Quand certains juges accusent lourdement… avant que d’autres n’innocentent !

Quand certains juges accusent lourdement… avant que d’autres n’innocentent !
0 commentaires, 27/02/2013, Par , Dans Chroniques, Couverture

Je ne suis pas expert en droit pénal, ni en droit tout court, de même que je ne suis pas spécialiste de la justice et des tribunaux marocains, de leurs coulisses et de leurs manières d’être et de faire, mais malgré cela, il existe des affaires qui nous interpellent et qui nous attirent vers les lignes rouges de la discussion de la chose jugée et de l’indépendance de la justice…

Ainsi, rappelons-nous, le parquet et les juges d’instruction s’étaient empressés de porter contre M. Ibrahimi des accusations très lourdes, qui requièrent des sanctions encore plus lourdes, dans ce dossier désormais connu sous le nom de « l’affaire de la Comanav ». Ces accusations portaient sur la constitution d’une bande criminelle et sur la trahison, mais il était alors impossible de commenter cette affaire qui était en cours d’instruction, puis de jugement. Mais en réalité l’accusation de constitution de bande criminelle est restée plutot obscure, d’un cas à l’autre, d’un accusé à l’autre, et en conséquence, il eût fallu prendre le temps de la réflexion et s’assurer des preuves de ces accusations avant de les lâcher à l’opinion publique.

Je ne défends ici personne et je ne connais M. Ibrahimi, ni de près ni de loin ; je ne l’ai même jamais rencontré. Nous nous contentons de discuter d’une affaire de très grande gravité en cela que les magistrats du parquet et de l’instruction ont accusé un individu de constitution de bande criminelle et de trahison avant que, au final, le jugement final ne vienne innocenter ce même individu de toutes ces (très) graves chefs d’inculpation, définis par des professionnels qui savent ce qu’ils font.

Aujourd’hui, une grande partie de l’opinion publique a appris ces accusations et est convaincue qu’Ibrahimi et ses co-accusés ont commis des actes criminels très graves. Comment donc oter cette idée de l’esprit de tous ces gens qui en sont persuadés ?

La justice reproche à la presse de diffamer dans tous les sens et dans toutes les directions… Que dira-t-elle, aujourd’hui, cette justice, après que des magistrats eurent diffamé, à leur manière, des personnes que la même justice a plus tard lavé de ces accusations ? Il y a une différence entre ce que dit la presse à l’encontre de certaines personnes et ce dont les accuse la justice – parquet et instruction – et qui appelle à des sanctions pénales particulièrement lourdes…

Bien sûr, je ne généralise pas, même dans ce cas…

Mots Clefs:
Marocains

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *