Quinze Palestiniens tués, dont le chef d’un groupe de résistants, dans des raids israéliens

0 commentaires, 10/03/2012, Par , Dans Flash

La bande de Gaza a connu, depuis vendredi, une recrudescence des violences, après une série de raids aériens israéliens qui ont fait 15 tués dans les rangs des activistes palestiniens

, dont le chef d’un groupe de résistants, et des tirs de dizaines de roquettes sur le sud d’Israël.

Il s’agit des 24 heures les plus sanglantes à Gaza depuis l’offensive israélienne « Plomb Durci » durant l’hiver 2008-2009, selon des sources médicales locales.

Trois Palestiniens à moto ont été tués, samedi, lors de deux nouvelles frappes aériennes israéliennes sur le sud de la bande de Gaza, portant à 15 le nombre de personnes mortes dans le territoire palestinien, depuis vendredi après-midi, ont indiqué ces mêmes sources.

Cette escalade de violences a suivi « l’élimination ciblée » du secrétaire général des « Comités de résistance populaire » (CRP), Zouheir al-Qaïssi, et d’un autre cadre des CRP, Mahmoud Hanani, qui ont été tués, vendredi après-midi, dans un raid israélien qui a ciblé leur voiture à l’ouest de la ville de Gaza.

Dans un communiqué, le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a dénoncé « une dangereuse escalade sans la moindre justification », soulignant que « le Hamas réaffirme le droit de notre peuple à la résistance et à se défendre lui-même face à cette agression israélienne ».

Dix membres des Brigades Al-Qods, la branche armée d’un autre mouvement radical, le Jihad islamique, ont également été tués dans des frappes aériennes, dont l’une en plein centre de la ville de Gaza, précise cette organisation.

Des milliers de Gazaouis se sont rassemblés, samedi, pour les funérailles, en jurant de venger ces martyrs, notamment à Rafah (sud), le fief des CRP. Durant les obsèques dans un cimetière à l’est de la ville de Gaza, quatre personnes ont été blessées par des tirs israéliens, affirment des sources sécuritaires locales.

A Ramallah (Cisjordanie), le porte-parole du président Abbas, Nabil Abou Roudeina, a condamné « la dernière escalade israélienne » qui, a-t-il estimé, « crée une atmosphère négative et va conduire à un nouveau cycle de violences dans la région ».

De son coté, le ministère de l’Intérieur du Hamas a qualifié, dans un communiqué, « l’escalade sioniste » de « crime injustifié » qui vise à « déstabiliser la situation sécuritaire à Gaza et empêcher les efforts de réconciliation » palestinienne.

La branche armée du Hamas, les brigades Ezzeddine al-Qassam, a pour sa part, juré que le sang de Qaïssi et Hanani ne serait « pas versé en vain ».

En riposte à ces raids, au moins quatre personnes, dont trois ouvriers agricoles thaïlandais, selon les médias, ont été blessées par des projectiles dans le secteur d’Eshkol (sud), indiquent les services de secours israéliens.

Selon l’armée israélienne, plus de 90 roquettes et obus « de toutes sortes » se sont abattus en 24 heures sur le territoire israélien en provenance du territoire palestinien, indiquant, samedi, que l’armée de l’air avait réagi à ces tirs par le lancement de 13 attaques visant plusieurs cibles.

L’armée a indiqué, dans un communiqué, que le système Iron Dome d’interception de roquettes a procédé à l’interception de 10 Grad qui ont été tirés sur les villes de Beersheva, Ashdod et Ashkelon, situés dans le sud d’Israël.

Dans le sud du pays, les matches de football ont été annulés, samedi, et les autorités israéliennes ont appelé la population locale à rester à proximité des abris.

Les CRP, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, un groupe lié au mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas, et les Brigades al-Qods du Jihad islamique ont revendiqué la plupart des tirs contre Israël vendredi. La branche armée des CRP, les Brigades Al-Nasser Salaheddine, a menacé Israël d’une « riposte foudroyante » après la mort de leur chef.

Mots Clefs:
Palestine

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *