Revue de presse marocaine du 04/04/2012

0 commentaires, 04/04/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les titres à la Une qui suscitent l’intérêt de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+AL MASSAE+:.
-Des documents impliquent d’importantes personnalités et de grands promoteurs dans des scandales immobiliers: Les documents révèlent l’autorisation accordée au frère d’un ancien ministre pour occuper un domaine de l’Etat au centre d’Aïn Diab en plus de la cession de lots de terrain à 900 DH le M2 au lieu de 20.000 DH à certains responsables.

-L’UMT accuse le gouvernement de s’immiscer dans les affaires syndicales en évoquant le projet de loi organique sur la grève et celui relatif aux syndicats professionnels. La Centrale syndicale met en garde contre l’atteinte au droit à la grève, considéré comme un acquis arraché par la classe ouvrière à travers des années de lutte et de sacrifices.

-Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique Lahcen Daoudi fait appel à l’Inspection générale des finances pour enquêter sur des dossiers de malversation au sein d’établissements universitaires. Il demande à l’Inspection en sa qualité d’institution de controle du Budget de l’Etat et des Collectivités locales de soumettre des établissements relevant de son département à l’audit avant de présenter les dossiers de malversation au ministre de la Justice.

-Le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad réagit fortement et rapidement aux déclarations de Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des libertés concernant le tourisme à Marrakech. Il affirme qu’il est le seul responsable et interlocuteur avec le Chef du gouvernement en ce qui concerne la politique touristique suivie au Maroc.

-Concertations entre les ministères des Affaires étrangères et de la coopération, et de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement pour arrêter une position commune sur la question de la prospection pétrolière dans les eaux atlantiques séparant les Iles Jaâfariyines et les cotes atlantiques marocaines. Le ministre de l’Energie, Fouad Douiri affirme que le Maroc ne dispose pas de pétrole et que les réserves du gaz dont il dispose sont « très faibles » mais qu’il y a un avenir prometteur dans le domaine de l’énergie solaire.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministre de la justice et des libertés, Mustapha Ramid annonce, devant la commission de la justice et de la législation à la Chambre des Représentants, la création d’une cellule composée de quatre juges chargée du suivi des rapports de la Cour des comptes et de la présentation des recommandations en vue de la mise en oeuvre des poursuites judiciaires dans les dossiers des établissements épinglés par la Cour des comptes.

-L’opposition au parlement mène une attaque acharnée contre le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak et l’appellent « implicitement » à partir, débarrasser le pays du « cimetière des textes de lois » et laisser ainsi place à celui qui pourra accompagner le rythme de travail de l’actuel gouvernement.

-Une conférence pour la présentation des résultats financiers de l’ONCF se transforme en un « plaidoyer » du directeur général de l’Office, Mohamed Rabie El Khlie pour la défense du projet du TGV. Dans ce sens, il a affirmé que la réalisation de ce projet ne coûtera à l’Etat que 1,4 pc du budget réservé à l’investissement.

-Le grand penseur Mehdi Elmandjra admis d’urgence à l’une des cliniques privées de Casablanca après avoir été victime mardi d’un malaise.

-Fin de la lune de miel entre Mohamed Fizazi et les chioukh de la salafia: Mohamed Fizazi décide la création d’un parti qui sera baptisé « le parti du savoir et du travail » dont il annoncera prochainement les objectifs et affirme que les chioukh salafistes refusent, apparemment, d’adhérer à ce parti.

-Ahmed El Midaoui défend le travail de la Cour des comptes et affirme que les rapports de la Cour ne sont pas des textes « sacrés » mais des preuves judiciaires, ajoutant que les juges de la Cour doivent être remerciés et salués pour l’énorme travail qu’ils ont effectué.

+ASSABAH+ :.
-Abdelilah Benkirane intervient pour corriger la « bévue » commise par son ministre de la justice, Mustafa Ramid, concernant ses déclarations sur le tourisme à Marrakech: Le Chef du gouvernement a demandé des explications à Ramid à ce sujet et pressé Lahcen Haddad, ministre du Tourisme de publier d’urgence un communiqué pour corriger cette « bévue ».

-Abdelatif Ouahbi, président du groupe du PAM à la Chambre des représentants indique que le secrétariat général du gouvernement est « géré à travers des instructions et des ordres », réclamant la nécessité de procéder à une révision de sa méthodologie du travail de ce département conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution afin qu’il ne devienne pas une sorte d' »opposition administrative » qui entrave l’action du gouvernement qui Âœuvre avec un rythme largement supérieur à celui de département.

-Le projet de loi sur la grève divise le gouvernement et les centrales syndicales: Les syndicats les plus représentatifs, qui ont reçu l’avant projet de loi organique sur la grève, soulignent que ce texte a été élaboré unilatéralement par le gouvernement et ne représente que des visions et des principes généraux visant à limiter le droit à la grève.

-Mustafa El Khalfi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement indique que le cahier des charges de la chaîne de télévision « 2M » interdit la publicité des jeux de hasard, soulignant que la HACA est chargée du controle du respect par les chaînes du secteur audiovisuel du pole public des dispositions de leurs cahiers des charges.

+AL KHABAR+:.
-Ahmed Midaoui, président de la Cour des comptes, étonné de la négligence par les responsables des remarques et observations de la Cour et demande aux acteurs politiques, aux parlementaires et aux responsables de la gestion de la chose publique au sein des établissements publics ou semi-publics d’être honnêtes et responsables et de se soumettre aux controles des missions d’audit, soulignant son refus de l’ingérence du Parlement dans le travail de la Cour.

-Le ministère de la Communication publie la liste des journaux ayant bénéficié de la subvention octroyée par l’Etat: Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustafa El Khalfi, souligne que la publication de la liste des entreprises médiatiques qui bénéficient de l’aide octroyée par l’Etat a été dictée par la détermination du gouvernement à consacrer la transparence, ajoutant que la décision de la publication de cette liste intervient à la demande d’une coalition composée de 18 organisations des droits humains.

-Les relations entre le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi, et le secrétaire général du ministère, Rahal Mekkaoui, réchauffées: Selon des sources, Rahal Mekkaoui a récupéré la délégation de signatures et pris part lundi à la réunion de la Commission des finances à la Chambre des représentants aux cotés du ministre de la Santé.

-Des membres du RNI critiquent l’action de Salaheddine Mezouar visant à introduire des amendements aux structures du parti de la Colombe : Des sources partisanes qualifient de « fiasco » les rencontres de Mezouar dans le cadre des préparatifs du prochain congrès car il n’a pas pu mobiliser tous les militants du parti dans les provinces où il a mené une campagne pré-électorale pour rester à la tête du parti.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-La polémique sur les prérogatives des ministres s’intensifie au sein du gouvernement Benkirane: Elle n’est plus limitée aux ministères dont les prérogatives et missions s’interfèrent tels les ministères de l’Economie et des finances et du Budget mais elle a touché des départements aux prérogatives différentes comme ceux de la justice et du tourisme suite aux déclarations de Mustapha Ramid au sujet du tourisme à Marrakech.

-Abdelilah Benkirane donne le feu vert pour la constitution d’une Commission tripartite regroupant les ministères de l’Equipement et du transport, de l’Intérieur et de la Justice et des libertés qui sera chargée d’examiner les problèmes du secteur du transport et de présenter des propositions pour l’amendement du Code de la route.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-La Cour des comptes reçoit 105.000 déclarations de patrimoine depuis l’entrée en vigueur de la loi sur la déclaration du patrimoine. Le nombre de déclarations témoigne de la faiblesse du nombre de hauts responsables ayant déclaré leur patrimoine et leur intention de se dérober de ces déclarations.

-Le président de la Cour des comptes, Ahmed Midaoui met en garde le Parlement contre l’ingérence dans son travail et ses prérogatives. Il affirme devant la Commission de la Justice et de législation à la Chambre des représentants la nécessité de respecter les principes contenus dans la nouvelle Constitution concernant la séparation des pouvoirs et l’indépendance des tribunaux financiers vis-à-vis des pouvoirs exécutif et législatif.

-Confrontation entre Aziz Rebbah et Mohand Laenser et des prémices de tension entre les ministères de l’Equipement et du transport et de l’Intérieur sur la partie habilité à superviser le transport scolaire et celui des fonctionnaires. Des sources indiquent que Aziz Rebbah a exprimé sa volonté de mettre sous sa tutelle tous les systèmes de transport y compris urbain qui, jusqu’à présent, dépend du ministère de l’Intérieur.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+ :.
-Nouvel épisode des différends au sein de la majorité gouvernementale: Le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad « réprimande » le ministre de la Justice et des Libertés, Mustafa Ramid, à la suite de la polémique provoquée par les déclarations de ce dernier sur le tourisme à Marrakech, mettant l’accent sur le fait qu’il est, avec le Chef du gouvernement, le seul responsable et l’unique interlocuteur en ce qui concerne la politique suivie dans le secteur.

-Anas Sefrioui, président du holding Addoha indique qu’il compte proposer au gouvernement un programme de logements au profit de la classe moyenne avec des prix encourageants, précisant que le prix de l’appartement ne dépassera pas les 500.000 DH en contrepartie d’un abattement fiscal, au moment où le gouvernement hésite par crainte d’éventuelles pertes de ressources fiscales.

+AL ALAM+ :.
-Le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi salue les grands projets réalisés dans le secteur de la santé et s’engage à persévérer sur la même voie, soulignant que ces rapports avec l’ancienne ministre istiqlalienne, Yasmina Baddou, sont solides et excellentes.

-Poursuite de l’ébullition populaire dans les camps de Tindouf : Des dizaines de femmes représentant différentes tribus sahraouies créent une coordination qui milite pour faire chuter l’actuelle direction des séparatistes et appellent au départ de Mohamed Abdelaziz.

+ATTAJDID+:.
-285 MDH est le volume de l’aide octroyée par l’Etat aux organes de la presse durant sept ans: Un rapport du ministère de la Communication indique que sept journaux se taillent la moitié de cette subvention avec en tête « Le Matin du Sahara et du Maghreb », notant que les journaux qui bénéficient le plus sont ceux qui monopolisent le marché de la publicité. Il fait remarquer que les publications francophones profitent davantage de cette aide au détriment des publications arabophones.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-La commission ministérielle chargée de l’élaboration du projet de loi organique sur le droit à la grève convient des procédures juridiques, politiques et médiatiques visant l’accompagnement de cette loi, et le gouvernement examine ledit projet lors de sa prochaine réunion.

-Le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi, présente les grandes lignes de la politique publique dans le secteur de la santé et dément devant la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants qu’il ait porté atteinte à l’honneur ou à la réputation de quiconque, avant de souligner que le rapport de l’inspection générale des finances au sujet de l’affaire des vaccins est dorénavant entre les mains de la justice.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Après la polémique sur les festivals, les scandales du ministère de la santé et la publication de la liste des bénéficiaires des agréments de transport: La réponse du ministre du Tourisme à Mustapha Ramid, concernant les déclarations de ce dernier sur le tourisme à Marrakech, confirme « le tâtonnement de la coalition gouvernementale ».

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le président de la Cour des comptes, Ahmed El Midaoui endosse au Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane la responsabilité de la mise en oeuvre des principes de lutte contre la corruption et la prévarication et des observations des juges des tribunaux financiers et de la protection des deniers publics. Il affirme dans son intervention devant la commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants que la lutte contre la prévarication ne se fait pas sur la base de simples discours mais à travers l’application de la loi par ceux qui sont mandatés constitutionnellement à le faire.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Tourisme : la polémique sur Marrakech fait réagir le ministre Haddad. La cohésion de la majorité gouvernementale prend de nouveau un sacré coup. La réaction du ministre du Tourisme n’a pas tardé suite à la diffusion d’une vidéo du ministre de la justice Mustapha Ramid où il a déclaré que « les touristes viennent du monde entier à Marrakech pour passer leur temps à commettre des péchés et s’éloigner de Dieu ». Une polémique s’en est suivie. Dans un communiqué, M. Haddad répond indirectement à son collègue du gouvernement en signalant que le Maroc est doté depuis 2007 d’une Charte du tourisme responsable qui connaît l’adhésion massive d’opérateurs étrangers mais également des touristes qui visitent le pays. Haddad a ainsi voulu dissiper tout malentendu alors que la cohésion au sein de la majorité est de nouveau remise en cause.

-Loi de finances 2012 : le détail d’une centaine d’amendements qui seront votés au Parlement. « Une montagne qui accouche d’une souris ». C’est en ces termes que l’opposition qualifie la loi de finances 2012. A en croire le déroulement actuel des choses, l’adoption du budget 2012 accuse un retard qui pèsera lourd sur l’économie marocaine. En effet, le vote des amendements de la loi de finances par la commission parlementaire aura lieu demain pour que ces amendements atterrissent ensuite chez les deux Chambres du parlement. La lenteur de ce processus laisse dire que le budget ne sera adopté qu’au mois de mai.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Budget 2012 : Les principaux amendements de la majorité et de l’opposition. Les groupes de la majorité ont déposé, lundi en fin d’après-midi, des amendements en commun alors que ceux de l’opposition ont préféré faire chacun cavalier seul. Si les députés de l’opposition considèrent que le gouvernement passera le projet comme une lettre à la poste car il dispose d’une majorité confortable, les parlementaires de celle-ci n’apprécient pas cette remarque très « désobligeante ». Mais, en tout cas, le ministre de l’Economie et des Finances et celui du Budget seront demain face à un exercice périlleux, celui du vote des propositions de ces amendements tant de la majorité que de l’opposition.

-Accès à l’information : Les coquilles des sites gouvernementaux. La modernisation de l’administration passe d’abord par l’outil Internet. C’est incontournable dans la mesure où la toile est l’outil de communication par excellence. Mais rares sont les ministères et autres organismes de l’Etat qui profitent du web pour communiquer sur leurs réalisations, projets ou encore faiblesses. Leurs sites Internet sont peu ou prou actualisés. L’exemple du portail du ministère de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration est éloquent à ce sujet. Censé être la vitrine de la « révolution numérique » au Maroc, ce site pèche non seulement par manque d’informations fraîches, mais par les erreurs qui y pullulent et qui peuvent induire en erreur un visiteur novice.

+L’ECONOMISTE+:.
-Un holding pour le pole audiovisuel public. Un projet fait discrètement son chemin. Et pas des moindres : une nouvelle restructuration du pole audiovisuel public-2M Soread et la SNRT- émerge. Le projet d’étude du holding, un vieux projet que le ministère de la communication dépoussière, sera soumis cette semaine au ministère des Finances, confie le ministre de tutelle. Dans la foulée, un nouvel organigramme est en perspective et un complexe pour abriter le siège sera construit vraisemblablement sur le site du Technopolis de Rabat.

+L’OPINION+:.
-L’aggravation de la situation sécuritaire au Mali menace tous les pays du Sahara et du Sahel : Une nouvelle stratégie anti-terroriste régionale est vitale. Le Maroc, qui a condamné avec célérité le coup d’état militaire à Bamako, en parfaite adéquation avec ses principes démocratiques, ne peut rester indifférent au pourrissement de la situation sécuritaire dans son voisinage sahélien. En outre, le Maroc, qui entretient des relations assez étroites avec le Mali, y a des intérêts économiques à défendre.

+LIBERATION+:.
-Nouveau couac pour la majorité gouvernementale : Branle-bas de combat au ministère du tourisme après les déclarations de Ramid. Et un couac de plus dans la coalition gouvernementale ! C’est une polémique dont Lachen Haddad, le ministre haraki du Tourisme n’avait pas vraiment besoin. Les récents propos de Mustapha Ramid, le ministre pjdiste de la justice ont provoqué un séisme au sein du ministère du tourisme et à l’ONMT. Très vite une seule question qui se pose : comment réagir aux propos de Ramid, un membre du gouvernement auquel appartient Haddad ? L’entreprise n’est pas facile car il s’agit dans le même temps de faire comprendre que la déclaration de Ramid n’annonce pas une nouvelle politique du gouvernement en matière de tourisme car n’engageant que le seul Mustapha Ramid et ne pas faire voler en éclats la coalition gouvernementale à travers deux ministres qui polémiquent.

-Le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats se poursuit : L’enseignement et la justice paralysés. Les menaces du Chef du gouvernement auront surtout servi à attiser davantage une grogne sociale qu’alimente la mauvaise passe économique actuelle. N’ayant plus rien à donner aux classes laborieuses que les promesses, les effets d’annonce et la répression, Abdelilah Benkirane voulait faire baisser cette tension par l’intimidation en procédant aux prélèvements sur les salaires des grévistes. Peine perdue, puisque les syndicats les plus représentatifs ne l’entendaient pas de cette oreille. A preuve, les grèves qui sont ou qui seront observées à partir de ce mercredi.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *