Pétrole : Le Maroc doublera le nombre de forages en 2014

Pétrole : Le Maroc doublera le nombre de forages en 2014

Le Maroc prévoit de doubler le nombre de forages en 2014, à hauteur « d’une vingtaine de puits », dans le cadre de l’exploration gazière et pétrolière, qui connaît un frémissement dans le royaume, a déclaré vendredi le ministère de l’Energie, Abdelkader Amara.

Le pays est, à ce jour, dépourvu d’importantes réserves en hydrocarbures, et Rabat s’est lancé dans un ambitieux plan de développement des énergies renouvelables.

Cependant, des compagnies internationales comme British Petroleum (BP) ont récemment annoncé leur arrivée sur le marché de l’exploration au Maroc.

« Nous n’avons pas fait, pour l’heure, de découverte sensationnelle (…) mais nous sommes objectivement dans une situation où le paysage de l’exploration change », a déclaré M. Amara, lors d’un entretien en marge d’une cérémonie officielle à Rabat.

« Quand on voit la courbe du forage au Maroc, nous sommes sur une allure ascendante, et c’est très intéressant: en 2013, on est sur une dizaine de puits et en 2014 on sera normalement sur une vingtaine », a-t-il ajouté.

Selon le ministre, le Maroc, qui dispose « pratiquement de 900.000 km2 de bassins sédimentaires » terrestres ou sous-marins, ne compte actuellement que « 0,04 puits par 100 km2, ce qui est vraiment très très bas », la moyenne internationale étant « de 10 environ ».

Mais, en octobre, le géant britannique BP a annoncé avoir acquis des parts d’intérêt dans la perspective de forages au large du Maroc, rejoignant l’Américain Chevron, le Français Total ou encore l’Espagnol Repsol.

« Nous sommes sur des énergies tarissables et un certain nombre de zones qui n’avaient pas d’intérêt commencent à en avoir », a explique M. Amara.

Le ministre a toutefois appelé « à la prudence », réfutant des informations de presse sur la découverte de gisements majeurs de gaz dans la région d’Essaouira (ouest).

Concernant les projets du royaume en matière d’énergies renouvelables, M. Amara a signalé qu’un appel d’offres serait lancé « dans les prochaines semaines » pour la phase II du méga-projet de parc solaire à Ouarzazate (sud).

La première tranche de 160 mégawatts a été confiée à un consortium majoritairement saoudien et le Maroc a pré-qualifié « sept sociétés », sur une dizaine au total, dans l’optique de cette deuxième phase, a annoncé à l’AFP le ministère de l’Energie.

Elle doit permettre de porter la capacité du parc à 500 MW, soit l’équivalent de la consommation d’une ville d’1,5 million d’habitants.

Le coût du programme de développement de l’énergie solaire est estimé à neuf milliards de dollars.

Mots Clefs:
Marocpétrole

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *