Quelque 2,9 pc de la population adulte marocaine souffre de maladie rénale chronique

Quelque 2,9 pc de la population adulte marocaine souffre de maladie rénale chronique

Quelque 2,9 pc de la population adulte marocaine souffre de maladie rénale chronique, selon les résultats d’une enquête menée par le ministère de la Santé, en partenariat avec la Société Marocaine de Néphrologie (SMN), la Société Internationale de Néphrologie (ISN) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’enquête sur la prévalence et les facteurs de risque de la maladie rénale chronique (MaReMar), la plus large enquête au niveau du continent africain et du monde arabe, entamée en 2009 pour une durée de trois ans, a révélé que « la maladie rénale chronique est présente chez 2,9 pc de la population adulte et que ses principales causes sont le diabète (32,8 pc), l’hypertension artérielle (28,2 pc) et la lithiase urinaire (9,2 pc) », précise le ministère de la Santé dans un communiqué parvenu lundi à la MAP.

L’étude, qui a concerné un échantillon représentatif de la population marocaine de 10.524 personnes âgées entre 26 à 70 ans, a montré aussi que « les principaux facteurs de risque pour l’apparition d’une maladie rénale chronique sont présents chez 18,7 pc de la population adulte pour l’hypertension artérielle, 13,8 pc de la population pour le diabète et 23,2 pc de la population pour l’obésité », indique-t-on de même source.

D’autres facteurs d’exposition pouvant favoriser le développement de cette maladie ont également été étudiés. Il s’agit principalement de l’usage excessif de plantes médicinales retrouvé chez 2,9 pc, de l’utilisation abusive et hors prescription médicale de médicaments analgésiques chez 4,7 pc, et du tabagisme chez 4,7 pc.

La deuxième phase de « MaReMar » se déroulera sur les 5 prochaines années en vue de renforcer le dépistage et la prise en charge de cette maladie au niveau des structures sanitaires nationales et d’engager une politique nationale de prévention de l’insuffisance rénale chronique, selon le communiqué.

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *