Revue de presse marocaine du 01/10/2012

0 commentaires, 01/10/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce lundi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Les 100 chantiers d’urgence de Lhoussaine Louardi pour lutter contre la mortalité maternelle. La date butoir fixée par les Nations Unies pour la réalisation des Objectifs du Millénaire s’approche. Mais le Maroc n’a toujours pas pleinement rempli les obligations sur lesquelles il s’était engagé. C’est particulièrement le cas en ce qui concerne les indicateurs de santé, notamment ceux relatifs à la mortalité maternelle et infantile. Certes, d’énormes progrès ont été réalisés par rapport à la situation d’il y a 30 ans, mais beaucoup reste encore à faire. Le ministre de la santé lance une batterie d’une cinquantaine de mesures d’urgence et se fixe des objectifs à atteindre d’ici 2016. Il veut ainsi baisser de presque 50 pc tous les indicateurs de mortalité.

-Bras de fer: plainte du PAM contre le PJD à Marrakech et Tanger. La tension est montée d’un cran entre le PAM et le PJD. Les responsables du PAM viennent en effet de porter plainte contre le PJD. Ils accusent certains hauts cadres du parti de la Lampe de faire valoir leurs fonctions en tant que ministres dans la campagne électorale.

+LIBERATION+:.
-Abdelouahed Radi devant le Conseil national de l’USFP: Le gouvernement navigue à vue et sans radar. « Le gouvernement navigue à vue ». Cette phrase peut, pour Abdelouahed Radi, Premier secrétaire de l’USFP, résumer le désarroi du gouvernement Benkirane après 10 mois de sa constitution. Dans le rapport du Bureau politique devant le Conseil national de l’USFP, qui s’est tenu hier au siège du parti à Rabat, Radi n’a pas mâché ses mots et a vivement critiqué le bilan du gouvernement. Ainsi, il a précisé qu' »après 10 mois, on constate que le gouvernement se contente de déclarations et de promesses », ajoutant que « chaque gouvernement doit avoir une vision pour gouverner, ce qui n’est pas le cas pour le gouvernement actuel ».

+L’ECONOMISTE+:.
-Déclarations CNSS: 3,1 millions d’assurés fantomes. Les assurés CNSS pourront récupérer les cotisations salariales. La mesure est validée par le Conseil d’administration de la Caisse et fera l’objet d’un décret. Elle s’adresse aux personnes âgées de 60 ans, mais qui ne remplissent pas les conditions pour prétendre à une pension de retraite. Une disposition qui « réveillera » certainement une partie des assurés « dormants ». Les « dormants » ou inactifs sont inscrits sur les registres de la Caisse, mais ne bénéficient d’aucune prestation. Ils ont été déclarés pour de courtes périodes et peuvent réapparaître parmi les « actifs » à n’importe quel moment.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Activités de voyage: le tourisme reprend des couleurs et diversifie des marchés. Le secteur touristique arrive à retrouver un peu d’équilibre au niveau de ses activités, avec une bonne performance enregistrée au cours du mois d’août dernier. Ce faisant, il poursuit son effort de diversification des marchés par une dynamique de promotion et des contrats conclus avec des tour-opérateurs de premier plan. Ainsi, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) a signé, en fin de la semaine dernière à l’occasion de la Foire internationale du tourisme de Varsovie, des contrats de partenariat avec quatre TO leaders sur les marchés de l’Europe de l’Est, en vue d’accroître les arrivées touristiques en provenance notamment de la Pologne et de la Tchéquie.

+AL MASSAE+:.
-Le Maroc en état d’alerte suite à l’annonce de l’arrivée au Royaume du navire de l’Organisation néerlandaise « Women on waves » pour effectuer des opérations d’avortement gratuites au profit de Marocaines, et ce à l’appel du mouvement « MALI » pour la défense des libertés individuelles. Pour un responsable gouvernemental, cette initiative « provocatrice » vise à porter atteinte au processus de réformes dans le pays et constitue une violation de la souveraineté marocaine. Par ailleurs, une source informée a indiqué que les services de sécurité ont été mobilisés pour faire face à cette situation.

-La crise entre le gouvernement et les minotiers fait planer la menace d’une augmentation du prix du pain, et ce après que l’ONICL ait décidé une baisse de 15 pc de la subvention octroyée aux minoteries au cours du quatrième trimestre de l’année en cours.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Abdelouahed Radi, critique vivement Abdelilah Benkirane et accuse le gouvernement de n’avoir pas mis en Âœuvre les dispositions de la Constitution, restées lettres mortes, et Fathallah Oualalou et Habib El Malki entrent en lice dans la course pour le poste du premier secrétaire du parti.

-Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane s’attaque aux « fauteurs de troubles » pour perturber l’action gouvernementale et déclare que les informations selon lesquelles Hamid Chabat voudrait renverser le gouvernement actuel « ne sont que de pures rumeurs ». Benkirane, qui intervenait à l’ouverture du congrès régional du PJD à Oujda, a indiqué que ce sont les poches de résistance à la réforme qui sont derrière la diffusion de telles rumeurs.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Gouvernement/Istiqlal: Hamid Chabat se dirige vers une nouvelle négociation des portefeuilles ministériels accordés au PI. Le nouveau SG de l’Istiqlal, a déclaré, lors de la session complémentaire du Conseil national du parti, que le genre et le nombre de portefeuilles obtenus par le PI ne reflète pas son véritable poids aussi bien au niveau de la scène politique que du nombre de sièges remportés lors des dernières élections législatives. Dans ce sens, Chabat a annoncé son intention de réclamer un remaniement ministériel global et non partiel concernant les ministres istiqlaliens, afin de renégocier le genre et le nombre de maroquins accordés aux composantes de la coalition gouvernementale.

-Les propriétaires des établissements scolaires privés décident, lors d’une assemblée générale extraordinaire organisée samedi par la Ligue de l’enseignement privé au Maroc, d’intenter un procès d’urgence contre Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, pour l’annulation de la circulaire relative à la suspension temporaire des autorisations accordées aux enseignants du public pour dispenser des heures supplémentaires dans les établissements scolaires privés. Ils ont également convenu d’organiser une marche nationale et évoqué même le recours à l’arbitrage royal dans cette affaire.

+ASSABAH+:.
-La justice continue d’annuler les décisions du gouvernement: le tribunal administratif de Rabat a annulé une décision administrative signée par Mohammed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, et a ordonné la réintégration d’une enseignante, qui a été expulsée en vertu de ladite décision ministérielle. Elle faisait partie des 67 titulaires du Master qui ont été expulsés une année après leur recrutement. Le tribunal a qualifié la décision ministérielle d' »illégale » et d' »illégitime ».

-Des éléments de la police scientifique et de la police judiciaire de Safi entament, dès ce lundi, une enquête sur le vol d’importants documents du bureau d’un juge d’instruction près le tribunal de première instance de la ville, dont le passeport de l’individu qui avait accusé les responsables de l’entreprise des Grands Moulins de Safi d’avoir versé un pot-de-vin d’un milliard de centimes à des responsables de la justice, à des policiers, à des gendarmes, à des douaniers, et à un expert financier dans le but d’influencer le règlement du litige qui oppose l’entreprise à ses salariés. Outre le passeport, ont été également dérobés, des permis de conduire de personnes impliquées dans de graves accidents de la route ainsi que deux chèques d’une valeur de 3 millions de dirhams.

-Fuite de PV officiels du premier round du dialogue social, tenue du 10 au 14 avril dernier. Les PV révèlent des déclarations du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane qui avait affirmé le coût élevé de l’application des dispositions de l’accord conclu, le 26 avril 2011, entre l’ancien gouvernement, les centrales syndicales les plus représentatives et la CGEM. Dans ces PV, Benkirane a indiqué que « si j’étais chef du gouvernement à cette époque, je n’aurais jamais signé ce document », appelant les syndicats à adopter une autre approche qui prend en considération les contraintes financières et économiques du pays.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Les protestations « pourchassent » les ministres pjdistes à Beni Mellal et à Oujda: Les diplomés chomeurs ont eu l’idée de suivre les activités du Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et des ministres PJDistes à travers les régions. Ainsi, Benkirane et Lachen Daoudi ont été surpris respectivement à Oujda et Beni Mellal par la présence de groupes de diplomés chomeurs à l’occasion des travaux des congrès régionaux du PJD, qui ont scandé des slogans pour réclamer de l’emploi.

-Elections législatives partielles: Le PAM intente un procès contre le PJD. Le Parti dirigé par Mustapha Bakkoury accuse les ministres pjdistes de « faire usage de leurs titres de ministres » pour séduire l’électorat à l’approche de la date des élections législatives partielles qui doivent se dérouler à Tanger et à Marrakech.

-Mustafa Bakkoury, SG du PAM déclare: « Les citoyens n’ont pas voté pour le gouvernement afin d’établir des diagnostics ». Dans un entretien au journal, M. Bakkoury a critiqué le traitement réservé par le gouvernement aux crises, estimant que « nous avons l’impression d’être devant un gouvernement en constante campagne électorale ».

+AL KHABAR+:.
-La Ligue de l’Enseignement privé au Maroc décide d’intenter un procès contre Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, pour l’annulation de la circulaire interdisant temporairement aux enseignants et inspecteurs du secteur public de donner des heures supplémentaires dans les établissements scolaires privés. Elle a également décidé d’observer un sit-in devant le ministère avec la participation des associations des parents d’élèves. La Ligue a par ailleurs qualifié d' »improvisée » et de « hâtive » la décision du ministre, une décision qui élargit le fossé entre les secteurs public et privé.

-Le Forum « Al Karama » pour les droits de l’Homme, proche du PJD, appelle le gouvernement à concrétiser ses promesses électorales relatives à la lutte contre la corruption et à respecter les dispositions de l’article 27 de la Constitution qui stipule que « les citoyennes et les citoyens ont le droit d’accéder à l’information détenue par l’administration publique, les institutions élues et les organismes investis d’une mission de service public », dénonçant la décision de la poursuite en justice des fonctionnaires Abdelmajid Louiz et Mohamed Reda, pour « divulgation de secret professionnel » suite à la publication de documents sur les indemnités perçues par Salaheddine Mezouar et Noureddine Bensouda.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Les professionnels du transport mettent en garde le gouvernement contre « les vides juridiques » dans le Code de la route lors d’une rencontre tenue à Casablanca et appellent à la tenue d’une réunion urgente entre l’Exécutif et le comité national conjoint du secteur du transport pour l’examen des amendements proposés et l’élaboration d’un nouveau Code qui prend en considération les spécificités du Maroc.

+AL ALAM+:.
-Prise de becs entre des membres du CCME et des acteurs associatifs au Maroc et à l’étranger qui indiquent que le mandat du Conseil a expiré l’année dernière, qualifiant de « fictives » ses concertations avec les MRE. Pour Driss Ajbali, directeur du conseil, il qualifie de « jugement de valeurs » ces critiques, estimant que ceux qui critiquent ne représentent qu’eux-mêmes.

+ATTAJDID+:.
-Des acteurs amazighs dénoncent la projection, jeudi dernier à Agadir, du film « Tinghir-Jérusalem » dans le cadre du Festival international du film amazigh Isni Nourgh (FINIFA) et condamnent toute tentative de normalisation quels qu’en soient les moyens.

-La ligue de l’enseignement privé appelle, dans une lettre adressée au Chef du gouvernement, à l’accélération de l’octroi des autorisations aux enseignants souhaitant assurer des heures supplémentaires dans le privé, et menace d’organiser des sit-in devant les académies régionales de l’éducation si le ministère de tutelle ne renonce pas à sa décision portant sur l’interdiction aux enseignants du public d’assurer des heures supplémentaires dans les établissements privés.

– Le mouvement « Mali » invite l’ONG néerlandaise « Women on Waves » et son navire à effectuer des opérations d’avortement au profit de femmes: Le gouvernement va-t-il autoriser le bateau à accéder aux eaux territoriales marocaines?.

+AL MOUNAATAF+:.
-Les professionnels du transport dans les différentes villes observent ce lundi une grève nationale en protestation contre le Code de la route, entré en vigueur en 2010, particulièrement les articles portant sur les infractions et contraventions « injustes », reprochant au ministère de tutelle de n’avoir pas respecté ses engagements relatifs à la définition de la responsabilité dans les accidents de la route et à la satisfaction des revendications sociales des représentants des professionnels du secteur.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Abdelouahed Radi, Premier Secrétaire de l’USFP, déclare devant le conseil national du parti que tout retard dans la mise en oeuvre des dispositions de la Constitution et la promulgation des lois organiques est « un retard dans l’exercice démocratique », ajoutant que « la réforme ne se fait pas de manière aléatoire, mais par le droit et la législation ».

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-L’Assemblée générale extraordinaire de la Ligue de l’Enseignement privé au Maroc, tenue samedi, dénonce « l’état de confusion et de doute » causé par la décision de Mohamed El Ouafa, interdisant temporairement aux enseignants du secteur public de donner des heures supplémentaires dans les établissements scolaires privés. A cette occasion, la Ligue a décidé d’adresser une lettre au Chef du gouvernement pour assumer ses responsabilités dans ce dossier et d’observer des sit-in de protestation devant les académies régionales et un sit-in national devant le ministère de l’Education nationale.

-Les syndicats, les professionnels du transport et les conducteurs des autocars observent ce lundi une grève nationale en guise de protestation contre le retard dans la mise en Âœuvre des articles relatifs à la définition des responsabilités dans les accidents comme convenu auparavant avec le ministre de l’Equipement et du Transport. Pour Abdelali El Khafi, président du conseil syndical conjoint du transport des voyageurs, les professionnels comptent observer d’autres débrayages à l’occasion de l’Aïd Al Adha au cas où le ministère de tutelle ne répond pas favorablement à leurs revendications.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *