Prêt de 500 millions d’euros de l’UE à l’Egypte

Prêt de 500 millions d’euros de l’UE à l’Egypte

L’Union européenne (UE) a décidé d’accorder à l’Egypte un prêt de 500 millions d’euros destiné à soutenir le budget 2012-2013 qui fait face à un déficit de 144 milliards de livres égyptiennes (environ 24 milliards de dollars).L’UE a stipulé, pour accorder ce crédit, l’approbation du Fonds Monétaire International (FMI) du programme de réforme économique.

Destiné aussi à soutenir les politiques macro-économiques du pays pour sortir de la crise économique, ce prêt sera octroyé durant le deuxième semestre de 2012 sur deux tranches. La première sera de 350 millions d’euros et octroyée dans le cadre du Printemps arabe.

Lors de la deuxième tranche, l’UE accordera à l’Egypte un montant variant entre 100 à 150 millions d’euros pour soutenir les politiques financières du pays.

L’Egypte et le Fonds monétaire international (FMI) vont signer en mars un accord pour un prêt de 3,2 milliards de dollars, selon le ministre égyptien des Finances, Moumtaz Saïd.

Dans des déclarations à la presse, le ministre a fait savoir qu’une délégation du FMI est attendue au Caire en mars pour signer cet accord prévoyant un prêt avec un taux d’intérêt de 1,2 pc.

Dans des récentes déclarations, le Premier ministre égyptien, Kamal El-Ganzouri avait souligné que l’économie égyptienne traverse une « conjoncture difficile » en raison du manque d’investissements, mettant en garde contre une détérioration de l’état des finances du pays pour les retards enregistrés dans le versement de l’aide étrangère.

« Seul un milliard est arrivé » sur 10,5 milliards de dollars promis par les pays arabes, a-t-il déploré, relevant que le G8 a décidé lors de sa réunion de mai d’accorder 35 milliards de dollars à l’Egypte, mais rien n’est arrivé jusqu’à présent ».

D’après l’agence officielle de statistiques, la révolution du 25 janvier 2011 a coûté à l’économie égyptienne des pertes directes estimées à 1,7 milliard de dollars et provoqué une augmentation des dettes intérieures de 130 à 240 milliards de dollars.

Les dettes extérieures ont, elles aussi, connu une augmentation pour se situer à 36 milliards de dollars.

Les perturbations de la production après la révolution et la régression des flux touristiques et des transferts en devises des Egyptiens établis à l’étranger, ainsi que la chute de la bourse ont provoqué une baisse du PIB de 1,2 billion à 680 milliards de livres égyptiennes au cours de 2011 et une augmentation du taux d’inflation de 15 à 27 pc.

Mots Clefs:
Credit

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *