Pilier I du Plan Maroc Vert : L’Agence pour le développement agricole réalisera 961 projets à l’horizon 2020 (DG)

Pilier I du Plan Maroc Vert : L’Agence pour le développement agricole réalisera 961 projets à l’horizon 2020 (DG)

L’Agence pour le développement agricole (ADA) va réaliser, à l’horizon 2020, 961 projets dans le cadre du pilier I du Plan Maroc Vert (PMV) avec un investissement de 75 milliards de dirhams (MMDH), a indiqué son directeur général, Ahmed Hajjaji.

Dans un entretien publié jeudi par le quotidien +Aujourd’hui le Maroc+, M. Hajjaji a précisé que l’ADA compte réaliser 545 projets Pilier II avec un investissement de 20 MMDH, tout en continuant à travailler sur les objectifs des plans agricoles régionaux en termes de filières à promouvoir.

Il a également évoqué le lancement d’une quatrième tranche du partenariat public-privé, dont l’assiette foncière est de près de 20.000 ha du domaine privé de l’Etat, provenant essentiellement des terrains loués par la Direction des Domaines dans le cadre de contrats de courte durée.

M. Hajjaji, qui participe au Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) à Meknès, a souligné l’importance de la mobilisation des terres collectives pour la mise en Âœuvre des projets du PMV, ajoutant que les terrains mobilisés et identifiés pour 2012 concernent une superficie de 30.000 ha.

S’agissant du développement des produits de terroirs, la stratégie de l’ADA est axée sur la mise en place de partenariats d’agrégation équitable pour faciliter l’accès aux marchés de ces produits, ainsi que la poursuite des efforts de labellisation, tout en s’assurant de la bonne lisibilité des labels et de la mise en place de plates-formes logistiques régionales à proximité des producteurs.

Concernant le role stratégique de l’ADA en tant que mobilisateur du foncier agricole, « l’opération de partenariat public-privé autour des terres agricoles relevant du domaine privé de l’Etat qui a été lancée en 2004, consiste à drainer le plus d’investissements possible dans le secteur agricole », a noté M. Hajjaji, précisant que cette opération repose sur la concurrence entre les investisseurs potentiels sur la nature et l’importance des projets proposés, notamment en matière de niveau d’investissement et d’emplois à créer pour chaque projet.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *