Revue de presse marocaine du 02/05/2013

0 commentaires, 02/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Fête du Travail: Les syndicats dénoncent la politique sociale du gouvernement. A l’exception de l’UNTM, les centrales syndicales ont cloué au pilori le gouvernement. Selon elles, le gouvernement a pris des mesures qui remettent en question les acquis de la classe ouvrière et qui érodent le pouvoir d’achat des couches populaires. Si l’ensemble des responsables syndicaux ayant fait des discours à l’occasion du premier mai ont critiqué la panne du dialogue social, l’UNTM voit les choses autrement. Dans ses propos, Mohamed Yatim a salué « les réalisations acquises grâce à l’exécution par l’actuel gouvernement d’un grand nombre des engagements de l’accord du 26 avril 2011, malgré la conjoncture économique difficile ». Il a aussi loué l’institutionnalisation du dialogue social à travers la mise en place de la Haute commission de concertation sur le dialogue social.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-La mise en garde de l’Istiqlal au PJD: Chabat accuse son allié de mener une politique politicienne et électorale. L’Istiqlal et l’UGTM ont réussi une vraie démonstration de force ce 1er mai. La manifestation du parti et de son syndicat a connu une très grande affluence à Rabat. Les premières estimations parlaient de 80.000, voire 100.000 participants des 16 régions du Royaume. Hamid Chabat, qui est à la fois SG de l’Istiqlal et leader de l’UGTM, a démontré la capacité du parti et du syndicat à mobiliser les foules. Ce fut le premier message à forte valeur symbolique adressé par Chabat à son principal allié au gouvernement, le PJD. Bien que le 1er mai soit un rendez-vous syndical avant tout, cette année le discours politique a pris le meilleur sur les revendications sociales. Chabat a ainsi affirmé que le PJD n’est pas capable de gérer la crise actuelle, ajoutant que les subventions des produits de base, accordées dans le cadre de la Caisse de compensation constituent une ligne rouge de laquelle il ne faut pas se rapprocher.

+L’ECONOMISTE+:.
-1er mai: Le gouvernement dos au mur. Une fois n’est pas coutume. Ce 1er mai, les syndicats se sont retrouvés en ordre dispersé, essentiellement à Rabat et Casablanca pour se faire entendre. Mais, ils en ont profité pour donner de la voix contre le gouvernement Benkirane qu’ils somment en vain de « changer de cap ». Apparemment, le discours traditionnel du ministre de l’Emploi n’a pas calmé le jeu. La rupture semble consommée. Pour ses quinze mois au pouvoir, Abdelilah Benkirane affronte ainsi véritablement pour la 1ère fois la rue qui lui était jusque-là favorable. Pas de trêve donc pour la fête des travailleurs, bien que les centrales syndicales aient acté leurs divisions à l’occasion des manifestations de ce 1er mai. Elles ont organisé chacune son propre défilé, sa propre démonstration de force, avec pour chacune un affichage et des slogans différents. Seul dénominateur commun: les discours ont changé chez toutes les centrales syndicales au fil des ans.

-Impots: La réforme se précise. Après des débats, parfois très vifs, la proposition d’instituer l’impot sur la fortune a finalement été retenue dans les recommandations des Assises nationales de la fiscalité. Mais il y a très peu de chances qu’elle soit concrétisée. En revanche, une dose de modernisation va toucher le système fiscal. La notion de foyer fiscal sera introduite dans la loi, tout comme le rescrit fiscal. Par ailleurs, le délai de prescription actuellement fixé à 4 ans, sera probablement rallongé. Il est presque acquis également que le périmètre de la TVA sera élargi et les voies de recours profondément remaniées.

+LIBERATION+:.
-La classe ouvrière mobilisée en force derrière la bannière de la FDT. Ils étaient des milliers qui ont répondu présent à l’appel de la FDT à l’occasion de la fête du 1er mai, pour défiler depuis la place Sidi Maârouf à celle de Bouchentouf à Casablanca. Des salariés et des fonctionnaires dans différents secteurs ont brandi des banderoles, scandé des slogans condamnant la politique antisociale menée par le gouvernement Benkirane et exprimé leur malaise et inquiétude. Mais quelles sont les sources de cette inquiétude? L’intervention de Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, a mis en lumière les causes de cette inquiétude. « Le peuple marocain est fortement inquiet », lance-t-il, ajoutant que le peuple marocain se pose aujourd’hui des questions cruciales un an et demi après l’investiture du gouvernement présidé par le SG du PJD. De son coté, le SG de la FDT, Abderrahmane Azzouzi n’a pas manqué de relever la confusion qui manque la politique de l’Exécutif, ajoutant que le traitement de cette situation nécessite un courage politique afin de trouver des ressources financières et donc faire face au déficit budgétaire, de lutter contre la fraude et l’évasion fiscale et de passer de l’informel à une économie formelle.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Fête du travail : Les syndicats en rangs serrés. C’est sous un ciel ensoleillé que les syndicats marocains ont célébré le 1er mai aussi bien à Casablanca, capitale de la classe ouvrière qu’à Rabat. Une fête du travail qui intervient après le boycott de la dernière session du dialogue social par les centrales syndicales les plus représentatives. Les organisations syndicales ont toutes plaidé pour l’amélioration des conditions socio-économiques de la classe laborieuse et la préservation de son pouvoir d’achat et de ses droits. Lors des différents meetings organisés à cette occasion, les syndicats ont appelé le gouvernement à garantir les libertés syndicales, à respecter le droit de grève en renonçant à tout prélèvement sur les salaires des grévistes et à mettre en Âœuvre toutes les dispositions de l’accord du 26 avril 2011.

+L’OPINION+ :.
-Premier Mai historique de l’UGTM à Rabat: La capitale a vécu hier au rythme d’une mobilisation syndicale sans précédent. Agir face à la décélération du pouvoir d’achat et face à la dégradation des conditions de vie des masses laborieuses est bien le mot d’ordre du SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat dans le discours qu’il a prononcé devant des centaines de milliers de militantes et de militants de l’UGTM à l’occasion de la célébration de la fête du Travail. Beaucoup de signaux forts, des rappels à l’ordre, des appels à honorer tous les engagements à travers l’écoute, la réactivation du dialogue social, ont été faits au gouvernement par Chabat dont le discours a forcé l’intérêt de toute cette immense foule de militants, de militantes et de sympathisants venus de toutes les régions du Royaume.

-Provinces du sud : La stratégie de la subversion et de la supercherie. Les scènes de troubles se sont poursuivies dimanche et lundi à Laâyoune par des attroupements sur la voie publique, l’installation de barricades sur la chaussée, l’incinération de pneus usés, les attaques des édifices publics et la violence à l’endroit des agents des forces publiques avec jets de pierres et cocktail Molotov. Les actes subversifs téléguidés à partir de Tindouf sont au fait destinés à donner une consistance aux prétentions des séparatistes qui veulent faire croire à la communauté internationale que les droits de l’Homme au Sahara sont transgressés. Et, pour compléter le décor, on mobilise des eurodéputés et des éléments d’ONG dont Amnesty international, notoirement acquis aux thèses du polisario, actuellement en visite dans les provinces du sud et dûment encadrés par la fameuse polisarienne Aminatou Haidar.

-Assises nationales de la fiscalité: La refonte de la politique fiscale se précise. La refonte de la fiscalité marocaine est mise sur les rails et les premiers éléments afférents à la feuille de route qui aura à cadrer les actions et mesures à entreprendre à court, moyen et long termes en matière de réforme fiscale, prennent forme. En témoigne à cet effet, le contenu des allocutions prononcées en séance d’ouverture des Assises nationales sur la fiscalité tenues les 29 et 30 avril. Les divers intervenants ont unanimement mis l’accent sur la nécessité, au vue de certain nombre de considérations, de procéder à la réforme du système fiscal marocain. Laquelle réforme a pour corollaires transparence, justice, équité, visibilité, civisme fiscal, amélioration du rapport administration-contribuable et ne peut être réduite à une simple révision technique mais plutot comme une réforme politique d’ampleur intimement liée à la révision concernant les autres instruments d’incitation économique et/ou de redistribution.

+AL MASSAE+:.
-Fête du 1er mai: Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, monte de nouveau au créneau et accuse un ministre d’assister aux travaux et réunions du Parlement en « état d’ébriété », soulignant qu’un responsable gouvernemental ne peut pas se comporter de la sorte. Lors d’un meeting organisé à Rabat par l’UGTM, il a tiré à boulets rouges sur le gouvernement Benkirane qui, selon Chabat, conduit le pays vers l’inconnu, tout en critiquant le Chef de l’Exécutif qui tente de jouer encore le role de la victime en évoquant les « crocodiles » et les « démons » qui perturbent l’action de son cabinet. De son coté, Benkirane a souligné, lors de son allocution devant les syndicalistes de l’UNTM à Casablanca, que son gouvernement tente de mener le processus des réformes mais il est confronté à certaines parties et centrales syndicales qui ont la nostalgie d’un mode de controle et de répartition des richesses révolu.

-Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saad Dine El Otmani, indique qu’il y a « des parties étrangères qui sont derrière ce qui se passe au Sahara marocain ». Intervenant lors d’un meeting organisé par l’UNTM à Rabat, El Otmani a précisé que les Marocains doivent être constamment mobilisés pour contrecarrer les manÂœuvres orchestrées par des parties étrangères visant à porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume.

-Me Abdellatif Ouahbi, président du groupe du PAM à la Chambre des représentants, interdit d’exercer la profession d’avocat pendant quatre mois sur la base d’une plainte déposée par l’Amicale hassania des magistrats. Selon une source informée, cette décision a été prise vendredi dernier après des délibérations qui ont duré près de deux mois.

+AL ALAM+:.
-1er mai: La manifestation de l’UGTM sous le slogan « Jihad pour la dignité » mobilise des centaines de milliers de militants à Rabat, dans le cadre du plus grand rassemblement de la classe ouvrière dans l’histoire de l’UGTM. Lors de ce meeting, Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal a affirmé que l’atteinte au pouvoir d’achat des citoyens est « une ligne rouge à ne pas franchir sous aucun prétexte ». Par ailleurs, les militants du syndicat ayant participé à ce rassemblement ont scandé des slogans appelant le gouvernement au respect des dispositions de l’accord du 26 avril 2011 et à l’institutionnalisation du dialogue social.

+ATTAJDID+:.
-Manifestations à l’occasion de la Fête du travail: Des slogans pour la lutte contre la corruption et l’accélération du processus de la réforme. Dans un rassemblement de l’UNTM à Casablanca, le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane s’est adressé aux « perturbateurs » de l’actuelle expérience gouvernementale en affirmant: « Vous ne atteindrez jamais votre objectif et vous ne réussirez pas à freiner le processus de réformes que le gouvernement est déterminé à poursuivre ». Pour sa part, Mohamed Yatim, SG de l’UNTM, a réitéré la volonté de son syndicat d’entreprendre toutes les initiatives et mener toutes les actions de militantisme afin de satisfaire les revendications légitimes et raisonnables de la classe laborieuse.

-Le ministère de l’Intérieur fustige l’AMDH. Le ministère a estimé que le rapport sur les événements qu’a connus récemment la ville de Laâyoune, publié par le bureau de la section locale de l’Association marocaine des droits humains comporte « des allégations et des données infondées ainsi que des accusations graves et gratuites à l’encontre des forces de l’ordre public ». Dans un communiqué rendu public, le ministère a aussi affirmé que l’objectif des auteurs de ce rapport est de « dévaloriser l’action des forces de l’ordre et de les accuser d’actes abominables, tout en leur attribuant l’entière responsabilité de ce qui s’est passé à Laâyoune ».

+ASSABAH+:.
-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, accuse le PJD d’instrumentaliser la religion et la cause nationale à des fins politiciennes, dans le cadre des préparatifs aux prochaines échéances électorales. Dans son allocution à l’occasion de la fête du Travail, Chabat a affirmé que la participation de son parti à la majorité gouvernementale ne l’engage pas à rester muet devant les fausses décisions prises par le Chef de l’Exécutif. De son coté, Abdelilah Benkirane a indiqué au cours d’un meeting de l’UNTM organisé par la même occasion, que les « perturbateurs » ne font que renforcer la popularité de son équipe gouvernementale.

-Des diplomés chomeurs ont encerclé le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Saad Dine El Otmani, qui conduisait hier mercredi à Rabat la marche de l’UNTM, bras syndical du PJD, et les forces de l’ordre ont réussi avec beaucoup de difficulté à le sauver de cette situation.

-Les forces de sécurité avortent un plan visant la généralisation des actes de vandalisme à Laâyoune. Le Préfet de police de Laâyoune a, dans une déclaration à une délégation de journalistes ayant effectué mardi une visite dans la ville, dévoilé qu’un groupe de fauteurs de trouble ont tenté de transporter des enfants et des adolescents à bord de voitures 4X4 vers différents quartiers de la ville pour perpétrer des actes de vandalisme et donner l’impression que toute la ville vit au rythme de l’anarchie, des troubles et des protestations.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les dissensions et les divergences au sein du gouvernement marquent de leur empreinte la fête de la classe ouvrière. Lors d’un rassemblement de l’UNTM à Casablanca, Abdelilah Benkirane a fustigé les centrales syndicales qui ont boycotté la réunion du dialogue social, qualifiant les dirigeants de ces syndicats de « perturbateurs ». Pour sa part, Hamid Chabat a appelé, dans une allocution devant les militants de l’UGTM, Abdelilah Benkirane à procéder au remaniement gouvernemental pour assurer le développement du pays et la dignité des Marocains ou au départ.

-Scandale!: Environ 31 tonnes de stupéfiants ont traversé le port Tanger-Med à travers deux camions, provoquant un état de choc parmi les services de sécurité et des douanes qui attendent des informations détaillées sur ces deux opérations de la part de leurs homologues espagnols qui ont intercepté les deux véhicules, et la police judiciaire diligente une enquête pour élucider cette affaire.

-Abderrahmane El Youssoufi, l’un des caciques de l’USFP, qui avait conduit le gouvernement d’alternance, sort de son mutisme pour qualifier de « dangereuse » et d' »inconfortable » la situation de la scène politique nationale. Lors d’une rencontre avec une délégation du parti de la rose venue lui rendre visite dans son domicile, El Youssoufi a souligné que l’USFP a connu quelques crises qui ont engendré des défaites électorales où le parti a rétrogradé, appelant les USFPéistes à reprendre le combat en vue de reconquérir la place qui sied au parti et de recouvrer les moyens susceptibles de sauver le pays afin de réaliser les attentes des Marocains. Il a également appelé les membres du bureau politique à consentir les efforts nécessaires pour réussir les prochaines échéances électorales.

-Le PJD gèle l’adhésion du Président du conseil municipal de Larache en raison d’accusations d' »enrichissement rapide » qui figurent dans le dossier soumis par le secrétariat local à la commission de la probité et de la transparence du parti dirigé par le député Abdelaziz Aftati.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Rassemblement inédit de l’UGTM à Rabat à l’occasion de la fête du Travail: Hamid Chabat mobilise ses troupes pour riposter à Abdelilah Benkirane. Dans une allocution à cette occasion, Chabat a de nouveau fustigé le gouvernement qu’il a qualifié d' »autoritaire ». Le SG du parti de l’Istiqlal a également réaffirmé que son parti ne quittera par les rangs de la coalition gouvernementale, mais cela ne l’empêchera pas de lutter contre toute décision qui porterait atteinte aux intérêts des Marocains.

-Après leurs tentatives de semer des troubles dans la région du Sahara: les pro-séparatistes ne réussissent pas à attiser les manifestations dans les provinces du sud. Leurs manoeuvres, qui visaient à attiser les confrontations à Laâyoune en mobilisant des enfants et des femmes afin de fournir de la matière pour les rapports des délégations étrangères présentes sur place et gagner ainsi la sympathie de certaines organisations internationales, ont été vouées à l’échec, les forces de l’ordre et les autorités locales ayant fait preuve de retenue et de grande vigilance et mené des interventions ciblées pour disperser les manifestants et évacuer la voie publique sans procéder à des arrestations.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, qualifie le Chef du gouvernement, de « despote arrogant » qui Âœuvre à renforcer l’hégémonie de son parti, mettant en garde, lors d’un meeting organisé à Rabat par l’UGTM à l’occasion du 1er mai, contre toute décision portant atteinte au pouvoir d’achat des citoyens. Chabat a par ailleurs appelé Benkirane à respecter ses engagements ou à s’attendre à un soulèvement des citoyens pour changer la situation.

-Les centrales syndicales accusent le gouvernement de se dérober à ses engagements. Les syndicats, ayant pris part mercredi aux manifestations organisées à l’occasion de la fête du 1er mai, ont été tous unanimes à réclamer l’amélioration de la situation socio-économique de la classe laborieuse, appelant le gouvernement à garantir les libertés syndicales, à mettre en application le reste de l’accord du 26 avril 2011 et à institutionnaliser le dialogue social. Les syndicats ont également revendiqué la suspension des poursuites judiciaires contre des syndicalistes et l’abrogation de l’article 288 du Code pénal en vertu duquel ces syndicalistes sont poursuivis en justice.

-La dénommée Aminatou Haidar reçoit des membres d’Amnesty international pour induire en erreur l’opinion publique internationale. Elle a reçu, dans son domicile, deux membres de l’ONG avant le déclenchement des événements et téléguidé les affrontements entre les éléments pro-polisariens et les forces de l’ordre.

+AL KHABAR+:.
-Abdelilah Benkirane, SG du PJD, tire à boulets rouges sur les « perturbateurs » qui ne veulent pas la réussite de l’expérience de son gouvernement, allusion faite au SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat. Dans son allocution prononcée à l’occasion de la fête du 1er mai à Casablanca, Benkirane a souligné qu’il y a ceux qui prétendent mobiliser les travailleurs en cette journée du 1er mai, mais la force ne réside pas dans le rassemblement de 100.000 personnes pour vendre des chimères mais elle réside plutot dans le sérieux.

-Hamid Chabat, leader de l’UGTM, fait une démonstration de force de son syndicat mercredi à travers l’organisation de la plus grande marche à Rabat avec la participation de milliers de militants. Dans une allocution prononcée à cette occasion, Chabat a indiqué que « nous refusons l’exclusion et le controle du gouvernement par un seul parti », appelant l’Exécutif à procéder à une augmentation des salaires, à mettre fin à la hausse des prix et à trouver de l’emploi aux chomeurs.

-Le parc auto de la Chambre des représentants met Karim Ghellab dans l’embarras. Des sources bien informées ont indiqué que les membres du bureau de la 1ère Chambre ont protesté contre le fait qu’ils sont privés de voitures de service, se demandant pourquoi certains membres des anciens bureaux disposent toujours des voitures de service. Selon ces mêmes sources, Ghellab a promis de régler ce problème et de récupérer les voitures du Parlement dans les plus brefs délais.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Miloudi Moukhariq, SG de l’UMT, indique lors des manifestations organisées à l’occasion du 1er mai, que l’actuel gouvernement persiste dans son offensive hostile contre les droits et libertés syndicales, ajoutant que l’Exécutif n’a pas cessé de prendre des décisions « impopulaires » tel que son intention de supprimer la Caisse de compensation, la réduction des investissements publics, l’augmentation des prix des produits de base et des impots, le gel des salaires et l’attaque violente contre le droit à la grève. Moukhariq a par ailleurs fait savoir que son syndicat est déterminé à poursuivre sa lutte pour la construction de la société de la liberté, de la démocratie, de la dignité humaine et de la justice sociale.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Fête du 1er Mai: Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar indique que la situation « préoccupante » dans le pays nous interpellent tous à constituer un front social uni pour contrer la politique antisociale et antipopulaire du gouvernement, et Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, souligne que le gouvernement actuel adopte une politique marquée par l’improvisation, une politique qui est en déphasage avec les perspectives de consolidation de l’édifice démocratique du pays.

+AL MOUNAATAF+:.
-La classe laborieuse marocaine brandit lors de la célébration du 1er mai des slogans hostiles au gouvernement, et le secrétaire national de l’ODT, Ali Lotfi, appelle l’Exécutif à abandonner l’exécution des recommandations de la Banque mondiale pour préserver l’indépendance et la souveraineté de la décision économique du pays.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *