Revue de presse marocaine du 04/01/2013

0 commentaires, 04/01/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Plus de 126 milliards de dirhams générés par les activités non agricoles. Les comptés nationaux arrêtés du troisième trimestre 2012 démontrent une évolution mitigée des différents secteurs de l’économie marocaine. L’activité agricole poursuit son repli avançant, ainsi, moins vite que le reste des compartiments. En revanche, la croissance des activités non agricoles continue à connaître un rythme relativement élevé. A cet égard, le HCP souligne que la « valeur ajoutée du secteur agricole a reculé de 8,4 pc au lieu d’une hausse de 6 pc au moment où le PIB non agricole s’est amélioré de 4,9 pc au lieu de 5 pc ».

-Les détracteurs de Hamid Chabat se mobilisent: El Fassi mène un courant pour la défense des fondamentaux de l’Istiqlal. Plus de trois mois après l’élection de Hamid Chabat à la tête du parti de l’Istiqlal, sa légitimité est toujours contestée par le camp adverse mené principalement par son rival Abdelouahed El Fassi. C’est ainsi que s’est imposée pour les détracteurs de Chabat la création officielle d’un courant réformateur qui s’est assigné comme mission la défense des fondamentaux du parti fondé par Allal El Fassi. Ayant pour devise « sans répit pour la défense des constantes de l’Istiqlal », ce courant comprenant quelques 200 membres de la commission centrale du parti devait être présenté ainsi que ses objectifs et actions futurs, ce vendredi à Rabat, lors d’une conférence de presse.

+LIBERATION+:.
-Le PJD gouverne en regardant la rue : Le gouvernement Benkirane « fête » sa première année blanche. Inquiétude. C’est le sentiment qui s’est emparé, depuis plusieurs mois déjà, des états-majors des formations politiques de l’opposition. Ils sont loin, très loin les 100 jours du gouvernement Benkirane. Oublié aussi le traditionnel délai de grâce pour un Exécutif qui a très vite déçu. Une année, jour pour jour, après sa nomination par le Souverain, le gouvernement Benkirane ne fait plus rêver. L’espoir s’estompe, la colère gronde. Les Marocains sont dans la rue, un peu partout à travers le pays, pour manifester leur ras-le-bol et exprimer leurs doléances. « Benkirane, où sont tes promesses? », scandent les manifestants, de Rabat à Taza, de Marrakech à Figuig.

+L’OPINION+:.
-Evénement politique majeur en ce début d’année: Hamid Chabat adresse un mémorandum à Abdelilah Benkirane pour remettre le train gouvernemental sur les rails. Le SG du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, a adressé au Chef de la majorité, Abdelilah Benkirane, un mémorandum à l’occasion du premier anniversaire de la formation du gouvernement et du 100ème jour sur l’élection de la nouvelle direction de l’Istiqlal. Ce mémorandum qui constituera, par la force des choses, l’événement politique majeur du début de l’année 2013 se veut, de par sa teneur et sa portée, une initiative responsable pour remettre le train gouvernemental sur les rails, parer aux dysfonctionnements, corriger les erreurs, renforcer la coordination au sein de la majorité, améliorer la prestation gouvernementale et faire prévaloir l’intérêt supérieur du pays en lieu et place de l’intérêt partisan étroit.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Benkirane An I: un bilan mitigé. Avec l’entame de 2013, c’est aussi le gouvernement qui fait son entrée dans sa 2ème année d’exercice. Une année charnière, dirait-on, mais qui ne s’annonce pas des plus faciles. Non seulement l’environnement international risque de peser lourd sur les perspectives, mais on a l’impression, aussi, que le gouvernement continue de chercher ses marques. La première année aura constitué un tour de chauffe. Le temps, en fait, que les ministres arrivent à s’approprier les dossiers, à mieux les maîtriser, mais également à sonder le gap entre être sur les travées de l’opposition et la posture de gouvernant. Or, force est de constater qu’il y a un vrai problème de rythme et peu de visibilité sur le tableau de bord. Une appréciation qui n’émane pas uniquement des partis de l’opposition, mais trouve ses échos dans les rangs mêmes de la majorité. Coté opérateurs économiques, on avance que le tableau de bord souffre d’un manque de lisibilité. Coté syndicats, on avance que c’est la panne totale. Le dialogue social a été pris en otage par les surenchères, d’un coté comme de l’autre.

-Bilan économique du gouvernement: L’action gouvernementale sur l’économie devrait montrer ses effets dès cette année. La 1ère année du mandat du gouvernement Benkirane n’aura pas été facile. L’investiture de l’Exécutif, il y a un an, est intervenue dans un contexte de crise sur le plan international qui n’a pas manqué d’affecter l’économie du Royaume. D’autant plus que celui-ci vivait une importante transition sur le plan institutionnel, avec une nouvelle Constitution et des élections anticipées. Mais si ce contexte de transition a impacté la capacité du nouveau gouvernement à être incisif en peu de temps, cela n’a pas empêché la rue de continuer à se poser des questions sur les capacités réelles de l’équipe de Benkirane à mener de front les réformes et les chantiers sur lesquels de très fortes attentes s’expriment. Pour faire face à cette situation, tout en mettant sur les rails la mise en Âœuvre de la nouvelle Constitution, y compris sur le plan macroéconomique, le gouvernement Benkirane a lancé un certain nombre de projets et de chantiers dont certains devraient en principe donner leurs fruits courant 2013. D’autres, en revanche, ne montreront des effets que sur le moyen terme, voire le long terme.

+AL BAYANE+:.
-Victimes des expulsions d’Algérie: Accorder au dossier la priorité qu’il mérite. Un appel a été lancé, jeudi à Rabat, pour accorder au dossier des quelques 45.000 Marocains expulsés d’Algérie, la priorité qu’il mérite et ce dans l’objectif de leur permettre de récupérer leurs biens et de recouvrer leurs droits spoliés. Les victimes de ces expulsions injustes d’Algérie réclament en effet la récupération de leurs biens, leur indemnisation pour les préjudices subis et la réouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie, lit-on dans un communiqué conjoint distribué lors d’une conférence de presse, organisée à l’initiative de la Ligue marocaine pour la défense des droits humains (LMDDH) et l’Association des Marocains expulsés d’Algérie (AMEA). Ils demandent à l’Algérie de présenter des excuses pour les violations commises à l’encontre des victimes de ces expulsions et soulignent la nécessité pour le Maroc et l’Algérie de consacrer leurs ressources aux projets de développement et à l’amélioration des conditions de vie des habitants.

+AL MASSAE+:.
-Nouveau scandale: Moins d’une semaine après le tabassage du député PJDiste Abdessamad El Idrissi, le Caïd du 6ème arrondissement à Témara, fils d’un Général, a giflé le syndicaliste PJDiste et secrétaire local de l’union des employés chargés de la collecte des déchets, Abderrahim Nouri, avant qu’il ne réplique en lui donnant un coup au ventre, ce qui a suscité l’intervention d’éléments des forces auxiliaires pour arrêter cette agression. Le syndicaliste en question s’était rendu à la municipalité de la ville pour réclamer le règlement du problème des conteneurs pour déchets.

-Les étudiants de la faculté Dhar El Mehraz à Fès prennent d’assaut le dispensaire de la faculté pour se procurer un traitement contre la méningite suite au décès d’un étudiant en première année de philosophie et le signalement de nouveaux cas parmi les locataires de la cité universitaire, ce qui a semé la peur parmi 50.000 étudiants qui poursuivent leurs études dans les trois facultés de Dhar El Mehraz, dont des centaines ont organisé mercredi des manifestations et boycotté les cours à la faculté de droit, en guise de protestation contre la négligence et leur privation du droit aux soins médicaux.

-Des cadres de « Marsa Maroc » accusent la direction de la société de procéder à des recrutements « suspects » qui vont à l’encontre des instructions du gouvernement et des lois régissant le recrutement dans la fonction publique.

-Démantèlement d’un réseau international de trafic de drogue au cours de cette semaine. Une source sécuritaire a indiqué que le brigade criminelle a diligenté une enquête exhaustive pour parvenir à l’identification des membres de cette bande de trafic de drogue qui s’active entre le Maroc et la France via l’aéroport international Mohammed V et ce en exploitant des passagers marocains pour faire passer de grandes quantités de chira à bord de vols à destination de la France.

-Les diplomés chomeurs essaient d’investir le Parlement en profitant d’une quasi absence des forces de sécurité. En plein cÂœur de la crise qui a éclaté entre le ministère de l’Intérieur et la Chambre des représentants suite à l’agression du député PJDiste Abdessamad Idrissi, l’entourage du parlement a connu quelques échauffourées entre un groupe de cadres et diplomés chomeurs, qui ont escaladé la cloture de l’institution législative, et des éléments des forces auxiliaires qui se sont trouvés encerclés par un grand nombre de ces diplomés chomeurs.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Une nouvelle tactique des coordinations des diplomés chomeurs met dans l’embarras les forces de sécurité de la capitale pour la dispersion de leurs mouvements et sit-in de protestation. Ces coordinations ont décidé d’organiser leurs manifestations dans différents quartiers de la ville de Rabat, rendant ainsi plus difficiles les interventions des forces de l’ordre.

-L’Istiqlal adresse un mémorandum « sur un ton plus conciliant » au Chef de la coalition gouvernementale, Abdelilah Benkirane. Contrairement aux déclarations incendiaires du SG du parti de la balance, les Istiqlaliens ont préféré l’élaboration d’un mémorandum, dans lequel ils exigent un remaniement ministériel et le changement du mode de gestion de la majorité, tout en mettant en garde Benkirane contre une tension sociale sans précédent en raison d’une crise économique « très grave » qui menacera le Maroc au cours de cette année.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le tribunal de première instance de Casablanca a décidé, jeudi, l’expulsion de Mohamed Daidaa, chef du groupe fédéral à la Chambre des conseillers, de la villa qu’il occupait au quartier des Oasis et le paiement d’une amende de l’ordre de 250 millions de centimes au propriétaire de la villa.

-Contours du remaniement ministériel réclamé par Hamid Chabat. Des sources bien informées ont indiqué que le SG du parti de l’Istiqlal n’a pas évoqué les détails de ce remaniement dans le mémorandum adressé jeudi au Chef du gouvernement, ajoutant que le mémorandum souligne la nécessité d’améliorer la représentativité de la femme au sein de l’équipe gouvernementale, et refuse l’éparpillement de certains départements ministériels entre plusieurs partis tels que le ministère de l’Economie et des Finances. Selon les mêmes sources, Chabat devrait évoquer les détails du remaniement ministériel lors de sa réunion avec les dirigeants des partis de la coalition.

-Un nouveau front de combat s’ouvre au sein du Parti de l’Istiqlal suite à la création d’un courant anti-Chabat. Les partisans de Abdelouahed El Fassi s’organisent à travers la tenue d’une conférence de presse pour annoncer la formation d’un courant politique d’opposition à l’actuelle direction ayant pour devise « sans répit pour la défense des constantes de l’Istiqlal ». Pour Abdelkader El Kihel, SG de la jeunesse istiqlalienne, les membres de ce courant « n’ont aucune influence ».

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le train du dialogue social remis de nouveau sur les rails à travers la réunion de la haute commission de concertation: La question des prélèvements sur les salaires des grévistes, une ligne rouge pour les centrales syndicales qui participent à cette réunion aux cotés du Patronat. L’un des principaux points qui figurent à l’ordre du jour de ce cette réunion demeure celui de la restriction du droit de grève à travers la décision de l’Exécutif de procéder à des ponctions sur les salaires des grévistes, étant donné que cette mesure est considérée par les syndicats comme étant une atteinte à la liberté de l’action syndicale.

+AL KHABAR+:.
-Le Caïd du 6ème arrondissement à Témara, fils du général et inspecteur des forces auxiliaires, Haddou Hajjar, gifle Abderrahim Nouri, secrétaire local de l’UNTM, proche du PJD, quand ce dernier s’est rendu au siège de la préfecture de Témara pour évoquer avec les responsables locaux le problème des camions pour la collecte des déchets. Suite à cette agression, plusieurs organisations syndicales ont manifesté leur solidarité avec Nouri qui a rejeté toute forme d’arrangement pour clore ce dossier.

-Les services médicaux à Fès en état d’alerte maximale après le signalement de cinq nouveaux cas de méningite parmi les étudiants résidents à la cité universitaire relevant de l’université Sidi Mohammed Ben Abdallah. Selon des sources, l’enregistrement de nouveaux cas de cette maladie a provoqué de vives craintes et un état de panique parmi les étudiants.

-Environ 150 cadres et diplomés chomeurs de la coordination du PV du 20 juillet ont investi, mercredi, le siège du parti du Mouvement Populaire ainsi que le siège de son journal, pendant 10 minutes avant de quitter les lieux juste avant l’arrivée des forces de police. Un membre de la coordination a affirmé que cette action représente une simple mise en garde adressée aux partis de la coalition gouvernementale.

-Le groupe PAM a soumis, jeudi, une demande à la commission de l’Intérieur à la Chambre des représentants, dans laquelle il réclame la formation d’une commission d’enquête parlementaire sur les événements survenus dans le quartier de Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech et à Figuig, afin de déterminer les tenants et aboutissants des incidents qui ont eu lieu dans les deux villes.

+ASSABAH+:.
-Le Caïd du 6ème arrondissement à Témara, fils du général Haddou Hajjar, agresse Abderrahim Nouri, secrétaire local de l’UNTM, proche du PJD, dans le parking de la préfecture de la ville. Suite à cette agression, la victime a refusé tout arrangement à l’amiable, alors que Mohamed Rherrabi, wali, directeur général des affaires intérieures au ministère de l’Intérieur est entré en ligne et a appelé le gouverneur de Skhirate-Témara à l’ouverture d’une enquête urgente à ce sujet.

-Hamid Chabat, SG du parti de l’Istiqlal, a remis, jeudi, au Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane le mémorandum relatif au remaniement ministériel, qui comprend plusieurs propositions dont celles de rendre justice au parti de la balance en matière de répartition des portefeuilles ministériels, de créer un conseil de la présidence de la majorité pour la coordination entre les départements gouvernementaux et d’améliorer la représentativité des femmes au sein de l’Exécutif.

-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, barre la voie devant les partisans de la famille El Fassi pour prendre les commandes de l’UGTM. Selon des sources istiqlaliennes, la liste des candidats en lice au poste de secrétaire général commencent à se réduire à l’approche de la tenue du congrès de la centrale syndicale, puisque la bataille se limitera entre Abdeslam Lebbar et Larbi Kebbaj qui demeure le grand favori pour succéder à Chabat à la tête de l’UGTM.

+AL MOUNAATAF+:.
-Le Conseil constitutionnel a rejeté, dans un communiqué rendu public, le recours déposé par les partis de l’opposition pour contester la constitutionnalité de certaines dispositions de la Loi de finances 2013 récemment adoptée. Dans son communiqué, le Conseil a indiqué que le recours a été déposé hors des délais constitutionnels.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Hamid Chabat appelle à un conseil de la présidence de la majorité. Le SG du parti de l’Istiqlal a appelé, dans le mémorandum adressé jeudi au Chef de gouvernement, à la constitution d’un conseil de la présidence de la majorité et à l’adoption d’un nouveau mode de fonctionnement pour la coalition gouvernementale basé sur le dialogue. Selon une source istiqlalienne, le PI a présenté, à travers ce mémorandum, ses conditions pour rester dans les rangs de la coalition gouvernementale, ajoutant que ce document représente une lettre de menace à peine voilée que les autres composants de la majorité doivent prendre au sérieux.

+AL ALAM+:.
-Un nouveau round du dialogue social devrait se tenir, ce vendredi, pour surmonter la situation du statuquo et de tensions et parvenir à des solutions aux multiples dossiers cumulés. La réunion de la haute commission de concertation qui rassemblera au tour de la même table le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, les secrétaires généraux des cinq centrales syndicales les plus représentatives et la présidente de la CGEM se tient dans une conjoncture marquée par les tensions et l’attentisme aussi bien des citoyens que des acteurs socio-économiques.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Premier projet après la visite royale aux pays du Golfe: Coup d’envoi des travaux de construction du projet de tourisme médical « Marrakech Healthcare city » (la cité de la santé), par le groupe émirati « Tasweek ». Ce projet pilote sera construit sur une superficie totale de 21.000 m2, pour un investissement de 40 millions de dollars. Les travaux devront durer 24 mois à l’issue desquels l’Hopital devrait accueillir plus de 5.000 patients par an, notamment des personnes âgées et des retraités européens.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *