Revue de presse marocaine du 01/01/2013

0 commentaires, 01/01/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mardi:.

+AL MASSAE+:.
-Un ministre dans l’actuel gouvernement refuse de payer le prix d’une consultation médicale au service des urgences du CHU Avicenne à Rabat et proteste auprès du personnel de l’hopital sous prétexte que la consultation est gratuite comme le lui a affirmé le ministre de la santé. Selon des sources, le personnel du CHU a tenté de convaincre ledit ministre que les consultations au service des urgences sont payantes contrairement aux déclarations des responsables gouvernementaux.

-Le Chef du gouvernement, devrait avoir tenu, hier lundi, une réunion avec le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser consacrée à l’examen de la situation sécuritaire dans le Royaume et à la recrudescence des mouvements de protestation. Des sources informées ont indiqué que cette rencontre devrait être aussi une occasion pour les deux hommes pour évoquer plusieurs points, notamment les derniers événements survenus au quartier de Sidi Youssef Ben Ali, l’agression contre le député pjdiste Abdessamad El Idrissi et le cambriolage du siège du PJD à Rabat.

-Le Forum « Al Karama » pour les droits de l’Homme et la Ligue marocaine de défense des droits de l’Homme expriment leur condamnation et dénonciation de l’agression dont a été victime le député pjdiste et membre du Forum, Abdessamad El Idrissi, et appellent le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane à intervenir pour l’ouverture d’une enquête approfondie et exhaustive pour déterminer les responsables de cet acte et les sanctions à prendre contre toute personne qui s’avère impliquée dans cet incident.

-Affrontements au quartier Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech: 10 individus parmi les personnes arrêtées ont été déférés devant le Parquet général, alors que des acteurs des droits de l’Homme et des militants de partis politiques ont appelé les autorités locales et la RADEEMA à assumer leurs responsabilités, honorer leurs engagements vis-à-vis des habitants et à ouvrir un dialogue sérieux avec eux.

+ASSABAH+:.
-Prémices du report des prochaines élections communales jusqu’après l’été prochain. Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laensar a indiqué que la tenue de ces élections nécessite la promulgation de plusieurs décrets et textes de lois organiques, ce qui pourrait retarder le déroulement de ces échéances. Les données disponibles auprès du ministère de l’Intérieur démontrent que les prochaines Communales pourraient être reportées, le ministère voulant impliquer tous les acteurs concernés (partis politiques, société civile et ONG des droits de l’Homme).

-Le ministre de l’Intérieur réagit aux accusations d’Ahmed Zaidi, candidat malheureux au poste de Premier Secrétaire de l’USFP, sur l’implication des services du ministère en faveur de l’élection de Driss Lachgar. Laensar a souligné que son département fait preuve de neutralité à l’égard de tous les partis politiques. Selon des sources, certaines parties ont même proposé à Zaidi d’adresser une missive au Chef du gouvernement pour l’interpeler au sujet de l’implication du ministère de l’Intérieur qui aurait incité des congressistes à voter en faveur de Lachgar.

-Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants préoccupé par le retard accusé dans la promulgation des textes de loi régissant les prochaines élections. Le Groupe socialiste a exprimé ses craintes que ce retard ne soit dû qu’à la volonté des partis de la majorité de s’accaparer la gestion du dossier des élections sans l’implication des formations de l’opposition. Par ailleurs, des sources ont révélé que le ministère de l’Intérieur présentera, très prochainement, les lois organiques relatives aux élections aux partis politiques qui appellent à une révision des circonscriptions et du mode de scrutin.

+AL KHABAR+:.
-Le PJD et le PAM décident d’enterrer la hache de guerre et optent pour la trêve. Selon une source bien informée, les deux partis ont décidé de mettre de coté les débats stériles et d’arrêter l’échange des attaques et des accusations lors de leurs sorties médiatiques, et ce suite à l’intervention de hauts responsables de l’Etat.

-Khadija Rouissi, une des responsables du PAM, embarrasse le ministre de la Justice et des libertés et met en doute l’intégrité du système judiciaire. Lors d’une réunion de la Commission de la Justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants, Rouissi a appelé à la libération des détenus de la salafia jihadia qui ont été victimes d’actes de torture sans qu’ils s’avèrent impliqués dans des affaires de meurtres. Dans une missive adressée à Ramid, elle a aussi appelé à l’ouverture d’une enquête sur l’affaire de Mohamed Hajeb, condamné en vertu de la loi antiterroriste, alors que des rapports d’organisations internationales ont affirmé que son procès était inéquitable.

-Réunion d’urgence, hier à la Chambre des représentants, entre le ministre de l’Intérieur Mohand Laensar, le Président de la première Chambre Karim Ghellab, le président du groupe parlementaire du PJD Abdellah Bouanou et le député du même groupe Abdessamad El Idrissi, suite à l’agression de ce dernier par des éléments des forces de l’ordre. Selon des sources bien informées, le Chef du gouvernement a demandé à Laensar de mener des efforts de médiation entre le député, son groupe parlementaire et le ministère de l’Intérieur, qui estime que le député s’est ingéré dans le travail des forces de l’ordre.

-Mohand Laensar, ministre de l’Intérieur, reporte sine die les élections communales, évitant de fixer une date précise pour ce scrutin. Le ministre a par ailleurs souligné que les rapports de son ministère avec les partis politiques se limitent au cadre prévu par la loi à cette fin, sans aucune ingérence ou dépassement, et ce en réaction aux déclarations de l’USFPéiste Ahmed Zaidi qui avait dénoncé l’intervention de parties externes en faveur de son rival Driss Lachgar.

-Les ministères de la justice et des libertés, et de l’économie et des finances s’apprêtent à former une commission conjointe pour le règlement des problèmes de 131 Caisses qui échappent à tout controle et qui gèrent à elles seules 57 MMDH.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Suite aux récurrentes protestations sociales: la situation sécuritaire au menu des discussions entre le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et son ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser. Les deux hommes devraient avoir tenu, hier soir, une réunion restreinte pour discuter de la situation sécuritaire suite à la recrudescence des mouvements de protestations sociales, ainsi que de l’agression d’un député pjdiste par des éléments des forces de l’ordre et du cambriolage du siège du parti de la Lampe à Rabat.

-Des hommes politiques, des commerçants, des notables et des immigrés victimes d’escroquerie et de chantage de la part d' »une bande de policiers » à Tiznit. La colère des victimes a atteint, lundi, son summum lors de la comparution des suspects devant le tribunal de première instance de la ville. Par ailleurs, la DGSN a dépêché, sur ordre du ministère de l’Intérieur, une commission d’enquête centrale après le démantèlement de cette bande, composée d’éléments de la police pour déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-L’agression du député PJDiste, Abdessamad El Idrissi, se transforme en une « crise politique » entre le ministère de l’Intérieur et la Chambre des représentants. Lors de la séance des questions orales à la première Chambre, des présidents de groupes parlementaires ont exprimé leur solidarité avec El Idrissi, à l’exception des groupes du RNI et de l’UC, qui ont préféré attendre la fin de l’enquête avant d’exprimer leurs positions.

-Comparution de treize individus devant la justice pour leur présumée implication dans les événements survenus dans le quartier Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech. Ils sont poursuivis pour destruction de biens publics et agression de fonctionnaires. Les affrontements ont éclaté, vendredi et samedi, quand les manifestants ont investi les rues du quartier Youssef Ben Ali pour protester contre la flambée des factures d’eau et d’électricité.

-Après une vive tension causée par la décision du gouvernement de procéder aux prélèvements sur les salaires des grévistes, Abdelilah Benkirane invite les cinq centrales syndicales à une réunion, vendredi prochain, de « la haute commission de concertation ». Cette nouvelle commission, qui réunira chaque mois le Chef du gouvernement, les secrétaires généraux des cinq syndicats les plus représentatifs, la présidente de la CGEM et des représentants des partis de la majorité, a pour objectif d’examiner les solutions possibles aux problèmes liés à la réforme de la Caisse de compensation et des régimes des retraites.

+AL ALAM+:.
-Des ONG réagissent aux propos du SG du CNDH, Mohamed Sebbar qui a déclaré que le Royaume a « franchi de grands pas » dans le domaine des droits de l’Homme en adoptant l’an dernier une Constitution avancée, en indiquant que la situation des droits de l’Homme au Maroc a enregistré une grande régression par rapport aux acquis déjà réalisés.

-Niveau d’alerte maximale au Maroc à l’occasion des fêtes de fin d’année. Selon des sources concordantes, les services de sécurité ont élevé le niveau d’alerte à des niveaux supérieurs, ajoutant que la DGSN a donné ses instructions pour le renforcement du controle des représentations diplomatiques et consulaires, les lieux de culte, les établissements hoteliers, les aéroports et les ports, et ce dans le cadre des mesures préventives pour parer à tout acte terroriste à la veille des fêtes de fin d’année.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
– Al Adl Wal Ihssane, le mouvement salafiste et Annahj Addimocrati enflamment les rues de Marrakech. Le quartier Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech a vécu récemment au rythme de vives protestations, orchestrées par ces mouvements extrémistes, sous prétexte de la flambée des factures d’eau et d’électricité, surtout en cette période où la cité ocre accueille des invités de marque venus célébrer le Nouvel An. Par ailleurs, des sources ont indiqué que des islamistes ont pillé des magasins et endommagé des biens publics lors de ces protestations.

-Le SG du Syndicat démocratique de la Justice (SDJ) accuse le ministre Mustapha Ramid d’adopter la politique « diviser pour régner » et critique la position du ministère vis-à-vis des manifestations du personnel des tribunaux dans les provinces du sud. Le bureau national du SDJ a également fustigé le récent communiqué du département de Ramid, qui n’a, selon lui, pour objectif que de procéder au « chantage » du personnel de la justice.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *