Plus de 800 femmes ont bénéficié de l’aide du Fonds de solidarité familiale à fin décembre 2012

Plus de 800 femmes ont bénéficié de l’aide du Fonds de solidarité familiale à fin décembre 2012

Quelque 803 femmes en charge de leurs enfants ont bénéficié du Fonds de solidarité familiale à fin décembre 2012, a annoncé mercredi à Rabat le ministre de la Justice et des Libertés, M. Mustapha Ramid.

Lors d’une rencontre sur la réactivation du Fonds de solidarité familiale, organisée par le Département de la Justice, en coopération avec la Caisse de dépot et de gestion (CDG),M. Ramid a invité les deux catégories bénéficiaires, en occurrence la mère divorcée indigente et les enfants bénéficiaires de la pension après rupture du contrat de mariage à présenter leur demande pour avoir accès à l’aide du Fonds.

Le ministre a rappelé à ce titre qu’en cas de retard ou de problèmes enregistrés dans l’exécution de la décision de justice fixant le montant de la pension, la mère divorcée indigente, la mère ayant la garde des enfants ou l’enfant majeur ayant droit à la pension peuvent présenter une demande pour percevoir l’aide financière octroyée par le Fonds de solidarité familiale.

Pour sa part, la ministre chargée de la Solidarité, la Femme, la Famille et le Développement social, Mme Bassima Hakkaoui a déclaré à la presse en marge de la rencontre que « la somme de 350 dhs allouée par le Fonds pour chaque personne et de plus de 1000 dhs pour l’ensemble d’une famille est sans doute insuffisante ». « Mais il s’agit d’une aide qui vient s’ajouter aux autres présentées par les autres fonds tels que le Fonds de soutien de la cohésion sociale, le Fonds de développement rural et des zones montagneuses en milieu rural », a-t-elle ajouté.

Les aides accordés par ces fonds, a-t-elle ajouté, sont complémentaires en vue de répondre aux besoins de la famille marocaine en situation précaire.

Expliquant la marge d’intervention de son département dans le Fonds de solidarité familiale, Mme Hakkaoui a expliqué que le ministère Âœuvre en collaboration avec le département de la Justice et des Libertés à assurer le suivi de la mise en Âœuvre du Code de la Famille qui a stipulé la création du Fonds susmentionné. Le ministère suit également l’impact de l’aide offerte par le Fonds sur le quotidien des bénéficiaires dans le cadre d’une éventuelle augmentation de l’aide.

De son coté, M. Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances, a indiqué que 160 millions de dhs ont été consacrés au Fonds alors que le seuil de l’aide a été fixé à 290 millions de dhs. Il a précisé à ce propos que le département des Finances agit en coordination avec le département de la Justice et des Libertés et la CDG pour améliorer et développer la gouvernance et oeuvrer à faciliter les procédures relatives à l’octroi de l’aide pour permettre aux femmes divorcées et à leurs enfants de bénéficier de ces services et protéger cette frange vulnérable de la société.

M. Anas Houir Alami, directeur général de la CDG, a noté que l’objectif de la rencontre est de faire connaitre davantage ce Fonds et expliquer la procédure à suivre pour bénéficier de l’aide. Il a en outre expliqué que l’intervention de la CDG dans ce fonds reflète le « role authentique » de la Caisse en matière de gestion des dépots qui revêtent une « importance stratégique » pour le Maroc.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *