Revue de presse marocaine du 02/02/2013

0 commentaires, 02/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce samedi:.

+LIBERATION+:.
-Le PPS somme Benkirane de réunir la majorité. Les relations entre les deux principaux alliés de la majorité, le PJD et l’Istiqlal sont exécrables. Avec sa revendication incessante de remaniement ministériel, officialisé par un mémorandum adressé au Chef du gouvernement, le leader de l’Istiqlal a fortement contribué à envenimer les relations entre les partenaires d’une majorité, mal née dès le départ. C’est en tout cas ce qu’assurent, main sur le coeur, les membres du bureau politique du PPS. Dans les rangs de cette formation politique présidée par Nabil Benabdellah, l’inquiétude atteint son paroxysme. On s’inquiète pour l’avenir de la majorité que composent quatre partis, le PJD, l’Istiqlal, le MP et le PPS. On a aussi et surtout des craintes quant à l’avenir des réformes dans la stabilité du programme du gouvernement Benkirane. La majorité restera-t-elle otage de ses deux alliés majeurs, le PJD et l’Istiqlal et surtout de l’entêtement d’un Abdelilah Benkirane estimant que la convocation de l’instance de la majorité n’est ni une urgence ni une priorité?.

-Le personnel de la justice brutalisé par les forces de l’ordre: Le bâton constitue de plus en plus le seul moyen usité par le gouvernement pour réprimer toute velléité revendicative, notamment du syndicat démocratique de la justice (SDJ) affilié à la FDT. Les militants de ce syndicat ont fait les frais, vendredi matin à Tanger où se tenait un nouveau round de dialogue sur la réforme de la justice chapeauté par le ministre de la Justice et des Libertés, du même scénario qu’à Ifrane il y a quelques mois. Les forces de l’ordre ont brutalisé et roué de coups des militants qui manifestaient pacifiquement devant le tribunal de première instance de Tanger. Selon un membre du bureau national du SDJ, sept personnes blessées, dont l’une dans un état grave, ont été transportées à l’hopital pour recevoir les soins nécessaires.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Cohérence de la majorité gouvernementale: Le PPS part encore une fois en mission de bons offices et appelle à la tenue « en urgence » de la réunion des partis de la majorité. Mieux encore, il veut organiser une réunion à laquelle il compte inviter les alliés de la coalition gouvernementale à une rencontre qui devrait permettre d’avoir des discussions franches et de rapprocher les positions. L’initiative du parti que dirige le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, Nabil Benabdellah, a été prise lors de la dernière réunion du bureau politique du PPS tenue mercredi dernier. En effet, le communiqué adopté à cette occasion avait considéré qu' »une réunion de l’Instance de la direction de la majorité revêt désormais un caractère urgent et impératif ». Cependant, juste après ce passage, le même communiqué parle d’une décision prise par le parti en vue de réunir les partis de la majorité dans le cadre d’une manifestation propre au PPS. Ce sont donc deux réunions distinctes. La première entre dans le cadre des efforts que le PPS mène pour que les partis de la majorité puissent renouer avec l’ambiance de sérénité qui prévalait au début du mandat de ce gouvernement. Quant à la deuxième réunion, elle représente une sorte de plan B au cas où la première réunion échouerait.

+AL MASSAE+:.
-Procès de Gdim Izik: Des slogans pro-séparatistes scandés dans l’enceinte du tribunal militaire de Rabat et les familles des victimes des événements de Gdim Izik, qui ont fait 11 morts et 70 blessés parmi les forces de l’ordre, réclament que justice soit rendue aux victimes. Quant à la défense des mis en cause, elle a demandé la convocation, en tant que témoins, de Taïb Cherkaoui, ancien ministre de l’Intérieur, de trois walis au ministère de l’Intérieur et d’une parlementaire. Elle a également indiqué que cinq personnes poursuivies dans cette affaire figuraient parmi les membres d’une commission qui avait initié un dialogue avec de hauts responsables marocains.

-La section du groupe pharmaceutique danois « Novo Nordisk » au Maroc, leader mondial dans le traitement du diabète et de production d’insuline, accusée de procéder à de multiples opérations de licenciements abusifs contre des employés relevant de son service commercial. Ainsi, onze employés ont été renvoyés en six mois sans aucun motif valable et sans aucun respect des procédures juridiques prévues par le Code du travail.

-Un groupe de familles des détenus islamistes à la prison de Salé 2, qui observent une grève ouverte de la faim, dénoncent la détérioration de l’état de santé de leurs proches et l’organisation « Justice Morocco » et le Forum « Al Karama pour les droits de l’Homme » tirent la sonnette d’alarme quant à la gravité de la situation de ces détenus salafistes à cause de leur grève de la faim.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Des dizaines d’éléments du polisario font partie des organisations terroristes au nord Mali. Des rapports de centres d’études internationales ont fait savoir que les camps de Tindouf sont devenus des pépinières de terroristes, dont celui publié par le centre américain « Center Of Naval Analyses » et qui dévoile des preuves irréfutables sur l’infiltration d’Al Qaida dans les camps de Tindouf et l’arrivée de dizaines d’éléments du front séparatiste au Mali pour rejoindre les groupes terroristes établis au nord de ce pays africain.

-Affrontements entre les forces de l’ordre et les greffiers, vendredi, devant le tribunal de première instance de Tanger après l’interdiction par les autorités locales de la marche que comptaient organiser les greffiers depuis le tribunal vers le lieu où se tenait le 9ème Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice. Selon des sources syndicales, trois manifestants ont été blessés lors de ces affrontements, alors que des sources policières ont indiqué que ces manifestants ont tenté de déplacer les barrières de sécurité mises en place, ce qui a provoqué un télescopage entre les protestataires et les forces de l’ordre qui avaient pour mission d’interdire cette marche non autorisée.

-Les familles des victimes des événements de Gdim Izik, qui se sont rassemblées devant le tribunal militaire à l’occasion de l’ouverture vendredi du procès des accusés poursuivis dans le cadre de cette affaire appellent à ce que justice soit rendue aux victimes de ces événements conformément aux lois et aux conditions du procès équitable. Dans un communiqué, la Coordination des familles et amis des victimes des événements de Gdim Izik (COFAV) a également indiqué que « cette exigence de justice, même si elle n’atténue pas les souffrances des parents, des enfants et des amis de nos fils qui sont tombés, leur permettra d’accomplir le deuil, de comprendre ce qui s’est passé, et surtout de leur rendre justice en punissant leurs bourreaux ».

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Fermeture de 133 entreprises et licenciement de plus de 8.000 salariés au cours de la période allant de janvier 2011 à septembre 2012 en totale absence de toute indemnité sur la perte d’emploi, et les régions les plus affectées par ces fermetures et compressions d’effectifs sont celles du Grand Casablanca, de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, de Meknès-Tafilalet et de Doukkala-Abda.

-Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP accuse, lors d’une émission télévisée, « les snipers du parti au pouvoir », allusion faite au PJD, de faire circuler des rumeurs prétendant que l’USFP opterait pour le soutien critique au gouvernement actuel et saluera les actions prises par le parti au pouvoir, affirmant que cela n’aura jamais lieu.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Ouverture hier vendredi au tribunal militaire de Rabat du procès de 24 accusés poursuivis dans le cadre des événements liés au démantèlement du camp de Gdim Izik au cours desquels 11 éléments des forces de l’ordre ont été tués et 70 autres blessés, dont plusieurs grièvement. Lors de ce procès, les familles des victimes ont appelé à éviter toute « politisation » de ce dossier et à rendre justice aux victimes. Par ailleurs, Le tribunal militaire en charge de ce dossier a rejeté la requête de la défense de convoquer Taïb Cherkaoui, ancien ministre de l’Intérieur, trois walis au ministère et la députée Gajmoula Bent Abi en tant que témoins dans cette affaire.

-Le Forum « Al Karama » pour les droits de l’Homme, proche du PJD, demande l’établissement de la vérité concernant le décès de l’étudiant Mohamed Fizazi dans la cité universitaire de Fès suite à une intervention des forces de l’ordre pour la dispersion d’une manifestation. Dans un rapport rendu public, le Forum a indiqué que l’intervention des forces de l’ordre pour la dispersion d’un sit-in organisé par des étudiants a fait plusieurs blessés parmi les étudiants, dont Mohamed Fizazi, et a abouti à l’arrestation de 11 autres.

-Passation de pouvoirs la semaine prochaine entre Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP et son prédécesseur Abdelouahed Radi, un mois après son élection à la tête du parti. Selon des sources informées, Lachgar a par ailleurs reçu les données relatives aux finances du parti, à son patrimoine, et aux dernières transactions effectuées, dont la vente de ses actions dans une maison d’édition et dans la Socièté arabo-africaine de distribution, d’édition et de presse (SAPRESS).

-Des dizaines de représentants de partis politiques, de syndicats et d’associations ont observé, jeudi, un sit-in en guise de protestation contre la projection du film « Tinghir-Jérusalem: Les échos du Mellah » le 5 février prochain dans le cadre du 14ème festival national du film de Tanger, dont le coup d’envoi a été donné hier vendredi. Lors de ce sit-in, les manifestants ont brandi des banderoles et des pancartes dénonçant « la normalisation avec Israël ».

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Des blessés parmi les greffiers lors de l’intervention musclée des forces de l’ordre à Tanger pour disperser leur marche. Des sources du syndicat démocratique de la justice (SDJ) ont indiqué que la marche qui devait prendre son départ, vendredi, depuis le tribunal de 1ère instance de la ville vers le lieu de la tenue du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice a été violemment dispersée par les forces de l’ordre, faisant plusieurs blessés parmi les manifestants. Selon les mêmes sources, l’ordre d’intervenir a été donné par Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés.

+AL ALAM+:.
-Haute tension au sein du CCME. Abdou Mnebhi, rapporteur de la commission de la citoyenneté et de la participation politique au Conseil, critique vertement le bilan médiocre de l’action de cette institution, attirant l’attention, dans une déclaration à une radio hollandaise, sur le fait que le Conseil n’a tenu aucune assemblée générale depuis sa création. Réagissant à ces propos, Driss El Yazami, président du CCME a souligné l’existence d’outils internes de débat qui consacrent la démocratie au sein du conseil, appelant ses détracteurs à respecter les règles du débat interne au sein du CCME.

+AL KHABAR+:.
-Des blessés lors de l’intervention musclée des forces de l’ordre pour disperser une marche organisée par les greffiers et le personnel de plusieurs juridictions devant le tribunal de première instance de Tanger, et ce marge du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice, présidé par Mustapha Ramid, ministre de la Justice. Lors de cette manifestation, les protestataires ont scandé des slogans dénonçant la politique du ministre, et appelé à l’ouverture d’un débat approfondi et d’un dialogue constructif et responsable avec l’ensemble des fonctionnaires et des organisations syndicales dans tous les tribunaux du Royaume.

-Réunion secrète entre de hauts responsables de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), jeudi dernier au domicile d’une figure de proue de la Fédération à Casablanca, pour la destitution de Ali Fassi Fihri. Des sources informées ont révélé que les participants à cette réunion ont convenu de demander à Ali Fassi Fihri de rendre des comptes sur plusieurs décisions unilatérales et certains comportements, ajoutant qu’ils ont également décidé d’opter pour l’escalade si le président de la Fédération ne répond pas favorablement à leurs doléances.

-Le groupe du PJD à la Chambre des représentants refuse de participer à la conférence organisée à Marrakech sur le thème « la sécurité et la démocratie dans la région maghrébine » initiée par des groupes parlementaires représentant plusieurs partis marocains, en coordination avec la Coalition européenne des réformateurs et conservateurs (AECR). Dans un communiqué, le PJD a refusé que son nom soit lié à une activité dont il n’est pas membre du comité d’organisation et au sujet de laquelle il n’a pris aucune décision ni contribué à l’élaboration de son programme.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Procès de Gdim Izik: La défense des mis en cause réclame la convocation de l’ancien ministre de l’Intérieur, Taib Cherkaoui, de trois walis et d’une députée en tant que témoins, surtout que cinq personnes poursuivies dans le cadre de cette affaire avaient initié, lors du déclenchement de ces événements, un dialogue avec des responsables marocains. Par ailleurs, lors de ce procès, les 24 accusés ont scandé des slogans pro-séparatistes, alors que les familles et amis des victimes ont scandé des slogans à travers lesquels ils réclamaient que justice soit rendue aux martyrs.

-Les forces de l’ordre dispersent par la force une marche et un sit-in organisés par le Syndicat démocratique de la justice (SDJ) devant le tribunal de 1ère instance de Tanger, à l’occasion de la tenue, hier vendredi, dans la ville du Détroit d’un forum régional sur la réforme du système judiciaire. Cette intervention musclée a fait plus de 15 blessés parmi les manifestants.

+ASSABAH+:.
-Le juge d’instruction chargé des affaires terroristes à l’annexe de la Cour d’appel de Salé a ordonné, jeudi, la mise derrière les verrous de 11 éléments d’une cellule terroriste, et des sources informées indiquent que cette cellule recrutait des jihadistes pour perpétrer des attentats suicides dans certaines régions de tensions où Al Qaida est fortement active et où elle finance des activités terroristes.

-Ouverture vendredi au tribunal militaire de Rabat du procès d’un groupe d’accusés poursuivis pour actes de vandalisme et assassinat lors des événements liés au démantèlement du camp de Gdim Izik. Ils sont poursuivis pour l’assassinat d’éléments de l’armée et des forces de l’ordre et les familles des victimes ont observé un sit-in devant le tribunal au cours duquel elles ont brandi les photos des victimes et plaidé pour la condamnation des coupables à la peine capitale.

-Echec des bons offices de Nabil Benabdallah, SG du PPS, en vue de rapprocher les vues entre Abdelilah Benkirane, Chef du gouvernement, et Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal en raison de l’obstination de chacun des deux parties qui campent toujours sur leur position particulièrement en ce qui concerne le remaniement ministériel. Selon une source au sein du parti du Livre, la direction du PPS a appelé à une réunion d’urgence de la majorité qui sera consacrée à l’examen des problèmes auxquels elle fait face.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Miloudi Moukharik, SG de l’UMT, déclare qu’il est inadmissible que la classe ouvrière paie le confort et le bien-être des personnes aisées. Dans un entretien au journal, il a indiqué que les Caisses de retraite ont dépensé les cotisations des ouvriers et des salariés dans la construction de projets qui ne leur profiteront jamais, dont notamment des hotels de luxe, des marinas et des terrains de golf.

-Les familles des victimes des événements de Gdim Izik appellent, lors d’un rassemblement devant le tribunal militaire vendredi à Rabat à l’occasion de l’ouverture du procès des accusés poursuivis dans cette affaire, de rendre justice aux victimes de ces crimes barbares et abjects et la défense des mise en cause demande la convocation de Taïb Cherkaoui, ancien ministre de l’Intérieur, en tant que témoin, une requête rejetée par le Parquet général.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *