliers à Casablanca atterrit au bureau du ministre de la Justice et des libertés. Les victimes de ce dossier, notamment des immigrés américains d’origine marocaine, ont exigé une intervention immédiate du ministre contre le vol et la mainmise sur leurs biens. Ils ont dans ce sens indiqué qu’ils avaient acquis un terrain d’un Marocain de confession juive en vertu de contrats de vente datés entre 1960 et 1968 et sur lequel ils ont construit des villas, mais ils n’ont pas pu l’enregistrer à la conservation foncière, ajoutant qu’après la mort du vendeur, ses héritiers ont cédé le même terrain à une autre personne, ce qui constitue un acte d’escroquerie et une arnaque.

-Le PJD marque un nouveau point dans sa confrontation avec l’Istiqlal suite à une nouvelle décision prise par le Conseil constitutionnel rejetant le recours déposé par Mohamed Oumouloud, candidat de l’Istiqlal lors des élections législatives partielles, pour l’invalidation de l’élection du PJDiste Ahmed Adraq dans la circonscription d’Inezgane-Ait Melloul.

-Hafid Benhachem, délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, procède à un large mouvement qui a concerné notamment les responsables de toutes les délégations régionales et de plusieurs établissements pénitentiaires. Des sources bien informées ont indiqué que ce mouvement s’est déroulé de manière secrète puisque les directeurs des prisons n’ont été informés de ce mouvement qu’après son annonce officielle.

-La présidence des commissions d’enquête parlementaire attise les tensions au Parlement entre le PJD et l’USFP. La réunion de la commission de la Justice et de la législation consacrée à l’examen d’une proposition de loi sur les modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaire a tourné au vinaigre après de vives altercations verbales entre les députés PJDistes et USFPéistes qui ont réclamé que ces commissions soient présidées par les groupes de l’opposition, chose refusée par les députés du parti de la Lampe.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-La défense de l’étudiant marocain, Chakib Othmane accusé du meurtre d’un professeur en Ukraine révèle plusieurs violations et contradictions dans cette affaire lors d’un point de presse, mardi à Casablanca, et la famille de l’étudiant exhorte les autorités marocaines à intervenir pour la défense de son fils et à assumer ses responsabilités dans la protection des droits de son fils menacé de mort en Ukraine.

+AL MOUNAATAF+:.
-Le gouvernement conduit l’économie nationale vers « la salle de réanimation » à la lumière de la situation économique difficile du pays et l’incertitude et l’ambiguïté qui entourent la scène politique en raison de la persistance de la crise gouvernementale et de la dépendance du Royaume de la clémence de Dame Nature et des dons des pays européens et ceux du Golfe, alors que la dette ne cesse de s’aggraver.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *