Revue de presse marocaine du 01/07/2013

0 commentaires, 01/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du lundi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-L’Algérie tourne le dos au bon voisinage: Ses conditions pour l’ouverture des frontières balayées d’un trait. L’Algérie « officielle » en pleine tourmente et incertitude en raison du vide au pouvoir laissé par le président Bouteflika, très malade, a choisi le chemin le plus difficile pour normaliser ses rapports avec le Maroc. Ce n’est pas une seule mais plusieurs conditions aussi absurdes qu’irréalistes que le pouvoir en Algérie pose pour notamment rouvrir ses frontières terrestres, fermées depuis pratiquement 20 ans avec le Royaume. La réaction marocaine ne s’est pas fait attendre. Le Maroc a « dénoncé vigoureusement » les déclarations émanant de sources officielles algériennes. Lorsqu’on jette un coup d’oeil sur les soi-disant conditions algériennes, l’on se rend compte que ces dernières sont destinées tout juste à étouffer toutes les tentatives pour normaliser les relations entre les deux pays. Le processus de normalisation est donc de nouveau remis à zéro.

-Congrès extraordinaire du MP à Bouznika: Laenser invite Benkirane et Chabat à la sagesse. « Il faut tourner la page des divergences entre le PJD et le PI à travers le dialogue », c’est ce qu’a déclaré, samedi à Bouznika, Mohand Laenser, SG du MP. Lors d’une conférence de presse organisée en marge du congrès extraordinaire du parti tenu samedi, M. Laenser a indiqué que « sa formation est pour le maintien de la majorité gouvernementale actuelle ». Et d’ajouter: « ce choix va faire à la fois l’économie du temps et des efforts comme il est de nature à permettre le parachèvement des réformes menées par le gouvernement ». Précisant n’avoir jamais joué un rôle d’intermédiation entre le Chef du gouvernement et le SG de l’Istiqlal, le SG du parti de l’Epi a fait remarquer que la persistance dans une telle situation ne servira point l’intérêt national, d’où la nécessité pour chacune des deux parties d’y mettre fin en se référant au pacte de la majorité et au programme gouvernemental.

+L’OPINION+:.
-Le comité central de l’Istiqlal recommande l’accélération de la mise en uvre de la décision du retrait du gouvernement: L’intérêt de la nation avant le prestige de la fonction. Accélérer le processus de retrait du gouvernement est la décision prise, samedi dernier, par le comité central de l’Istiqlal, selon le communiqué élaboré au terme d’une session extraordinaire qui s’est déroulée au siège du parti à Rabat. Dans une allocution lors de cette session extraordinaire, le SG du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat a déclaré que la décision de retrait du gouvernement est toujours en vigueur, précisant que le parti a participé à ce gouvernement pour faire réussir l’expérience gouvernementale dans le cadre de la nouvelle Constitution et de la volonté de changement exprimée ainsi par le peuple marocain, mais après un an et demi d’exercice de ses fonctions, l’actuel gouvernement ne pouvait se prévaloir d’aucun bilan digne de ce nom.

-Politique: le triple échec de Benkirane. Après plus d’une année et demie de sa nomination, le Chef de l’Exécutif affiche un bilan plutôt négatif sur tous les plans. L’éclatement de sa majorité avec le retrait de l’Istiqlal, en est la conséquence la plus visible. En fait, le Chef du gouvernement accuse au moins trois échecs cuisants: Echec politique d’abord. M. Benkirane a été incapable de faire les gestes appropriés, de trouver le ton pour la mobilisation autour d’un projet gouvernemental clair et cohérent et surtout de manifester le talent nécessaire, pour un Chef de l’Exécutif, afin de rassembler au-delà du courant qu’il représente. Echec économique et social ensuite, d’autant plus ressenti par les citoyennes et citoyens marocains à l’approche du mois sacré du Ramadan. L’état économique du pays est le reflet d’une situation politique préoccupante. La vision n’est pas claire pour les opérateurs économiques.

+LIBERATION+:.
-L’USFP, parti fédérateur de la gauche marocaine: Quatre membres du PT et du PS intégrés au Bureau politique de l’USFP et 80 autres feront partie de la commission administrative. Une ambiance de fête règne au siège central de l’USFP à Rabat. Les USFPéistes ont franchi aujourd’hui un pas historique sur la voie de l’unité de la Gauche. Ils viennent de sceller le processus d’intégration du Parti Travailliste et du Parti Socialiste. Une décision dans ce sens a été votée à l’unanimité par la Commission administrative et le conseil national au cours d’une session extraordinaire. Pour le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, cette intégration constitue une fierté pour tous les USFPéistes et marque également une réponse naturelle aux forces passéistes et à l’état de désunion dans laquelle a sombré la Gauche. Pour sa part, le SG du PS, Abdelmajid Bouzoubâa a indiqué que c’est une intégration qui représente l’avenir du mouvement démocratique incarné par l’USFP. Des propos qui rejoignent ceux d’Abdelkrim Benatiq, SG du PT, qui a précisé que l’intégration de son parti au sein de l’USFP a été décidée pour des raisons objectives et non politiciennes, ajoutant que « notre objectif est de servir notre projet de société ».

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Constitution de 2011, l’an II. La loi fondamentale de 2011 constitue, à coup sûr, un tournant historique dans le processus de la consolidation et du parachèvement de la construction démocratique du Royaume. Et il ne s’agit pas là de présomption. C’est que, autant par la méthode que par le fond, la nouvelle Constitution du Royaume dénote une clairvoyance et un sens aigu de la trajectoire que le Maroc a empruntée sous l’impulsion de SM le Roi. Une clairvoyance qui va au-delà de l’immédiat pour s’inscrire dans le sens de l’Histoire. En empruntant cette voie de la refonte globale de la loi suprême, le Royaume a réaffirmé, si besoin en était, qu’il est clairement un havre de stabilité dans un environnement régional en proie au tumulte.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Réglementation aérienne: Le pari de la convergence. Alors que le Maroc s’est mis depuis 2010 à se conformer aux normes de bases communes dans le domaine de l’aviation civile au sein de l’UE, voici que notre premier partenaire économique est en train de revoir nombre des aspects de sa réglementation aérienne principalement les nouvelles règles de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) pour une adoption définitive au mois de novembre prochain. Face à ce défi majeur en matière de transport aérien et de navigation, le Maroc se trouve à mi-chemin, obligé de consentir un double travail pour l’harmonisation de son cadre réglementaire avec les exigences européennes. De l’avis de Najib Ibrahimi, représentant de l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL), l’accord Open Sky signé avec l’UE traîne encore sans avoir concrètement d’apports sur les systèmes de transport et de sécurité nationaux. Il pense que la mise à niveau des infrastructures et des systèmes de contrôle nécessite encore du temps, mais ce qui l’inquiète le plus c’est la mise à niveau réglementaire surtout son volet portant sur la sécurité aérienne.

+L’ECONOMISTE+:.
-Coût de la vie: Des hausses qui masquent l’inflation. Jamais le pessimisme n’a été si élevé parmi les ménages. Selon la dernière enquête du HCP, le moral des foyers serait au plus bas niveau et se détériore de mois en mois depuis le second semestre de 2012. Et la perception est alimentée par la tendance à l’aggravation du coût de la vie, de l’endettement et la difficulté sur le marché de l’emploi. Une situation qu’attise la concentration sur une période relativement courte d’événements qui entraînent de fortes dépenses. Ramadan, vacances et rentrée scolaire, un triptyque qui, avec Aid Al Adha, oblige un grand nombre de ménages à s’endetter. Certes, l’inflation mesurée par les outils statistiques reste globalement maîtrisée autour de 2 pc par an. Niveau qu’explique pour l’essentiel l’intervention de la Compensation, mais l’inflation perçue est tout autre. Surtout à l’égard de certains postes de dépenses qui grèvent l’essentiel du budget des ménages. En tête, l’alimentation qui occupe la 1ère place dans les dépenses avec 40 pc. Or, ils sont 9 ménages sur 10 qui pensent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours du 1er trimestre 2013. Et pas moins de 3 ménages sur 4 anticipent une hausse pour les 12 prochains mois.

+AL MASSAE+:.
-Comparution ce lundi de 50 personnes, dont des parlementaires et des présidents de communes, devant le Parquet général près la Cour d’appel d’Agadir. Ces individus sont poursuivis pour escroquerie, faux et usage de faux, répartition illégale de lots de terrain et incitation à la construction anarchique.

-Nouveau scandale!: La « Marina de Casablanca » et plusieurs mégaprojets suspendus en raison du refus de responsables de la Protection civile d’octroyer des autorisations de poursuite des travaux de construction à cause du non-respect par les architectes des normes de construction et des règles sanitaires, outre leur violation de plusieurs conditions de sécurité exigées par les services de la Protection civile.

-Eventuelle pénurie de bonbonnes de gaz au cours du mois sacré du Ramadan. Les distributeurs de bonbonnes de gaz ont menacé, lors d’une réunion samedi à Fès, de suspendre l’approvisionnement du marché en bonbonnes de gaz au cours du mois du Ramadan après que le gouvernement n’ait pas répondu favorablement à leurs revendications.

-Hamid Chabat appelle Abdelilah Benkirane à chercher une nouvelle majorité. Lors de la réunion du Comité central de l’Istiqlal, samedi à Rabat, le patron du parti de la Balance a affirmé que les ministres istiqlaliens sont prêts à présenter leur démission du gouvernement à l’exception d’un seul ministre qui n’a pas encore tranché sa décision.

-Le PJD anticipe le retrait officiel de l’Istiqlal du gouvernement par la préparation d’une réunion extraordinaire de son Conseil national, bien que Benkirane a veillé, au cours de la réunion du secrétariat général de son parti, samedi à Rabat, à laisser la porte entrouverte et à ne pas couper tout lien avec l’Istiqlal. Dans ce cadre, M. Benkirane a considéré, dans son intervention, que l’Istiqlal reste toujours un allié jusqu’à ce qu’il quitte officiellement le gouvernement. De son côté, Mustapha Ramid a appelé à sceller une nouvelle alliance avec le RNI alors qu’El Habib Choubani et Abdelali Hamieddine ont plaidé pour l’organisation d’élections législatives anticipées.

-Des milliers de membres et de sympathisants de la « Jamaâ salafia », relevant de l’association « la Prédication pour le Coran et la Sunna », présidée par Mohamed Maghraoui, ont observé, vendredi dernier à Marrakech, un sit-in en signe de protestation contre la décision de fermeture des maisons du Coran, prise par la délégation des Habous et des affaires islamiques dans la cité ocre. La manifestation a été marquée par la participation de parlementaires du PJD et de plusieurs figures politiques du FFD et du dirigeant istiqlalien Mohamed Khalil Boucetta.

+AL KHABAR+:.
-Les chioukhs de la salafia jihadia, ayant bénéficié récemment d’une grâce royale, mènent sous les auspices du CNDH, des contacts intenses avec les membres de ce mouvement salafiste, afin de mettre en place un plan d’action durant le mois sacré du Ramadan pour le lancement d’une grande campagne médiatique et politique, l’objectif étant d’exercer de fortes pressions sur les responsables marocains pour la libération des détenus salafistes, notamment ceux qui n’ont pas commis ou participé à des actes meurtriers ou de vandalisme.

-Imminente démission des ministres istiqlaliens du gouvernement Benkirane. Les membres du Comité central du parti de la balance ont plaidé en faveur de l’accélération de la mise en oeuvre de la décision du Conseil national du parti de se retirer du gouvernement, en invitant les ministres à présenter leur démission de l’Exécutif. Le Comité central du PI a également appelé les parlementaires du parti à voter contre les projets de lois présentés par le gouvernement et à s’aligner aux côtés des parlementaires de l’opposition.

-Le MP exhorte les autres composantes de la coalition gouvernementale à faire preuve de sagesse et de clairvoyance pour dépasser les altercations et les divergences qui affectent négativement l’homogénéité et la cohésion au sein du gouvernement. Dans un communiqué rendu public à l’issue de leur congrès extraordinaire, tenu à Bouznika, les Harakis ont exprimé leur attachement à la Charte de la majorité et leur engagement effectif à oeuvrer, en tant que composante essentielle de la majorité, pour la réussite de l’actuelle expérience gouvernementale, tout en appelant les autres composantes à s’élever au-dessus des calculs étriqués et à faire prévaloir l’intérêt suprême de la nation sur toute autre considération.

-Le PJD barre la voie du retour devant Hamid Chabat. Le Secrétariat général du parti de La lampe, réuni samedi, a indiqué qu’il n’est nullement concerné par les agissements du SG de l’Istiqlal, exprimant son refus d’être entraîné dans des batailles marginales ou de se laisser distraire par les manoeuvres orchestrées par certaines parties. Par ailleurs, des leaders PJDistes ont affirmé, lors de la réunion du SG du parti, qu’Abdellah Benkirane n’a jamais proposé de portefeuille ministériel à Chabat pour que ce dernier puisse le refuser.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Crise gouvernementale: Les ministres istiqlaliens décident de démissionner à l’exception de Mohamed El Ouafa. Des sources informées ont affirmé que tous les ministres du parti de la Balance ont convenu de se retirer du gouvernement, ajoutant que des négociations sont en cours avec le ministre de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa, afin de le convaincre de rejoindre les rangs de l’opposition après qu’il ait manifesté son attachement à son poste au sein de l’actuel Exécutif.

-Abdelmajid Bouzoubaâ qualifie de « catastrophique » la situation sous l’ère de Benkirane. Le SG du PS a indiqué, samedi dans une déclaration à la presse, que la situation économique augure d’une catastrophe face à la prolifération de la pauvreté, à la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens et à l’aggravation des disparités sociales, qui sont le résultat de la poursuite de l’économie de rente et de la prévarication financière et administrative couplée à l’aggravation de la crise économique et à l’absence d’une volonté claire du gouvernement pour surmonter la crise que traverse le pays.

+AL ALAM+:.
-De grandes rétributions financières allant jusqu’à 200.000 DH derrière le départ de 11 jeunes issus de la région d’El Haouz vers la Syrie pour le jihad aux côtés des rebelles dans leur combat contre le régime de Bachar Al-Assad, ont indiqué des sources bien informées, ajoutant que l’opération d’embrigadement et d’enrôlement de ces jeunes pour les envoyer combattre en Syrie a été menée par une cellule, dont les membres sont imprégnés de l’idéologie salafiste djihadiste.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les ministres du parti de l’Istiqlal vont mettre en application la décision de retrait du gouvernement, sauf un seul à qui s’attache Benkirane en personne, a affirmé au journal un leader istiqlalien, sans le citer nommément. Par ailleurs, le comité central du parti de la Balance a insisté, dans un communiqué rendu public samedi à l’issue de sa session extraordinaire, sur la nécessité d’accélérer la mise en oeuvre de la décision du retrait du parti du gouvernement tout en invitant le Chef de l’Exécutif, Abdelilah Benkirane à chercher une nouvelle majorité.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Crise gouvernementale: Abdelilah Benkirane opte pour l’escalade. Il a qualifié de « pion » Hamid Chabat et de « démons » ceux qui le manipulent et le téléguident, ajoutant qu’ils ont été les instigateurs des événements de Gdeim Izik et de l’émergence du Mouvement du 20 février. Lors d’une rencontre avec les présidents de communes à Rabat, dirigées par le PJD, Benkirane a mis en garde « les adversaires de la démocratie » de connaître le même sort que celui de l’ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali.

-Les services de police à El Jadida et Azemmour ont réussi, ce weekend, à arrêter deux des quatre détenus qui se sont évadés de l’hôpital psychiatrique de Berrechid. Cette fuite, rappelle-t-on, a suscité la grogne des employés de l’hôpital et de plusieurs acteurs associatifs, surtout que cet incident est survenu pour la quatrième fois en l’espace de quatre mois, à cause du mauvais état des infrastructures de cet établissement hospitalier.

-Le SG du MP et ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, déclare que s’asseoir autour de la même table de négociation demeure la seule solution à la crise de la majorité gouvernementale. Lors d’une conférence de presse en marge du congrès extraordinaire du MP, samedi à Bouznika, Laenser a affirmé que l’audience accordée par le Souverain à Hamid Chabat sera sûrement suivie par des contacts avec le Chef du gouvernement en vue de s’asseoir autour d’une même table de dialogue pour le règlement des problèmes en suspens.

+ASSABAH+:.
-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, recourt au Roi pour mettre fin aux fonctions des ministres de l’Istiqlal au sein du gouvernement. Il a dans ce sens souligné qu’il attend le feu vert du Souverain avant la formation d’un gouvernement « Bis » avec une nouvelle majorité. Par ailleurs, des sources ont indiqué que le PJD se prépare à tous les scénarii après le retrait de l’Istiqlal du gouvernement, dont l’organisation d’élections législatives anticipées, ajoutant que ce dernier scénario est à écarter au regard de son coût financier et politique à la lumière de la crise économique que traverse le pays, de même que le chef de l’Exécutif n’est pas tellement en faveur de cette option. De son côté, le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat a mis le chef du gouvernement devant un choix unique, à savoir la recherche d’un nouveau allié en remplacement de son parti qui a décidé définitivement de se retirer du gouvernement.

-Des magistrats furieux contre Benkirane. Les déclarations du Chef du gouvernement, la semaine dernière devant le Parlement, concernant l’affaire du juge de Tanger, poursuivi sur fond d’une plainte l’accusant d’avoir perçu un pot de vin d’un investisseur tunisien, a suscité la colère des membres du club des magistrats du Maroc après que Benkirane ait reconnu que le juge en question est impliqué dans cette affaire de corruption, ce qui a suscité la colère du club des magistrats, étant donné que de telles déclarations influencent de manière illégale sur le déroulement du procès, surtout que le dossier est en cours d’examen et constituent une grave atteinte au principe relatif à la présomption d’innocence.

-La bataille entre l’Istiqlal et le PAM à la chambre des conseillers atteint son summum. Des sources concordantes ont indiqué que ce conflit entre les deux partis a atteint son apogée suite aux échanges d’accusations de corruption et de mauvaise gestion dans plusieurs domaines à la 2ème Chambre, présidée par l’ancien SG du PAM, ajoutant que ce qui a attisé davantage la tension entre les deux formations ce sont les ambitions de Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, qui a confié à ses proches, son ambition de voir le parti de l’Istiqlal décrocher la présidence de la 2ème Chambre.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Vers un divorce « imminent » entre le PJD et l’Istiqlal. Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, a indiqué, samedi lors de la session extraordinaire du Comité central du parti, que la décision de retrait du gouvernement reste toujours de vigueur, ajoutant que le parti a mandaté le Comité exécutif pour la concrétisation de cette décision conformément aux dispositions de la Constitution, alors qu’un dirigeant du PJD a révélé qu’Abdelilah Benkirane a indiqué, lors de la réunion du secrétariat général du parti, samedi à Rabat, qu’il attend une décision « écrite et officielle » de l’Istiqlal pour qu’il puisse prendre ses dispositions, soulignant que le parti de la Lampe, qui est prêt à toutes les éventualités et scénarii, prendra le moment venu la décision appropriée.

-Mohand Laenser, SG du MP, indique, lors d’une conférence de presse samedi en marge du congrès extraordinaire du parti de l’Epi, que la meilleure solution au différend et aux divergences entre les composantes de la majorité consiste à faire des concessions de part et d’autre par les deux parties au conflit en vue d’assurer la continuité de l’actuelle majorité, insistant sur la nécessité pour toutes les parties de s’asseoir autour de la même table du dialogue.

-Les partisans de Cheikh Mohamed Maghraoui, président de l’Association de la Prédication pour le Coran et la Sunna optent pour l’escalade en réaction à la fermeture de leurs écoles coraniques. Des centaines de partisans de Maghraoui se sont ainsi rassemblés vendredi dernier au siège de l’association à Marrakech, jour qui a été fixé comme dernier délai par la délégation des Habous et des Affaires islamiques pour la fermeture des maisons du Coran relevant de l’association. Cet imposant rassemblement, organisé en présence de dirigeants locaux du PJD et de figures istiqlaliennes, a été organisé sous couvert d’une conférence de sensibilisation sous le thème « le besoin de la société civile aux services des maisons du Coran ».

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Divorce « imminent » entre Chabat et Benkirane. Le Comité central du Parti de l’Istiqlal a appuyé la décision du Conseil national de se retirer du gouvernement, estimant, lors d’une session extraordinaire tenue samedi à Rabat, que le parti de la Balance n’a pas sa place dans ce gouvernement en raison de l’attitude « hégémonique » des leaders PJDistes. Au cours de cette session, le SG du parti, Hamid Chabat, a annoncé que les ministres de l’Istiqlal vont présenter leur démission dans les prochains jours.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Hamid Chabat, SG du Parti de l’Istiqlal, met un terme à la participation de son parti au sein du gouvernement Benkirane et appelle les militants istiqlaliens à se préparer pour rejoindre les rangs de l’opposition. Devant les membres du Comité central du parti, Chabat a invité le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane à rechercher de nouveaux alliés, qualifiant d' »historique et sans précédent » la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, ajoutant que cette décision est en phase avec les principes et les engagements du parti.

+ATTAJDID+:. 
-Le MP réitère, dans le communiqué final de son congrès extraordinaire tenu le weekend, son adhésion à la Charte de la majorité et son engagement en tant que composante essentielle pour uvrer au succès de l’expérience gouvernementale. Dans ce communiqué, les Harakis ont également appelé à l’ouverture d’un dialogue sociétal constructif dans le cadre des institutions. De son côté, le Secrétariat général du PJD a affirmé que le parti est prêt pour toutes les options et scénarii qui servent l’intérêt supérieur de la nation.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *