Revue de presse marocaine du 03/07/2013

0 commentaires, 03/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du mercredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-USFP/Istiqlal: Coordination parlementaire et syndicale pour commencer. Le rapprochement entre l’Istiqlal et l’USFP se confirme jour après jour. Réunis lundi dernier au siège de l’USFP à Rabat, Hamid Chabat, SG du parti de l’Istiqlal, et Driss Lachgar, Premier Secrétaire de l’USFP, ont convenu de se revoir très prochainement dans le cadre d’une réunion plus élargie cette fois impliquant les membres des directions nationales des deux partis politiques. Chabat et Lachgar semblent donc décidés à faire renaître la Koutla de ses cendres. Cette alliance qui regroupait l’Istiqlal, l’USFP et le PPS puis dissoute à la veille de la majorité actuelle a de fortes chances de revoir le jour. Les observateurs parlent déjà du projet de cette nouvelle version de la Koutla associant des partis politiques, notamment l’Istiqlal et l’USFP, ainsi que des syndicats.

-Nos exportations à fin mai en baisse: L’automobile et l’aéronautique assurent. L’Office des changes vient de livrer les derniers chiffres de notre commerce extérieur. Et comme on aurait dû le prévoir, ils ne font pas état d’amélioration substantielle notamment en ce qui concerne le taux de couverture qui pour la période de janvier à mai 2013 s’établit à 48,2 pc contre 46,8 pc pour la même période en 2012. Les chiffres de l’Office interpellent quant à l’évolution des exportations et des importations aussi bien des services que des biens. Ainsi, phénomène jamais enregistré auparavant, les exportations marocaines (en valeur) sont en baisse par rapport à il y a un an. Elles ont atteint 120 MMDH à fin mai contre 121 MMDH à fin mai 2012, soit une baisse de 0,7 pc. En revanche, si la balance commerciale a été sauvée, côté exportations, c’est essentiellement grâce à deux secteurs, à savoir l’automobile et l’aéronautique qui ont amélioré respectivement leurs exportations de 11,5 et 26,1 pc par rapport à la même période de 2012.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Crise de la majorité gouvernementale: Benkirane acculé par les siens à trancher. Le flou qui enveloppe encore le sort de la majorité gouvernementale devrait bientôt se dissiper. Le secrétariat général du PJD accorde un délai de deux semaines à Abdelilah Benkirane pour trouver une issue à une crise qui n’a que trop duré. Du côté de l’Istiqlal, Hamid Chabat « laisse du temps au Chef du gouvernement pour trouver d’autres alliés ». Au sein du parti de la balance, l’impatience est donc de plus en plus perceptible, même si en public on affiche une mine sereine. En coulisse, certains ténors n’apprécient pas « le marasme » dans lequel « s’enlise » leur parti et regrettent ce blocage qui « déteint sur le moral des ministres ». Les autres composantes de la coalition gouvernementale n’ont pas la même appréciation de la situation. Si le Mouvement Populaire (MP) semble croire encore en une hypothétique réconciliation, le PPS estime que le point de non-retour est franchi et qu’il est presque impossible de cohabiter avec l’Istiqlal de Chabat.

-Energies renouvelables: Le Projet Desertec serait-il menacé? Desertec est au point mort. Après Siemens et Bosch, c’est au tour de la Fondation Desertec -l’initiatrice du concept Energie verte Europe-Moyen-Orient Afrique- de se retirer de Desertec Industrial Initiative (Dii), le consortium d’entreprises chargé de la mise en uvre du projet. La Fondation indique dans un communiqué que cette décision a été approuvée par tous les membres de son conseil d’administration réuni en assemblée extraordinaire le 27 juin dernier. Elle met ainsi fin à sa collaboration avec ce consortium industriel européen en raison de « nombreux conflits entre les deux entités sur les stratégies futures, les obligations, la communication, ainsi que sur le mode de gestion de Dii ». Le marché sera fixé sur l’avenir de cet immense projet lors de la Conférence Dii sur l’énergie prévue à Rabat en octobre prochain.

+LIBERATION+:.
-Lachgar-Chabat: Les enseignements d’une rencontre. Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar a reçu lundi au siège du parti le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat. Un entretien qui, au vu de la conjoncture politique actuelle, revêt une très grande importance, surtout quand on sait qu’il sera incessamment suivi comme convenu par les deux dirigeants politiques, d’une rencontre entre les états-majors respectifs des deux partis. Une chose est sûre cependant: le paysage politique marocain s’apprête à connaître une profonde mutation. Avec ce nouveau pas franchi dans le sens du rapprochement entre l’USFP et l’Istiqlal, l’opposition devra désormais passer non pas par la légendaire Koutla, mais par une alliance entre ces deux seuls partis, les rapports entre l’Istiqlal et le PPS et l’actuel positionnement de ce dernier étant ce qu’ils sont.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Amazigh: La loi organique tarde à voir le jour. Reconnue comme langue officielle depuis deux ans déjà, l’amazigh attend toujours le cadre législatif mettant en application son officialisation. Une loi organique définissant le processus de mise en oeuvre du caractère officiel de l’amazigh ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et aux domaines prioritaires de la vie publique est prévue par l’article 5 de la Constitution. Dans ce sens, le Chef du gouvernement a annoncé lundi lors d’un colloque organisé à Rabat par l’IRCAM qu' »une approche participative sera adoptée pour l’élaboration de la loi organique relative à l’officialisation de l’amazigh ». Depuis novembre dernier déjà, une proposition de loi a été déposée au Parlement par le groupement de l’Alliance du centre à l’initiative du parti du Renouveau et de l’Equité (PRE). Cette proposition de loi fixe une période de cinq ans pour l’intégration complète de la langue amazighe dans les différents niveaux de l’enseignement et exige également que les concours d’accès à la fonction publique comporte obligatoirement une épreuve en amazigh.

+L’ECONOMISTE+:.
-Les agrumes font leur « Printemps arabe ». Trop, c’est trop. « Il est temps de mettre de l’ordre dans les circuits de commercialisation des fruits et légumes », s’indigne le président de l’Association d’agrumes du Maroc (ASPAM), lors de la rencontre interprofessionnelle des agrumiculteurs et responsables de la grande distribution, hier mardi à Casablanca. Et pour cause, plus de deux tiers de la production agrumicole sont sous-valorisés. Pas moins de 12 millions de tonnes d’agrumes toutes variétés confondues sont écoulées sur le marché local sans aucune valorisation et de surcroît sans la traçabilité requise par les normes en vigueur. « Du coup, les risques sanitaires restent entiers », prévient un représentant de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires.

-Politique économique: Encore un avertissement. Autre warning pour l’économie marocaine! Dans son dernier flash économique, la banque « Natixis » plante d’emblée le décor. Si le Maroc veut maintenir la stabilité de sa croissance économique, il faudra que le gouvernement respecte ses engagements. Ce dernier avait promis de mettre l’accent sur l’amélioration de la compétitivité de l’économie et le rétablissement progressif de l’équilibre budgétaire et de celui de la balance courante. Or, en dépit des efforts, l’Exécutif semble peu capable de lancer les réformes nécessaires (compensation et retraite). A tel point que les performances enregistrées au cours des dernières années fondent comme neige. Pour la banque d’affaires française, la réalisation de l’objectif de croissance à 4,5 pc en 2013 dépendra « de la capacité du pays à se passer d’une demande extérieure déprimée et à gérer des problèmes structurels internes de plus en plus gênants ». Il faudra aussi travailler sur l’offre exportable et lancer d’urgence la réforme de la Caisse de compensation pour réduire les déficits jumeaux.

+AL BAYANE+:.
-Lutte contre les produits impropres à la consommation: L’ONSSA renforce le dispositif de contrôle. C’est la période idoine pour renforcer le contrôle de la qualité sanitaire des produits alimentaires et des conditions d’approvisionnement, de stockage et de commercialisation des différentes denrées alimentaires. L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) vient en effet de décider d’accentuer son dispositif pour mieux contrôler les produits de grande consommation pendant le mois sacré de Ramadan. La tâche est loin d’être facile pour l’Office, car le foisonnement des pratiques immorales et des fraudes alimentaires pendant la saison estivale, qui coïncide cette année avec l’arrivée du mois de Ramadan, fait des ravages et les mécanismes de contrôle font largement défaut.

+L’OPINION+:.
-Abdessamad Kayouh attaque « Al Massae » en justice. Le ministre de l’Artisanat, M. Abdessamad Kayouh a décidé de porter plainte contre ceux qui l’ont cité dans une affaire précédemment jugée par les tribunaux, le quotidien « Al Massae », ayant publié en sa « Une » du 2 courant une information accusant le ministre d’avoir arnaqué un investisseur en lui tendant un piège, ce que le frère du ministre nie en bloc, affirmant qu’elle est totalement infondée et tend seulement à ternir la réputation du ministre, en inversant les rôles et en présentant la victime comme arnaqueur et vice-versa.

+AL MASSAE+:.
-Nouvelle initiative pour le règlement du dossier des détenus de la salafia jihadia. Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, a reçu, lundi soir à son domicile à Casablanca, des chioukhs de la salafia, en l’occurence Abdelouahab Rafiki, Hassan Kettani, Omar Haddouchi et Mohamed Fizazi pour examiner plusieurs dossiers de détenus de la mouvance salafiste, a révélé une source bien informée, ajoutant que Ramid a, lors de cette rencontre, informé ces chioukhs que le départ d’un certain nombre de Marocains, dont d’anciens détenus salafistes, pour combattre en Syrie rend compliquée la recherche d’une solution à ce dossier.

-Déploiement d’un grand dispositif policier pour la fermeture des « Maisons du Coran » (Dour Al Koraan) à Marrakech: Les salafistes forment des boucliers humains pour s’opposer à cette opération. Les forces de l’ordre ont encerclé, lundi, les maisons du Coran relevant de l’association « l’Appel pour le Coran et la Sunna » dans la cité ocre pour exécuter la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques de fermer ces lieux, mais le rassemblement de plusieurs membres et de sympathisants du courant salafiste devant les portes de ces maisons coraniques n’a pas permis de mener à terme cette opération.

-La DST ordonne l’intensification de la lutte contre le blanchiment d’argent et les réseaux et cellules jihadistes. Abdellatif Hammouchi, Directeur de la Direction de la surveillance du territoire (DST), a tenu une réunion avec les cadres de la direction régionale de Tétouan au cours de laquelle il a donné ses instructions pour le renforcement du contrôle au poste frontalier de Bab Sebta et au niveau de certaines stations balnéaires de Tétouan, ainsi que l’intensification de la surveillance de réseaux soupçonnés de blanchiment d’argent dans la région et d’éléments appartenant à la salafia dans la ville ayant des liens avec des cellules démantelées récemment à Sebta.

-Abdelaziz Aftati, député PJDiste, fustige Driss El Yazami, président du Conseil National des Droits de l’Homme et du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger, sans le citer nommément, mardi à l’occasion de la présentation de deux projets de loi relatifs à la libéralisation des prix et de la concurrence et au conseil de la Concurrence. Lors de cette réunion, Aftati a accusé El Yazami d’utiliser les deniers publics d’une manière « suspecte ».

-Nouveau développement dans la guerre des communiqués entre le Maroc et l’Algérie. Ammar Bellani, porte-parole du ministère algérien des affaires étrangères, révèle l’existence d’un accord au préalable entre les responsables des deux pays pour l’entame de négociations « secrètes » pour la réouverture des frontières, ajoutant que les responsables d’Alger ont été surpris de voir les responsables marocains imposer « des conditionnalités inacceptables, tant dans la forme que le fond », et à leur tête la réouverture des frontières entre les deux pays avant toute discussion de l’avenir de la coopération entre Rabat et Alger.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Les Istiqlaliens se prononcent la semaine prochaine sur la manière à suivre pour se retirer du gouvernement Benkirane. Abdelkader El Kihel, membre du Comité exécutif du parti de la balance, a affirmé, dans une déclaration au journal, que le comité se réunira en début de la semaine prochaine afin de trancher la manière à suivre pour mettre en application sa décision de retrait de l’Exécutif, sans pour autant préciser la manière qui sera suivie et si à l’issue de cette réunion, des instructions seraient données aux ministres istiqlaliens pour présenter leur démission. El Kihel a en outre fait savoir, que l’Istiqlal, soucieux de veiller au bon fonctionnement des institutions, a décidé d’accorder un délai au Chef du gouvernement pour chercher de nouveaux alliés pour remplacer le parti, ajoutant que la durée de ce délai sera fixée lors de la prochaine réunion du Comité exécutif.

-Driss Lachgar et Hamid Chabat entament leur coordination pour faire front commun contre Benkirane. Le Premier Secrétaire de l’USFP, a reçu lundi au siège de son parti à Rabat, le SG du Parti de l’Istiqlal, suite à leur participation à une journée d’étude organisée par le parti de la balance à l’occasion du deuxième anniversaire de l’adoption de la Constitution. Une source istiqlalienne a indiqué que Chabat a saisi cette occasion pour appeler au renforcement de la coordination entre les deux partis à travers la réactivation de la Koutla démocratique, faisant savoir que Lachgar a accueilli favorablement cette proposition.

+AL ALAM+:.
-Les sympathisants de l’Association « l’appel au Coran et à la Sunna » se conforment à la décision de fermeture des « Maisons du Coran » (Dour Al Koraan) après une lettre qui leur a été adressée par son président, Cheikh Mohamed Maghraoui. Par ailleurs, le ministère des Habous et des affaires islamiques a affirme, dans un communiqué, que la décision de fermeture de ces locaux a été prise « conformément à la loi », précisant que les gérants de ces lieux objet de fermeture ont refusé de régulariser leur situation auprès des autorités supervisant l’enseignement originel dans les délais prescrits, et qu’ils n’ont pas accepté que ces lieux soient soumis, conformément à la loi, à la tutelle de l’autorité en charge de l’enseignement originel.

-Un haut responsable au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération a démenti, dans une déclaration au journal, les allégations du porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, selon lesquelles des négociations « confidentielles » ont eu lieu entre le Maroc et l’Algérie afin de parvenir à un accord concernant les mesures à prendre pour la réouverture des frontières entre les deux pays et que ces pourparlers n’ont pas abouti en raison des conditions posées au préalable par le Maroc.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Khénifra: Les forces de l’ordre ont dispersé, dans la nuit de lundi à mardi, un sit-in observé par des employés de la société « Tout Propreté » devant le siège de la préfecture de la ville. Plusieurs manifestants et leurs sympathisants ont été blessés lors de cette intervention. Des sources locales ont indiqué que tous les indicateurs laissent présager une vive escalade des tensions face à la détermination des employés expulsés de ladite société de poursuivre leur bataille et à la persistance des autorités locales à prôner l’approche sécuritaire pour le règlement de cette question.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Division au sein du gouvernement sur la décision de fermeture des Maisons du Coran à Marrakech entre Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, qui a pris cette décision, et Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, responsable du pouvoir judiciaire, seul habilité à dissoudre des associations, en vertu d’une décision de la justice conformément à l’article 12 de la Constitution. Dans ce cadre, Ramid a indiqué, dans une déclaration au quotidien, que la décision de fermeture de ces maisons du Coran constitue « une atteinte et une restriction aux libertés des citoyens sans motif valable », alors que M. Toufiq a justifié sa décision par le fait que les responsables de ces locaux ont refusé de régulariser leur situation avec les autorités chargées de l’enseignement originel.

-Abdelaziz Aftati, député PJDiste, fait éclater, mardi à l’Hémicycle, de nouveaux scandales au Parlement. Il a émis des doutes quand aux chiffres et données présentées par les sociétés de distributions de gaz pour bénéficier des subventions de la Caisse de compensation, qui se sont élevées à 15 MMDH. Lors d’une réunion consacrée à l’examen d’un nouveau projet de loi qui sera renvoyé au Conseil de la concurrence, Aftati a indiqué que « nous ne nous plierons jamais au chantage des sociétés de distribution des bonbonnes de gaz et nous prendrons des mesures fermes pour garantir l’approvisionnement du marché en cette matière ». Aftati a, d’autre part, fait savoir que le président du CCME, Driss El Yazami, a transformé ce conseil en un lieu de dilapidation des deniers publics.

-Le climat des relations entre les « islamistes » du PJD et les « communistes » du PPS devient très tendu en raison des divergences des points de vue sur la question de l’abolition de la peine capitale, notamment entre le ministre de la justice, Mustapha Ramid, et Nouzha Skalli, députée du PPS, après que cette dernière lui ait posé, lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, un ensemble de questions « embarrassantes » sur les raisons du vote du Maroc contre l’abolition de la peine capitale.

-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, continue d’exercer des pressions sur le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Il a ainsi envoyé un nouveau signal en rencontrant, à sa demande, lundi à Rabat, Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, en tant que prélude à une future réunion entre les directions des deux formations politiques pour constituer un front commun contre Benkirane. Selon l’un des dirigeants PJDistes, Chabat est « égaré » et ne sait plus où donner de la tête, car il ne détient plus la décision de se retirer du gouvernement et en même temps il veut faire perdre à l’Exécutif davantage de temps.

+ASSABAH+:.
-Une lettre anonyme conduit à l’interpellation de plusieurs hommes d’affaires. Des éléments du Commandement régional de la Gendarmerie royale à Al Hoceima ont entamé, au cours des deux derniers jours, une enquête avec un promoteur immobilier, et perquisitionné son domicile à Tétouan, de même qu’ils ont auditionné le propriétaire d’un restaurant de luxe dans la même ville, sur fond d’accusations de blanchiment d’argent et de trafic international de drogue. Des sources informées ont indiqué que cette lettre anonyme, adressée au Parquet général, contient de graves accusations contre des hommes d’affaires connus dans la région du nord, ajoutant que la Gendarmerie royale à Al Hoceima a diligenté en toute confidentialité des enquêtes avec des personnalités influentes dans la région.

-L’abolition de la peine capitale provoque des dissensions au sein de l’alliance Benabdellah-Benkirane: Creusement du fossé entre le PJD et son allié gouvernemental le PPS et échange d’accusations au sein de l’hémicycle entre les deux formations sur la partie responsable de la ratification du protocole relatif à l’abolition de la peine de mort. Dans ce sens, Nouzha Skalli, députée du parti du Livre, a souligné, lundi à la Chambre des représentants, que la non ratification par le Maroc du deuxième protocole de la Convention internationale relative à l’abolition de la peine de mort a provoqué une véritable onde de choc chez les parlementaires et les milieux de défense des droits de l’Homme, alors que Mustapha Ramid s’est dit étonnement d’entendre de tels propos émanant d’une députée qui était ministre dans un gouvernement qui avait la même position à ce sujet.

-L’Istiqlal presse ses ministres pour présenter leur démission. Des sources au sein de l’Istiqlal ont indiqué que le parti va accorder au Chef du gouvernement un délai d’un mois avant que ses ministres ne présentent leur démission, ajoutant que la décision des parlementaires istiqlaliens de rejoindre les rangs de l’opposition n’est aucunement liée à la démission des ministres. Selon les mêmes sources, les députés et les conseillers istiqlaliens dans les deux Chambres du parlement rallieront l’opposition dans les prochains jours, au moment où le PJD continue de brandir la carte des élections législatives anticipées.

-Mohand Laenser, SG du MP, et ministre de l’Intérieur, indique que le remaniement ministériel est fortement probable à l’instar de ce qui se passait au sein des précédents gouvernements, soulignant, dans un entretien au journal, que les différends qui ont éclaté entre le PJD et l’Istiqlal ont lourdement impacté le fonctionnement normal de la majorité gouvernementale tout en relevant la possibilité de leurs règlements à travers le dialogue.

+ATTAJDID+:. 
-Des membres à l’association « l’appel au Coran et à la Sunna » menaçant de boycotter l’Imamat (conduite de la prière) lors des prières des Tarawih pendant le mois de Ramadan en raison de la fermeture des locaux de l’Association à Marrakech. Par ailleurs, Abdelkrim Habbaki, membre du Bureau exécutif de l’association, a indiqué qu’un grand nombre des adhérents ont annoncé leur intention de boycotter également les activités du ministère des Habous et des Affaires islamique au cours du mois sacré.

-Abdelaziz Aftati tire à boulets rouges sur les sociétés de distribution des bonbonnes de gaz et appelle l’Exécutif à mettre un terme au chantage qu’elles exercent sur les citoyens durant le mois de Ramadan. Le député PJDiste a fortement critiqué mardi à la Chambre des représentants lesdites sociétés, estimant que leurs menaces d’arrêter l’approvisionnement des marchés pendant le mois sacré du Ramadan relèvent du simple chantage. Il a en outre rappelé que ces sociétés ont reçu 15 MMDH de la Caisse de compensation en 2012, tout en appelant à l’ouverture d’une enquête sur cette affaire.

+AL KHABAR+:.
-Les parlementaires istiqlaliens s’apprêtent à rejoindre les rangs de l’opposition. Le parti de la balance a porté sa bataille avec le PJD à l’Hémicycle en posant des questions « embarrassantes » aux ministres du gouvernement Benkirane. Lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, le député istiqlalien Omar Hejira a ainsi indiqué que le programme gouvernemental insistait sur la lutte contre la corruption, mais un an et demi après l’entrée en fonction de cette équipe gouvernementael, on n’a pas constaté une véritable stratégie, mais seulement des discours destinés à la consommation médiatique.

-Le RNI pourrait rejoindre le gouvernement Benkirane. Des sources bien informées ont indiqué que le PJD et le RNI ont engagé des négociations « secrètes » visant à aboutir à un accord pour permettre au parti de la Colombe de rejoindre l’équipe Benkirane, même si le président du RNI, Salaheddine Mezouar, avait émis ses réserves à cet égard.

-Abdelaziz Aftati, député du PJD, critique vertement les distributeurs des bonbonnes de gaz, après que ces derniers aient menacé de suspendre l’approvisionnnement du marché au cours du mois de Ramadan. Dans ce sens, il les appelé à mettre fin à ce chantage exercé sur les citoyens, précisant que ces distributeurs ont bénéficié de 15 MMDH au titre de la subvention.

-Cheikh Mohamed Maghraoui, président de l’Association « L’Appel pour le Coran et la Sunna » à Marrakech, ordonne dans une lettre adressée à ses partisans depuis l’Arabie Saoudite, de mettre fin au sit-in observé devant le siège de l’association suite à la décision de fermeture des locaux de l’association, émanant du ministère des Habous et des affaires islamiques.

-Cinq syndicats (le syndicat national de l’enseignement supérieur, la CDT, la FDT, l’ODT et le syndicat indépendant de l’enseignement au Maroc) ont organisé, en marge de la 2ème conférence nationale sur la Santé, un sit-in devant le lieu qui abrite ce conclave, en signe de protestation contre leur exclusion dans la préparation de cette rencontre, estimant que la participation à cette conférence constitue une consécration de la situation détériorée du secteur de la santé au Maroc.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Des évanouissements, des hurlements et des cas d’hystérie parmi les mères des jeunes poursuivis dans le cadre des actes de hooliganisme en marge du match Raja/FAR mardi à la Cour d’appel de Casablanca, en guise de protestation contre les reports successifs du dossier.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministre de l’Artisanat, Abdessamad Kayouh dépose une plainte contre le journal « Al-Massae » qui a mentionné son nom dans une affaire déjà réglée par la justice. Le journal avait publié mardi un article accusant le ministre d’avoir arnaqué un investisseur. Réagissant à ces accusations, le frère du ministre a démenti en bloc ces allégations.

-Les portes des prisons ouvertes tous les jours du Ramadan pour les familles des détenus, y compris les jours fériés. Les directeurs des institutions pénitentiaires ont reçu, lundi, une note de la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion dans ce sens.

+AL MOUNAATAF+:.
-A la lumière de l’ambiguïté et de la confusion qui règnent au sein du paysage politique national: L’accélération de la mise en oeuvre du projet de la régionalisation avancée s’impose pour la consolidation de la démocratie sur le plan local. Le gouvernement est également appelé à promulguer les lois organiques y afférentes et à prendre les autres mesures qui visent la création de véritables institutions régionales.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *