Pour France Télécom, Maroc Télécom est stratégiquement intéressant

Pour France Télécom, Maroc Télécom est stratégiquement intéressant
0 commentaires, 06/12/2012, Par , Dans Economie

France Télécom, actionnaire de référence de Méditel, juge Maroc Télécom stratégiquement intéressant. Dans un entretien au Figaro, Stéphane Richard, PDG du groupe français, refuse toutefois de se laisser enfermer dans un calendrier et dans une valorisation.

Dans un entretien au Figaro (daté du 05 décembre 2012), Stéphane Richard a confirmé l’intérêt de France Télécom pour Maroc Télécom, dont Vivendi (proprétaire de 53% des parts) cherche à se défaire depuis quelques semaines. Interrogé par les journalistes du quotidien français sur sa candidature au rachat du numéro un marocain, le PDG du groupe français a estimé que « cela pourrait être stratégiquement intéressant », ajoutant « qu’il n’est pas question de se laisser enfermer dans un calendrier ni dans une valorisation ». L’annonce vient confirmer les rumeurs déjà parues dans la presse et ajoute France Télécom à la liste (plus ou moins officielle) des prétendants au rachat de Maroc Télécom : le qatari QTel, l’émirati Etisalat, le sud-africain MTN ou le saoudien Saudi Telecom.

[B]Quid de Méditel et le Mali ?[/B]

Le patron français n’en a pas dit davantage mais sa sortie a de quoi surprendre. France Télécom a en effet racheté fin 2010 40% de Méditel, le numéro deux du marché marocain, pour 640 millions d’euros. Le groupe dispose par ailleurs d’une option pour monter à 49% du capital. S’il rachetait Maroc Télécom, il devrait évidemment, pour éviter une situation dominante sur le marché marocain, se défaire de cette participation.

Les difficultés de Méditel, victime du dynamisme de Wana et de la politique de baisse des prix de Maroc Télécom, peuvent sans doute expliquer la volonté de France Télécom d’acquérir Maroc Télécom, en bien meilleure santé.

Par ailleurs, la présence subsaharienne de Maroc Télécom ne serait pas sans poser de difficultés au management de France Télécom. Le groupe français y gagnerait certes une présence au Burkina, au Gabon et en Mauritanie mais il serait contraint de se défaire de Sotelma, la filiale de Maroc Télécom au Mali, où France Télécom possède Orange Mali, le numéro un du marché.

Stéphane Richard a par ailleurs indiqué que les moyens de France Télécom pour réaliser des acquisitions étaient faibles. « Avec une dette de 30 milliards d’euros et un cours de bourse à 8 euros, il est clair que nos moyens comme ceux des grands opérateurs européens sont très limités. Cela ne nous empêche pas de regarder comment saisir les opportunités », a-t-il souligné. Vivendi espère retirer 5,5 milliards d’euros de la vente de Maroc Télécom.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *