Revue de presse marocaine du 01/02/2013

0 commentaires, 01/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Téléphones, insultes, habits indécents interdits dans l’hémicycle: Fini la récréation! La Chambre des représentants adoptera un règlement intérieur plus rigoureux. C’est ce qui ressort en tout cas du projet qui vient d’être finalisé par une commission parlementaire spéciale. Ce dernier prévoit notamment l’interdiction de l’utilisation des téléphones portables lors des séances parlementaires, les habits indécents, les jeux, les insultes et intimidations, la lecture des journaux ainsi que l’exploitation publicitaire du mandat de députation dans les activités professionnelles des parlementaires. Cette liste d’interdits entrera dans le cadre d’une charte de d’éthique qui sera désormais partie intégrante du règlement intérieur de la première Chambre parlementaire.

-La tarification reste un obstacle au développement du transport routier: Les voyageurs vont-ils payer le prix? Le Chef du gouvernement a dit, jeudi à Rabat, sa volonté de s’attaquer à la question du coût du parc automobile, une question qui avait déjà retenu l’attention du Premier ministre du premier gouvernement de la transition démocratique, Abderrahmane Youssoufi. Abdelilah Benkirane, qui introduisait les travaux d’un colloque national sur la réforme du secteur du transport routier de voyageurs a révélé que ce parc coûte annuellement à l’Etat 1,5 milliards de DH et qu’il compte réduire cette dépense pour en faire bénéficier des secteurs plus productifs tels que le transport routier. Abdelilah Benkirane a annoncé que son cabinet s’emploie activement à finaliser la réforme du secteur et que celle-ci tourne autour des trois axes essentiels que sont la sécurité des voyageurs, la compétitivité économique et le retour sur investissement. Il reste cependant que les qualifications et les conditions de travail du personnel de conduite ainsi que la tarification sont les principaux freins au développement du secteur.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Parlement: Fini la sieste pour les députés. Certains sont pendus au téléphone, d’autres sortent leur tablette pour jouer aux cartes, tandis qu’une dispute éclate entre deux groupes parce que le membre de l’un aurait manqué de respect à l’autre. Et parfois ces désaccords s’amplifient pour aboutir à un échange d’accusations. Sous la coupole du Parlement, la classe des élites est loin d’avoir trouvé un terrain pour cultiver l’image de l’institution législative. Inéluctable, un rappel à l’ordre s’impose en antidote de ce poison qui prolifère arrachant au député son statut, aux yeux de ceux qu’ils représentent. Le nouveau règlement interne de la Chambre des représentants consacre un grand chapitre à la mise en place d’un code éthique. Plus question de noyer son ennui dans une partie de cartes ou dans la lecture des journaux. Les députés doivent soigner l’image du Parlement.

+AL BAYANE+:.
-Le PPS appelle à une réunion d’urgence de l’Instance dirigeante de la majorité. Le bureau politique du PPS, réuni, mercredi dernier en session périodique, a examiné l’évolution de la situation politique dans le pays et décidé d’appeler à la réunion d’urgence de l’Instance de la coordination de la majorité pour donner un souffle nouveau à l’expérience gouvernementale actuelle. Ainsi, le bureau s’est arrêté sur le climat peu propice qui règne au niveau du paysage politique et partisan, ses retombées négatives à l’intérieur des rangs de la majorité et qui est porteur de dangers visant à dévier le processus des réformes de sa bonne voie. Ceci étant, l’urgence est plutot de se pencher sur les tâches fondamentales susceptibles de donner corps aux engagements pris dans le programme gouvernemental dans l’objectif de mettre en oeuvre de manière saine le contenu de la Constitution.

+LIBERATION+:.
-La Justice de nouveau en panne. Nouveau charivari au sein du ministère de la Justice. Aujourd’hui, les justiciables devront prendre leur mal en patience. Tous les tribunaux du Royaume se mettront en grève la journée durant pour protester contre les pratiques répressives et les décisions illégales que le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, a choisies comme seule règle de conduite. Une marche nationale pacifique rendra en effet son départ à partir du tribunal de 1ère instance de Tanger pour rejoindre le lieu où une session de dialogue sur la soi-disant réforme de la Justice est censée se tenir. Devant l’escalade de tension créant un climat malsain dont personne ne pourrait augurer de son issue, le syndicat démocratique de la justice (SDJ) a demandé l’intervention du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane en vue de mettre fin à cette vague de répression orchestrée par le ministre de la Justice.

-Le gouverneur de Midelt humilie les habitants et se dégage de ses promesses. Certains responsables font des promesses pour le seul plaisir de ne pas les tenir. C’est ce qui ressort du dialogue engagé par les autorités de Midelt avec les habitants de la Haute Moulouya. Après les promesses de négociations pour trouver une solution aux problèmes qui ont sous-tendu l’organisation de la marche des habitants de la Haute Moulouya, voici venu le temps pour le gouverneur de Midelt de les humilier. « L’Etat marocain est pauvre et n’est pas en mesure de satisfaire vos revendications. Si vous désirez l’eau potable, l’électricité, les écoles ou encore les établissements de santé, alors quittez vos villages et vos douars et allez vous installer dans les villes ». C’est ainsi que s’exprimait ce haut commis de l’Etat, censé résoudre les problèmes dans sa province et gérer les situations difficiles lors d’une séance de dialogue avec les habitants de la Haute Moulouya qui avaient décidé de marcher sur la capitale pour présenter leurs revendications et leurs doléances aux hautes autorités de Rabat.

+L’ECONOMISTE+:.
-Le Foncier tue l’investissement. « Construire ou habiter relève du véritable parcours du combattant », dénonce le Conseil régional de l’ordre des architectes du centre. Pas moins d’une vingtaine de plaintes sont comptabilisées au quotidien. En cause, les lenteurs et autres atermoiements qui grèvent la délivrance des permis de construire. « Au lieu de réduire les délais, le guichet unique dédié aux autorisations dont la création remonte à plus de quatre ans a plutot compliqué la vie aux architectes », renchérit Mohamed Karim Sbai, président du conseil, ce corps par lequel passe tout acte de bâtir. Apparemment, le circuit est simple et mesuré dans le temps, mais dans la réalité, de nombreux sentiers sont imprévisibles et le passage d’un service à l’autre peut prendre beaucoup de temps et coûter de l’argent, avec souvent la perte de documents.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Financements: Les banques serrent les vis dans la distribution des crédits. Les banques continuent de financer les entreprises comme les particuliers, mais avec un débit beaucoup moins important que par le passé. L’euphorie générée, il y a quelques années, par l’octroi des crédits bancaires aux entreprises et aux particuliers, est moins forte aujourd’hui. Une situation certainement en lien avec la contraction des liquidités chez les banques qui ont évidemment besoin elles-mêmes d’argent. C’est ce que révèle Bank Al-Maghrib dans une analyse récemment diffusée. Cette situation s’explique aussi par la baisse de la demande de la part d’une partie des entreprises qui ont moins de projets à financer avec de nouveaux crédits, comme le fait ressortir la baisse des crédits à l’équipement. Dans ce contexte, le crédit tend à être plus cher, notamment pour certains segments.

+ASSABAH+:.
-Deux individus cagoulés ont attaqué, mercredi à Casablanca, un institut privé de formation aux métiers des centres d’appels, ce qui a créé une grande frayeur parmi les employés et les stagiaires. Des sources informées ont indiqué que les malfrats ont ligoté la directrice de l’institut et se sont emparés de matériels électroniques et de sommes d’argent, précisant qu’il s’agit du deuxième vol du genre en une semaine.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, entame l’examen du dossier de la retraite à l’occasion de la tenue mercredi dernier de la réunion de la commission nationale chargée de la réforme des régimes de retraite, et les syndicats menacent d’opter pour l’escalade et protestent contre la méthodologie pronée par l’équipe Benkirane pour la gestion du dialogue social, alors que la CDT et la FDT qualifient de « séances d’audition » leurs rencontres avec le Chef de l’Exécutif.

-La direction de l’USFP refuse de se prononcer sur la démission de Ahmed Reda Chami du bureau politique, déposée en guise de protestation contre ce qu’il considère comme étant « une confiscation du droit des IItihadis de choisir leurs instances décisionnelles et exécutives ». Des sources au sein du parti de la Rose ont indiqué que la nouvelle direction a évité de se prononcer sur la lettre de démission de Chami car elle a été remise dans un moment de colère au nouveau Premier secrétaire qui a souligné que la question du groupe des militants ittihadis mécontents ne mérite pas d’être débattue.

+AL MASSAE+:.
-Abdeslam Aboudrar fait éclater une bombe devant le ministre de l’Economie et des finances Nizar Baraka: Il a révélé que des directeurs d’établissements publics sont victimes d’actes de chantage de la part de comptables au sein du ministère des Finances. Le président de l’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC) a fait cette révélation, mercredi à Rabat, à l’occasion d’une rencontre organisée autour du projet de loi relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption.

-Le président du groupe parlementaire du PAM, Abdellatif Ouahbi fait face à une vague de critiques de la part des membres du bureau politique pour son classement du parti du Tracteur dans les rangs des partis conservateurs et les préparatifs qu’il mène pour la tenue d’une conférence, ce week-end à Marrakech, avec la participation de partis conservateurs marocains et en partenariat avec le groupe des Conservateurs et Réformistes européens au Parlement européen. La majorité des membres du bureau politique n’ont pas apprécié que le PAM, un parti « moderniste » participe à une réunion des partis conservateurs, voire même qu’il soit la partie organisatrice de cette rencontre.

-Les « crocodiles et les démons » protestent à Rabat contre Benkirane. Des dizaines de diplomés chomeurs ont organisé, mercredi, une marche de protestation contre le gouvernement Benkirane sous le signe « la marche des démons et des crocodiles de Benkirane », pour attirer l’attention sur leurs souffrances. Les manifestants ont ainsi joué une pièce de théâtre où ils portaient des masques de démons et de crocodiles ainsi que celui du chef du gouvernement.

-Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME): Une démission annoncée sur les ondes d’une radio hollandaise. Abdou Mnebhi, membre et rapporteur de la commission de la citoyenneté et de la participation politique au CCME, a annoncé en direct sa démission du Conseil lors d’une émission diffusée par une radio hollandaise, fustigeant par la même occasion Driss El Yazami, président du Conseil, à qui il a imputé la « paralysie » de cette institution. Il a également accusé El Yazami d’entraver les travaux du Conseil et de geler le contenu du Dahir royal fondateur du CCME.

-Diplomés chomeurs: Les quatre coordinations signataires du PV du 20 juillet 2011 investissent le siège du PPS en signe de protestation contre le désengagement du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Abdelouahed Souhail des déclarations qu’il avait faites lors d’une émission télévisée, lorsqu’il a souligné que l’Etat honorera ses engagements concernant l’intégration des signataires dudit procès avant qu’il ne se rétracte en affirmant que l’Etat ne mettra pas en application les dispositions du PV.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat demeure attaché au remaniement ministériel et la destitution des ministres istiqlaliens n’est pas à l’ordre du jour. Une source au sein de la direction du parti de la Balance a annoncé que Chabat reste attaché à l’idée de procéder à un remaniement ministériel, écartant la possibilité de destituer les ministres istqlaliens au sein du gouvernement Benkirane. Selon la même source, la diffusion d’une telle information (destitution des ministres du PI) est un message « piégé » adressé au parti et une tentative de contourner la principale revendication de la nouvelle direction du parti.

-Les syndicats refusent l’augmentation de l’âge de départ à la retraite. Les centrales syndicales ayant pris part, mercredi à Rabat, aux travaux de la commission nationale sur la réforme des caisses de retraite sous la présidence du Chef du gouvernement, ont refusé catégoriquement l’augmentation de l’âge de départ à la retraite et des cotisations des adhérents, et appelé à la recherche de solutions « solidaires » dans le cadre d’une approche participative.

-Nabil Benabdellah solidaire avec les victimes du procès-verbal du 20 juillet

2011. Le SG du PPS a affirmé mercredi aux membres des quatre Coordinations signataires dudit procès-verbal, ayant investi le siège du parti où se tenait une réunion de son bureau politique, en guise de protestation contre le désengagement du ministre de l’Emploi, Abdelouahed Souhail, à mettre en application les clauses de ce procès, qu’il soutient les revendications des diplomés chomeurs et leur droit au recrutement dans la fonction publique en application des engagements pris par le gouvernement El Fassi.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Le bureau politique du PPS appelle à l’issue de sa réunion périodique tenue mercredi à une réunion urgente de l’instance dirigeante des partis de la majorité pour redynamiser l’expérience gouvernementale actuelle. Le bureau estime que cette réunion revêt désormais un caractère urgent et impératif dans le but de se pencher sur le traitement des questions posées et donner un souffle nouveau à l’expérience en cours. Le bureau a également pris l’initiative d’organiser une rencontre de communication tout en souhaitant que toutes les composantes de la majorité y participent et ce dans le but d’exposer le bilan de la 1ère année de l’action gouvernementale et d’examiner les questions et dossiers des grandes réformes à l’ordre du jour des travaux du gouvernement.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les familles des victimes des événements de Gdim Izik se soulèvent pour réclamer justice pour les martyrs du devoir: La coordination des familles et des amis des victimes des événements de Gdim Izik a rendu public, à l’occasion de l’ouverture ce vendredi du procès des accusés dans cette affaire, un communiqué dans lequel elle regrette le retard enregistré au niveau de la procédure judiciaire, soulignant la nécessité que justice soit rendue sans tenir compte de toute autre considération, quelle qu’elle soit, politique ou autre.

+AL KHABAR+:.
-Abdelilah Benkirane déclare que la réforme des régimes de retraite revêt un caractère urgent. Lors de la réunion de la Commission nationale pour la réforme des régimes de retraite, tenue mercredi, le Chef du gouvernement a souligné que la commission a élaboré un mémorandum proposant une réforme globale qui vise à mettre en place un régime de retraite bipolaire (public et privé). Par ailleurs, Hamid Chabat, SG de l’UGTM, n’ pas assisté aux travaux de cette réunion.

-Une avocate dépose une plainte auprès de l’Instance centrale de prévention de la corruption contre Mustapha Ramid pour son négligence de diligenter une enquête concernant une affaire de corruption et de vol de documents dans un tribunal à Casablanca. Bahia Mnebhi, avocate au barreau de Casablanca, a exprimé sa préoccupation de voir cette affaire classée.

-Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME): Abdou Mnebhi tire à boulets rouges sur Driss El Yazami, président du Conseil. Dans une interview avec une radio néerlandaise, Mnebhi, membre du CCME, a annoncé en direct sa démission et endossé à Driss El Yazami, la responsabilité de la paralysie dont souffre cette institution. Il a également saisi cette occasion pour appeler à la reddition des comptes de la part d’El Yazami.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-De Salaheddine Mezouar à Nizar Baraka: « La rente économique » se poursuit au sein du ministère de l’Economie et des Finances. L’ancien ministre des Finances a distribué 4821 mètres carrés, situés à Hay Ryad à Rabat, sur les hauts fonctionnaires du ministère moyennant 2400 DH le M2 alors que la valeur réelle dépasse les 15.000 DH/M2. L’affaire a éclaté à cause d’un litige entre les cadres de la direction des domaines de l’Etat sur celui qui a le droit de bénéficier de ces lots de terrain et le syndicat des Finances qui a révélé au grand jour ce dossier à travers une lettre adressée au Chef du gouvernement et à plusieurs ministres, dont celui de la Justice et des Libertés, réclamant l’ouverture d’une enquête sur cette affaire.

-Un rapport de l’ONG américaine « Human Rights Watch » dresse un tableau sombre de la situation des droits de l’Homme au Maroc en 2012. Dans son rapport, elle a noté que la torture se pratique toujours dans les prisons marocaines et les centres de détention et critiqué la préservation de la peine capitale dans le Code pénal marocain.

-Le bureau politique du PPS tente une médiation entre Abdelilah Benkirane et Hamid Chabat, à travers l’appel à une rencontre de communication avec la participation de toutes les composantes de la majorité, qui sera consacrée à la présentation du bilan d’une année de l’action gouvernementale et à l’examen des questions et des dossiers des grandes réformes à l’ordre du jour du gouvernement. Dans un communiqué rendu public, le bureau politique du PPS a souligné l’urgence de la réunion de l’instance dirigeante de la majorité pour se pencher sur le traitement de toutes les questions posées et insuffler un nouveau souffle à l’actuelle expérience gouvernementale.

-Les centrales syndicales pourraient rendre compliquée la réforme des Caisses de retraite. Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, devrait faire face à de grandes difficultés en s’attaquant à la réforme des Caisses de retraite et dont les premiers signes se sont manifestés lors de la réunion de la Commission nationale chargée de cette réforme, en ce sens que la contradiction fut flagrante entre les recommandations du Conseil d’administration de la CMR qui soulignent le caractère urgent de la réforme en proposant l’augmentation de l’âge du départ à la retraite, et entre les revendications des syndicats qui veulent la protection des acquis.

+AL MOUNAATAF+:.
-La réforme des régimes de retraite: Retour à la case départ. Lors de la réunion, mercredi, de la Commission nationale pour la réforme des régimes de retraite, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane s’est contenté d’annoncer que la commission technique chargée de la réforme de ces régimes a élaboré une feuille de route qui propose la mise en place d’un régime de retraite bipolaire entre le public et le privé.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Nabil Benabdellah appelle à une réconciliation entre Benkirane et Chabat. Le SG du PPS a appelé les dirigeants des partis de la coalition à tenir une réunion pour régler les différends entre les deux hommes. Un communiqué du bureau politique du PPS a souligné que la direction du parti veut convoquer une réunion d’urgence de l’Instance dirigeante de la majorité afin de résoudre toutes les questions posées.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Abdeslam Aboudrar, président de l’Instance centrale de prévention de la corruption, fait éclater une bombe devant Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances, et accuse des comptables au ministère de s’adonner au « chantage ». Lors d’une journée d’étude organisée mercredi sur le projet de loi de relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption, M. Aboudrar a indiqué qu’il y a certains comptables qui recourent au chantage de certains responsables d’établissements publics en leur demandant de leur acheter des voitures ou de leur verser des pots de vin pour signer les documents qui leur sont soumis de la part de ces responsables.

-Les centrales syndicales mécontentes du rapport présenté mercredi par la commission technique chargée de la réforme des régimes de retraite à l’occasion de la réunion de la commission nationale en charge de ce dossier. Elles ont fait remarquer que les conclusions et les visions contenues dans ledit rapport sont incomplètes et ont besoin davantage de réflexion pour l’élaboration d’une vision sur la réforme globale de ces régimes et rejeté une réforme au détriment des intérêts des adhérents.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le refus de Abdelilah Benkirane de répondre au mémorandum de l’Istiqlal suspend la tenue des réunions de la coalition gouvernementale. Des proches des dirigeants des partis de la coalition sont désormais convaincus que les réunions de la coalition seront désormais reportées sine die en attendant la réponse au mémorandum de l’Istiqlal, même si la charte de la majorité gouvernementale stipule des réunions trimestrielles.

-Nabil Benabdellah poursuit sa médiation entre Benkirane et Chabat. En dépit de l’échec de sa dernière rencontre avec Hamid Chabat, Nabil Benabdellah, SG du PPS, poursuit ses contacts presque quotidiennement entre Benkirane et Chabat pour tenir une réunion des dirigeants de la coalition gouvernementale afin de régler les différends et tracer une feuille de route pour les actions à venir de la majorité.

-Benkirane pour un régime de retraite bipolaire. Lors de la réunion de la Commission nationale chargée de la réforme des régimes de retraite mercredi, Abdelilah Benkirane a plaidé pour la création d’un régime de retraite bipolaire public et privé. Il a également accordé à la Commission un délai de 6 mois pour élaborer une vision globale de la réforme de ces régimes.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *