Prison Oukacha : La police retrouve de la drogue dans des œufs

Prison Oukacha : La police retrouve de la drogue dans des œufs

Les gardiens de la prison d’Oukacha de Casablanca ont eu le flair juste pour déjouer, le même jour, deux tentatives d’introduction de la drogue dans des œufs, apprend-on mercredi auprès des services de police du Hay Mohammedi.

Lors de l’inspection de routine des paniers, les matons, toujours à l’affût des « originalités » de certains visiteurs qui ne manquant ni d’audace ni de subterfuges pour approvisionner un proche séjournant derrière les barreaux, vont tout simplement découvrir des œufs « inoculés » de drogue.

Ils ont déjà l’habitude de saisir de la drogue dissimulée dans les semelles de babouches, à l’intérieur de légumes ou fruits tel l’ananas, de produits d’hygiène comme les shampoings… mais dans des œufs, encore du jamais vu pour les gardiens de prison.

L’enquête diligentée par la police judiciaire du Hay Mohammedi a permis de découvrir la même ingénieuse tromperie usitée, lors de ces deux tentatives échouées, par des familles qui ne se connaissent même pas.

Le modus operandi est bien simple. A l’aide d’un tournevis bien pointu, le « passeur » opère un fin trou dans la coquille exigeant de la finesse et de la patience avant de vider l’œuf de son contenu à l’aide d’une paille ou d’une seringue.

Une fois ce délicat « vidange » achevé, il n’a plus qu’à sécher au soleil l’enveloppe de l’œuf afin de « l’endurcir ». Par la suite, il injecte, à l’intérieur de la coque, la drogue transformée en poudre par le même procédé de vidange.

La première tentative avortée portait sur des œufs contenant 500 grammes de chira et 7 grammes de cocaïne. Le passeur avait présenté au contrôle un reçu d’une CIN d’autrui falsifié mais portant sa photo et son vrai numéro pour détourner la vigilance des matons et rendre ainsi visite à un gendre écroué, selon la même source.

La seconde a permis de mettre le grappin sur 325 grammes de chira que tentaient de faire introduire deux frères à leur troisième frangin incarcéré. Tous les passeurs ont été déférés à la justice.

Mots Clefs:
CasablancaDrogue

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *