Polémique 2M : Des journalistes prennent le parti du ministre El Khalfi

L’étau se resserre sur la direction de la chaîne 2M qui s’est opposée ces derniers jours et de manière virulente au nouveau cahier des charges du ministre de la Communication. Ce bras de fer entre la chaîne et Mustapha El Khalfi ne laisse pas les journalistes indifférents. Certains d’entre eux n’hésitent pas à dire haut et fort qu’ils soutiennent le ministre.

C’est une semaine longue et difficile que la direction de 2M n’oubliera pas de sitot. Alors que le directeur général Salim Cheikh a fait la tournée des radios et des journaux pour prêcher le même discours et dénoncer un interventionnisme de la part de Mustapha El Khalfi dans la programmation de la chaîne, de plus en plus de voix s’élèvent pour soutenir El Khalfi.

Le coup de grâce contre la direction de 2M a été porté par Mohamed Larbi Messari, journaliste, écrivain et ancien ministre istiqlalien de la Communication. Ce dernier a pris le parti d’El Khalfi et a ouvertement déclaré : « Le ministre a parfaitement le droit de prendre toutes les mesures qu’il juge appropriées pour une meilleure gestion des médias publics ». Yabiladi a voulu également savoir ce que pensait Khalid Naciri, ex-ministre de la Communication sous Abbas El Fassi, de cette polémique et s’il partageait l’avis de Messari. Cependant, Naciri a déclaré qu’il avait un droit de réserve l’empêchant de s’exprimer sur cette affaire.

Polémique politicienne

Ce bras de fer entre la direction de 2M et Mustapha El Khalfi n’a pas laissé les journalistes indifférents et certains n’ont pas hésité à prendre partie et soutenir le ministre de la Communication. C’est le cas de Mohamed Douyeb, rédacteur en chef adjoint des Echos Quotidien qui a tenu à remettre les pendules à l’heure dans son édito d’hier jeudi 19 avril. « Quoi qu’on en dise, le jeune ministre PJDiste a le mérite d’assumer pleinement ses fonctions à la tête du département de la communication (…) El Khalfi n’a pas enfreint la loi. (…) Il a impliqué ces derniers [décideurs du pole public ] dans la préparation des cahiers des charges. », écrit-il. « Ce qui est drole c’est que cette campagne violente menée contre El Khalfi (…) prend l’allure d’une campagne politique à grande échelle », ajoute-t-il.

De son coté, Khalid Tritki, journaliste freelance contacté par Yabiladi.com, n’a pas non plus la langue dans sa poche. Il tient à souligner qu’il ne soutient aucun parti politique et qu’il n’a voté ni lors des législatives ni lors du référendum sur la nouvelle Constitution. « A mon avis, ces gens qui se lèvent contre cette réforme audiovisuelle s’en fichent complètement de la télévision. Ce qu’ils cherchent à faire c’est taper sur un ministre qui fait parti du PJD. C’est une affaire politicienne. Une position uniquement anti-parti », lance-t-il. A l’instar de Moyamed Douyeb, il ne comprend pas pourquoi la direction de 2M n’a pas manifesté son mécontentement sur le nouveau cahier des charges plus tot. « Ce que je trouve étrange est qu’en tant que directeur général, Salim Cheikh a un supérieur hiérarchique qui n’est autre que Fayçal Lahrichi le PDG du pole audiovisuel. C’est à lui de s’exprimer. Lahrichi n’a pas manqué de reconnaître qu’il y a bien eu consultation auprès des chaînes pour l’élaboration des cahiers des charges  », poursuit-il.

Chose promise, chose due

Pour Khalid Tritki, le ministre El Khalfi ne fait que suivre logiquement une réforme de l’audiovisuel annoncée dans la déclaration gouvernementale et qui était une priorité pour le gouvernement Benkirane. « Je ne dis pas que cette réforme est la meilleure au monde mais ce qu’il faut se poser comme questions est : est-ce que la télévision marocaine représente le Maroc aujourd’hui. Non ! Est-ce que les Marocains sont fiers de leur télévision ?. Non ! Il y a eu tout simplement un échec de la politique audiovisuelle menée ces dernières années. El Khalfi n’est qu’en train de mener le changement qu’il a promis. Le statut quo ne profite qu’aux gens qui sont à la télévision et qui tiennent les rennes des chaînes », conclut-il.

Manif des membres du PJD devant 2M ou pas ?

Un responsable au sein de la chaîne 2M a informé ce matin Yabiladi qu’une manifestation menée par des jeunes membres du PJD aurait lieu ce dimanche devant le siège de la chaine 2M à Aïn Sebaa.

Nous avons voulu en savoir plus et avons contacté Abdelmalek Lakehayli, membre du PJD à Casablanca qui affirme ne pas être au courant de l’organisation d’une telle manifestation. « C’est possible qu’une telle manifestation ait lieu mais peut-être qu’elle n’est pas organisée seulement par des membres du PJD. Il peut y avoir également de simples citoyens marocains qui n’aiment pas la manière dont la chaîne est dirigée et qui souhaite manifester leur mécontentement », a-t-il déclaré.

Source : Yabiladi

Mots Clefs:
Maroc

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *