Revue de presse marocaine du 04/04/2013

0 commentaires, 04/04/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne nationale de ce jeudi:.

+L’ECONOMISTE+:.
-Maroc-France: le plein d’accords et de conventions. Programme chargé pour François Hollande qui a entamé hier mercredi une visite de deux jours au Maroc. Pour cette première visite depuis son investiture à l’Elysée en mai 2012, le président français est accompagné d’une délégation forte de huit ministres et d’une soixantaine de chefs d’entreprises. Au total, 19 protocoles d’accords, conventions de prêts et contrats seront conclus et concernent différents secteurs tels que les Finances, l’infrastructure, l’agriculture ou encore la formation. Ils mobiliseront 300 millions d’euros de prêts et de garanties AFD et 450 millions d’euros d’investissements. La composante économique de la visite de François Hollande traduit de multiples enjeux sur le Maroc. Paris mise gros sur cette sortie pour regagner sa place de premier fournisseur exportateur pour le Royaume, un rang qui est revenu à l’Espagne en 2012.

-Droit d’accès à l’information: Pourquoi la loi crée autant de remous. Depuis sa publication sur le site du Secrétariat général du gouvernement, le projet de loi relatif au droit d’accès à l’information continue d’alimenter la polémique. Plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer un texte « liberticide », qui constitue un recul par rapport aux avancées inscrites dans la Constitution. Certains ont même appelé à saisir le Conseil constitutionnel pour dénoncer l’anti-constitutionnalité de ce projet. Mais au-delà des critiques formulées concernant les restrictions prévues par ce projet de loi, ce texte entend créer une véritable révolution au sein de l’Administration publique. En effet, le projet de loi oblige les administrations à publier les informations de façon proactive Ceci n’a jamais existé auparavant.

+L’OPINION+:.
-Le Président François Hollande, grand hote du Maroc: Une visite qui conforte l’élan de la coopération fluide, excellente. et dense entre les deux pays. Le Président français a entamé hier sa visite d’Etat de deux jours au Maroc. Il a été accueilli à son arrivée à l’aéroport Mohammed V par SM le Roi Mohammed VI. Le président Hollande est accompagné durant son 1er déplacement au Maroc depuis son élection en mai 2012, par une importante délégation reflétant la diversité des acteurs du partenariat et de l’amitié franco-marocaine. Une série de conventions et d’accords pour conforter l’élan de la coopération fluide, excellente et dense entre les deux pays ont été signés sous la présidence des deux Chefs d’Etat. Ces accords viennent consolider une relation très dense et fluide entre les deux pays, le Maroc étant un partenaire très intime et très proche de la France. Signe de cette proximité, SM le Roi avait été le premier Chef d’Etat à être reçu par François Hollande, le 24 mai 2012, une semaine après son entrée à l’Elysée.

+AL BAYANE+:.
-Le Président hollande au Maroc: Se donner les moyens de maintenir une relation de haut niveau. Un accueil chaleureux, populaire et exceptionnel a été réservé mercredi à Casablanca au Président français, François Hollande. Le président de la République française et Mme Valérie Trierweiler sont arrivés mercredi en début d’après-midi à Casablanca, pour une visite officielle au Royaume du Maroc, à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI. Cette visite d’Etat de Hollande, la première depuis son élection en mai 2012, est destinée à « réinventer » le partenariat en se donnant de nouveaux moyens pour que le Maroc reste « le partenaire intime et nécessaire » de la France.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Maroc-France: Hollande à la découverte du Maroc. Le président de la République française et Mme Valérie Trierweiler ont été accueillis en grande pompe hier à Casablanca. A travers cette visite suivie par un grand nombre de journalistes, la France entend conforter une relation de haut niveau avec son premier partenaire du Maghreb resté stable dans la tourmente des « Printemps arabes ». Jeudi, après une visite de la grande mosquée Hassan II de Casablanca, François Hollande se rendra à Rabat où il développera devant les chefs d’entreprises français et marocains l’idée de « colocalisation », sorte de partenariat censé générer des emplois dans les deux pays. Après des entretiens avec le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, Hollande prononcera un discours devant les élus de nation.

+LIBERATION+:.
-Les inquiétudes du personnel politique devant l’incapacité du gouvernement: L’USFP parle de crise cardiaque, le RNI craint le retour du FMI et le MP évoque les risques sur le pouvoir d’achat . « Y a-t-il un pilote dans l’avion? ». L’interrogation se fait plus que pressente. Inquiétante, elle traverse les états-majors partisans, d’un bout à l’autre de l’échiquier politique. Au cÂœur des inquiétudes du personnel politique, la situation économique et financière du pays qui n’en finit pas de se détériorer et la torpeur du gouvernement Benkirane. Inquiétudes, incertitudes, craintes. Le microcosme politico-économique est suspendu à toutes ces décisions urgentes, inévitables, que le gouvernement conduit par Abdelilah Benkirane tarde à prendre. Le marasme est à nos portes, le FMI aussi, soupirent à l’unisson classe politique et entrepreneurs.

-Le système pénitentiaire pointé du doigt: La création d’une Instance centrale pour le controle des prisons s’impose. Encore une fois, le système pénitentiaire du Maroc est pointé du doigt. En effet, l’approche punition continue à provoquer l’ire des associations des droits de l’Homme. La dernière en date est celle de l’Observatoire marocain des prisons qui a présenté, mercredi à Rabat, son rapport pour les années 2011 et 2012. Dans ce rapport, l’association n’a pas manqué d’appeler avec insistance à la réforme de la situation conformément à l’Etat de droit. Mais elle bute constamment contre le silence hégémonique des autorités. Jusqu’à quand ces dernières continueront-elles à se soustraire à leurs responsabilités? Justement pour les y acculer et afin de mettre en oeuvre un principe constitutionnel qui lie la responsabilité à la reddition des comptes, l’Observatoire propose l’instauration de mécanismes indépendants de controle, efficaces et crédibles afin qu’il n’y ait pas dans les prisons d’autorité absolue. Ce sera le cas d’une Instance centrale dont le role est le suivi du controle et de la gestion des prisons.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Prisons: L’Observatoire appelle à une instance indépendante. L’année 2012 a battu le record des drames des prisons, a informé le dernier rapport de l’Observatoire marocain des prisons qui a été présenté mercredi à Rabat. Ce document qui relève un nombre croissant des atteintes aux droits des détenus et qui établit que la dégradation de la situation matérielle et morale dans les prisons s’est aggravée, en impute la raison principale au surpeuplement. Il a donc appelé à privilégier les peines alternatives pour tenter de remédier au problème. Il a également jugé que le respect des droits des détenus exige des efforts permanents et la création d’une Instance spécialisée dans le suivi des conditions de détention et de la gestion des affaires pénitentiaires.

-Heures sup’: Mohamed El Ouafa se rétracte. Pour l’année scolaire 2013-2014, les écoles privées seront autorisées à titre exceptionnel à faire appel aux enseignants du public. En annonçant une telle mesure, le ministre de l’éducation nationale, Mohamed El Ouafa, fait marche arrière sur sa décision d’interdire aux professeurs du public de donner des cours supplémentaires dans le privé. Parmi les autres mesures importantes, le ministre a décidé de mettre fin à la surnotation dans les établissements scolaires privés. Le ministre a fait savoir que si certains établissements privés persistent dans cette voie, le ministère sera alors contraint de ne pas tenir compte des notes des controles continus dans l’examen national du baccalauréat.

-Banquiers marocains, joli travail!. Après la cloture de la période de communication des résultats de l’exercice 2012, l’heure est au bilan. Aussi, si l’ensemble des résultats reflète un ralentissement du marché, avec un chiffre d’affaires consolidé de l’ensemble de la cote de 237 milliards de dirhams, en hausse de 3,8 pc contre une hausse de 11,1 pc en 2011, certains secteurs tirent leur épingle du jeu. Ainsi, les banques marocaines cartonnent même en période de crise, faisant preuve d’une résilience à toute épreuve. En effet, force est de constater que le secteur bancaire marocain a enregistré des performances substantielles malgré une conjoncture difficile marquée par une pénurie de la liquidité. Ainsi, le produit net bancaire consolidé de l’ensemble du secteur reste en hausse de 9,3 pc pour se chiffrer à 44,4 MMDH.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Parlement: Une session extraordinaire sur fond de dissensions entre la majorité et l’opposition. Fin anticipée des vacances pour les représentants de la Nation! A dix jours seulement de l’ouverture de la session printanière, prévue le 12 avril, le Parlement s’est réuni mardi en session extraordinaire. Celle-ci a été convoquée par le gouvernement à travers un décret paraphé par le Chef de l’Exécutif, conformément aux dispositions de la Constitution. L’ordre du jour arrêté pour cette session porte sur l’examen de 5 projets de loi, dont celui de la loi organique relative au Conseil économique, social et environnemental et le projet de loi cadre de la Charte nationale pour l’environnement et le développement durable. Sont également au menu, le texte relatif aux dispositifs médicaux ainsi que le projet portant sur la pension minimale des retraites fixée à 1.000 DH. Le dernier texte programmé concerne la révision du Code pénal et le blanchiment d’argent. Mais visiblement, cet ordre du jour, aussi riche soit-il, ne plaisait pas aux partis de l’opposition qui estime que le gouvernement abuse de son pouvoir et empiète sur les prérogatives de l’institution législative. Elle lui reproche également de ne pas l’avoir consultée sur les textes examinés. La majorité s’en défend et affirme que non seulement la séparation des pouvoirs a été respectée mais qu’il y a eu collaboration entre les pouvoirs législatif et exécutif.

+ASSABAH+:.
-Un litige judiciaire révèle au grand jour les détails d’une opération de fraude électorale! Une plainte déposée par un député RNIste à Errachidia contre un conseiller issu du parti de l’Istiqlal dans laquelle il l’accuse d’escroquerie et d’émission de chèque sans provision a fait éclater un grand scandale de fraude électorale. Lors de son audition, le conseiller de l’Istiqlal a en effet reconnu avoir émis deux chèques pour l’achat de voix lors des élections pour la présidence de la Chambre du Commerce, d’industrie et des services de la province d’Errachidia. Le même conseiller a écopé de 4 mois de prison avec sursis assortie d’une amende de 100.000 DH.

-La défense d’Abdelhanine Benallou, ancien DG de l’Office national des aéroports (ONDA) et Co, conteste les rapports de la Cour des comptes sur lesquels le Parquet s’est basé pour la poursuite en justice des accusés. Au cours de la séance de mardi à la Chambre criminelle chargée des crimes financiers près la Cour d’appel de Casablanca, la défense de Benallou a également contesté l’éligibilité des trois experts qui ont mené les audits financiers, appelant à la nullité des PV établis par la BNPJ.

-Mouvement réformateur au sein du PPS à Casablanca. Des membres des sections régionales et du Comité central du parti du Livre ont annoncé la création d’un mouvement réformateur, en signe de protestation contre la situation réglementaire du bureau régional du parti à Casablanca, ainsi que contre certaines orientations politiques de la direction à l’échelon national, des orientations prises sans consultation avec des membres du comité central à Casablanca

+AL MASSAE+:.
-Une femme en niqab a tenté, mardi, de faire exploser une clinique privée à Ait Baha à l’aide d’une bonbonne de gaz et d’une bougie! Les soupçons se portent sur une femme qui avait travaillé chez une femme-médecin avant d’être renvoyée pour des raisons professionnelles. Par ailleurs, les éléments de la Gendarmerie royale poursuivent leurs enquêtes en vue d’élucider cette affaire.

-Confusion dans l’application de la décision de la Direction générale des impots (DGI) portant sur l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement. Selon plusieurs sources, des contribuables casablancais ont été appelés à payer ces pénalités et ces majorations de retard malgré cette décision qui s’inscrit dans le cadre des dispositions prévues par la loi de Finances 2013.

-La direction du PAM s’apprête à brandir le slogan du « rahil » (départ) contre le président du groupe parlementaire du parti lors de la prochaine réunion, prévue vendredi, entre les membres du Bureau politique et le groupe parlementaire, après des semaines de négociations qui n’ont pas tranché sur l’avenir d’Abdellatif Ouahbi à la tête du groupe parlementaire du parti du Tracteur à la Chambre des Représentants.

-PPS: sept sections sur dix à Casablanca annoncent la naissance d’un mouvement réformateur au sein du parti du Livre dans la capitale économique. Une source partisane a indiqué que l’annonce de la création de ce mouvement aura lieu vendredi, ajoutant que les initiateurs de ce mouvement sont des membres du Comité central du parti, ce qui constitue une source de force pour les membres de ce courant.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le PJD boycotte les travaux d’un séminaire international à Marrakech sur les changements politiques et sécuritaires en Afrique du Nord, initié par l’Assemblée parlementaire de l’OTAN et le Parlement marocain en raison de la présence d’une délégation israélienne. Dans ce sens, le président du groupe parlementaire du PJD à la 1ère Chambre, Abdellah Bouanou a indiqué que le bureau du groupe s’est réuni il y a trois jours et a décidé de boycotter tous les congrès et activités à laquelle participent des Israéliens. Par ailleurs, le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane s’est trouvé dans une situation embarrassante suite aux critiques virulentes formulées par des représentants du Groupe d’action national pour le soutien à l’Irak et à la Palestine avec qui il a eu une réunion durant laquelle il a déclaré à Khalid Sefiani, coordinateur du groupe: « Vous connaissez notre position sur la normalisation et vous savez ceux qui normalisent ».

-Abdelilah Benkirane en colère contre Abdeladim El Guerrouj, ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration. Le Chef de gouvernement est en colère suite au retard enregistré par le département d’El Guerrouj en matière d’élaboration de trois décrets prévus par la nouvelle loi de la fonction publique.

-Des sensibilités scientifiques, politiques, des droits de l’Homme et médiatiques signent une « Déclaration de solidarité » avec Abdelali Hamieddine, président du Forum « Al Karama pour les droits de l’Homme », suite à la campagne « diffamatoire » qui vise à l’impliquer dans les actes de violences ayant eu lieu à l’université de Fès il y a 20 ans.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le Chef de gouvernement Abdelilah Benkirane défie la majorité et décide la réduction du budget alloué aux investissements. La décision de Benkirane a soulevé une vague de colère au sein des administrations publiques et des départements ministériels surpris lundi dernier par cette décision. Une source responsable a affirmé que plusieurs ministres ont été étonnés par cette décision qui n’a pas été évoquée lors de la réunion du Conseil de gouvernement jeudi dernier, ajoutant que Benkirane a pris cette décision de manière unilatérale sans concertation avec les autres leaders des partis de la majorité.

-L’UC tiendra son cinquième congrès national dans un délai ne dépassant pas le mois de septembre prochain, ont révélé des sources au sein du parti, précisant que des membres du bureau politique plaident en faveur du prolongement du mandat de Mohamed El Abied, actuel secrétaire général du parti pour une période de transition ne dépassant pas les deux ans avec la nécessité de lui désigner des adjoints. Ces mêmes sources ont indiqué que cette étape de transition sera suivie par une autre où il sera procédé au choix d’un nouveau SG du parti conformément à des conditions très strictes.

+AL ALAM+:.
-La situation au sein des établissements pénitentiaires attise de nouveau les tensions entre l’Observatoire marocain des prisons et la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. L’Observatoire a révélé, mercredi à Rabat, lors de la présentation de son rapport annuel 2011-2012, que la situation au sein des prisons ne s’est pas beaucoup améliorée en dépit des grands efforts consentis, alors que le Délégué général de l’administration pénitentiaire, Hafid Benhachem a déclaré au journal que son département déploie de grands efforts, reconnus de tout le monde pour améliorer les conditions de détention des prisonniers.

+ATTAJDID+:.
-Le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane reçoit des anti-normalistes. Benkirane a reçu, mardi, Khalid Sefiani, coordonnateur du Groupe d’action national pour le soutien à l’Irak et à la Palestine. Ce dernier a remis à Benkirane un mémorandum qui épingle certaines manifestations de la normalisation avec l’Etat d’Israël. Dans ce cadre, Khalid Sefiani, a souligné que « des parties » cherchent à impliquer ce gouvernement dans la normalisation, ajoutant que l’Exécutif doit assumer ses responsabilités à ce sujet.

-Une coalition nationale de 215 ONG pour la défense du « droit du fÂœtus à la vie » présente aux membres de la haute instance du dialogue national sur la réforme du système judicaire un mémorandum dans lequel elle appelle à la défense du droit du fÂœtus à la vie et à la lutte contre l’avortement illégal .

+AL KHABAR+:.
-La jeunesse USFPéiste durcit le ton contre Driss Lachgar et le bureau politique du parti. Des sources USFPéistes ont indiqué des membres de la jeunesse ittihadie s’apprêtent à adresser une lettre de protestation au bureau politique suite à l’exclusion des représentants de la jeunesse à Casablanca d’une réunion tenue lundi entre Lachgar, les membres de la commission administrative et les secrétaires des sections à Casablanca.

-Khalid Sefiani, coordonnateur du Groupe d’action national pour le soutien à l’Irak et à la Palestine, tire à boulets rouges sur le gouvernement Benkirane et dénonce l’octroi de visas à des « sionistes » pour assister à un séminaire de l’OTAN à Marrakech. Lors d’une conférence de presse, mercredi à Rabat, il a indiqué qu’il s’agit là d’un manque de respect aux sentiments du peuple marocain. Lors de cette conférence, Sefiani a ouvertement critiqué le directeur du Centre cinématographique marocain, Noureddine Sail et Driss El Yazami, président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger

-La Délégation générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion se plaigne du manque de ressources humaines. Lors d’une conférence de presse en marge du Salon international de l’édition et du livre à Casablanca, Hafid Benhachem a indiqué que le personnel actuel n’est pas suffisant, rappelant que la délégation avait demandé 1.500 postes budgétaires au titre de l’exercice en cours, mais il n’a obtenu que 600. Par ailleurs, Benhachem a appelé le ministère de la justice et des libertés à la révision du procédé de détention provisoire.

-PPS: Un courant réformateur a été créé lundi à Casablanca pour « le sauvetage et la réhabilitation du parti ». Le mouvement est composé essentiellement de membres du Comité central du parti et des responsables des 7 sections (sur dix) qui forment le Conseil régional du parti à Casablanca.

-L’Observatoire marocain des prisons (OMP) dresse un tableau « sombre » de la situation des prisons au Maroc. Lors d’une conférence de presse organisée mercredi à Rabat pour la présentation de son dernier rapport, l’Observatoire a mis en exergue les problèmes auxquels sont confrontés les établissements pénitentiaires, affirmant que la surpopulation demeure le plus grand problème dont souffrent les établissements pénitentiaires.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le gouvernement s’apprête à procéder à une hausse des impots pour réduire le déficit budgétaire. Abdelahad Fassi, un des leaders du PPS (coalition gouvernementale), a affirmé mardi que le gouvernement est appelé à prendre des mesures urgentes pour mobiliser 25 milliards de dirhams afin de réduire le déficit budgétaire.

-Le mutisme du gouvernement sur la situation économique du pays provoque l’ire de l’opposition. Le Parlement ignore jusqu’à présent toutes les données sur la situation économique du Royaume alors que les dirigeants de la coalition multiplient les sorties médiatiques à travers lesquelles ils évoquent que le Maroc s’approche de l’arrêt cardiaque. Par ailleurs, des sources ont indiqué que le groupe socialiste à la Chambre des représentants a demandé la convocation des ministres Nizar Baraka et Idriss El Azami Idrissi pour révéler devant les membres de la commission des finances les données réelles sur la situation de l’économie nationale.

-Sous la pression d’une crise imminente, la majorité gouvernementale remet en question son programme économique. L’un des leaders du Parti de l’Istiqlal a affirmé dans ce cadre que le programme du gouvernement « n’est pas un texte sacré », ajoutant que « nous sommes confrontés à une situation qui nécessite des mesures d’urgence.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Khalid Sefiani, coordonnateur du Groupe d’action national pour le soutien à l’Irak et à la Palestine, appelle le gouvernement à assumer pleinement ses responsabilités pour mettre un terme à toutes les formes de normalisation avec « l’Etat sioniste ». Lors d’une conférence de presse, organisée mercredi à Rabat, il a dénoncé le rapport 2012 du Centre Cinématographique Marocain, qui fait état du tournage et de la production au Maroc d’un film « sioniste ».

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Affaire d’avortement clandestin à Meknès: Arrestation de seize personnes. Les services de police de la ville ont procédé à l’arrestation de seize personnes dans le cadre de cette affaire, notamment le gynécologue qui pratiquait ces opérations de manière illégale à son domicile.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *