Nouveaux incidents anti-musulman en Birmanie

Nouveaux incidents anti-musulman en Birmanie
0 commentaires, 30/04/2013, Par , Dans Monde

Une mosquée et des magasins ont été attaqués mardi dans une ville du centre de la Birmanie un mois après des violences meurtrières entre bouddhistes et musulmans, a indiqué le porte-parole du président, assurant que le calme était revenu.

« Selon les informations initiales reçues par la police birmane, une mosquée et des magasins aux alentours ont été attaqués » à Oakkan, à environ 100 km au nord de Rangoun, a déclaré Ye Htut sur sa page Facebook, notant que des magasins auraient été détruits.

Les violences ont éclaté après qu’une femme a bousculé « par accident » un moine novice qui a alors laissé tomber le bol destiné à collecter les offrandes, a-t-il ajouté. « La police a dû effectuer des tirs d’avertissements pour disperser les gens ».

« La situation est sous controle maintenant », a confirmé à l’AFP un haut responsable de la police, sous couvert de l’anonymat. « Aucune mosquée n’a été détruite. Des magasins près du marché ont été détruits ».

Aucune victime n’a été rapportée.

En mars, des émeutes religieuses avaient fait 43 morts à Meiktila, également dans le centre du pays, après une dispute entre un marchand musulman et des clients bouddhistes.

La ville avait sombré pendant trois jours dans le chaos et des quartiers entiers avaient été brûlés jusqu’à ce que l’armée intervienne en vertu de l’état d’urgence.

Les jours suivants, des mosquées avaient été détruites dans plusieurs villes d’une région au nord de Rangoun, proche d’Oakkan, pendant que des moines extrémistes distillaient des discours nationalistes.

En 2012, dans l’ouest du pays cette fois, des affrontements entre bouddhistes de l’ethnie rakhine et musulmans de la minorité apatride des Rohingyas avaient fait environ 200 morts et 140.000 déplacés.

Ces événements ont révélé un fond islamophobe latent dans un pays majoritairement bouddhiste où vivent officiellement 4% de musulmans.

Mots Clefs:
Islam

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *