Revue de presse marocaine du 03/06/2013

0 commentaires, 03/06/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce lundi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Les coupes budgétaires, une pratique courante selon Benkirane. « La coupe budgétaire n’est pas inédite au Maroc ». Les propos émanent du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, qui s’exprimait vendredi dernier devant la Chambre des représentants. Interpellé sur le gel de 15 MMDH sur le budget d’investissement, Benkirane a affirmé que « les gouvernements précédents avaient recours en cas de besoin à des mesures administratives conduisant à la même finalité à travers notamment le report ou le gel de quelques dépenses ». Il a expliqué que des données erronées ont circulé sur l’impact potentiel sur l’économie nationale, les entreprises et le monde rural, rassurant les députés et l’opinion publique sur les répercussions de la coupe. Dans le secteur de l’équipement, la partie du monde rural sur les crédits immobilisés ne représente que 7,6 pc sur un total de 1,7 milliard de dirhams, a-t-il ajouté.

-Des manifestations anti Chabat à Fès: Le bras de fer entre l’Istiqlal et le PJD gagne la rue. Les rues de Fès sont-elles devenues le nouveau terrain de combat opposant le PJD à l’Istiqlal? Quelques centaines de manifestants ont protesté, samedi dernier, dans les principales artères de la ville scandant des slogans hostiles à l’encontre de Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal et Maire de la ville. Des responsables de l’Istiqlal ont pointé du doigt le PJD l’accusant d’en être l’instigateur. Selon Saïd Benhamida, secrétaire régional du PJD à Fès, « ces accusations sont mensongères. Ce sont des tentatives minables de politiser des protestations à caractère syndical afin de cacher les défaillances de la gestion des affaires de la ville ».

+LIBERATION+:.
-Navi Pillay se rendra à Tindouf pour enquêter sur la situation des droits humains: Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme s’intéresse aux opposants au polisario. Le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’Homme (HCDH) semble décidé à prendre en considération les nombreuses dénonciations concernant les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf formulées par les ONG. Le Haut Commissaire aux droits de l’Homme, la Sud-Africaine Navanethem (Navi) Pillay qui recevait, mercredi dernier à Genève, une délégation de militants sahraouis, a annoncé vouloir se rendre sur place pour approfondir son enquête sur ces abus. Elle a assuré qu’elle suivait « personnellement » les cas des opposants sahraouis, Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud qui a été expulsé vers la Mauritanie et du poète chanteur Najem Allal, faisant l’objet de harcèlements et d’exactions dans les camps de Tindouf.

-Un message de soutien au plan d’autonomie distribué dans les camps de Tindouf: Le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf met à nu la propagande du polisario. Créé par un groupe de jeunes Sahraouis unionistes convaincus de la marocanité du Sahara, le Forsatin (Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf) déploie tous les moyens possibles pour convaincre nos compatriotes séquestrés dans les camps de Tindouf que la proposition d’autonomie est fondamentale pour mettre fin à un conflit créé et voulu par des gens qui ne défendent d’aucune manière les intérêts des populations sahraouies. Dans ce cadre, le Forsatin vient d’adresser un message de paix et de conciliation aux Sahraouis des camps de Tindouf, les appelant à l’union autour de l’initiative d’autonomie, seule solution de nature à rétablir l’union et la réconciliation des Sahraouis. Dans ce message distribué à grande échelle à l’intérieur des camps, le Forsatin appelle les Sahraouis de Tindouf à tourner le dos à l’obstination du polisario qui dure depuis bientot 40 ans. Un entêtement qui n’a rien engendré d’autre que la division et la séparation des Sahraouis.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Maroc-Turquie: Un grand potentiel à valoriser pour renforcer les relations bilatérales. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, accompagné d’une importante délégation ministérielle et d’hommes d’affaires, est attendu au Maroc pour une visite officielle du 3 au 5 juin, première étape d’une tournée en Afrique du Nord. C’est la deuxième visite officielle d’Erdogan au Maroc après celle effectuée en 2005, qui sera marquée par la signature de plusieurs accords économiques, notamment en matière de transports. Très attendue, cette visite devrait permettre la consolidation des liens entre les deux pays, notamment en matière de coopération politique et économique. De nombreuses entreprises turques sont très actives actuellement au Maroc.

-Chambre des représentants: Le grand monologue de Benkirane. Le bras de fer entre l’opposition et le Chef du gouvernement a franchi un nouveau palier. Pour la première fois en un an et demi, la discorde a atteint son summum à la Chambre des représentants au point que les quatre groupes de l’opposition ont décidé de jouer la même partition en boycottant, vendredi dernier, la séance mensuelle sur la politique générale. Le malaise ne date pas d’aujourd’hui. Les députés de l’opposition critiquaient, en effet, souvent la confiscation de leur droit par le gouvernement. Ils ont ainsi décidé de resserrer les rangs pour exprimer leur insatisfaction des rapports entre les deux pouvoirs exécutif et législatif. D’après Ahmed Zaidi, chef du groupe socialiste, le souci est celui de l’égalité des chances et de la mise en Âœuvre de la Constitution qui a octroyé à l’opposition bon nombre de droits qu’elle peine à exercer. Tant que le règlement intérieur n’est pas encore réformé, le même problème risque de se poser à l’avenir. Malgré des mois de négociations, l’opposition et la majorité ne sont pas encore parvenues à un consensus sur plusieurs questions, notamment le point relatif à la séance mensuelle ainsi que le nombre requis de députés pour constituer un groupe parlementaire. Le recours à la Cour constitutionnelle demeure, pour certains, la seule solution pour sortir de l’impasse.

+L’ECONOMISTE+:.
-Le Maroc dans la bataille du schiste. Les schistes bitumineux suscitent de l’enthousiasme et pourraient un jour assurer au Maroc son indépendance énergétique. Mais il faudra attendre une « révolution technologique » avant de pouvoir passer à une véritable valorisation et une production industrielle. Car contrairement au gaz du schiste et au sable bitumineux, au niveau mondial, il n’existe pas encore d’unités de valorisation des schistes bitumineux pour la production d’hydrocarbures à une échelle industrielle. « Le défi auquel nous devons faire face est celui de la valorisation. Au niveau international, il n’existe pas encore de procédés matures pour l’exploitation », souligne Amina Benkhadra, DG de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM). Le potentiel est là et il est évalué à plus de 50 milliards de barils dont plus de 37 milliards dans deux principaux gisements localisés à Timahdit et Tarfaya. Avec ce potentiel, le Maroc est classé au sixième rang après les Etats-Unis, la Russie, la République Démocratique du Congo, le Brésil et l’Italie.

-Benkirane mal à l’aise devant un hémicycle désert. Après un report et plusieurs réunions, la séance mensuelle de Abdelilah Benkirane devant la Chambre des représentants a finalement eu lieu vendredi dernier. Mais cette fois-ci, sans les quatre partis de l’opposition qui ont convenu de ne pas participer à la prestation du chef du gouvernement. La décision des groupes parlementaires du RNI, du PAM, de l’USFP et de l’UC est venue en réaction à la manière de gérer cette séance mensuelle. Abdelilah Benkirane semblait mal à l’aise devant un hémicycle quasi désert. Il est conscient que ce boycott est un camouflet politique pour lui et pour sa majorité. Surtout après la décision de l’Istiqlal de quitter le gouvernement. D’ailleurs, la séance a été expéditive: moins d’une heure, et sans clashs habituels ni sorties de route.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Politique de la chaise vide pour l’opposition. Les groupes de l’opposition ont décidé de ne pas participer à la séance mensuelle consacrée à la politique générale du gouvernement vendredi dernier. Un boycott qui intervient en pleine réforme du règlement interne de la Chambre des représentants. En l’absence des groupes de l’opposition, le Chef du gouvernement a répondu uniquement aux questions de la majorité. La question posée par les groupes de la majorité concernait les retombées des coupes budgétaires de 15 MMDH d’investissement sur le monde rural. La question des coupes budgétaires avait déjà était traitée lors de la séance du 15 avril dernier et à laquelle avait répondu le ministre de l’Economie et des finances Nizar Baraka. Mais pour Abdelilah Benkirane, l’annonce de cette coupe budgétaire relèverait avant tout d’un désir de transparence. Le Chef de l’Exécutif a déclaré qu’il aurait été facile de réduire cette somme des investissements sans en informer le public, en se mettant d’accord avec les ministres pour ne pas dépenser cette part du budget et de la reporter à l’année suivante », ajoutant qu' »un ancien ministre m’a demandé pourquoi nous n’avions pas adopté cette démarche en me disant que c’était tout à fait normal avant ».

-Rabat accueille le Forum d’affaires Maroc-Turquie. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan est attendu ce lundi à Rabat pour une visite officielle de deux jours dans le Royaume. Le programme de cette visite fait la part belle au volet économique. Ainsi, la délégation d’hommes d’affaires turcs, conduite par Zafer Cagalayan, ministre de l’Economie, sera constituée de 150 hommes d’affaires représentant divers secteurs d’activité: textile, agroalimentaire, industrie et équipements, immobilier, santé, chimie et parachimie, produits d’hygiène, construction et BTP. Ces businessmen prendront part au Forum d’affaires Maroc-Turquie qui s’ouvre lundi à Rabat.

+AL BAYANE+:.
-Benkirane devant le Parlement: Améliorer le taux d’exécution des investissements. La décision d’arrêter l’exécution de 15 MMDH des investissements au titre de l’exercice budgétaire 2013 a « été prise par le gouvernement dans le but de stopper la détérioration de la situation des finances publiques, sérieusement affectées au cours des dernières années, par la conjonction de plusieurs facteurs, dont la crise économique mondiale et les politiques financières expansionnistes poursuivies par le gouvernement depuis 2008 pour affronter cette crise à travers l’appui de la demande intérieure », a affirmé vendredi le Chef du gouvernement lors de la séance consacrée à la politique générale du gouvernement par la Chambre des représentants. Cette séance ayant porté sur les effets directs et indirects de la décision d’arrêt de l’exécution de 15 MMDH des dépenses d’investissements publics au titre de l’exercice 2013 sur le monde rural de manière particulière, a été boycottée par l’opposition qui a adopté la politique de la chaise vide.

-Comptes nationaux: Les capacités de financement de l’économie en nette détérioration. Le ralentissement de la croissance du PIB se confirme d’une année à l’autre et les capacités de financement s’inscrivent en nette détérioration. Aussi, hormis une relative maîtrise de l’inflation, la contribution de la demande finale à la croissance passe de 5,6 points en 2011 à 2,7 points à fin 2012. L’évolution des comptes nationaux provisoires au terme de l’année 2012 établie par le HCP est très révélatrice. L’économie marocaine affiche des signaux de crise non moins significatifs. Les principaux indicateurs de performance de l’économie nationale accusent en effet une détérioration sans précédent qui risque de s’aggraver davantage en 2013.

+AL MASSAE+:.
-Abdellatif Berrouhou, l’un des dirigeants du PJD déclare que le boycott par les groupes parlementaires de l’opposition de la séance mensuelle de questionnement du Chef du gouvernement est une « insolence sans précédent ». Lors de la réunion du secrétariat général du parti samedi dernier à Rabat, Berrouhou a indiqué que cette attitude constitue aussi « un manque de respect » aux institutions constitutionnelles.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, tire à boulets rouges sur Hamid Chabat et les « perturbateurs ». Répondant à une question de la majorité concernant les impacts directs et indirects de la décision relative à la coupe de 15 MMDH des dépenses de l’investissement public, Benkirane a affirmé qu’il n’accorde aucune importance à ceux qui ne veulent pas que le gouvernement réussisse, ajoutant que l’Exécutif n’arrêtera pas son action et les réformes engagées à cause des agissements de ces perturbateurs.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, déclare que « l’Administration a créé le PJD pour entraver la transition démocratique qui a été conduite par l’USFP ». Lors d’une rencontre de communication, samedi dernier à Oujda, Lachgar a écarté l’éventualité de l’alliance de son parti avec le PJD car les « deux partis sont porteurs de deux projets contradictoires ».

-L’UMT « internationalise » la crise du transport urbain à Fès. L’Union internationale des transports publics a adressé une lettre au chef du gouvernement et aux ministres de l’Intérieur et de l’Emploi, dans laquelle elle exprime sa profonde préoccupation concernant les comportements hostiles à l’action syndicale et les pratiques menées contre les employés du secteur du transport urbain à Fès, affiliés à l’UMT.

+ALAM+:.
-Parlement: Benkirane fustige les opportunistes de l’exercice de la politique. Lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale du gouvernement à la Chambre des représentants, boycottée par l’opposition, le Chef du gouvernement a indiqué que les parties qui ont critiqué la décision d’arrêter l’exécution de 15 MMDH des dépenses des investissements publics au titre de l’exercice 2013 sont « des opportunistes habitués à s’enrichir de la politique », ajoutant qu’il est naturel que ces parties se soucient du mode d’action de l’Exécutif par crainte pour leurs intérêts personnels.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le Maroc pourrait être exclu de l’indice des « marchés émergents ». L’Agence « MSCI », le fournisseur leader d’outils de soutien aux décisions d’investissement aux organismes de placement dans le monde, a annoncé que le Royaume, qui a été admis pendant dix ans parmi les marchés émergents, pourrait être déclassé vers l’indice des « marchés de frontière », dans son prochain rapport qui sera publié le 11 juin, en raison notamment de liquidités insuffisantes et de transactions boursières en chute libre.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelilah Benkirane déclare, lors de la réunion du secrétariat général du PJD, samedi dernier à Rabat, que l’Etat avait pensé à accélérer l’organisation de toutes les échéances électorales en réaction au Printemps arabe, mais après avoir constaté que les élections législatives du 25 novembre 2011 ont réussi à apaiser les tensions et calmé la rue, il n’y avait pas de raisons qui exigeaient l’accélération du déroulement des autres échéances électorales. Lors de cette réunion du secrétariat général, la direction du parti de la Lampe a exercé des pressions pour prendre une décision définitive concernant le conflit avec Hamid Chabat.

-Les magistrats de la Cour des comptes ont procédé, en catimini, à un audit administratif et financier des dossiers du Conseil municipal de la ville de Fès. Dans ce sens, le Maire de la ville, Hamid Chabat a indiqué que la visite des magistrats de la Cour des comptes est « ordinaire et naturelle » et s’inscrit dans le cadre des prérogatives de cette institution constitutionnelle, ajoutant que cette visite ne peut pas être liée à une quelconque conjoncture politique, surtout que ces magistrats ont entamé leur mission avant l’annonce de la décision du parti de se retirer du gouvernement.

-Abdelilah Benkirane demande à la direction de son parti, lors de la réunion du secrétariat général du PJD samedi dernier à Rabat, de boycotter la chaîne de télévision « 2M » en guise de représailles contre la couverture par la chaîne de la séance mensuelle sur la politique générale du gouvernement à la Chambre des représentants. Benkirane a dans ce cadre exprimé son vif mécontentement vis-à-vis de la chaîne qui n’a pas mis l’accent sur les motifs qu’il a fournis pour expliquer la coupe budgétaire de 15 MMDH des investissements publics.

-Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, relève de leurs fonctions deux responsables centraux du ministère pour irrégularités financières et administratives au sein des services dont ils avaient la charge. Il s’agit du chef de division des affaires générales et financières et du chef de division des ressources humaines.

-Le président de l’instance nationale de protection des deniers publics, Mohamed Tarik Sbaï, déclare que le Parquet général est devenu le « frigo » des dossiers de corruption financière à Marrakech, indiquant que le Parquet général a décidé de poursuivre de simples intermédiaires dans l’affaire du marché des poissons de Marrakech alors qu’il n’a pris aucune mesure en ce concerne les grands dossiers. Sbai a, par ailleurs, critiqué la lenteur des procédures, la durée des enquêtes préliminaires et la vacance du poste de Procureur général du Roi de la cité ocre depuis près d’une année.

+ASSABAH+:.
-Habib Choubani: Le boycott par les groupes parlementaires de l’opposition de la séance mensuelle consacrée à la politique générale du gouvernement porte atteinte à la Constitution. Le ministre chargé des relations avec le parlement et de la société civile a également estimé que ce boycott constitue « un coup d’état doux contre la Constitution ». Pour sa part, Abdellah Bouanou, qui s’exprimait devant la jeunesse PJD samedi à Casablanca, n’a pas exclu le recours au Conseil constitutionnel pour se prononcer sur la question soulevée par l’opposition concernant la répartition du temps de parole entre majorité et opposition lors des séances mensuelles. Par ailleurs, le président de la Chambre des Représentants, Karim Ghellab a interpelé les composantes de la 1ère Chambre afin de surmonter leurs divergences et accélérer la résolution des questions relatives aux séances mensuelles.

-Corruption: Arrestation d’un président de commune à Nador. Le Parquet général de la ville a récemment déféré, devant le juge d’instruction, sept personnes poursuivies dans le cadre d’une affaire de corruption, dont l’ancien président de la commune rurale « Iksane » à Nador, l’actuel président, le secrétaire général et des conseillers de cette commune. Ces responsables sont poursuivis pour corruption, fraude, falsification de documents et participation à la création de lotissements « secrets ».

-Le PJD se désengage des 16 personnes qui ont brûlé leurs cartes d’adhésion au parti. La démission de ces personnes, qui revendiquaient leur appartenance au PJD, a constitué une autre carte qui a attisé les tensions entre le PJD et l’Istiqlal après la participation de ces éléments à une conférence de presse donnée par l’épouse de Hamid Chabat. Le PJD a menacé de recourir à la justice contre ces personnes qui, selon la parti e la Lampe, n’ont jamais assumé une quelconque responsabilité au sein du parti ou au niveau de ses instances parallèles, ajoutant que les données et les accusations contenues dans leur communiqué ainsi que la vidéo démontrant leurs cartes brûlées sont « mensongères ».

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-L’opposition parlementaire compte adresser une lettre au Conseil constitutionnel après sa décision de boycotter la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement, vendredi dernier à la Chambre des représentants. Des sources au sein de l’opposition ont fait savoir que des contacts sont actuellement en vue d’examiner la possibilité de présenter une demande conjointe pour statuer sur la légalité du temps d’intervention de chaque partie lors de cette séance, ainsi que les autres points en suspens dont la manière de la tenue de cette séance transformée par Benkirane en un espace de « propagande électoraliste ».

-Le Secrétariat national des administrateurs, affilié à l’ODT, appelle ses adhérents à participer massivement à la marche nationale prévue à la mi-juin à Rabat et qui sera baptisée « deuxième marche de la colère ». Dans un communiqué, le Secrétariat a exprimé son vif étonnement à l’égard du mutisme du gouvernement, malgré tous les mouvements de protestation menés par cette catégorie. Il a également mis l’accent sur la nécessité de promulguer un statut juste et équitable pout toutes les catégories d’administrateurs.

-Le courant d’Ahmed Zaïdi, appelle à l’ouverture d’un dialogue politique sur la fusion entre l’USFP, le PT et le PS. Dans un communiqué, le secrétariat provisoire du courant « démocratie et ouverture » a souligné que la fusion du PT et du PS dans l’USFP exige la participation de toutes les composantes du parti à un dialogue ouvert, le respect des lois du parti de la rose et des attributions de ses instances, ajoutant que l’annonce du projet de fusion est à saluer en tant que prélude à un dialogue politique à même d’aboutir à l’étape de la fusion qui doit être à la hauteur de l’USFP en tant que grand parti et constituer un rempart contre tout genre de dérapage.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-La Crise gouvernementale: L’attentisme inquiétant! Trois semaines après l’éclatement de la crise gouvernementale suite à la décision du Conseil national du parti de l’Istiqlal de se retirer de la coalition gouvernementale, l’attentisme reste le mot d’ordre face à cette situation. Après des jours d’échange de déclarations et de réactions, les deux partis au conflit (l’Istiqlal et le PJD) n’évoquent même plus cette question, de même que les organes des deux formations évoquent toutes les questions sauf celle ayant trait à cette crise qui a failli faire voler en éclats le gouvernement Benkirane.

-Abdelilah Benkirane s’arme d’obstination et brandit la carte de l’électorat face à l’Istiqlal et à l’opposition. Lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale du gouvernement à la Chambre des représentants, le Chef de l’Exécutif a fustigé de nouveau ceux qui « courent derrière les sièges et les postes » et « ceux qui cherchent à mieux se positionner sur le plan électoral ». Il a également souligné que la popularité du parti de la Lampe a grimpé grâce aux décisions prises par le gouvernement.

-Driss Lachgar: L’USFP a sauvé le Maroc de « l’arrêt cardiaque » et le PJD le conduit vers « un arrêt cérébral ». S’exprimant lors d’une rencontre de communication, samedi dernier à Oujda, le Premier Secrétaire du Parti de la Rose a indiqué que « le gouvernement Benkirane n’a offert aucune chose de concret au peuple marocain et n’a apporté aucune valeur ajoutée qui peut être mise à l’actif du PJD ».

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Abdelilah Benkirane affirme que le gouvernement poursuit le processus de réforme malgré les perturbations. Le Chef du gouvernement a souligné, lors de la séance mensuelle sur la politique générale, boycottée par l’opposition, que l’actuel Cabinet n’est pas venu pour servir ses propres intérêts, ajoutant que le gouvernement ne peut pas prendre des décisions qui ne vont pas servir les intérêts des citoyens. Il a par ailleurs affirmé que les perturbations proviennent toujours de ceux qui avaient l’habitude de servir leurs intérêts personnels à travers la gestion de la chose publique.

+AL KHABAR+:.
-L’Istiqlal joue le role de l’opposition lors de la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement, vendredi dernier à Rabat. Lors de cette séance boycottée par les groupes parlementaires de l’opposition, Benkirane saisi cette occasion pour monter de nouveau au créneau en soulignant que « les perturbateurs ont eu l’habitude de s’enrichir des deniers publics à leur guise en l’absence de tout controle », mais, a-t-il affirmé, le gouvernement poursuivra les réformes entreprises, notant qu’il n’est pas venu au gouvernement pour porter atteinte aux intérêts du pays mais pour contribuer à la préservation de sa stabilité politique.

-Le Secrétariat général du PJD a évité, lors de sa réunion samedi dernier, d’évoquer la crise politique que traverse la majorité gouvernementale pour la troisième semaine consécutive, après la décision du Conseil national de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement. Des sources partisanes ont indiqué que le chef du gouvernement et SG du PJD, Abdelilah Benkirane a demandé à la direction de son parti de ne pas perdre de temps dans les débats sur la décision du retrait de l’Istiqlal puisque celui qui doit trouver une solution à ses problèmes et à définir sa position c’est bien l’Istiqlal.

-Les services centraux au ministère de l’Intérieur diligentent une enquête sur le dossier de l’INDH à Khémisset et relèvent de ses fonctions le chef du service chargé de l’initiative à la préfecture de la ville suite à un rapport réalisé par le Centre marocain des droits humains (CMDH) sur les dysfonctionnements ayant entaché cette initiative. Selon des sources, le CMDH a chargé une commission d’enquêter sur les dysfonctionnements relevés par les associations de la société civile, avant d’ajouter que ledit rapport accuse le chef de la division des affaires sociales d’enrichissement illégal.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Dans une première: Benkirane reconnaît qu’il n’est pas le chef du gouvernement de tous les Marocains. Lors de la séance mensuelle sur la politique générale du gouvernement à la Chambre des représentants, Benkirane a affirmé que « nous travaillons avec les gens qui ont voté pour nous », avant de poursuivre que « ceci était avant les élections, mais après, nous oeuvrons maintenant pour servir tous les marocains ». Réagissant à ces propos, un député de l’opposition a fait savoir que les déclarations de Benkirane viennent de nouveau confirmer que l’opposition avait raison de boycotter cette séance.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, se contente de dialoguer avec sa propre majorité à la Chambre des représentants après que les groupes d’opposition aient décidé de boycotter la séance mensuelle de vendredi dernier en guise de protestation contre le mode de gestion de cette séance stipulée dans l’article 100 de la Constitution.

+ATTAJDID+:.
-Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan attendu ce lundi pour une visite officielle de deux jours au Maroc, en compagnie de 300 hommes d’affaires. Pour Taj Eddine Al-Housseini, professeur des relations internationales à l’Université Mohammed V à Rabat, cette visite ne sera pas seulement une occasion pour consolider la coopération économique bilatérale, mais également une opportunité pour le renforcement des réformes démocratiques. Pour sa part, l’économiste, Omar Kettani a souligné que la Turquie est devenue un grand centre en matière de développement économique dont le Maroc devrait tirer profit.

-L’expulsion collective de 600 employés d’une société de transport urbain à Fès: L’Union internationale des transports publics interpelle le gouvernement à cause de Hamid Chabat. Dans ce sens, l’Union a exprimé sa grande préoccupation face aux comportements hostiles à l’action syndicale et contre les employés du secteur du transport urbain à Fès, allusion faite au refus des autorités locales de donner leur autorisation au nouveau bureau syndical des employés affiliés à l’UMT, après avoir quitté collectivement le syndicat de Chabat, à avoir l’UGTM.

+AL MOUNAATAF+:.
-La dette extérieure: L’opposition tire la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, les groupes de l’opposition à la Chambre des représentants ont indiqué que le gouvernement hypothèque l’économie nationale et la décision souveraine des institutions de Bretton Woods, et ce en augmentant la dette extérieure, ouvrant ainsi la voie à ces institutions pour imposer de nouveau leur tutelle sur l’économie nationale.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *