Revue de presse marocaine du 01/04/2013

0 commentaires, 01/04/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce lundi:.

+LIBERATION+:.
-Vif succès de la marche de la FDT et de la CDT. Il y a eu foule, ce dimanche à la Place Bab Al Had. Plus de 200.000 militants de la FDT, de la CDT, de l’USFP et de plusieurs formations politiques de l’opposition et de la gauche démocratique ont bravé le mauvais temps et la pluie qui s’abattait sur la capitale pour participer à la marche nationale à laquelle ont appelé les deux centrales. Une marche pour tirer la sonnette d’alarme et dénoncer les nombreuses régressions sociales et les mesures antipopulaires prises par le gouvernement Benkirane. Présent lors de cette marche, le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar a fait savoir qu’avec ce gouvernement conservateur, des régressions sociales ont été enregistrées, portant atteinte aux droits et libertés qui continuent d’être bafoués. De son coté, Abderrahmane Azzouzi SG de la FDT, a affirmé que l’adhésion massive à cette marche est la preuve du ras-le-bol général de la politique économique et sociale du gouvernement, quant à Allal Belarbi, membre du bureau exécutif de la CDT, il a déclaré que la présence massive des manifestants témoigne de la prise de conscience de la situation de crise que connaît le pays et qui exige l’intervention urgente du gouvernement en vue de procéder à de profondes réformes.

+AL BAYANE+:.
-Rabat: Marche à l’appel de la FDT et de la CDT. Une marche nationale, organisée dimanche à Rabat, à l’appel de la CDT et de la FDT, sous le mot d’ordre « pour l’ensemble des droits et libertés », a réuni quelques milliers de participants, qui appelaient à la satisfaction de leurs revendications. Au cours de cette manifestation, qui s’est déroulée dans le calme et la discipline, les manifestants ont scandé nombre de slogans et porté banderoles et pancartes avec des écrits relatifs à leurs revendications sur le respect du droit au travail, la liberté d’expression, de manifestation, syndicale, politique et associative. Ils réclamaient aussi le respect du droit à la vie dans la dignité, à la protection sociale, à l’éducation, à la santé et au logement, comme ils ont protesté contre les discriminations dont elles sont victimes aussi bien dans la société qu’en milieu du travail.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Microcrédit: Bank Al Maghrib aux commandes. C’est un tournant décisif dans le secteur du micro-crédit. Le gouvernement vient de mettre dans le circuit le projet de loi 34-13 qui remplacera l’ancienne loi 18-97. Après plusieurs amendements et modifications en cours de chemin, le législateur a décidé cette fois-ci de procéder de manière radicale en changeant carrément la loi. Le nouveau projet de loi propose que les agréments soient désormais accordés par la Banque centrale au lieu du ministère des Finances. Les associations de microcrédit seront donc désormais assujetties aux règles de prudence et au dispositif de controle de Bank Al-Maghrib qui disposera aussi des pouvoirs de sanctions. Le texte ne parle plus de taux d’intérêt mais de rémunération. Les patrons des associations ont reçu la mouture et doivent y apporter leurs remarques.

-A l’occasion du conseil national du RNI: Mezouar a dit tout le bien qu’il pense du gouvernement. Salaheddine Mezouar, président du RNI, s’est confronté, samedi à Skhirate, aux quelque 800 membres du conseil national rassemblés pour la première fois après le 5ème congrès. Il devait rendre des comptes sur la perte de terrain du RNI devant ses adversaires dans plusieurs régions, le bilan fébrile du RNI en opposition, le retard de la tenue de cette réunion du conseil national, sans parler du programme du bureau politique. Les questions étaient nombreuses, mais c’est en rassembleur et en fin politique que Mezouar a pu plus ou moins canaliser la fougue de ses troupes. Pour ce faire, le président de la 1ère force d’opposition a jeté tout son dévolu sur le gouvernement.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Marche FDT-CDT: Dernier avertissement? Quelques milliers de manifestants ont répondu à l’appel des syndicats hier à Rabat. La marche de protestation organisée conjointement par la CDT et la FDT avait pour but de dénoncer la dégradation des conditions socio-économiques, dont le gouvernement Benkirane est responsable. Au-delà des revendications d’ordre social et économique, la marche de dimanche a principalement appelé à la dissolution du gouvernement et à la démission de Abdelilah Benkirane. Les syndicats accusent l’actuel gouvernement de se dérober à toute négociation des revendications syndicales.

-L’investissement poursuit sa dégradation. Inquiétant! Quasiment tous les voyants du tableau de bord de l’investissement clignotent en rouge. Les derniers chiffres de l’Office des changes ne rassurent plus, laissant présager de mauvais augures pour la création de valeur ajoutée et d’emploi. A fin février dernier, les importations ont baissé de 10,8 pc à 55,1 MMDH. Pour Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al Maghrib, ce reflux dénote une baisse des investissements. Cette dégradation ne manquerait pas à son tour d’impacter à la baisse les créations d’emploi. D’ailleurs, la plupart des chefs d’entreprises n’ont pas affiché des intentions de recrutement de nouveaux employés, si ce n’est le recours à la réduction du temps de travail pour ne pas dire licenciement tout court.

+L’ECONOMISTE+:.
-Enseignement supérieur: Les nouvelles offres de formation. L’offre de formation dans le supérieur sera étoffée. Deux nouvelles facultés de médecine, des écoles supérieures de technologie, une école nationale de commerce et de gestion. Au total, le conseil de gouvernement a validé la création d’une dizaine d’établissements dont certains ont démarré leur activité cette année comme c’est le cas de la faculté des Sciences et techniques d’El Hoceima, de l’Ecole supérieure des arts appliqués à Mohammedia et de la faculté des sciences de la Chariaa à Smara. La création de ces établissements permettra d’élargir la carte universitaire et peut-être aussi de mieux répondre aux besoins réels du marché du travail en matière de compétences.

-Une marche pour réveiller la Gauche. La fine pluie qui tombait sur Rabat n’a pas découragé les manifestants à participer à la marche pour les droits et libertés, organisée par les deux syndicats de gauche, la CDT et la FDT. Les manifestants sont venus de toutes les régions du Maroc pour « protester contre le gouvernement, particulièrement sa politique socio-économique et les violations des libertés syndicales ». La marche qui a rassemblé une foule désordonnée avait une forte portée politique. Sans grande surprise, l’USFP n’a pas manqué à l’appel. C’est même son nouveau patron, Driss Lachgar qui s’est empressé de féliciter les militants des deux centrales pour leur deuxième pas « unificateur » et « bien réfléchi ». D’autres hommes politiques ont été présents comme Habib El Malki et Ahmed Zaidi. Ce qui confirme cette portée politique de la manifestation est la présence parmi les marcheurs de Nabila Mounib, SG du PSU. Il est donc incontestable que la marche du dimanche a cherché à réveiller un échiquier politique ankylosé, une opposition dispersée. Le peuple de gauche est sorti pour rappeler la nécessité de serre les rangs de la grande famille de gauche.

+L’OPINION+:.
-Dans un communiqué du comité central sur l’inquiétante situation économique du pays: Le parti de l’Istiqlal tire la sonnette d’alarme et propose des mesures d’urgence. Aux allures d' »un mémorandum n 2″, le communiqué dresse le constat, fait des rappels et propose des mesures applicables à court terme pour éviter à l’économie nationale le grand crash. C’est en même temps, un cri d’alarme et une contribution objective et réaliste pour faire éviter au pays l' »incident macro-économique » qui pourrait mettre en jeu la souveraineté économique du pays et ouvrir la voie à l’interventionnisme des institutions financières internationales. Le parti de la balance propose ainsi l’amélioration des recettes fiscales, la rationalisation des dépenses de la compensation et la récupération de la valeur du soutien des catégories riches et aisées, de même qu’il affiche un refus total et catégorique de toute augmentation des prix des produits de première nécessité et de l’électricité et les considère comme une ligne rouge à ne pas franchir.

+AL MASSAE+:.
-L’opposition manifeste dans la rue et tire à boulets rouges sur Abdelilah Benkirane. Lors de la marche massive, organisée à Rabat, les opposants de la politique conduite par le gouvernement Benkirane ont vivement protesté contre ses décisions « impopulaires » et son mode de gestion de la chose publique. Selon Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, la classe ouvrière n’est pas contre des personnes, mais elle s’oppose à la gestion « irresponsable » des affaires de l’Etat et aux décisions arbitraires qui portent atteinte aux droits et aux libertés syndicales.

-La mafia a abattu, samedi, un individu et jeté son corps près de l’un des centres commerciaux situé à l’avenue Hassan II à Témara. Des sources ont indiqué que la victime gravement blessée a déclaré aux enquêteurs avant sa mort à l’hopital que trois personnes à bord d’une voiture noire lui ont tiré dessus à Bouznika et ils l’ont mis dans le coffre du véhicule avant de le jeter à Témara. Suite à cet incident, les services de la police judiciaire de Témara ont diligenté une enquête pour élucider ce crime.

-Le SG du MP, Mohand Laenser dresse un tableau « sombre » de la situation politique et économique au Maroc. Lors du Forum des compétences du parti de l’Epi, samedi à Salé, Laenser a indiqué que « nous sommes menacés par des parties qui veulent imposer la pensée unique », ajoutant que « la situation économique du pays est très difficile et ne sera pas réglée par des slogans ».

-Miloud Chaabi procède à la vente de plusieurs de ses terres pour faire face à la crise financière de son groupe « Ynna Holding ». Des sources ont révélé que Chaabi, qui dispose d’une assiette foncière importante à Tit Mellil et Lahraouine à Casablanca, devrait vendre quelques uns des lots de terrains appartenant à son groupe dans les prochains jours pour assurer de la liquidité et garantir sa stabilité financière.

-Une série d’arrestations à la RADEM de Meknès. Les services de police ont arrêté, vendredi dernier, trois employés de l’agence, alors que d’autres sont vivement recherchés. Ils sont poursuivis pour falsification, escroquerie et fraude afin de relier plusieurs maisons au réseau de l’eau et de l’électricité d’une manière qualifiée de « suspecte ».

-Le parti de l’Istiqlal affirme que les riches et les personnes aisées ne doivent plus bénéficier de la Caisse de compensation. Lors de la première session de son comité central, le parti de la balance a indiqué que le gouvernement Abbas El Fassi est mieux que celui conduit par Abdelilah Benkirane, soulignant que le parti de la Balance ne permettra jamais une hausse des prix des produits de base.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le SG du MP, Mohand Laenser déclare que le Maroc vit une crise économique face à laquelle il faut « serrer la ceinture ». Lors de son intervention à l’ouverture du forum des compétences harakies samedi à Salé, M. Laenser a souligné que « nous n’allons pas vendre des chimères aux Marocains ou mentir lors de nos déclarations sur la situation économique du pays », estimant que cette situation à laquelle est confrontée le Royaume ne sera résolue par la publication des listes des bénéficiaires des carrières de sable ou des agréments de transport, ou même par les solutions de rafistolage, mais plutot par l’implication de tous dans la recherche et le règlement des dysfonctionnements.

-Des milliers de citoyens ont marché hier dimanche à Rabat à l’appel de la CDT et de la FDT pour protester contre la politique menée par le gouvernement Benkirane. Lors de cette manifestation organisée sous le signe « Pour l’ensemble des droits et libertés », les protestataires ont scandé des slogans contre le gouvernement qui n’a pas tenu ses promesses et honoré ses engagements, ce qui a provoqué une grande frustration et déception parmi la classe ouvrière.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Des affrontements et des altercations verbales lors du Conseil national du RNI. La réunion du conseil national du parti de la Colombe, tenue samedi à Skhirate, s’est transformée en un ring de boxe et d’échange d’injures, après que la députée Fatima Leili, membre du bureau politique du parti, ait qualifié certains congressistes de « baltajiyas » pour l’avoir empêché de terminer son intervention. Des sources ont indiqué que le président du parti, Salaheddine Mezouar, n’a pas pu apaiser les tensions entre les congressistes qui l’ont également cerné par plusieurs questions concernant le faible rendement et l’avenir du parti. Selon les mêmes sources, Mezouar a préféré la fuite en avant en s’attaquant au gouvernement Benkirane.

-Le peuple veut « renverser » le gouvernement. Lors de la marche, organisée dimanche à Rabat par la FDT et la CDT, les manifestants de deux centrales ont scandé des slogans appelant au « renversement » de l’actuel Exécutif, de même qu’ils ont réclamé le départ d’Abdelilah Benkirane et la satisfaction des revendications des citoyens qui ont trop souffert des décisions « impopulaires » prises par le gouvernement.

-Banques: Les employés menacent de paralyser l’activité des établissements bancaires en guise de protestation contre la détérioration de leur situation et les multiples problèmes auxquels ils sont confrontés. Lors des travaux de la 11ème conférence de la fédération nationale des employés des banques, tenue samedi à Casablanca, ils ont dénoncé les violations quotidiennes des libertés syndicales, accusé le gouvernement de menacer la paix sociale et estimé que le dialogue social a consacré les régressions enregistrées sous l’ère de l’actuel Exécutif.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Plus de 200.000 participants à la marche de protestation organisée dimanche à Rabat à l’appel de la CDT et de la FDT. Lors de cette manifestation, les protestataires ont scandé des slogans à travers lesquels ils réclament le départ du gouvernement et de son chef qui n’ont pas tenu leurs promesses. A ce sujet, Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT a souligné que le gouvernement doit honorer ses engagements et cesser sa politique de répression des libertés syndicales

+AL ALAM+:.
-Le syndicat des avocats du Maroc annonce son retrait du dialogue national sur la réforme du système judiciaire. Dans un communiqué rendu public, le syndicat motive sa décision par la forte résistance affichée par les responsables de ce dialogue, appuyés par d’autres parties professionnelles, aux propositions présentées pour la réforme de la profession d’avocat, soulignant son refus total de voir son role se réduire à de la simple figuration ou d’être instrumentalisé pour exercer du chantage sur d’autres parties.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-L’opposition recourt aux revendications des travailleurs dans sa guerre contre Abdelilah Benkirane. Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar et ses alliés syndicalistes ont fait sortir la classe ouvrière pour protester contre Benkirane un mois avant le 1er mai et réclamer le « renversement » du gouvernement.

-Après Hamid Chabat, Mohand Laenser fustige Abdelilah Benkirane et déclare que « la gestion actuelle des choses ne résoudra pas les problèmes du Maroc ». Dans son intervention lors du forum des compétences harakies, tenu samedi à Salé, Laenser a indiqué que la situation économique du pays est très difficile, ajoutant que « les problèmes des Marocains ne seront pas réglés par l’octroi d’une aide de 1.000 dirhams ».

+ASSABAH+:.
-La marche de Rabat appelle au « renversement » du gouvernement. Des milliers de militants de la CDT et de la FDT ont fustigé le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, exigeant son départ et le renversement de son gouvernement.

-Le parti de l’Istiqlal déclare que la souveraineté économique du Maroc est « en danger ». Le comité central du parti de la Balance a publié un communiqué « incendiaire » dans lequel il a fustigé la politique économique menée par le gouvernement et tiré la sonnette d’alarme au sujet de la situation économique et financière du pays, proposant des mesures qui devraient apporter environ 42 milliards de dirhams.

-Justice: Le train des réformes judiciaires en retard. Des sources ont indiqué que la Haute instance du dialogue national pour la réforme de la justice ne soumettra pas son rapport final à l’appréciation de SM le Roi en avril comme initialement prévu, mais elle devrait reporter la présentation dudit rapport pour trois mois (juin prochain) afin d’examiner plusieurs questions encore en suspens.

-Salaheddine Mezouar, président du RNI: « le gouvernement Benkirane nous conduit vers l’abîme ». Lors de la réunion du Conseil national du parti, samedi à Skhirate, Mezouar a mis en garde contre les répercussions d’une crise généralisée à tous les secteurs, ce qui pourrait mener à la faillite des entreprises et au licenciement des ouvriers. Mezouar a également mis en garde contre des forces qui menacent le parti qui constitue la troisième force politique dans le pays.

+AL KHABAR+:.
-La Cour des comptes envisage de mener une mission d’audit concernant la gestion des directions provinciale et régionale du ministère de l’Agriculture à Settat. Des sources concordantes ont indiqué que cette mission s’inscrit dans le cadre d’une opération qui va concerner plusieurs directions du ministère de l’agriculture dans différentes régions du Royaume.

-Les participants à la marche de Rabat appellent au « renversement » du gouvernement Benkirane. Les manifestants ont scandé des slogans, tels que « Benkirane dégage! » et « le peuple veut renverser le gouvernement ».

-Abdelilah Benkirane s’apprête, dans les prochains jours, à publier une circulaire dans laquelle il appelle ses ministres à oeuvrer à la réduction du budget de l’investissement et à annuler des programmes qui ne sont pas prioritaires. Des sources ont indiqué que Benkirane a pris cette décision après avoir reçu des données qui démontrent que l’Etat va trouver des difficultés à respecter ses engagements financiers.

-Le parti de l’Istiqlal soumet un document intitulé « le jihad pour la dignité » au Chef du gouvernement. Des sources concordantes ont affirmé que ce document, présenté lors de la réunion du comité central du parti tenu le weekend à Rabat, vient compléter le mémorandum adressé par le parti aux partis de la coalition et éviter de succomber à la crise qui pourrait menacer la stabilité politique du pays. Par ailleurs, le SG du parti, Hamid Chabat, a affirmé lors de cette réunion, que sa formation ne saurait être une simple force d’appoint mais est et restera la conscience vive de la nation.

-La scission menace le RNI et le président du parti de la Colombe, Salaheddine Mezouar a fait face à la colère des RNIstes, lors de la réunion du conseil national du parti, en jetant son dévolu sur le gouvernement Benkirane qui, selon lui, mène le pays vers l’inconnu.

+AL MOUNAATAF+:.
-La classe ouvrière brandit la carte rouge contre le gouvernement Benkirane: Des syndicalistes et des acteurs politiques et associatifs marchent cote à cote pour la protection du droit à la vie digne. La capitale du Royaume a connu hier dimanche l’organisation d’une grande marche pacifique à l’initiative de la CDT et de la FDT, marquée par la participation de plusieurs forces de la gauche, et ce pour protester et exprimer leur ras-le-bol contre les régressions sociales et les mesures impopulaires prises par le gouvernement. Lors de cette manifestation, les participants ont scandé des slogans et brandi des pancartes à travers lesquels ils appellent au « renversement » du gouvernement Benkirane et à la poursuite des prévaricateurs.

+ATTAJDID+:.
-Le ministre de l’Intérieur: le ministère est prêt pour l’organisation des élections. Dans une intervention, vendredi dernier, devant la Chambre des Conseillers, Mohand Laenser a souligné que la tenue des élections n’est pas une question d’ordre technique mais d’ordre politique, ajoutant que le gouvernement « n’a pas encore fixé de date » pour la tenue de ces échéances.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Des milliers de manifestants participent à la marche organisée dimanche par la CDT et la FDT et appellent au départ du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Pour Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, cette manifestation est un message de dénonciation par la classe ouvrière de la politique de tergiversation et d’atermoiement menée par l’actuel Exécutif pour la satisfaction des revendications légitimes de larges franges de la société.

+BAYANE AL YAOUM+:
-Le ministre de l’Intérieur affirme que son département est prêt sur le plan technique pour l’organisation des élections. Dans une intervention, vendredi dernier, à la Chambre des Conseillers, M. Laenser a souligné que la tenue des élections nécessite la consultation de toutes les instances impliquées dans cette opération.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *