Pourquoi et comment le violeur de Wiam a-t-il été libéré, avant d’être arrêté de nouveau ?

Pourquoi et comment le violeur de Wiam a-t-il été libéré, avant d’être arrêté de nouveau ?
0 commentaires, 07/05/2013, Par , Dans Chroniques, Couverture

Wiam a été sauvagement violée, puis tailladée à l’arme blanche ; l’autorité judiciaire, en l’occurrence la gendarmerie royale de Sidi Kacem, a pu mettre la main sur le criminel auteur de cet acte odieux. Jusque-là, les choses se sont déroulées comme le veut la loi et la morale, suite au viol commis. Mais voilà que, soudain, cette affaire a dévié de son cours naturel, le violeur ayant été transféré à l’hopital psychiatrique er-Razi à Salé. La gendarmerie de Sidi Kacem a justifié cela par le fait qu’il n’y aurait pas eu viol sur la personne de la fillette, alors qu’en réalité, c’est une entorse à la loi et au droit qui a été commise en alléguant que l’individu est un malade mental.

L’affaire est claire, on ne peut plus claire ; rien ne justifie trop de réflexions sur ce qui s’est passé après l’arrestation du suspect. L’autorité judiciaire a accompli son travail et mis la personne suspecte sous les verrous, mais quelqu’un est intervenu et a demandé aux gendarmes de relaxer le suspect, en modifiant le procès-verbal précédemment établi, puis cette personne a conduit l’homme en soins psychiatriques… Ensuite, les médias se sont saisis de l’affaire et l’ont rendue publique. Des instructions sont alors tombées, le suspect a été arrêté une seconde fois et la procédure judiciaire a repris normalement.

Et c’est là que le bât blesse… les Marocains veulent, exigent de savoir ce qui s’est produit dans cette phase de l’instruction où le droit a été bafoué. Le peuple désire connaître l’identité de la (ou des) personne(s) qui est (sont) intervenue(s) pour faire libérer le suspect, et veut surtout apprendre pourquoi la gendarmerie royale, qui exerçait son role d’autorité judiciaire, sous le controle et la supervision du parquet, s’est empressée de relaxer la personne suspectée du viol ?

Une enquête doit être ouverte pour faire la lumière sur cette affaire, si nous souhaitons vraiment, sérieusement, lutter contre la corruption.

Mots Clefs:
Marocains

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *