Rabbah s’apprête à amender le Code de la route et à privatiser les radars

Rabbah s’apprête à amender le Code de la route et à privatiser les radars

Face à cette guerre des routes toujours aussi meurtrière, avec ses 4.055 morts en 2012, soit 11 vies fauchées chaque jour, le ministre de l’Equipement et du Transport, Aziz Rabbah, est en train de réfléchir à une politique plus ferme de controle de la circulation. Pour cela, il devrait avoir recours à plus de radars et à d’autres techniques encore plus évoluées, sans compter les amendements à introduire au Code de la route.

Selon des sources au ministère, cette nouvelle politique s’appuiera sur des radars mobiles, montés sur véhicules, des radars patrouilles, qui sont en mesure de constater des infractions diverses. Rabbah avait déjà fait état de sa volonté à améliorer la surveillance, en quantité et en qualité, afin de pouvoir mieux controler le respect par les usagers de la vitesse et des feux rouges. Le ministère avait ainsi lancé des appels d’offres pour l’acquisition de ces matériels, à destination d’entreprises étrangères, et employés dans des pays développés ; ces techniques dépassent même les prescriptions des appels d’offres en proposant des appareils qui peuvent controler plusieurs sortes d’infractions au Code, comme le non-respect des panneaux de Stop et des feux de signalisation, envoyant en temps réel des SMS au centre de controle le plus proche du lieu de l’infraction.

D’autres moyens sont envisagés, pour le controle de l’alcoolémie, comme ces appareils qui empêchent le démarrage du moteur d’une voiture si le conducteur a consommé des boissons alcoolisées. Mais une source au sein du ministère indique « que ces moyens sont fort coûteux, et n’emportent pas l’adhésion des professionnels de la route qui ne voient pas d’un bon œil l’introduction de ces techniques ». Aussi, le ministère se contente aujourd’hui d’axer ses efforts sur les radars, en attendant les concertations prévues avec les professionnels.

Par ailleurs, le ministre envisage d’amender le Code de la route en privant de permis de conduire toute personne ayant eu un accident, dans l’attente du verdict du tribunal statuant sur l’affaire ; Rabbah prévoit aussi la réduction des amendes transactionnelles, du nombre de points retirés à chaque infraction et de la durée des peines de prison prévues, avec en plus une révision totale de la procédure de création de centres techniques.

Le ministère a prévu un budget annuel de 50 millions de DH pour l’acquisition d’appareils radars, sur une période de trois ans, avec une augmentation de la part reversée à la gendarmerie sur les amendes transactionnelles de 40 à 60% ; et idem pour la police.

On rappelle que pour les exercices 2010, 2011 et 2012, ce sont 162,5 millions de DH qui avaient été réservés à la modernisation des équipements de controle, avec l’achat de 630 radars mobiles et de 90 radars patrouilles, en plus de 200 appareils d’alcootest.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *